Scandaleux : Déversement des eaux polluées dans tous les barrages du nord-ouest    Les propriétaires des véhicules RS appelés à régulariser leurs situations au plus tard le 31 mars    Google célèbre la journée internationale des droits de la femme (Vidéo)    Enquête de la CPI sur les crimes commis par Israël depuis 2014 : L'intervention de la Cour de La Haye, ligne rouge pour Washington    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 08 Mars 2021 à 11H00    Représentativité des femmes dans les parlements : l'ARP est 77ème à l'échelle mondiale    La comédie musicale "Alice" en avant-première le 13 mars 2021 au Théâtre de l'Opéra    Le festival "Tricky Women" débarque pour la première fois en Tunisie    Ambassadeur Sahbi Basly : Un diplomate atypique, célébré (Album photo)    Houcine Benayada (ESS) convoqué en sélection algérienne    Souad Ben Abderrahim, maire de la Ville de Tunis, à La Presse : « 2.500 immeubles menaçant ruine représentent un réel danger ! »    Journée internationale de la femme : L'appel de la CGTT    La Tunisie croule sous les déchets : La campagne "Tunisie sans déchets" pourrait-elle faire la différence ?    Tunisie-Tunisair : Un atterrissage d'urgence d'un avion à destination de Lyon    Les indiscrétions d'Elyssa    D'un sport à l'autre | Khouloud Halimi met le cap sur l'Allemagne    Ligue 2 | 6e journée – Groupes 3 et 4 : Le réveil de l'ES Zarzis    Affaire CS Chebba : Le fait accompli !    Tunisie- 8 Mars: Une Journée internationale des droits des femmes sous le signe du coronavirus    Tunisie : Des associations et organisations revendiquent la libération de Rania Amdouni    Tunisie – Météo: Pluies éparses sur la plupart des régions    Les ministères du Tourisme et de l'Environnement la main dans la main pour la propreté    « Du pain et des roses » à l'origine de la journée internationale de la Femme    Najd Khalfaoui : Nadia Akacha fait usage de fuites !    18e Sommet de la Francophonie oblige, Djerba attire toutes les attentions    Un annuaire des associations oeuvrant dans le secteur de l'artisanat    Tunisie : Suspension des cours à Sbeitla, les précisions du gouverneur de Kasserine    Tunisie: Daily brief du 8 Mars 2021    Un droit fondamental, un devoir citoyen    Les projets bloqués dans le gouvernorat de Siliana discutés à La Kasbah    Les héros de l'opération Ben Guerdane : Le Colonel Mahjoubi, en première ligne    L'aéroport Djerba-Zarzis pourra bientôt accueillir les des gros avions    Le ministre des Affaires sociales félicite la femme tunisienne    Tunisie [Audio]: Déclaration après match Olympique de Béja et AS Rejiche    Covid-19 : 34 décès et 676 contaminations enregistrés le 6 mars 2021    Le nouveau cheval de bataille de l'Union pour la Méditerranée    Tunisie-Ligue 1 (J16): les matches de ce dimanche    M'Dinti, un GIE à La médina de Tunis: Pour une régénération urbaine    La transition immobile: Panorama haute définition de la décennie 2011-2020    Ibn Khaldoun très vite débarbouillé    Londres s'inquiète des recrutements d'adolescents    En Tunisie, une parodie de gouvernance    Un mort dans des manifs de soutien à l'opposant Ousmane Sonko    Nouveau volet de sanctions américaines    Othman Babba dans la ville    Arrestation d'un homme ivre dans un cimetière : le vrai du faux    Vernissage de la Biennale de l'art, exposition caritative sous le thème du " Pop Art "    L'OMS félicite le Maroc pour ses performances dans la campagne de vaccination    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perspectives économiques 2010-2011 pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord
Publié dans L'expert le 07 - 05 - 2010

La reprise économique progresse mieux que prévu, mais a des rythmes variables, timidement dans beaucoup de pays avancés et vigoureusement dans la plupart des pays émergents et en développement. La région Moyen-Orient et Afrique du Nord sort de la récession à cadence multiple.
Dans «le rapport sur la stabilité financière dans le monde» et «les perspectives de l'économie mondiale» édités par le Fonds Monétaire International (FMI) en avril 2010, les perspectives économiques varient d'un pays à l'autre, du fait des différents ensembles de forces qui les sous-tendent.
