Retour sur la cérémonie officielle organisée au Palais de Carthage à l'occasion de la Fête nationale de la Femme    "Mes cheveux doivent être parfaits." Trump a décidé de lever la limite de consommation d'eau dans les douches    Méchichi promet de renforcer les moyens de la Justice, selon l'AMT    Frappes israéliennes intensives sur Gaza    Athènes multiplie les efforts diplomatiques    Kamala Harris colistière de Joe Biden    Nul équitable    Hommage à celles qui donnent la vie...    La galerie Essaadi célèbre la femme    Quatre œuvres lauréates dont un roman en Français    Une exposition en hommage à sa ville natale    Le président de la République au chevet de la comédienne Dalanda Abdou    Ligue 1 : On connaît la date du derby Club Africain – Espérance de Tunis    Mercato – Handball : Nouveau challenge pour Marouène Maggaiez au Qatar    En vidéo: Kmar Ben Soltane parle de son rôle dans l'Albatros    Tunisie: Mutation de la Première Dame à Sfax, explications de l'ancien juge Ahmed Souab    FA Cup: la fédération anglaise supprime les 'replays'    Tunisie: Arrivée du 1er vol charter de Pologne à l'aéroport Djerba-Zarzis    Tunisie: Anas hammadi s'exprime sur le mouvement dans le corps des magistrats [vidéo]    Hssouna Nassfi : ça sera un gouvernement ami des partis politiques    Ces femmes tunisiennes, tireuses d'élite, qui sécurisent les prisons    A Kairouan, l'eau qui donne soif    Fête nationale de la femme | Saïed se rend à Mraïdeya et rencontre les ouvrières agricoles    6 nouveaux cas de coronavirus à Mornag    Tunisie : Kais Said accorde la grâce présidentielle à 73 détenues    Quand Facebook nie avec constance les droits des palestiniens    Un décès dû au coronavirus à Gabès    Algérie : Secousse tellurique à Blida    Tunisie: BicyClean: Opération Mer Propre    Tunisie-Ligue 1: programme de la 20è journée    Le Président Buhari finalise l'adhésion du Nigeria à l'Agence pour l'Assurance du Commerce en Afrique (ACA)    Météo | Températures en hausse    Athlétisme — Journée Nationale de la Femme: Le corps médical à l'honneur    Tunisie : Programme des rencontres de Mechichi pour ce Jeudi    1499 nouveaux cas confirmés et 23 décès en 24 heures au Maroc    CONDOLEANCES: Tarak BEN AISSA    Technopole de Gabès: Aménagement de la zone industrielle de Matmata    EST-CSS : 0-0: Il ne manquait que les buts !    Ligue 1 — 19e journée: Favorable à l'ESM et à l'UST    « Certified Mail » de Hisham Saqr à Cinémadart et Ciné Amilcar: La dépression post-partum en toile de fond    Tunisie: 38 infections locales au coronavirus enregistrées à Gabès    GEOPOLITICUS | Le drame du Liban profitera-t-il aux intérêts de la France ?    Tunisie: 600 millions de dinars de manque à gagner pour la SNCFT    BCT : Hausse de la masse salariale de l'administration 13,5% en 2019    Salon International de la Bande Dessinée de Tazarka 2020: 24e édition digitale du 13 au 16 Août    Economie tunisienne : Le diagnostic de Marouane El Abassi    Tunisair : Nécessité de mise en place d'un plan de sauvetage    Prix Zoubeida Bchir 2019 : Quatre œuvres lauréates dont un roman en français    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Aurons-nous des procès équitables ?
Publié dans Le Temps le 24 - 05 - 2014

L'Assemblée Nationale Constituante (ANC) a adopté la loi sur la Justice transitionnelle. La Commission Vérité et Dignité a été mise sur pied. La loi prévoit la création de chambres spécialisées. A ce niveau des préoccupations concernant les droits des accusés persistent.
Ainsi, l'Association Human Rights Watch (HRW), vient de publier un communiqué dans lequel elle invite les autorités tunisiennes à veiller à ce que les chambres spécialisées créées par la nouvelle loi sur la justice transitionnelle soient vraiment indépendantes et répondent aux normes internationales minimales de procès équitable. Les chambres spécialisées suivront les affaires de violations graves des droits humains, notamment celles commises sous la dictature de Ben Ali.
