Tunisie: Le juge Bechir Akremi nie en bloc les accusations portées contre lui et demande la levée du devoir de réserve    Barack Obama épingle plusieurs personnalités dans ses mémoires "Une terre promise"    Tunisie : Yassine Ayari poursuit la FTF à la FIFA    Tunisie : 14 000 signalements sur la violence contre la femme    Espérance de Tunis : Raed Fedaa s'excuse et prolonge son contrat    Tunisie : Le PLFC 2020 pourrait être discuté et adopté vendredi 27 novembre    Une excédent commercial de 157 MDT des produits de la pêche (janvier-septembre 2020)    Il y a des déchets nucléaires enterrés en Tunisie, assure Safi Said    DECES : Médecin général Mohamed Moncef Ben Moussa    Le 27 novembre, date de la plénière à l'ARP pour le vote de la LF complémentaire    A son tour, le champ de Guebiba victime du chantage des protestataires de Sfax    Projet Souk El Kahina : Appui à la petite agriculture en Tunisie    Sécurisation des dispositifs médicaux : Un hacker peut‐il vous briser le cœur?    Le digital et médiation culturelle : Des idées à revendre    Focus Business | Les projets public-privé sur la sellette    Moez Chakchouk prend la défense du projet du port Enfidha    Expatriés : La régularité de Dräger    NEWS | La filière clubiste pour l'UST    Equipe nationale | Une esquisse de bilan : Kebaïer n'est pas le vrai problème    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 24 Novembre 2020 à 11H00    Impact de la crise Covid-19 sur le secteur de l'hôtellerie : De lourdes conséquences sociales    Coronavirus: De nouveaux décès à Manouba    Contrepoint | Petite déduction, grosse vérité    Présidence de la CAF : l'intérim du Congolais Constant Omari prolongé    Ooredoo atteint 24 gouvernorats durant sa campagne de sensibilisation contre la propagation du Covid-19    Vers le lancement du programme de l'initiative économique des femmes "Raeda" dans sa nouvelle version    Kasserine : la vanne du champ pétrolier « Douleb » fermée par les sitinneurs    Donald Trump ordonne le transfert de pouvoir à Joe Biden    2846 cas confirmés en milieu scolaire depuis la rentrée    Les juges puis les cadres judiciaires, les grèves dans les tribunaux s'éternisent    Après les bouteilles de gaz, une pénurie de carburant à Sfax    Le mystérieux virus Chapare inquiète les scientifiques    LC Europe (poules / J4): les matches de ce mardi    Haikel Mekki-audio :" Le ministre des finances a présenté de fausses données à la commission des finances "    Météo | Légère hausse des températures et pluies sur la plupart des régions    Affaire des déchets italiens : Le réseau Tunisie verte menace de recourir à la justice internationale    Huit morts dans des tirs de roquettes    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Terrorisme politique
Publié dans Le Temps le 26 - 07 - 2013

Mohamed Brahmi, député à l'Assemblée nationale constituante, chef d'un parti de l'opposition et virulent critique de la Troïka au pouvoir et du parti dominant Ennahdha, a été assassiné, hier, de 11 balles tirées à bout portant par des inconnus.
C'est le deuxième assassinat d'un homme politique tunisien dans son pays depuis l'indépendance de la Tunisie, il y a 57 ans, mais les deux meurtres ont la caractéristique d'avoir eu lieu après la chute de la dictature, en pleine période de transition démocratique et à seulement quelques mois d'intervalle.
Il ne s'agit nullement de faire la comparaison entre deux périodes aux antipodes l'une de l'autre, ni de remettre en cause les attributs de la Révolution, mails il faut avouer que celle-ci a changé les mœurs politiques, imposé de nouvelles règles et mis au devant de la scène des hommes et des femmes dont la doctrine n'est pas toujours en symbiose avec les principes de la démocratie et les méthodes souvent en contradiction avec les règles du dialogue et du compromis.
C'est malheureusement l'un des points obscurs de la Révolution et l'une des premières causes de l'amplification du phénomène de la violence depuis l'avènement de la Révolution et particulièrement après les élections du 23 octobre et la victoire des islamistes.
Deux assassinats par balles en moins de deux mois, un troisième juste avant, celui de Lotfi Naghdh à Médenine : le bilan est franchement alarmant et les questions sur la capacité du gouvernement se font de plus en plus pressantes.
D'abord ont-ils la volonté d'agir et les moyens de le faire ?
Rien n'est moins sûr. Ce qui est sûr est qu'une course folle vers le pouvoir est engagée entre toutes les parties politiques et où toutes les armes sont utilisées même le recours à l'assassinat.
C'est nouveau en Tunisie, mais c'est ainsi que vont les choses.
A vrai dire le phénomène était perceptible depuis longtemps.
Par un laxisme troublant envers des fauteurs de troubles, par la diffusion de la culture de la haine et de la sédition, par les discours incendiaires et l'incitation au meurtre et par le peu d'empressement à trouver les assassins de Chokri Belaïd.
Le ministère de l'Intérieur, nous promettait de bonnes nouvelles. La réponse est venue le 25 juillet au matin, le jour anniversaire de la République via l'assassinat de Mohamed Brahmi inaugurant une nouvelle ère de violence et d'institutionnalisation du meurtre politique


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.