Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le FMI prévoit de bonnes perspectives de croissance pour la Tunisie en 2010 et 2011
Publié dans Business News le 22 - 04 - 2010

Le Fonds monétaire international (FMI) vient de publier son rapport périodique sur "les perspectives de l'économie mondiale". Dans ses projections, il prévoit que la Tunisie poursuivra une croissance du PIB réel de 3,25 à 4% en 2010 et de 4,5 à 5% en 2011, sous réserve que les exportations, le tourisme, les envois de fonds et les investissements directs étrangers continuent à progresser.
Une grande incertitude entoure ces perspectives, principalement pour deux raisons. Premièrement, la croissance, plus lente que prévu des pays avancés, pourrait peser sur les cours des produits de base et le tourisme. Cela aurait des effets négatifs sur les exportations, les soldes courantes et budgétaires et la croissance de la région. Le second risque se rapporte aux suites de la crise de la dette de Dubai World dont les retombées économiques ont été limitées jusqu'à présent, mais dont le plein effet pourrait se faire sentir pendant quelque temps.
Concernant les prix à la consommation, les projections du Fond prédisent une croissance de 4,2% pour 2010 et de 3,5% pour 2011. Les prévisions relatives au solde extérieur courant atteignent -2,7% pour 2010 et -3% pour 2011.
Selon le rapport, «la région Moyen-Orient et Afrique du Nord (MENA) sort de la récession à bonne allure (…). Plusieurs facteurs influent sur la reprise économique de la région. Deux forces au moins lui donnent de l'élan. Premièrement, la hausse des cours des produits de base et la demande extérieure dopent la production et les exportations de nombreux pays. Deuxièmement, les programmes de dépenses publiques jouent un rôle majeur d'accompagnement de la reprise».
Le FMI estime le taux de croissance du PIB, pour la région Maghreb, à 4,2% en 2010, qui passerait à 4,7 % en 2011. Alors que pour le Mashreq (Egypte, Jordanie, Liban et Syrie), il s'attend à une croissance de 5% en 2010 et 5,4% en 2011.
Le Qatar est le plus performant des pays exportateurs de pétrole avec une croissance de 18,5%, promise en 2010 grâce à l'expansion persistante de la production de gaz naturel et par de fortes dépenses d'investissement.
Ainsi, le document explique que la relance budgétaire a beaucoup contribué à amortir l'impact de la crise mondiale dans la région et à soutenir la reprise. Les programmes d'investissements publics, dans les infrastructures surtout, continueront à doper la demande intérieure à court terme dans beaucoup de pays de la région MENA.
Le FMI souligne qu'«il conviendrait que ces mesures restent en place pour affermir la reprise. Le niveau élevé de la dette limite, toutefois, la marge de relance budgétaire dans certains pays importateurs de pétrole» et que «la politique monétaire doit continuer, si possible, à servir d'instrument de stabilisation conjoncturelle», étant donné que les tensions inflationnistes restent sous contrôle.
Malgré les aides publiques, les banques de la région sont devenues plus prudentes, à la suite des récents épisodes de difficultés financières induites par une forte correction des marchés immobiliers. Cela risque de diminuer les disponibilités de prêts bancaires et, en fin de compte, d'entraver la croissance du crédit.
Sur le plan des comptes extérieurs, les excédents courants de la région MENA iront crescendo à mesure que la reprise s'affermira. D'après les projections, ils devraient remonter à 5,25% du PIB en 2010. Mais la récente hausse des dépenses publiques dans les secteurs non liés à l'énergie devraient aider à diversifier l'activité au bénéfice de ces secteurs, rééquilibrant la croissance de la région, ce qui aurait pour effet de réduire l'excédent courant. «Il faut, néanmoins, poursuivre ces efforts de diversification qui tourneront à l'avantage non seulement de la région MENA, mais aussi de l'ensemble de l'économie mondiale», souligne le rapport.
La reprise économique mondiale progresse mieux que prévu, mais à des allures différentes, timidement dans beaucoup de pays avancés et vigoureusement dans la plupart des pays émergents et en développement, précise le FMI. Les prévisions tablent maintenant sur un taux de croissance mondiale de 4,25%.
Les Etats-Unis (parmi les pays avancés) ont pris un meilleur départ que l'Europe et le Japon alors que les pays asiatiques (parmi les pays émergents et en développement) sont en tête. Beaucoup de pays émergents d'Europe et quelques pays de la Communauté des Etats indépendants sont à la traîne.
Les pays qui ont bien redémarré resteront probablement les principaux moteurs de la reprise, car la croissance dans les autres pays est freinée par les dégâts durables qui ont été causés aux secteurs financiers et aux bilans des ménages. L'activité reste tributaire de politiques macroéconomiques très accommodantes et risque d'être révisée à la baisse, car des fragilités budgétaires sont apparues. I.N. (D’aprà ̈s rapport FMI)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.