L'organisation internationale de défense des droits humains, déplore le peu d'efforts fourni pour traduire en justice « les responsables de violations graves et flagrantes commises sous l'ancien président. Parmi ces exactions figurent des arrestations arbitraires, la détention au secret, la torture, des procès inéquitables et le traitement inhumain de prisonniers ».
Après la Révolution seules quelques affaires d'atteintes aux droits humains ont été jugées. HRW déplore que « parmi les milliers de cas de torture signalés avant 2011, très peu ont été jugés ». Dans un des procès un ancien ministre de l'Intérieur et d'autres hauts responsables de forces de sécurité ont été condamnés à deux ans de prison pour « violence contre autrui ».
Eric Golstein, directeur adjoint de la division Moyen-Orient et Afrique du Nord à Human Rights Watch, a déclaré : « les chambres spécialisées peuvent contribuer de manière significative à la capacité de poursuivre les personnes responsables d'exactions atroces pendant l'ère Ben Ali, et de rendre justice aux victimes. Toutefois, ces chambres ne pourront accomplir ce rôle que si les règles du jeu garantissent qu'elles sont efficaces, indépendantes et justes ».
L'association juge que l'ANC a franchi un grand pas en adoptant la loi sur la justice transitionnelle. Des chambres spécialisées au sein du système judiciaire seront créées pour juger les exactions commises entre juillet 1955 et décembre 2013, date de promulgation de la loi. Le ministère de la Justice des Droits de l'Homme et de la Justice transitionnelle a installé un comité technique pour faire des propositions concernant le décret qui déterminera le fonctionnement de ces chambres spécialisées.
Human Rights Watch estime que « le projet de décret d'application, qui sera présenté au gouvernement dans les prochaines semaines, devrait établir un processus de sélection des juges qui assure leur indépendance par rapport au pouvoir exécutif ». Ce décret devrait permettre la mise en place d'unités efficaces et compétentes. Des structures devraient protéger les victimes, les témoins et le personnel judiciaire, contre d'éventuelles intimidations.
L'article 8 de la loi sur la justice transitionnelle donne naissance aux chambres spécialisées au sein des tribunaux de première instance dans les gouvernorats de la Tunisie disposant de cours d'appel. Il stipule que les juges nommés pour ces chambres ne doivent jamais avoir « pris part à des procès politiques » et doivent recevoir une formation en matière de justice transitionnelle.
Les chambres spécialisées « statueront sur les affaires relatives aux violations graves des Droits de l'Homme [...], à savoir notamment : l'homicide volontaire, le viol et toute autre forme de violence sexuelle, la torture, la disparition forcée et la peine de mort sans la garantie d'un procès équitable ». La loi donne également compétence aux chambres sur certains types d'affaires que l'Instance Vérité et Dignité lui renverra. Il s'agit notamment des affaires de fraude électorale, de corruption financière, de détournement de fonds publics et de contrainte des personnes à l'exil politique.
Par ailleurs, HRW reproche à l'article 8 d'avoir introduit des crimes qui n'étaient pas pénalisés lorsqu'ils ont été commis, comme la fraude électorale et la contrainte des personnes à l'exil. Ces « crimes », ne sont pénalisés ni par le Code pénal tunisien ni par le droit international.
En plus la loi ouvre la voie à la possibilité de rejuger une deuxième fois quelqu'un pour la même accusation, en violation d'un principe fondamental des droits contre la « double peine ».
HRW recommande que le décret d'application des chambres spécialisées inclue des « procédures de nomination des juges et des procureurs en conformité avec les exigences d'indépendance et d'impartialité ».
Une lacune est épinglée dans le code pénal tunisien, à propos de la responsabilité des commandants et des supérieurs hiérarchiques. Le droit international considère les officiers supérieurs responsables des crimes commis par leurs subordonnés avec leur approbation explicite ou tacite. L'absence de ce genre de disposition dans la loi tunisienne explique les peines estimées légères pour les commandants de rang supérieur des troupes qui avaient tué des manifestants pendant la révolte.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.