En vidéo : L'ouverture du 1er Centre MIDAS en Tunisie en Partenariat avec OLA ENERGY    Tunisie-Ligue 1: Classement général avant les matches de samedi    Tunisie [Vidéo]: Réaction du ministre de la Culture à la destruction d'un partie des aqueducs romains    Plusieurs arrestations lors des campagnes sécuritaires à Sfax et Ben Arous    Programme TV du samedi 20 octobre    Insolite : La ville de New York fête son 1er week-end sans fusillade, depuis un quart de siècle    8 routes toujours coupées suite aux intempéries    L'INM met en garde les automobilistes contre le brouillard    L'Association des femmes démocrates pour un traitement sérieux du dossier des assassinats politiques    Tunisie: Le ministère de l'Intérieur recherche quatre terroristes    Tunisie – Pont écroulé à Mejel Bel Abbes : Le député Lotfi Ali réfute les accusations de Samia Abbou    Annonce de la mort de Khashogji : Réaction américaine mitigée    Super Globe 2018 : la formation tunisienne de l'AS Hammamet termine à la 6e place    L'Arabie Saoudite reconnait la mort de Khashogji dans son consulat à Istanbul « dans une bagarre »    Météo: Prévisions pour samedi 20 octobre 2018    Tunisie – vers une majoration des tarifs des transports    Jmel incertain, Abderrazek apte pour le service    A quoi jouent nos décideurs ?    Opération séduction des golfeurs au salon de Ljubljana    De Gdansk à La Goulette    Ils seront, finalement, 40 mille au rendez-vous    Les retraités se mobilisent contre l'amendement de l'article 37    L'absence d'entretien crée les gros dégâts    Retour des Internationaux, absence des étrangers    NESCAFE COMEDY SHOW, SAISON 5    Lancement du projet EDJEF, « des emplois décents pour les jeunes et les femmes », 2018-2020    Mohamed Fadhel Abdelkefi à nouveau inculpé    Tunisair célèbre son 70ème anniversaire avec des actions promotionnelles et un programme de communication riche    Tennis : Ons Jabeur se qualifie pour la finale du tournoi Kremlin Cup    En photos:Le lancement d'une nouvelle édition du Challenge Startupper de l'Année par Total en Afrique    La Tunisie remporte le Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2018    Les forces navales en présence en Méditerranée: Facteur de rapprochement ou de conflictualité des Etats ?    Foire Nationale du Livre Tunisien : 1ère édition du 19 au 28 octobre 2018 (Programme culturel)    Ce que vous devez savoir sur le Projet de Budget de l'Etat 2019    L'Agriculture tunisienne, est-elle prête pour le libre-échange avec l'Europe ?    Une réunion ‘5 + 5' prévue ce vendredi concernant les négociations autour de l'augmentation des salaires dans le secteur public    Plus de 300 entrepreneurs au CEED Global Conférence 2018    Le Niqab (voile intégral) est désormais interdit sur les lieux du travail en Algérie    Tunisie: Les professionnels du lait appellent le gouvernement à soutenir la production au lieu de subventionner le prix    Tunisie: Des inscriptions d'un groupe salafiste sur le mur d'une maison à Hammamet sèment la frayeur    MEGARA CHALLENGE 2018 : Tunis capitale internationale des smart cities    Découvrez la liste complète des films en compétition officielle des JCC    Tunisie [Vidéo + Photos]: Priorités des JCC 2018 avec 207 films de 47 pays programmés    “Ré-Existence”, de Nawel Skandrani à la Cité De La Culture à Tunis    La dérive xénophobe italienne: quelques réflexions sur le présent et le devenir de la diaspora tunisienne.    Le Trio "3:0" entre classique et contemporain    Tunisie – Dernière minute : Le pilote du F 5 crashé retrouvé sain et sauf    Jamal Khashoggi aurait été découpé vivant par un médecin qui écoutait de la musique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Charmoula, le poisson salé et le pain à Sfax
Aïd - Les spécificités des régions
Publié dans Le Temps le 14 - 10 - 2007

Les jours de l'Aïd El Fitr, trois éléments de base constituaient l'alimentation des familles sfaxiennes dans le temps : la " charmoula ", sorte de marmelade à base de raisins secs et d'oignons accompagnée de l'inséparable poisson salé, le pain de l'Aïd et le " Makroudh ".
Avec l'évolution des goûts qui accompagne les mutations sociales et l'amélioration du niveau de vie, si les deux premiers survivent encore, le Makroudh, lui, a été détrôné depuis belle lurette par d'autres douceurs au goût du jour, qui à leur tour connaissent un raffinement de plus en plus marqué aussi bien dans leur composition, leur arôme que du point de vue esthétique, toujours dans une quête constante de flatter le regard et le palais de consommateurs de plus en plus gagnés par le snobisme.

