Le ministre de l'Intérieur effectue une visite d'inspection aux unités sécuritaires déployées à Tunis    Kaïs Saïed, Ons Jabeur, Najla Bouden… Les 5 infos de la journée    Kaïs Saïed ratifie la nouvelle Constitution    Bourse de Tunis : Le Tunindex confirme son trend haussier    Tunisie – Reprise des négociations sociales pour d'éventuelles majorations salariales    Tabarka : Un centre d'accueil pour les victimes de l'incendie    WTA Cincinnati 2022 : une journée couronnée de succès pour Ons Jabeur    Ons Jabeur qualifiée aux huitièmes de finale du Tournoi de Cincinnati    Saïda Garrach : des magistrats convoqués par téléphone pour les poursuites judiciaires    Steg : la vague de chaleur cause des coupures d'électricité    Monde-Daily brief du 17 août 2022: Ukraine : Erdogan et Guterres rencontrent Zelensky demain    Samir Saïed : l'économie tunisienne traverse une situation très critique    Nomination d'un nouveau Chef de cabinet du conseil de l'ISIE    Championnat arabe E-Sports (Valorant) : la Tunisie termine 1ère de sa poule    Tunisie: Une maladie hémorragique détectée chez les bovins    Coronavirus-Bilan du 15 août 2022: 2 décès et 199 nouvelles contaminations    Tunisie : 6 décès et 353 blessés en 24h    Construction de l'hôpital du Roi Salmane à Kairouan : le ministère de la Santé explique    Tunisie: Vers le lancement du Startup Act 2.0    Lotfi Abdelli : je ferme ma gueule, je vends mes affaires et je pars !    Agence de notation japonaise «Rating and Investment» : La note souveraine tunisienne passe à «B» avec perspectives négatives    Une députée a été interdite de renouveler son passeport selon le Courant démocrate    Le braconnage : Un crime organisé ?    Express    «Club de chant» de Cyrine Gannoun au Festival International de Hammamet : Une œuvre attachante    Programme TV du mercredi 17 août    DECES : Salem BEN KHALIFA    Le tout dernier téléphone de Huawei marqué par la plus longue durée de vie de la batterie – HUAWEI nova Y70 maintenant disponible en Tunisie    MEMOIRE : Feu Slim Mehdoui    Amical international : ce sera Algérie-Brésil en septembre !    Voici les 10 chansons les plus "likées" sur TikTok    Météo en Tunisie : Forte vague de chaleur, l'INM lance un appel à vigilance    L'USBG se prépare pour la demi-finale : La grande mobilisation    ESS | Annoncé sur le départ ces derniers jours : Zied Boughattas reste à Sousse !    Tourisme en Tunisie : Le nombre des touriste visitant Nabeul augmente de 60% en juillet    Néjib Belhedi se prépare pour une traversée dans l'océan parmi les requins    Tentative de meurtre Salman Rushdie: La lecture de Gilles Kepel    Lotfi Abdelli annonce l'annulation de tous ses spectacles    Monde-daily brief du 16 août 2022: Vladimir Poutine accuse les Etats-Unis de faire traîner le conflit en Ukraine    La Tunisie, championne d'Afrique en termes d'espérance de vie    La Fondation Arts & Culture by UIB rend hommage à M. Mohamed Ennaceur    Média Canadien : ''Le Québec doit boycotter le Sommet de la Francophonie en Tunisie''    Chiffre du jour : 657 migrants clandestins secourus en un seul week-end    Goethe-Institut Tunis & Central Tunis accueilleront l'exposition The Event of a Thread    Festival de Siliana "Zama Nights" revient pour une 45ème édition (programme)    Le ministère de l'Intérieur annonce des sanctions contre des syndicalistes sécuritaires    Sfax: 42 migrants égyptiens évacués par l'armée de mer    Gaza : Une guerre politique qui arrache des larmes au musicien Roger Waters    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Nos cités devenues irrespirables
Publié dans Le Temps le 06 - 12 - 2014

Au mépris de toutes les normes urbaines, une véritable rage de construction s'est déchaînée, au cours des quatre dernières années, en Tunisie, s'emparant autant des particuliers que des promoteurs immobiliers, qui se sont lancés, les uns et les autres, à phagocyter, pratiquement, chaque mètre de terrain en leur possession, verticalement et horizontalement , afin de l'utiliser à bâtir des locaux et des logements, pour la vente ou la location.
