Mondial Hand 2019 : la Tunisie battue en ouverture du deuxième tour    La Tunisie entame mal le 2ème tour avec une défaite 23 – 35 face à la Suède et devra se racheter dimanche devant la Hongrie    Trop facile !    Quelle belle réaction !    Tunisie – Chahed président d'un nouveau parti et probable candidat à la présidentielle ?    Tunisie: Les Soldes d'hiver de 2019 démarrent vendredi 25 janvier    Le défenseur de Liverpool Trent Alexander-Arnold prolonge    L'ATIDE dénonce « un détournement de la loi»    Première participation de l'Armée de l'air sous la bannière de l'ONU    L'après-grève serait plus dur à supporter !    De partout… De partout…    Quand des Tunisiens recréent le "Casse-Noisette" de Tchaikovski    Entre haiku, haijin et satori    Partenariat CORP – Fondation Acacias For All concernant la reconversion vers le métier d'Entrepreneur Vert dans la région de Bir Salah à Sfax    Une facture salée    L'éducation et l'enseignement, domaines phares des recrutements    Réduction des amendes infligées avant le 1er janvier 2019    Renvoyée aux calendes grecques    L'Institut Arabe des Chefs d'Entreprises exprime sa préoccupation pour la Tunisie    L'Otan offre son expertise à la Tunisie    Les négociations reprendront la semaine prochaine    Rediscuter encore et toujours    Tunisie: Ne ratez pas “La Nuit des idées” 2019, dimanche 31 janvier sous le Thème “Face au présent”    Mondial Handball 2019 : Regardez le match Tunisie vs Suède du 19 janvier en Streaming    Le sorcier masqué    Activités de l'OMT au salon international du tourisme de Madrid FITUR 2019    Mexique: 21 morts dans l'explosion d'un oléoduc    Les médecins de l'hôpital Charles-Nicolle arrêtent les opérations de transplantation d'organes    Le Parlement fédéral allemand (Bundesrat) classe la Tunisie, l'Algérie, le Maroc et la Géorgie ‘Pays sûr'    BNP PARIBAS entame une réflexion sur sa participation au capital de l'UBCI    Nouvelles nominations annoncées par le Ministère du Transport    Espérance: Khalil Chammam prend sa retraite internationale    L'art sillonne le pays    Des œuvres à vivre    La BTS recrute    Tunisie: Il spolie plus de 500.000 dinars aux assurances à Sfax en inventant des accidents    LdC Afrique (J2): Les rencontres de ce samedi et le programme TV    Tunisie: Grosse frayeur chez les passagers d'un bus de transport régional de Bizerte après le braquage du conducteur    Tunisie: Réunion à Béja regroupant 300 personnes vendredi au lendemain de la grève générale    Météo: Prévisions pour samedi 19 janvier 2019    Tunisie-Mahdia [photos] : Spectaculaire tentative d'immigration clandestine à Chebba !    En grande première : Une unité militaire aérienne tunisienne en mission de paix à l'étranger (Photo - Vidéo)    Cérémonie de signature du recueil « Malikholia » du poète Hamza Omar    En Algérie, des citoyens transforment en potager une route que la municipalité tarde à aménager    Le Parlement allemand classe la Tunisie pays sûr pour refuser à ses immigrés le droit d'asile    Date des prochaines élections présidentielles algériennes fixée    Tout sur le Sommet arabe pour le développement économique et social qui se tiendra ce dimanche à Beyrouth    Barbanera, un Tunisien à la tête d'un large réseau de migration illicite, arrêté en Italie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Charmoula, le poisson salé et le pain à Sfax
Aïd - Les spécificités des régions
Publié dans Le Temps le 14 - 10 - 2007

Les jours de l'Aïd El Fitr, trois éléments de base constituaient l'alimentation des familles sfaxiennes dans le temps : la " charmoula ", sorte de marmelade à base de raisins secs et d'oignons accompagnée de l'inséparable poisson salé, le pain de l'Aïd et le " Makroudh ".
Avec l'évolution des goûts qui accompagne les mutations sociales et l'amélioration du niveau de vie, si les deux premiers survivent encore, le Makroudh, lui, a été détrôné depuis belle lurette par d'autres douceurs au goût du jour, qui à leur tour connaissent un raffinement de plus en plus marqué aussi bien dans leur composition, leur arôme que du point de vue esthétique, toujours dans une quête constante de flatter le regard et le palais de consommateurs de plus en plus gagnés par le snobisme.

