Korchid : ''L'une des erreurs de Kais Saied...c'est Nadia Akacha''    Tunisair suspend ses vols à destination et en provenance du Burkina Faso    Kaïs Saïed souhaiterait appliquer un modèle proche du Velayet-e faqih iranien, selon Hatem Mliki    CAN 2021 – EN : deux nouveaux cas Covid !!    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 25 Janvier 2022 à 11H00    Tunisie-coronavirus : Vers le durcissement des mesures sanitaires ?    Tunisie – météo : Températures en légère baisse et pluies attendues    Béja: 42 nouvelles contaminations en milieu scolaire    Tunisie-coronavirus : Vers la levée du couvre-feu ? La réponse    "Mes mots pour le dire", nouveau concours vidéo francophone international    Affaire Béchir Akermi : La justice de nouveau dans la tourmente !    teste    CONDOLEANCES : Jamel ACHOUR    STA en bourse : visa du CMF obtenu, souscriptions à partir du 21 février 2022 au prix de 17 D l'action    Un délinquant poignarde trois personnes à la station Intilaka : Grosse frayeur à bord d'un métro de la Transtu    Coronavirus : Du nouveau concernant Omicron    Al-Koweit : Khenissi réussit un triplé    Centenaire du cinéma tunisien : Zoom sur un pionnier nommé Albert Samama Chikly    Ce que pense un ancien ambassadeur des USA de la démission de Nadia Akacha    Mekki : Saied s'est opposé au placement en résidence surveillée de Ghannouchi    Makrem Lagguem accuse tout le monde de corruption    Pourquoi? | Avec de la volonté    Des entreprises américaines souhaitent investir en Tunisie, assure Donald Blome    Hatem Mliki: Ce qu'a fait Saied, ''c'est la honte''    Tozeur : Bientôt une zone irriguée à El Hamma de Djerid    La Banque mondiale s'attend à un ralentissement de l'économie tunisienne    CAN 2022 – Maroc vs Malawi : Sur quelle chaîne et à quelle heure regarder le match en direct ?    Prix au marché municipal de Gafsa [Vidéo]    Les dirigeants de l'UGTT et les enseignants vacataires s'assoient aujourd'hui autour de la même table    La censure des commentaires a frappé aussi le ministère des Sports !!    La date de remise des échantillons de l'édition 2022 du prix de meilleure huile d'olive reportée au 30 janvier    Gordon Gray commente la démission de Nadia Akacha et parle des causes probables de cette décision    Watford : l'entraîneur Claudio Ranieri limogé    Matériel informatique et télétravail : Comment réduire la consommation d'énergie ?    Risques mondiaux : Les inquiétudes pour l'avenir persistent    Contrepoint | Le mal et l'issue...    Abid Briki: Nous soutenons les mesures prises par Saied    Assurances | M.A.E : Une première !    BNA Bank : Performances records et dynamique de croissance confirmée    Ukraine : les USA évacuent livrant le pays à Poutine, l'UE spectatrice    Pièce "Hend, le prince de Djerjer" d'IZA LOU mise en scène par Jean-Luc Garcia à EL TEATRO Tunis    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie sur l'échiquier numérique mondial : une opportunité à saisir
Publié dans L'expert le 20 - 05 - 2021

La souveraineté numérique est désormais une condition essentielle pour le développement des nations. Les pays du sud de la Méditerranée font face aujourd'hui à un besoin accru de promotion de leur souveraineté numérique par l'hébergement de la data africaine sur le territoire africain. « African Digital Hub » est un projet ambitieux qui va tirer profit du positionnement géographique et géo-numérique de la Tunisie, au centre du monde et au centre de la méditerranée, pour créer un hub numérique mondial.

Le marché des câbles sous-marin a le vent en poupe. Aujourd'hui, 450 à 500 câbles sont en service dans le monde entier, soit 1 million 200 mille kilomètres de câbles posés au fond des mers pour interconnecter les continents et les pays du monde entier. Il existe une grande diversité en taille et en capacité. Ces installations assurent des dizaines de millions de connexions simultanées. Pratiquement, 99% des flux intercontinentaux passent par les câbles sous-marins. En termes de capacité et de coût, les réseaux sous-marins offrent la solution la plus pertinente pour pouvoir se connecter. Ils constituent la colonne vertébrale de la connectivité internationale.

