Sfax-Campagne d'information [VIDEO] : Vers la création d'une "nouvelle Tunisie"    Tennis – WTA Moscou : où regarder Ons Jabeur face à Alexandrova ?    Bilan - Covid-19 : 133 nouveaux cas et trois décès le 16 octobre    Commerce : Hausse de 50% des infractions économiques relevées au mois de septembre 2021    Tunisie : Augmentation, en septembre, du prix de la production du poulet de chair    Signature d'une convention de partenariat entre Fipa Tunisia et Novation City    Le ministère du commerce lance un programme de contrôle du secteur des fruits et légumes    Hajer Gueldich: Le bilan de la 39e session ordinaire du conseil exécutif de l'union africaine des 14 et 15 octobre 2021    Foot – Coupe de la CAF : le CSS a calé au Nigéria    Foot – Ligue 1 France : Khazri buteur d'honneur    Tunisie – Détention de Mehdi Ben Gharbia : Le Comité de défense réagit    Reprise de la ligne Tunis-Tozeur-Tunis    Maghzaoui : La période de Marzouki était parmi les pires de l'Histoire de la Tunisie    Comment embellir l'image du pays quand tous s'évertuent à la ternir ?    Placé en détention, dégradation de l'état de santé de Mehdi Ben Gharbia    Deux fonctionnaires de la délégation régionale de l'Education placés en détention    26% des convoqués se sont présentés aux centres de vaccination, le 16 octobre    Reprise de la distribution de l'huile végétale subventionnée à partir du 19 octobre    Montpellier – Lens : Où regarder le match en direct et live streaming ?    QNB participe à la campagne de sensibilisation à l'importance du dépistage précoce pour prévenir le cancer du sein    Riadh Zghal - Tunisie: Où va le processus de la transition démocratique ?    Communiqué du jour : Le ministère de l'agriculture annonce une récompense internationale à la Tunisie pour les efforts envers la femme rurale...    Tunisie – Korba : Enquête judiciaire suite à la découverte de déchets de soins ensevelis sans traitement    Octobre rose : Campagne de sensibilisation sur le dépistage précoce du cancer du sein à Sidi Bouzid    Coronavirus : 2 décès et 100 nouvelles contaminations, Bilan du 15 octobre    Alors que Sfax baigne dans les ordures, l'ANGed fait du tourisme de conférence en France !    Tunisie – AUDIO : Souab : Il y a un acharnement sans précédant sur Mehdi Ben Gharbia !    Lyon vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    Ons Jabeur s'incline face à Paula Badosa Gibert    Concours "Aux cœurs des mots" : aucun officiel Tunisien ne s'est manifesté pour recevoir le prix !    La Télévision nationale ne transmettra pas les rencontres de la première journée du championnat    Moncef Marzouki confond Khaled Mechaal et Ismaïl Haniyeh!    Business du Foot : Gianni Infantino persiste et signe pour un "Mondial biennal"    GB : Un député britannique poignardé à mort dans une église. La piste terroriste n'est pas écartée    Les membres du Grand Jury des JCC    Par Abdelaziz Gatri : Thomas Sankhara, ou l'Afrique assassinée    Soirée Astronomique à la Cité des Sciences à Tunis sous le thème des Exoplanètes    Gordon Gray: Kais Said n'apprécie pas le principe de la séparation des pouvoirs    Tunisie : Entrée gratuite aux musées et sites historiques vendredi 15 octobre    Accès gratuit aux musées, sites et monuments historiques à cette date    Liban : 3 morts et 20 blessés dans une manifestation à Beyrouth    Exposition "La Syncope Du Mérou" de Belhassen Handous à Central Tunis    Francophonie : Le Vieux port de Bizerte accueille le concert littéraire "Lectures croisées autour de la mer"    Festival du film d'El Gouna : Le spectacle est maintenu malgré l'incendie    Secousse sismique à Gabès    Des hauts gradés de la marine d'Europe et d'Afrique en conclave à Tunis    Le chef de l'Etat assiste à l'éloge funèbre des militaires décédés dans le crash de leur hélicoptère    Jendouba-Bousalem-Béja sur le front de la plaque africaine : ça bouge ! explication    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La crise de l'eau va «sécher» la Tunisie !
Ressources : Bien plus grave que la crise politique
Publié dans Le Temps le 26 - 09 - 2013

L'Homme naît dans l'eau, il est constitué d'eau et il meurt sans eau. La Tunisie a toujours été consciente du fait qu'une gestion maîtrisée des ressources en eau était indispensable au développement économique et social du pays.
