Mohamed Ammar propose un plan de sauvetage en sept points    Vers un réexamen des articles controversés de l'amendement de la loi électorale    La Steg revient sur la coupure d'électricité à Kairouan    Accroissement de la demande nationale de produits pétroliers de 18%, à fin avril 2021    Hausse de la demande de gaz naturel de 10% (quatre premiers mois de 2021)    Tennis : Ons Jabeur égale la n°1 mondiale Ashleigh Barty    Tunisie- Kairouan: La coupure d'électricité n'a causé aucun décès    Tunisie – météo : temps nuageux et baisse de température prévue    Campagne "Beach Clean" dédiée aux opérateurs touristiques dans trois pays méditerranéens    Confinement général pour les gouvernorats dont le taux de contamination est de 400 cas pour 100 000 habitants    " Dictionnaire de la terminologie des arts visuels ", nouvel opus de Sami Ben Ameur    Apaisement et solidarité    A 37 ans, Oussama Mellouli qualifié pour les Jeux Olympiques de Tokyo    Concurrence féroce pour recruter Kechrida : Destination finale    Tennis | Tournoi de Birmingham : Enfin un titre pour Ons Jabeur !    Tunisie- Confinement général et Concours d'Entrée aux Cycles de Formation d'Ingénieurs    Handball | Le bilan de la CAN des dames au Cameroun : Au-delà des espérances !    Daily brief du 21 juin 2021: Confinement général dans plusieurs gouvernorats    Coronavirus : la Tunisie le pays plus touché parmi ses voisins de la Méditerranée    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de l'Algérie    Birmingham : Ons Jabeur remporte son premier titre, HISTORIQUE !!!    Toute la classe politique est défaillante et doit partir    Décès de Ridha Hamza    Dacia dévoile sa nouvelle identité visuelle    Programme TV du dimanche 20 juin    Médenine: Air France reprend ses vols vers l'aéroport de Djerba-Zarzis    FITA 2021 : Neuf ministres africains seront présents aux côtés des plus grands bailleurs de fonds    Le programme des demi-finales de la Coupe de Tunisie    La cinéaste tunisienne Kaouther Ben Hania au jury des courts métrages et du concours des films d'écoles de la Cinéfondation du festival de Cannes 2021    Exposition de groupe «Itération» à la Galerie Aïn Répéter pour mieux dire    Protection contre la violence et la discrimination fondées sur l'orientation sexuelle et l'identité de genre: Observations préliminaires sur la situation en Tunisie    Affaire Nabil Karoui — l'association tunisienne des experts judiciaires affirme : «Aucune mise en accusation n'a été formulée à l'encontre des experts»    SALON POLLUTEC La Tunisie en tant qu'invitée d'honneur    Entretien avec Ridha Dhib (artiste visuel et marcheur): Le devenir territoire    Covid-19: 86 décès et 2193 contaminations enregistrés le 18 juin 2021    Ammar Mahjoubi: L'histoire à Rome de César à Auguste    La vulnérabilité de 53% des terres en Tunisie est très élevée face au phénomène de la désertification (ministère)    Démarrage du festival Gabès Cinéma Fen : Découvrez le programme du 19 au 26 juin 2021    Ouverture d'une exposition de femmes rurales au Palais Ennejma Ezzahra    Un fils de la médina d'envergure universelle: Ibn Khaldoun    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    La Tunisie accueille une partie de l'exercice militaire "African Lion 21" (Défense)    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Un scrutin sans enjeu
Publié dans Le Temps le 04 - 06 - 2014

Les Syriens étaient appelés hier à se rendre aux urnes pour une élection présidentielle qui promet une écrasante victoire de Bachar al Assad dans un pays en pleine guerre civile.
En Syrie comme à l'étranger, les opposants du chef de l'Etat parlent d'une mascarade et jugent qu'aucun scrutin digne de ce nom ne peut avoir lieu dans un pays dont des régions entières échappent aux autorités et qui compte des millions de déplacés.
La télévision publique a diffusé des images de files d'attente devant les bureaux de vote dans les zones contrôlées par le régime. On y a vu des groupes agitant le drapeau syrien et brandissant des portraits de Bachar al Assad.
Visiblement détendu en costume bleu marine et cravate bleu clair, le président sortant a voté dans un bureau du centre de la capitale, en compagnie de son épouse Asma.
Les insurgés islamistes qui cherchent à renverser le président de 48 ans qui brigue un troisième septennat, refusent un scrutin qu'ils considèrent comme «illégitime». Le Front islamique, une alliance de groupe rebelles, s'est engagé cependant à ne pas viser les bureaux de vole «parce que nous avons décidé de ne pas impliquer les civils dans ce conflit». Le Front a appelé les autres groupes rebelles à faire de même.
Des obus de mortiers, tirés a priori des banlieues rebelles, se sont toutefois abattus hier sur les quartiers résidentiels de Damas, sans apparemment faire de victime, ont raconté des habitants de la capitale.
Bachar al Assad affronte deux concurrents - c'est une première - Hassan al Nouri, ancien membre du gouvernement, et le parlementaire Maher Hajjar. Mais les deux sont peu connus.
Depuis un demi-siècle, un seul candidat était autorisé à se présenter et les sept derniers scrutins présidentiels se sont résumés à des plébiscites de Bachar al Assad ou de son père Hafez, qui n'a jamais obtenu moins de 99% des voix. Son fils a quant à lui recueilli 97,6% il y a sept ans.
Mais beaucoup de Syriens sont en quête de stabilité, après les 160.000 morts tombés dans les affrontements entre partisans et adversaire d'Assad. Pour les minorités alaouite - la branche de l'islam chiite à laquelle appartient le président -, chrétienne et druze, le chef de l'Etat représente un rempart contre le radicalisme sunnite d'une partie des insurgés et la promesse, même lointaine, d'une certaine stabilité.
Au poste frontière de Masnaa, entre le Liban et la Syrie, plusieurs milliers de personnes faisaient la queue sous le soleil à un bureau de vote organisé pour les Syriens en territoire libanais. Tous ceux interrogés par Reuters ont dit vouloir voter Assad.
Certains habitants de Damas ont dit qu'il y avait peu d'électeurs dans les bureaux de vote du centre de la capitale, mais un militant de l'opposition qui a contacté des gens à Damas et dans la province druze de Soueïda a parlé d'un nombre «effrayant» de votants.
Le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al Moualem, drapé du drapeau syrien pour voter, a rejeté les critiques étrangères. «Personne ne pourra imposer sa volonté au peuple syrien», a-t-il dit. «Aujourd'hui, s'ouvre le chemin d'une solution politique.»
Les autorités promettent une participation élevée, qui sera, disent-elles, aussi significative que le résultat lui-même. Pour Omran Zoabi, ministre de l'Information, il s'agit d'un «message politique».
Plusieurs dizaines de milliers d'expatriés ont déjà voté la semaine dernière, mais il ne s'agit que d'une petite proportion des trois millions de réfugiés et de Syriens de l'étranger.
Les forces gouvernementales, appuyées par l'Iran et le Hezbollah libanais, tiennent fermement le centre du pays, mais le Nord et l'Est sont aux mains des insurgés et des djihadistes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.