Tunisie – AUDIO : Les élections seront reportées à cause du projet d'amendement de la loi électorale    Tunisie – Pour quels candidats et quels partis les tunisiens ne vont pas voter ?    Ligue 1 : L'ESS assure l'Afrique, le SG relégué et le Champion encore battu    Tunisie – Hamdi Meddeb et Wadii El Jary chez le ministre de la Justice    Tunisie – Kebili : Un incendie dans une palmeraie : 25 palmiers dattiers brûlés    Tunisie – VIDEO : Sami Fehri prétend avoir acheté 49% des parts d'Attassiaa… La direction de celle-ci dément    En vidéos : Parc d'activités à Zarzis, un pôle économique majeur de La Méditerranée est né    Aujourd'hui, dernier délai pour l'inscription aux élections 2019    La Tunisie remonte à la 25ème place dans le classement FIFA    Après l'incarcération des 2 Premiers ministres algériens Ouyahia et Sellal, les anciens hauts responsables ont la peur au ventre    ESS-CA : un Classique pour l'Afrique    Six orphelins de djihadistes de l'EI rapatriés en Belgique    Sonia Ben Cheikh et Abdelkrim Zbidi supervisent la clôture de la saison sportive militaire    Devant la mascarade survenue à l'ARP : Nabil Karoui est plus que jamais attaché à son droit constitutionnel de se présenter aux élections    Tunisie: Le ministère de l'Intérieur annonce un nouveau plan contre la migration clandestine    Météo: Prévisions pour samedi 15 juin 2019    Le marketing d'influence, quand Instagram rapporte des sous !    Levée par la CAF de la suspension de 6 mois infligée à l'arbitre égyptien Jihad Greisha : il n'y avait donc pas d'arbitrage partial en faveur de l'EST à Rabat !    Pétroliers attaqués : Washington accuse Téhéran, qui dément    MEDIA LOVES TECH est de retour pour une deuxième édition!    Smartfuture, partenaire de Microsoft et représentant officiel de Certiport en Tunisie, organise le Championnat Microsoft Office Specialist Tunisie 2019    Tunisie: Soutien de Nidaa Tounes à Nabil Karoui, “pourquoi pas”, répond Néji jalloul    Rencontre-débat : Violations des droits de l'Homme le long des frontières extérieures de l'UE au Sahel    Dabchy, la seule startup Tunisienne qui participe au programme d'accélération Womentum 2019    Programme TV du vendredi 14 juin    Tunisie – Bac 2019 : Examens des Maths des sections Techniques,Economie, Sciences Exp. et Sport    Festival International De Poésie de Sidi Bou Saïd 2019 du 14 au 16 juin    Bac 2019, des sanctions plus sévères contre les fraudeurs à partir d'aujourd'hui    Classement FIFA : La Tunisie gagne trois places (25e)    En vidéo: Attijari Bank et la compagnie maritime GNV signent une convention de partenariat en faveur des Tunisiens Résidant à l'Etranger    Championnat d'Angleterre : Les dates des chocs de la saison 2019-2020    Tunisie : La HAICA appelle Nessma TV à suspendre immédiatement la transmission    Tunisie – Météo : Températures en hausse atteignant 46 degrés sur le sud avec coups de Sirocco    Attaques de deux pétroliers en mer d'Oman-Washington accusée de “sabotage diplomatique”    « Boulevard Paris 13 », ou le premier Louvre du Street Art conçu par le franco-tunisien Mehdi Ben Cheikh    L'arrivée des armes et la présence des terroristes en Libye dénoncées par la Tunisie, l'Algérie et l'Egypte    BardoFest du 19 au 30 juin 2019 avec du théâtre, du cinéma et du jazz (Programme)    TTS accueille le premier vol charter touristique via Iraqi Airways de retour en Tunisie depuis 28 ans    Le blocage de la transition démocratique en Tunisie impactera la région, déclare Jean Pierre Raffarin    Tunisie: Approbation par le FMI d'un versement de 247 millions de dollars    Tunisair Express et Tunisie Telecom, une confiance renouvelée    Arabie Saoudite : IMAGES : 26 blessés par un missile des houthis qui a frappé l'aéroport d'Abha au sud du Royaume    Organisé par Le Pont Genève, huit maires tunisiens en voyage d'échange en Suisse    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition du TABARKA SKY LANTERN FESTIVAL    Le producteur de musique Jamel Saibi victime d'un sérieux accident    L'association Jeunesse et Horizons, en partenariat avec la Fondation Orange, organise la 5ème édition duTABARKA SKY LANTERN FESTIVAL «حلمة »    Lancement des travaux de restauration du site archéologique d'Oudhna (Photos)    Le Maréchal Haftar remet à l'Egypte le terroriste égyptien le plus recherché, Hicham el-Achmawy arrêté à Derna en octobre 2018    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Charmoula, le poisson salé et le pain à Sfax
Aïd - Les spécificités des régions
Publié dans Le Temps le 14 - 10 - 2007