Plusieurs facteurs influent sur la reprise économique à la Région MOAN. Deux forces au moins lui donnent de l'élan. Premièrement, la hausse des cours des produits de base et la demande extérieure dopent la production et les exportations de nombreux pays. Deuxièmement, les programmes de dépenses publiques jouent un rôle majeur d'accompagnement de la reprise.
Dans quelques pays, elle est entravée par la fragilité du secteur financier et la faiblesse du marché immobilier (Emirats Arabes Unis, Koweït). La mollesse de la reprise en Europe pèse sur la croissance des exportations, les envois de fonds de l'étranger et les recettes du tourisme dans d'autres parties de la région MOAN (Maroc-Tunisie), bien que les données récentes indiquent une amélioration graduelle de ces flux.
Compte tenu de ces facteurs, les projections indiquent pour la région Moyen-Orient et Afrique du Nord un taux de croissance du PIB de 2% en 2010, qui passerait à 3% en 2011. Comme dans les autres régions les perspectives sont très différentes d'un pays à l'autre.
Le Qatar est le plus performant des pays exportateurs de pétrole: l'activité réelle est, d'après les projections, promise en 2010 à une croissance de 9%, tirée par l'expansion persistante de la production de gaz naturel et par de fortes dépenses d'investissement
En Arabie Saoudite et au Koweït, on attend une progression du PIB respective d'environ 4,5% et 3% soutenue cette année par des investissements publics considérables dans les infractructures.
Pour les Emirats Arabes Unis, les projections font état d'une croissance atone de 0,25% du fait d'une nouvelle contraction des secteurs liés à l'immobilier.
Parmi les pays importateurs de pétrole, l'Egypte devrait connaître une croissance de 0,75% à 4% en 2010 et de 2 à 5% en 2011 sous réserve que les exportations, le tourisme, les envois de fonds et les investissements directs étrangers continuent à progresser.
Une grande incertitude entrave ces perspectives, pour deux principales raisons. Premièrement, la croissance plus lente que prévu des pays avancés pourrait peser sur les cours des produits de base et le tourisme. Cela avait des effets négatifs sur les exportations, les soldes courants et budgétaires et la croissance de la région. Le second risque se rapporte aux effets de la crise de la dette de Dubaï World, dont les retombées économiques ont été limitées jusqu'à présent, mais dont le plein effet pourrait se faire sentir pendant quelque temps. Il est possible, en particulier que le réajustement du prix de la dette quasi-souveraine ait des effets durables sur les systèmes financiers, les entreprises et, plus généralement, l'activité économique dans cette zone.
La relance budgétaire a beaucoup contribué à amortir l'impact de la crise mondiale dans la région et à soutenir la reprise.
Les programmes d'investissements publics dans les infrastructures surtout, continueront à doper la demande intérieure à court terme dans beaucoup de pays de la région MOAN. Il conviendrait que ces mesures restent en place pour renforcer la reprise. Le niveau élevé de la dette limite toutefois la marge de relance budgétaire dans certains pays importateurs de pétrole.
Etant donné que les tensions inflationnistes restent sous contrôle, la politique monétaire doit continuer, si possible, à servir d'instrument de stabilisation conjoncturelle. Cela vaut pour les pays qui n'ont pas de régime d'ancrage monétaire (Egypte). Dans d'autre pays, dont la monnaie est fermement arrimée au dollar (EU) (Arabie Saoudite, Emirats Arabes Unis) et cela donne un essor approprié à l'activité.
Le soutien public aux systèmes financiers a contribué à circonscrire les fragilités et les débordements, surtout dans les pays membres du Conseil de Coopération du Golfe.
Malgré ces aides publiques, les banques de la région sont devenues plus prudentes, à la suite des récentes épisodes de difficultés financières induites par une forte correction des marchés immobiliers. Cela risque de diminuer les disponibilités de prêts bancaires et en fin de compte d'entraver la croissance du crédit.
Sur le plan des comptes extérieurs, les excédents courants de la région MOAN vont aller en croissant à mesure que la reprise s'affirmera. Plus précisément, l'excédent courant de la région dans son ensemble avait chuté de 7,5% du PIB à 1,25% du PIB en 2010. Mais la récente hausse des dépenses publiques dans les secteurs rééquilibrent la croissance de la région, ce qui aurait pour effet de réduire l'excédent courant. Il faut néanmoins poursuivre ces efforts de diversification, qui tourneront à l'avantage non seulement de la région MOAN, mais aussi de l'ensemble de l'économie mondiale.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.