Cependant, l'exploitation des ressources conventionnelles atteindra ses limites dans un proche avenir et la demande engendrée par la croissance démographique, l'élévation du niveau de vie et le développement économique dépassera la ressource en eau. Va-t-on vers une crise prochaine de l'eau ?
La ressource en eau
La moyenne annuelle des précipitations en Tunisie est de l'ordre de 37 milliards de m3. Elles sont très irrégulières et varient selon les régions. L'évaporation annuelle passe de 1300 mm environ dans le Nord à 2500 mm au Sud.
Les eaux de surface sont estimées à 2,7 milliards de m3 / an. Elles représentent un peu plus de la moitié des ressources conventionnelles. Pour permettre la mobilisation totale des eaux de surface, qui contiennent en moyenne 2,5 gr / litre de sels, près de 50 grands barrages et collinaires et 1000 petits lacs collinaires ont été prévus.
Les eaux souterraines des nappes phréatiques situées à moins de 50 mètres de profondeur et des aquifères profonds sont estimés à environ 2 milliards de m3 / an. Cependant la salinité des eaux peu profondes est généralement élevée, celle des eaux profondes est légèrement inférieure.
A l'échelle d'un pays, le problème se pose en termes d'« eau dans la nature » et d'« eau mobilisable ». Si la quantité d'eau précipitée est de l'ordre de 37 Mm3, la fraction mobilisable par les différents ouvrages de collecte n'est que de 8% soit près de 3 Mm3, dont plus des deux tiers sont rassemblés dans la Tunisie du Nord.
Le pays dispose, en tout : eau de surface et eau souterraine, de moins de 5 Mm3 mobilisables dont un peu plus de 3 Mm3 sont effectivement mobilisées actuellement.
La consommation d'eau
La Tunisie se trouve actuellement face à une évolution démographique et économique rapide qui se traduit par une forte augmentation des besoins en eau. La croissance importante des villes et des secteurs économiques gros consommateurs d'eau tels que l'agriculture irriguée, le tourisme, auparavant, et l'industrie entraîne une pression importante sur la ressource.
En Tunisie, la population a été multipliée par 2,5 depuis l'Indépendance alors que le volume d'eau consommé par les villes a été multiplié par 7. En l'an 2000, le citoyen a disposé de 450 m3 / habitant / an pour 10 millions d'habitants. En 2050, pour 14 millions d'habitants prévisibles, il y aura encore 320 m3 / habitant / an mais dans l'hypothèse de 19 millions d'habitants, il n'y aura plus que 240 m3 / habitant / an : près de la moitié pour satisfaire tous les « besoins », agricoles, industriels et domestiques. Il faudra alors absolument, lutter contre tous les gaspillages et colmater le maximum de fuites du réseau de distribution.
Selon la FAO, un individu doit consommer, dans un régime alimentaire convenable, en moyenne, 216 kg / an / individu de céréales et 18 kg / an / individu de viande. Or, il faut 2500 litres d'eau pour produire 1 kg de blé et 4500 litres pour produire 1 kg de viande ! L'agriculture irriguée se développe très rapidement mais les terres irriguées, trop fortement sollicitées, se dégradent rapidement du fait, en particulier, de la salinisation et de la pollution chimique.
En Tunisie, le taux de branchement sur le réseau d'eau potable est de 97% en milieu urbain et même de 68% en milieu rural.
L'eau et l'aménagement
36000 grands barrages ont été construits dans le monde depuis 1950 dont près de 50% en Chine !
En Tunisie, la construction des barrages a commencé dans les années 50. En 2010, 23 grands barrages programmés auront une capacité de 2,1 millions de m3. Mais il n'y aura plus un seul site disponible ! Ces barrages ont une durée de vie limitée probablement à 1 siècle environ. Le barrage de Sidi Salem, le plus grand actuellement du pays a une capacité de 550 millions de m3 mais il s'envase au rythme de 5 Mm3 par an. L'avenir de l'aménagement hydraulique en Tunisie est certainement la multiplication des barrages et lacs collinaires. Il faudra certainement en même temps économiser la ressource ou autrement dit gérer la rareté !
En Tunisie, 75% de l'eau urbaine est consommée par les villes littorales. Tunis, Sousse et Sfax accaparent 63% du volume distribué. De plus, la Tunisie orientale concentre 44% des périmètres irrigués du pays. Alors que la plupart des barrages ont été construit dans le Nord-Ouest. Mais il va être nécessaire de retenir une partie croissante de l'eau collectée dans le Nord du pays pour assurer un développement économique, sociale et culturel équitable de cette partie du pays.