Balayant tout sur son chemin, cette voracité foncière généralisée n'a pas épargné les zones vertes et les jardins publics et privés, notamment dans les villes et les nouvelles cités, contribuant ainsi à la dégradation du cadre de vie urbain. L'inconscience a poussé certains, comme on le sait, à occuper sauvagement les zones vertes publiques et à y élever des constructions anarchiques.
Les considérations esthétiques et environnementales sont complètement oubliées, autant que le sens de la verdure et de son importance dans l'amélioration de la qualité de la vie, au détriment des recommandations des Nations Unies prônant la réservation d'au moins 15 mètres carrés de verdure en milieu urbain pour chaque habitant.
Au même moment, la situation environnementale en Tunisie a connu une détérioration sans précédent, à cause de la mauvaise gestion des déchets ménagers et industriels et la fermeture des décharges aménagées dans ce but, ce qui a entrainé l'entassement de ces déchets dans les rues et les places publiques, y compris dans des zones touristiques restées jusqu'alors un modèle de propreté comme l'île de Djerba.
Pourtant comme l'a noté un urbaniste, cette insouciance à l'égard des dimensions esthétiques et environnementales est nouvelle chez les Tunisiens qui avaient pris l'habitude d'orner leurs maisons particulières de beaux jardins, comme on peut, encore, le constater dans les villas et les maisons particulières un peu partout en Tunisie.
Les considérations matérielles ont dominé et tué ces bonnes habitudes, Les gens s'intéressent moins aux jardins et aux zones vertes, notamment dans les nouvelles cités résidentielles.
Dans la cité résidentielles aux berges du Lac de Tunis dite Lac II ou Al bouhayra II, qui est considérée comme l'une des cités résidentielles les plus huppées en Tunisie, il est très rare de trouver des jardins et des zones vertes, Il en est de même dans la cité Ennasr, à El Menzah, à Tunis.
A cet égard, un citoyen a fait remarquer que les cités des Berges du Lac de Tunis manquent, à vrai dire, de beaucoup d'autres choses comme les écoles et les établissements éducatifs parce que tous les terrains à bâtir sont utilisés pour la construction de maisons particulières de haut standing ou de locaux et établissements commerciaux, qui rapportent de l'argent : bureaux, restaurants, cafés, hôtels, cliniques. Ces nouvelles cités manquent aussi d'autres composantes ayant toujours été des éléments constitutifs de l'habitat humain et des cités humaines, depuis les époques les plus reculées de l'histoire humaine et qui confèrent à l'habitat humain une dimension spirituelle transcendant le temps.
Les milieux officiels également
Un commentateur a noté que la négligence des zones vertes s'est étendue aussi aux milieux officiels qui n'accordent plus l'importance requise à l'arbre et à la fête de l'arbre célébrée en Tunisie depuis l'indépendance sous la présidence du chef de l'Etat, le premier dimanche du mois de novembre de chaque année.
Cette année 2014, le mois de novembre a coïncidé avec le déroulement de la campagne électorale pour les élections présidentielles mais aucun candidat n'a pris la peine de consacrer une place dans son programme à cet évènement.
Cependant, ce mois de novembre 2014 a connu l'organisation à Tunis d'un colloque international sur les changements climatiques et leur impact sur la Tunisie en général et l'agriculture tunisienne en particulier.
Les communications présentées, à cette occasion, par les experts tunisiens et internationaux étaient inquiétant es. Ces experts ont prévu qu'à plus ou moins longues échéances, le climat de la Tunisie allait subir des changements, devenant marqué par des périodes prolongées de sécheresse, entrecoupées par des années d'inondations catastrophiques, outre les dangers inhérents à l'élévation du niveau de la mer et l'inondation de grandes zones des îles et golfes , notamment le golfe de Gabès et les îles Kerkennah. Ils ont insisté sur la nécessité de prendre au plus vite les dispositions en vue de parer à ces changements, et ce en densifiant le couvert forestier et végétal du pays et en rationalisant l'utilisation des réserves foncières en milieu urbain et rural, à la fois.
Mais, comme l'a noté le même commentateur, le côté irrationnel dans tout ceci, est que toute cette voracité foncière et immobilière a été accompagnée par une hausse excessive des loyers et des prix de vente des nouveaux logements.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.