La Charmoula
Selon le professeur Ali Zouari, historien et chercheur, le vocable Charmoula désigne un plat qu'avait connu Tunis et que connaissent encore les villes de Monastir, Jerba et Sfax , quoique actuellement, le nom évoque presque exclusivement la Capitale du Sud.

A l'origine, il y avait deux versions la Charmoula actuelle et la Charmoula crue . Cette dernière était un mélange de jus de raisins secs très sucrés de la variété " zbib asli ", provenant d'une vigne cultivée à Sfax et à Jerba, arrrosée de vinaigre et assaisonnée de poudre de carvi avec un peu d'huile d'olive. La charmoula crue est encore consommée par certaines personnes âgées, encore attachées à ce mode de préparation.

Par contre la Charmoula cuite, actuellement répandue, est une sorte de marmelade à base de raisin sec, d'oignons assaisonnés d'ingrédients et d'arômes tels le clou de girofle, le bouton de rose, la cannelle, le grain de cubèbe. La préparation en est simple : on fait roussir de petits morceaux d'oignons dans de l'huile puis on arrose avec du jus de raisin et on parfume avec les épices citées. Après quoi, on laisse mijoter à petit feu. Le jour de l'Aïd, le mets est servi avec du poisson salé.

Le poisson salé
Par le passé, le salage du poisson était la technique la plus appropriée de conservation. A Sfax, il y avait le " Marraj ", du poisson salé et séché, tout comme le poulpe, une sorte de " kaddid ", que l'on consommait en hiver, saison des tempêtes, peu favorable à la sortie des embarcations de pêche. Le " Marraj " était trempé dans de l'eau avant d'être grillé. Le poisson salé, apprêté pour l'Aid, soit particulièrement des espèces de grosse taille comme la liche (chalbout),le rouget (mellou),le corbeau, le mérou (mennani ), le loup ( karous)etc..devait être frais. Après l'avoir éviscéré et bien nettoyé, on procédait au salage. La veille de l'Aid, on le faisait cuire à plusieurs reprises tout en veillant à changer l'eau de cuisson. D'ailleurs, fait important,à mentionner " Le poisson salé de l'Aid était exporté vers Alexandrie", précise notre interlocuteur.

Le pain de l'Aid
Le pain de l'Aid quant à lui est d'origine andalouse. Si de nos jours, il est fabriqué à partir de semoule de blé dur ou de farine et commercialisé dans les boulangeries, autrefois, par contre, il était fait de semoule de blé dur et pétri à domicile par les femmes lors de veillées remarquables, dans une ambiance où se mêlaient décontraction et concentration. Chacune des pétrisseuses mettait beaucoup d'ardeur, d'énergie et de soin à malaxer sa part de semoule. Une fois le pétrissage au point, les boules de pâtes sont malaxées ensemble de façon à former un seul pain qui suffit à nourrir une quinzaine de personnes. Orné de ligelle, de grains de sésame et d'une autre épice, il était confié au boulanger du coin. Levé à l'aide d'une levure " maison ", sa réussite,associant aussi le boulanger, était l'objet de fierté de toute la compagnie de femmes qui avaient mis la main à la pâte et qui étaient vivement congratulées pour leur petit chef-d'œuvre, bien doré, appétissant et parfumé.

Le Makroudh
A l'origine, on l'appelait " el makroudh lasmar ". Après l'avoir pétri convenablement on en faisait des colombins, sortes de boudins farcis soit de pâtes d'amandes sucrées soit de dattes plus de la pâte d'amandes sucrées. Orné à l'aide d'un moule , il était ensuite découpé en losanges. Par la suite, il était frit, égoutté et soit saupoudré de sucre soit trempé dans un bain de miel domestique à base de sucre, d'eau et de citron. Le " makroudh lasmar " a donné son nom à d'autres homonymes de la pâtisserie tradtionnelle sfaxienne soit le " makroudh labiadh ", à base de semoule de blé dur, ou le " makroudh drôo ", à base de sorgho.

C'est par la suite que sont venues les autres pâtisseries raffinées d'origine turque comme la baklaoua. Cette dernière, jadis fabriquée à base de sucre, de farine et de pâte d'amandes, a tendance à être composée, signe de raffinement, de pignon ou de noisette.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.