Les jours de l'Aïd El Fitr, trois éléments de base constituaient l'alimentation des familles sfaxiennes dans le temps : la " charmoula ", sorte de marmelade à base de raisins secs et d'oignons accompagnée de l'inséparable poisson salé, le pain de l'Aïd et le " Makroudh ".
Avec l'évolution des goûts qui accompagne les mutations sociales et l'amélioration du niveau de vie, si les deux premiers survivent encore, le Makroudh, lui, a été détrôné depuis belle lurette par d'autres douceurs au goût du jour, qui à leur tour connaissent un raffinement de plus en plus marqué aussi bien dans leur composition, leur arôme que du point de vue esthétique, toujours dans une quête constante de flatter le regard et le palais de consommateurs de plus en plus gagnés par le snobisme.

La Charmoula
Selon le professeur Ali Zouari, historien et chercheur, le vocable Charmoula désigne un plat qu'avait connu Tunis et que connaissent encore les villes de Monastir, Jerba et Sfax , quoique actuellement, le nom évoque presque exclusivement la Capitale du Sud.

A l'origine, il y avait deux versions la Charmoula actuelle et la Charmoula crue . Cette dernière était un mélange de jus de raisins secs très sucrés de la variété " zbib asli ", provenant d'une vigne cultivée à Sfax et à Jerba, arrrosée de vinaigre et assaisonnée de poudre de carvi avec un peu d'huile d'olive. La charmoula crue est encore consommée par certaines personnes âgées, encore attachées à ce mode de préparation.

Par contre la Charmoula cuite, actuellement répandue, est une sorte de marmelade à base de raisin sec, d'oignons assaisonnés d'ingrédients et d'arômes tels le clou de girofle, le bouton de rose, la cannelle, le grain de cubèbe. La préparation en est simple : on fait roussir de petits morceaux d'oignons dans de l'huile puis on arrose avec du jus de raisin et on parfume avec les épices citées. Après quoi, on laisse mijoter à petit feu. Le jour de l'Aïd, le mets est servi avec du poisson salé.

Le poisson salé
Par le passé, le salage du poisson était la technique la plus appropriée de conservation. A Sfax, il y avait le " Marraj ", du poisson salé et séché, tout comme le poulpe, une sorte de " kaddid ", que l'on consommait en hiver, saison des tempêtes, peu favorable à la sortie des embarcations de pêche. Le " Marraj " était trempé dans de l'eau avant d'être grillé. Le poisson salé, apprêté pour l'Aid, soit particulièrement des espèces de grosse taille comme la liche (chalbout),le rouget (mellou),le corbeau, le mérou (mennani ), le loup ( karous)etc..devait être frais. Après l'avoir éviscéré et bien nettoyé, on procédait au salage. La veille de l'Aid, on le faisait cuire à plusieurs reprises tout en veillant à changer l'eau de cuisson. D'ailleurs, fait important,à mentionner " Le poisson salé de l'Aid était exporté vers Alexandrie", précise notre interlocuteur.

Le pain de l'Aid
Le pain de l'Aid quant à lui est d'origine andalouse. Si de nos jours, il est fabriqué à partir de semoule de blé dur ou de farine et commercialisé dans les boulangeries, autrefois, par contre, il était fait de semoule de blé dur et pétri à domicile par les femmes lors de veillées remarquables, dans une ambiance où se mêlaient décontraction et concentration. Chacune des pétrisseuses mettait beaucoup d'ardeur, d'énergie et de soin à malaxer sa part de semoule. Une fois le pétrissage au point, les boules de pâtes sont malaxées ensemble de façon à former un seul pain qui suffit à nourrir une quinzaine de personnes. Orné de ligelle, de grains de sésame et d'une autre épice, il était confié au boulanger du coin. Levé à l'aide d'une levure " maison ", sa réussite,associant aussi le boulanger, était l'objet de fierté de toute la compagnie de femmes qui avaient mis la main à la pâte et qui étaient vivement congratulées pour leur petit chef-d'œuvre, bien doré, appétissant et parfumé.

Le Makroudh
A l'origine, on l'appelait " el makroudh lasmar ". Après l'avoir pétri convenablement on en faisait des colombins, sortes de boudins farcis soit de pâtes d'amandes sucrées soit de dattes plus de la pâte d'amandes sucrées. Orné à l'aide d'un moule , il était ensuite découpé en losanges. Par la suite, il était frit, égoutté et soit saupoudré de sucre soit trempé dans un bain de miel domestique à base de sucre, d'eau et de citron. Le " makroudh lasmar " a donné son nom à d'autres homonymes de la pâtisserie tradtionnelle sfaxienne soit le " makroudh labiadh ", à base de semoule de blé dur, ou le " makroudh drôo ", à base de sorgho.

C'est par la suite que sont venues les autres pâtisseries raffinées d'origine turque comme la baklaoua. Cette dernière, jadis fabriquée à base de sucre, de farine et de pâte d'amandes, a tendance à être composée, signe de raffinement, de pignon ou de noisette.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.