Cependant que deviendront le plateau continental marin, les êtres qui y vivent et l'industrie de la pêche quand ils seront pratiquement privés des apports du ruissellement en sels minéraux fertilisants : moins d'« herbe » moins de poissons herbivores moins de carnivores !
L'eau et l'environnement
Les barrages petits et grands remplissent des rôles économiques – et sociaux : fixation des populations rurales, par exemple – incontestables et multiples mais ils provoquent de violentes controverses sur le plan écologique et parfois social : par des déplacements de population, parfois.
On pourrait limiter l'envasement des barrages et allonger leur durée de vie en reboisant et en protégeant les sols du bassin versant. Cela suppose des investissements importants et une adhésion des populations locales. Le déboisement, le surpâturage mais aussi la sécheresse, qui empêche l'infiltration de l'eau dans les sols trop secs, sont responsables non seulement de l'arrachement de la couche arable du sol par l'eau de ruissellement, mais aussi des inondations par l'écoulement très rapide de l'eau et des alluvions vers les fonds de vallée. De ce fait, le lit des oueds, celui de la Medjerda, en particulier, depuis la construction du barrage de Sidi Salem, se rétrécit en se colmatant.
De plus, l'emploi intensif, souvent irraisonné, au sens propre, de produits phytosanitaires et d'engrais chimiques associé à la salinisation des terres par une irrigation importante en eau d'une salinité supérieure à 1,5 gr / litre, avons-nous écrit, entraîne d'une part l'assèchement des nappes surexploitées et d'autre part la pollution et la salinisation de celles qui « survivent ».
Enfin, si le réchauffement climatique se confirmait, le climat de la Tunisie au Sud de la ligne Sfax-Thala arriverait au Nord du pays et couvrirait la riche vallée de la Medjerda vers 2050 ! Que se passera-t-il alors ?
L'eau et l'économie
En Tunisie, l'agriculture utilise 82% de la consommation d'eau. La consommation domestique est de 13%, l'industrie 4% et le tourisme (actuel) 1%. L'eau ne peut plus être considérée comme bien naturel (donné par Dieu !) et surtout inépuisable. Il faudra admettre qu'elle va coûter de plus en plus cher. Quand les eaux « naturelles » seront mobilisées au maximum, il faudra « fabriquer » de l'eau « artificielle » en particulier par dessalement et … la facture d'eau est appelée à augmenter régulièrement et sans cesse.
Il faudra nécessairement lutter contre les déperditions dans les réseaux de distribution, contre les gaspillages en matière d'irrigation en particulier, économiser l'eau dans l'industrie et la consommation urbaine. La SONEDE peut-elle nous dire quel pourcentage d'eau potable est perdu du fait des « fuites » dans le réseau de distribution ? 20% au moins ! La production d'eau « dessalée » exige une énorme énergie qui sera excessivement chère.
Les eaux usées devront être retraitées pour pouvoir resservir. Seuls 11 millions de m3 d'eaux usées traitées sont effectivement utilisées actuellement pour irriguer 6500 hectares !
Plus d'une centaine de millions de m3 d'eaux usées traitées est potentiellement disponible à bas prix.
Les réutilisations possibles sont multiples : terrains de golf, espaces verts, agriculture, recharge des nappes phréatiques. Mais ces emplois très différents entraînent des traitements très variés. Les investissements dans les stations d'épuration et dans la mise en place d'infrastructures de récupération et de distribution sont très onéreux. L'aspect sanitaire est primordial. Toute une stratégie de l'utilisation des eaux usées traitées est à élaborer de façon à pouvoir les intégrer dans la gestion des ressources en eau du pays. Le faible coût actuel des eaux de surface devant augmenter rapidement, celui des eaux retraitées deviendra très bientôt compétitif en particulier pour les gros consommateurs.
L'eau : source de vie ne doit pas devenir source de conflits ou même d'inégalité entre les citoyens d'une même pays. La Tunisie a déjà anticipé : la production mondiale d'eau par dessalement est de l'ordre de plusieurs dizaines de millions de m3. Dès les années 80, une station a été construite à Kerkennah puis une autre à Gabès. Actuellement les installations de Zarzis et de Jerba ont une capacité de 50.000 m3 / jour. Elles devraient produire plus de 4,6 millions de m3 / an. Même si le coût de dessalement est encore élevé, quel est le prix de la vie ?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.