Khalil Zaouia dénonce l'absence d'une feuille de route    FTAV: Le tourisme intérieur a sauvé la saison    Rentrée 2021-2022: Optimisez votre travail collaboratif grâce au vidéoprojecteur Epson EB-735FI    Monde- Daily brief du 22 septembre 2021: Le chef du gouvernement libyen rejette le retrait de confiance    Deux femmes héroïnes d'un évènement qui unit l'art et la littérature: Azza Filali et Chiara Montenero    Lyon OL vs Troyes : Liens streaming pour regarder le match    Ligue 1 : programme du tournoi barrage    La Tunisie devient membre de la Fédération internationale de hockey sur glace    Metz – PSG : Où regarder le match du 22 septembre de ligue 1    Enseignement supérieur privé / Paramédical : Pas d'équivalence pour les bacheliers non scientifiques    Campagne pour vacciner les chiens à l'occasion de la Journée mondiale contre la rage    Journées du Québec en Tunisie: 438 postes proposés par des entreprises canadiennes    Mohsen Marzouk : Le président cherche a mettre en œuvre un projet personnel !    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Al Karama appelle ses partisans à protester contre la comparution des civils devant les tribunaux militaires    Dernière minute-Coronavirus: 15 décès et 1013 nouvelles contaminations, Bilan du 20 septembre 2021    Les droits de douane ne dépassent pas 2,3% de la valeur des importations    Monaco – Saint-Etienne: où regarder le match du 22 septembre    Classement des 500 meilleures chansons de tous les temps (top 5 en vidéos)    Change devises en dinar tunisien : Cours du 22 septembre 2021    Les annonces de Saïed sur les "dispositions transitoires" éloignent un peu plus Ennahdha du pouvoir    Assemblée générale de l'ONU : Les entretiens de Jerandi à New York    Décès du journaliste économique Chokri Gharbi    Etat d'exception: L'ATFD s'inquiète pour les droits et les libertés    Réunion sur la gestion des 50 MDT destinés à l'entretien des écoles    Le projet tuniso-italien "EVE" été présenté à Nabeul    L'UGTT et le décret du 14 juillet 2020 : Les précisions de Tunisie Telecom    Art'cot organise une exposition grand format à la Médina de Tunis    Effondrement d'une partie du plafond d'une salle de classe au Kram - Fermeture de l'école    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 22 Septembre 2021 à 11H00    Algérie: Les drapeaux en berne en hommage à Abdelkader Ben Salah    Tunisie – Météo: Températures en légère hausse, mercredi    Congrès mondial des écrivains de langue française les 25 à 26 septembre à Tunis (Programme)    Mohamed Abbou: Kais Saied a échoué dans la lutte contre la corruption    Infos Bourse – L'ATB se hisse en haut du podium    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Abdellatif Mekki : Kaïs Saïed a officiellement gelé la Constitution !    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Les mentalités rétrogrades ont la peau dure
Amélioration de l'image de la femme dans les médias
Publié dans Le Temps le 27 - 09 - 2013

«Les femmes restent très peu visibles dans les médias tunisiens. En fait, sur les cinq personnes qui apparaissent dans un média de la place, une femme seulement figure sur la liste », un constat amer confirmé suite à l'observation de 15 supports médiatiques tunisiens.
Réalisée dans le cadre d'un projet mené par le Groupe Arabe d'Observation des Médias en partenariat avec le Conseil National des Libertés en Tunisie et la Coalition pour les femmes de Tunisie, l'observation confirme une réalité peu reluisante. Malheureusement, l'image de la femme tunisienne a toujours été altérée dans la presse écrite et audiovisuelle et elle le demeure encore. L'observation a démontré que « les femmes sont présentes dans les médias dans des rôles de « Madame tout le monde » et rarement dans les rôles d'expertes ou de porte-parole ». « Les stéréotypes des beaux jours devant eux », laisse entendre le rapport rendu public récemment.
Où sont les femmes ? Pourquoi se font-elles rares dans les médias tunisiens ? S'agit-il de la responsabilité des journalistes seulement ou d'une responsabilité partagée entre les différents acteurs dans le domaine ? En fait, les médias sont-ils en train de reproduire la réalité ? Plusieurs questions se posent quand il s'agit de parler de la présence de la femme tunisienne dans les médias et l'image qu'on reflète dans la presse écrite et audiovisuelle. Le débat autour de la question ne date pas d'aujourd'hui. Il remonte en fait, à des années voire des décennies en arrière. Nombreuses sont les activistes et les féministes qui ne cessent d'attirer l'attention sur l'importance d'améliorer la présence de la gent féminine dans la presse nationale. Elles mènent en effet, un combat lequel nécessite une grande endurance et surtout une persévérance à toute épreuve, car ce sont les mentalités qui ont la peau dure et qu'il faut changer au fil du temps.
Miroir de la société
Mais les médias ne sont-ils pas le miroir de la société ? Il importe dès lors, de travailler davantage pour mettre en valeur la femme tunisienne et faire connaître auprès des professionnels de médias les différentes spécialistes capables de donner des éclaircissements sur des sujets d'actualité ou des problèmes économiques, sociaux ou politiques. C'est d'ailleurs le deuxième volet du projet réalisé par la Coalition pour les Femmes de Tunisie et le Conseil National des Libertés en Tunisie. « Le plaidoyer sera effectué sur des bases solides », déclare Slaheddine Ben Fraj, sociologue et membre du Conseil National des Libertés en Tunisie. Bien outillés, les acteurs de la société civile cibleront les médias, la société civile et les autorités pour extirper la femme de ce cercle fermé et « très limité », d'autant plus que les femmes ne représentent que 13 % des sujets dont on parle…avec souvent un rôle purement décoratif », dévoile le rapport. Par ailleurs, « les femmes dont on parle de façon récurrente, forment un cercle extrêmement limité par rapport aux hommes de profil similaire », ajoute le même rapport tout en précisant que seules huit personnalités femmes ont été évoquées plus de cinq fois en un mois dans les médias ayant fait l'objet de monitoring.
Les sources d'information
Toujours dans le même cadre, le monitoring a démontré que « les médias se tournent peu vers les femmes comme sources d'information. Une personne interviewée sur cinq est une femme dans l'audiovisuel et une sur dix dans la presse écrite ».
En fait, cela n'est-il pas en rapport avec la présence de la femme dans les postes de décision ou en tant qu'expertes et spécialistes de manière générale ? Nul ne peut nier que les femmes sont minoritaires dans les postes de décisions aussi bien dans les ministères et les institutions de l'Etat ou dans les conseils d'administration des grandes entreprises. Aucun effort n'a été déployé par les actuels responsables pour accorder à la femme des postes qui la valorisent davantage. Les femmes dans ces postes ou « dans l'entreprise, c'est comme l'oxygène. Plus on monte moins il y en a », disait Annie Batlle dans son livre « Le Bal des Dirigeants », et là où le bât blesse, est quand la ministre des Affaires de la Femme garde le silence sur cette question. Supposée défendre la femme, la ministre ne s'empêche pas de dénigrer dans des plateaux télévisés les invitées, ce qui rend le travail de la société civile défendant la cause et l'image de la femme plus difficile encore.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.