La Charmoula
Selon le professeur Ali Zouari, historien et chercheur, le vocable Charmoula désigne un plat qu'avait connu Tunis et que connaissent encore les villes de Monastir, Jerba et Sfax , quoique actuellement, le nom évoque presque exclusivement la Capitale du Sud.

A l'origine, il y avait deux versions la Charmoula actuelle et la Charmoula crue . Cette dernière était un mélange de jus de raisins secs très sucrés de la variété " zbib asli ", provenant d'une vigne cultivée à Sfax et à Jerba, arrrosée de vinaigre et assaisonnée de poudre de carvi avec un peu d'huile d'olive. La charmoula crue est encore consommée par certaines personnes âgées, encore attachées à ce mode de préparation.

Par contre la Charmoula cuite, actuellement répandue, est une sorte de marmelade à base de raisin sec, d'oignons assaisonnés d'ingrédients et d'arômes tels le clou de girofle, le bouton de rose, la cannelle, le grain de cubèbe. La préparation en est simple : on fait roussir de petits morceaux d'oignons dans de l'huile puis on arrose avec du jus de raisin et on parfume avec les épices citées. Après quoi, on laisse mijoter à petit feu. Le jour de l'Aïd, le mets est servi avec du poisson salé.

Le poisson salé
Par le passé, le salage du poisson était la technique la plus appropriée de conservation. A Sfax, il y avait le " Marraj ", du poisson salé et séché, tout comme le poulpe, une sorte de " kaddid ", que l'on consommait en hiver, saison des tempêtes, peu favorable à la sortie des embarcations de pêche. Le " Marraj " était trempé dans de l'eau avant d'être grillé. Le poisson salé, apprêté pour l'Aid, soit particulièrement des espèces de grosse taille comme la liche (chalbout),le rouget (mellou),le corbeau, le mérou (mennani ), le loup ( karous)etc..devait être frais. Après l'avoir éviscéré et bien nettoyé, on procédait au salage. La veille de l'Aid, on le faisait cuire à plusieurs reprises tout en veillant à changer l'eau de cuisson. D'ailleurs, fait important,à mentionner " Le poisson salé de l'Aid était exporté vers Alexandrie", précise notre interlocuteur.

Le pain de l'Aid
Le pain de l'Aid quant à lui est d'origine andalouse. Si de nos jours, il est fabriqué à partir de semoule de blé dur ou de farine et commercialisé dans les boulangeries, autrefois, par contre, il était fait de semoule de blé dur et pétri à domicile par les femmes lors de veillées remarquables, dans une ambiance où se mêlaient décontraction et concentration. Chacune des pétrisseuses mettait beaucoup d'ardeur, d'énergie et de soin à malaxer sa part de semoule. Une fois le pétrissage au point, les boules de pâtes sont malaxées ensemble de façon à former un seul pain qui suffit à nourrir une quinzaine de personnes. Orné de ligelle, de grains de sésame et d'une autre épice, il était confié au boulanger du coin. Levé à l'aide d'une levure " maison ", sa réussite,associant aussi le boulanger, était l'objet de fierté de toute la compagnie de femmes qui avaient mis la main à la pâte et qui étaient vivement congratulées pour leur petit chef-d'œuvre, bien doré, appétissant et parfumé.

Le Makroudh
A l'origine, on l'appelait " el makroudh lasmar ". Après l'avoir pétri convenablement on en faisait des colombins, sortes de boudins farcis soit de pâtes d'amandes sucrées soit de dattes plus de la pâte d'amandes sucrées. Orné à l'aide d'un moule , il était ensuite découpé en losanges. Par la suite, il était frit, égoutté et soit saupoudré de sucre soit trempé dans un bain de miel domestique à base de sucre, d'eau et de citron. Le " makroudh lasmar " a donné son nom à d'autres homonymes de la pâtisserie tradtionnelle sfaxienne soit le " makroudh labiadh ", à base de semoule de blé dur, ou le " makroudh drôo ", à base de sorgho.

C'est par la suite que sont venues les autres pâtisseries raffinées d'origine turque comme la baklaoua. Cette dernière, jadis fabriquée à base de sucre, de farine et de pâte d'amandes, a tendance à être composée, signe de raffinement, de pignon ou de noisette.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.