L'huile d'olive et les dattes sauvent la mise !    Les meilleures femmes managers doivent se connaître    Une nette amélioration des revenus    A quand la fin des maux ?    De l'argent jeté par les fenêtres !...    «Mettre de l'ordre dans la maison»    Fatales erreurs d'impression    Ces «autonomes» qui décident de partir    La grogne des serveurs    Demain se dessine aujourd'hui    «Moi plusieurs, paroles en scène»    Khadija Souissi n'est plus    Tunisie [Vidéo + Photos]: Affaire de Saber Lajili, le collectif des avocats de la défense donne les derniers développements    Dhia Khaled, ambassadeur de Tunisie à Pékin : Le sommet de Beijing 2018 sera un nouveau point de départ du partenariat Chine-Afrique    «Construire la sécurité en Tunisie», une réflexion originale sur la politique de sécurité nationale    Deux projets phares du partenariat militaire tuniso-canadien    Donald Blome proposé au poste de nouveau ambassadeur des Etats-Unis    La Tunisie répond aux accusations du premier ministre italien    Tunisie [Vidéo + Photos]: Prix des moutons à la pesée, avis partagés des citoyens    Le chef de service du CHU de Sfax démissionne à cause de la ‘dégradation de l'hôpital'    En chiffres : La prédominance économique de la France en Afrique diminue    Tunisie: Nomination d'un nouveau porte-parole du ministère de la Défense    Turquie/Etats-Unis: L'escalade de la guerre commerciale se poursuit entre les deux pays    La représentation du spectacle Peur(s) de Jalila Baccar et Fadhel Jaïbi au Festival International de Hammamet est annulée    Lionel Messi ne veut pas jouer avec l'Argentine en septembre    L'EST, le CSS et l'ESS, devraient passer au prochain tour    Le joueur malien , Diakité signe pour 3 ans    Des associations tunisiennes en France soutiennent la COLIBE    Les partis ne valent rien sans la confiance des électeurs    Chahed rend visite au port de Radés et donne le TOP au démarrage du processus de gestion intelligente TOS et du processus Smart Gate    Diffusion des matchs du championnat de foot espagnol en streaming et gratuitement via Facebook dans les pays suivants    Progression de 20,2% du PNB global des banques cotées en Bourse    La bonne blague...    L'importance de la Bibliothèque scolaire dans l'acte éducatif    Projet de renforcement du programme de la surveillance et de lutte contre la grippe    Hausse des échanges, selon le FMI    Je t'aime moi non plus... !    Ligue 1 (J1): Programme Tv de ce weekend    LdC Afrique: La liste finale de l'Etoile du Sahel    Le film "Regarde-moi" de Néjib Belkadhi dans la sélection officielle du Toronto Film Festival TIFF 2018    Plus de nouvelles, bonnes nouvelles?    Hassen Dahmani enchante le public    Un mélange de tristesse, de nostalgie et de sentiments    Erdogan déçu de « l'ingratitude » du prince Tamim du Qatar    «Les ponts de la Tunisie»    Le Smig de la citoyenneté    Le ministre italien de l'Intérieur Matteo Salvini a commenté sur Twitter l'arrestation de 9 takfiristes alors qu'ils se rendaient en Italie à bord d'un pneumatique    La Turquie n'est pas le ‘miracle économique' qu'on croyait, c'est plutôt un pays ‘fragile et déséquilibré'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Charmoula, le poisson salé et le pain à Sfax
Aïd - Les spécificités des régions
Publié dans Le Temps le 14 - 10 - 2007

Les jours de l'Aïd El Fitr, trois éléments de base constituaient l'alimentation des familles sfaxiennes dans le temps : la " charmoula ", sorte de marmelade à base de raisins secs et d'oignons accompagnée de l'inséparable poisson salé, le pain de l'Aïd et le " Makroudh ".
Avec l'évolution des goûts qui accompagne les mutations sociales et l'amélioration du niveau de vie, si les deux premiers survivent encore, le Makroudh, lui, a été détrôné depuis belle lurette par d'autres douceurs au goût du jour, qui à leur tour connaissent un raffinement de plus en plus marqué aussi bien dans leur composition, leur arôme que du point de vue esthétique, toujours dans une quête constante de flatter le regard et le palais de consommateurs de plus en plus gagnés par le snobisme.