Beaucoup de mal à répondre à la demande de connectivité
Selon Damien Bertrand, Expert en connectivité, « le secteur des câbles sous-marin est en plein essor. Aujourd'hui, il y a une forte demande de connectivité que les géants mondiaux de fabrication de câbles sous-marin à savoir Alcatel Submarine Networks (ASN), SubCom, NEC et HMN ne peuvent pas y répondre. Le développement technologique et l'accroissement exponentiel des objets connectés mettent le réseau Internet sous pression ».
Il est utile de mentionner que ASN, SubCom, NEC et HMN se partagent aujourd'hui le marché des câbles sous-marin avec des parts divers. ASN et SubCom ont chacun 40% de parts de marché alors que NEC et HMN se partagent le reste.
1. Betrand a ajouté « Une évolution extrêmement rapide a été également recensée coté opérateur. Au cours des 6 dernières années, le volume des câbles s'est rapidement développé. Auparavant, il y a les opérateurs traditionnels comme Tunisie Telecom, Orange et Telecom Italia qui avaient leurs propres câbles. Ces opérateurs détiennent aujourd'hui 1/3 des réseaux sous-marins à travers le monde. Les OTT, Amazon, Google et Facebook ont fait également un peu près de 1/3 de câbles existants alors qu'ils étaient à zéro il y a 6 ans. Il y a aussi les opérateurs neutres de câbles sous-marin mutualisés qui font aussi 1/3 des câbles Internet mondiaux » .

Une opportunité pour placer la Tunisie sur la carte numérique mondiale
Située le plus au nord de l'Afrique avec une large ouverture sur la Méditerranée, la Tunisie, à travers la ville de Bizerte, est naturellement favorable pour faire atterrir des câbles sous-marins.
Selon Damien Bertrand » La chance de la Tunisie, c'est sa position géographique et stratégique au cœur de la méditerranée. Ce pays a aujourd'hui une forte opportunité pour héberger un port numérique et devenir l'un des hubs incontournables du réseau mondial internet. Il y a aussi la géographie sous-marine qui fait que tous les câbles de la méditerranée passent entre la Sicile et la Tunisie. Même au niveau des fonds sous-marins, la ville de Bizerte est naturellement favorable pour être un point d'atterrissage des câbles ».
Il a ainsi souligné » Il y a aujourd'hui des initiatives pour profiter du positionnement de la Tunisie et renforcer sa connectivité. « African Digital Hub » est l'un des projets ambitieux qui visent à connecter l'Afrique avec le reste du monde à travers ce qu'on appelle les points cardinaux numériques. A travers ce projet, la Tunisie pourrait renforcer sa position numérique à l'échelle nationale et internationale ».
Il a expliqué « le pays est aujourd'hui sur le câble SEA-ME-WE4 mis en service en 2005 qui vient d'extrême orient et finit à Marseille. Il a un atterrissage à Bizerte. Donc là, on a 16 membres de consortium, 20 mille kilomètres de long et deux pairs de fibre et la capacité est partagée entre tous les membres. Rajouter de la capacité pour satisfaire la demande croissante de connectivité coûtera relativement plus cher que de remplacer les câbles existants. La durée de vie des câbles sous-marin est estimée à 25 ans. Les câbles mis dans l'eau depuis 10 à 15 ans technologiquement peuvent être dépassés parce que l'évolution est très rapide. Le remplacement des câbles existants est donc la solution la plus pertinente en termes de capacité et de coût. C'est le choix qui va impacter la prochaine génération en Tunisie ».
Et d'ajouter « A l'échelle internationale, la Tunisie, à travers « African Digital Hub », devrait jouer un rôle de Gateway Nord de l'Afrique du Futur souveraine et autonome. Et Bizerte devrait être la première pierre de l'édifice. La Tunisie a des atouts clairs et a cette opportunité qui est à prendre. Ce qu'il faut maintenant, c'est arrivé à décider, à avancer, à passer en mode projet et à être présent sur la carte numérique des câbles sous-marin de la méditerranée. Plus tôt c'est fait, plus c'est probable que la Tunisie joue ce rôle « .
1. Bertrand a évoqué l'expérience de Marseille en tant que l'un des plus importants points d'atterrissage de câbles sous-marin à l'échelle européenne et internationale.
« Le port numérique de Marseille représente aujourd'hui autant de business que le port traditionnel. Son impact économique est estimé à 8 milliards de dollars, soit l'équivalent de l'impact économique du port traditionnel. Grâce à cette nouvelle activité, la ville française a réussi à doubler son port. On est aujourd'hui à 14 câbles numériques à Marseille. Mais dans la communication, on a besoin de la diversité. Il y a naturellement deux villes qui vont permettre cette diversité ; Gènes en Italie et Barcelone en Espagne qui sont en train de monter en puissance. Alors, ce qu'on voit, que les flux de la Data se sont dirigés de l'Europe du nord (premier câble sous-marin reliait l'Angleterre à Paris) vers le sud. La prochaine étape, ce sera de traverser la méditerranée. C'est l'Afrique du nord, et plus particulièrement la Tunisie, qui devrait jouer ce rôle et prendre sa place sur l'échiquier numérique mondial », conclut-il.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.