Kaïs Saïed, Abdelfatteh Al Sissi, Union européenne, FMI… Les 5 infos de la journée    Tunisie – Les crédits logements de plus de 20 mille dinars ne sont pas concernés par l'augmentation du taux d'intérêt    Un jour de congé à l'occasion du Mouled    Jasmin Open Monastir 2022 : Ons Jabeur se qualifie aux quarts de finale    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA rejoint l'Espérance en demi-finale    FTF : Officiel. La TV nationale diffusera les matches des J01 et J02    Tennis | Jasmin Open Tunisia à Monastir : Ons Jabeur passe en quarts de finale facilement    Report du verdict sur l'annulation du congrès extraordinaire de l'UGTT    La Turquie désigne son nouvel ambassadeur à Tel Aviv    Thaïlande : Un individu tue une trentaine de personnes dont des enfants, ainsi que sa famille puis se suicide    Edition spéciale célébrant l'héritage des victoires au Mans, la Ford GT LM    D'anciens de Nidaa surfent sur les nouvelles approches    Des Arabes violemment attaqués alors qu'ils conduisaient durant Yom Kippour en Israël    Tunisie: Le parti national tunisien annonce sa participation aux prochaines législatives    Ali Hafsi : Hichem Mechichi a exprimé des remords    Retour sur le 5ème forum de l'Officine : UIB partenaire privilégié du syndicat des pharmaciens d'officine de Tunisie    Tunisie : Des élèves empoisonnés à...    Perturbation du trafic des trains de phosphate à Sfax, Gabès et Gafsa    Ooredoo Tunisie et Betacube s'associent au service des startups tunisiennes    Coupes africaines : Le programme des clubs tunisiens    Classement FIFA : La Tunisie 30e, l'Algérie double le Cameroun avant le Mondial    Slaheddine Dchicha: Un spectre hante l'Europe...    Les réserves des barrages n'ont pas dépassé pas 32% de leur capacité, à fin septembre 2022    Législatives 2022 : Ouverture des demandes d'accréditation pour les observateurs et journalistes    La France se mobilise en faveur du développement municipal en Tunisie    L'OIPEM lance une pétition électronique pour la révision du temps scolaire    Fête du Mouled: Ce dimanche, accès gratuit aux musées et monuments historiques    Annie Ernaux a décroché le prix Nobel de littérature    Le film Tunisien 'Saffeh Nabeul' en compétition officielle du Festival Maghrébin du Film Oujda    Monastir : Hausse des arrivées touristiques    Kais Saied appelle Abdel Fattah Essisi    Mandat de dépôt contre le secrétaire général du Syndicat national des forces de sécurité intérieure    Tunisie- Législatives : '' Achats'' de parrainages : Arrestation de ''futurs candidats ''    La Tunisie certifiée par l'OMS exempte de la poliomyélite    Ben Salmane fait un cadeau royal à Poutine, un échec cuisant pour l'UE et les USA    ISIE-Elections législatives: Date de dépôt des candidatures    JCC 2022 : Hommage au maitre du cinéma italien Federico Fellini    Pourquoi | L'Octobre rose    37e édition du festival international du film francophone de Namur : L'épanouissement par l'art    EST | Départ ce soir pour le Nigeria : Bien dans leur élément !    Situation sportive générale et structures sportives : « Corruption, injustice, régionalisme et manipulation des résultats »    Aujourd'hui et demain à la Cité de la culture Chedly Klibi à Tunis : Patrimoine, livre et enfant    Météo en Tunisie : Averses isolées attendues sur les régions ouest l'après-midi    Le Conseil de la BCT préoccupé par les risques haussiers entourant la trajectoire future de l'inflation    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les mentalités rétrogrades ont la peau dure
Amélioration de l'image de la femme dans les médias
Publié dans Le Temps le 27 - 09 - 2013

«Les femmes restent très peu visibles dans les médias tunisiens. En fait, sur les cinq personnes qui apparaissent dans un média de la place, une femme seulement figure sur la liste », un constat amer confirmé suite à l'observation de 15 supports médiatiques tunisiens.