La Charmoula
Selon le professeur Ali Zouari, historien et chercheur, le vocable Charmoula désigne un plat qu'avait connu Tunis et que connaissent encore les villes de Monastir, Jerba et Sfax , quoique actuellement, le nom évoque presque exclusivement la Capitale du Sud.

A l'origine, il y avait deux versions la Charmoula actuelle et la Charmoula crue . Cette dernière était un mélange de jus de raisins secs très sucrés de la variété " zbib asli ", provenant d'une vigne cultivée à Sfax et à Jerba, arrrosée de vinaigre et assaisonnée de poudre de carvi avec un peu d'huile d'olive. La charmoula crue est encore consommée par certaines personnes âgées, encore attachées à ce mode de préparation.

Par contre la Charmoula cuite, actuellement répandue, est une sorte de marmelade à base de raisin sec, d'oignons assaisonnés d'ingrédients et d'arômes tels le clou de girofle, le bouton de rose, la cannelle, le grain de cubèbe. La préparation en est simple : on fait roussir de petits morceaux d'oignons dans de l'huile puis on arrose avec du jus de raisin et on parfume avec les épices citées. Après quoi, on laisse mijoter à petit feu. Le jour de l'Aïd, le mets est servi avec du poisson salé.

Le poisson salé
Par le passé, le salage du poisson était la technique la plus appropriée de conservation. A Sfax, il y avait le " Marraj ", du poisson salé et séché, tout comme le poulpe, une sorte de " kaddid ", que l'on consommait en hiver, saison des tempêtes, peu favorable à la sortie des embarcations de pêche. Le " Marraj " était trempé dans de l'eau avant d'être grillé. Le poisson salé, apprêté pour l'Aid, soit particulièrement des espèces de grosse taille comme la liche (chalbout),le rouget (mellou),le corbeau, le mérou (mennani ), le loup ( karous)etc..devait être frais. Après l'avoir éviscéré et bien nettoyé, on procédait au salage. La veille de l'Aid, on le faisait cuire à plusieurs reprises tout en veillant à changer l'eau de cuisson. D'ailleurs, fait important,à mentionner " Le poisson salé de l'Aid était exporté vers Alexandrie", précise notre interlocuteur.

Le pain de l'Aid
Le pain de l'Aid quant à lui est d'origine andalouse. Si de nos jours, il est fabriqué à partir de semoule de blé dur ou de farine et commercialisé dans les boulangeries, autrefois, par contre, il était fait de semoule de blé dur et pétri à domicile par les femmes lors de veillées remarquables, dans une ambiance où se mêlaient décontraction et concentration. Chacune des pétrisseuses mettait beaucoup d'ardeur, d'énergie et de soin à malaxer sa part de semoule. Une fois le pétrissage au point, les boules de pâtes sont malaxées ensemble de façon à former un seul pain qui suffit à nourrir une quinzaine de personnes. Orné de ligelle, de grains de sésame et d'une autre épice, il était confié au boulanger du coin. Levé à l'aide d'une levure " maison ", sa réussite,associant aussi le boulanger, était l'objet de fierté de toute la compagnie de femmes qui avaient mis la main à la pâte et qui étaient vivement congratulées pour leur petit chef-d'œuvre, bien doré, appétissant et parfumé.

Le Makroudh
A l'origine, on l'appelait " el makroudh lasmar ". Après l'avoir pétri convenablement on en faisait des colombins, sortes de boudins farcis soit de pâtes d'amandes sucrées soit de dattes plus de la pâte d'amandes sucrées. Orné à l'aide d'un moule , il était ensuite découpé en losanges. Par la suite, il était frit, égoutté et soit saupoudré de sucre soit trempé dans un bain de miel domestique à base de sucre, d'eau et de citron. Le " makroudh lasmar " a donné son nom à d'autres homonymes de la pâtisserie tradtionnelle sfaxienne soit le " makroudh labiadh ", à base de semoule de blé dur, ou le " makroudh drôo ", à base de sorgho.

C'est par la suite que sont venues les autres pâtisseries raffinées d'origine turque comme la baklaoua. Cette dernière, jadis fabriquée à base de sucre, de farine et de pâte d'amandes, a tendance à être composée, signe de raffinement, de pignon ou de noisette.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.