Réalisée dans le cadre d'un projet mené par le Groupe Arabe d'Observation des Médias en partenariat avec le Conseil National des Libertés en Tunisie et la Coalition pour les femmes de Tunisie, l'observation confirme une réalité peu reluisante. Malheureusement, l'image de la femme tunisienne a toujours été altérée dans la presse écrite et audiovisuelle et elle le demeure encore. L'observation a démontré que « les femmes sont présentes dans les médias dans des rôles de « Madame tout le monde » et rarement dans les rôles d'expertes ou de porte-parole ». « Les stéréotypes des beaux jours devant eux », laisse entendre le rapport rendu public récemment.
Où sont les femmes ? Pourquoi se font-elles rares dans les médias tunisiens ? S'agit-il de la responsabilité des journalistes seulement ou d'une responsabilité partagée entre les différents acteurs dans le domaine ? En fait, les médias sont-ils en train de reproduire la réalité ? Plusieurs questions se posent quand il s'agit de parler de la présence de la femme tunisienne dans les médias et l'image qu'on reflète dans la presse écrite et audiovisuelle. Le débat autour de la question ne date pas d'aujourd'hui. Il remonte en fait, à des années voire des décennies en arrière. Nombreuses sont les activistes et les féministes qui ne cessent d'attirer l'attention sur l'importance d'améliorer la présence de la gent féminine dans la presse nationale. Elles mènent en effet, un combat lequel nécessite une grande endurance et surtout une persévérance à toute épreuve, car ce sont les mentalités qui ont la peau dure et qu'il faut changer au fil du temps.
Miroir de la société
Mais les médias ne sont-ils pas le miroir de la société ? Il importe dès lors, de travailler davantage pour mettre en valeur la femme tunisienne et faire connaître auprès des professionnels de médias les différentes spécialistes capables de donner des éclaircissements sur des sujets d'actualité ou des problèmes économiques, sociaux ou politiques. C'est d'ailleurs le deuxième volet du projet réalisé par la Coalition pour les Femmes de Tunisie et le Conseil National des Libertés en Tunisie. « Le plaidoyer sera effectué sur des bases solides », déclare Slaheddine Ben Fraj, sociologue et membre du Conseil National des Libertés en Tunisie. Bien outillés, les acteurs de la société civile cibleront les médias, la société civile et les autorités pour extirper la femme de ce cercle fermé et « très limité », d'autant plus que les femmes ne représentent que 13 % des sujets dont on parle…avec souvent un rôle purement décoratif », dévoile le rapport. Par ailleurs, « les femmes dont on parle de façon récurrente, forment un cercle extrêmement limité par rapport aux hommes de profil similaire », ajoute le même rapport tout en précisant que seules huit personnalités femmes ont été évoquées plus de cinq fois en un mois dans les médias ayant fait l'objet de monitoring.
Les sources d'information
Toujours dans le même cadre, le monitoring a démontré que « les médias se tournent peu vers les femmes comme sources d'information. Une personne interviewée sur cinq est une femme dans l'audiovisuel et une sur dix dans la presse écrite ».
En fait, cela n'est-il pas en rapport avec la présence de la femme dans les postes de décision ou en tant qu'expertes et spécialistes de manière générale ? Nul ne peut nier que les femmes sont minoritaires dans les postes de décisions aussi bien dans les ministères et les institutions de l'Etat ou dans les conseils d'administration des grandes entreprises. Aucun effort n'a été déployé par les actuels responsables pour accorder à la femme des postes qui la valorisent davantage. Les femmes dans ces postes ou « dans l'entreprise, c'est comme l'oxygène. Plus on monte moins il y en a », disait Annie Batlle dans son livre « Le Bal des Dirigeants », et là où le bât blesse, est quand la ministre des Affaires de la Femme garde le silence sur cette question. Supposée défendre la femme, la ministre ne s'empêche pas de dénigrer dans des plateaux télévisés les invitées, ce qui rend le travail de la société civile défendant la cause et l'image de la femme plus difficile encore.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.