L'industrie automobile frappée de plein fouet par le Coronavirus    En vidéo :Pendant une réunion secrète sur le S17, Mohamed Affes se filme et publie sur Facebook    Gouvernement de Fakhfakh : Ghannouchi rencontre les ministres d'Ennahdha    Un été torride annoncé en Tunisie    Selon Faycel Derbal: L'application des normes IFRS exige un nouveau texte de loi    Exposition : « Raffaello, le portraitiste », Reproduction en HD des plus célèbres portraits du peintre italien de la Renaissance    BakchicheLand, le dernier roman satirique de Abdelaziz Belkhodja    Coronavirus, trois italiens contaminés en Lombardie    Foot-Coupe de Tunisie : Programme des 16èmes de finale    Fakhfakh reçoit Karoui pour discuter des Règles du Jeu…    Le gouvernement Fakhfakh en chiffres : 15 portefeuilles pour des indépendants dont 6 femmes    Gouvernement Fakhfakh : Al Karama juge que le problème n'a pas été résolu    CONDOLEANCES    Ligue 2 : programme et arbitres de la 14e journée    Industries pharmaceutiques : La SIPHAT lutte pour retrouver une santé financière    Inclusion financière (I) : Privilégier les catégories marginalisées    Augmentation de capital de Carthage Cement : La souscription atteint 80%    De plus en plus de Libyens arrivent en Tunisie    Les priorités du nouveau gouvernement, selon Hichem Elloumi    En vidéo : Azza Filali lève le rideau sur son nouveau roman    Chemins de l'herméneutique : Le tournant heideggerien    «Queen & Slim» de Melina Matsoukas actuellement dans les salles : Le récit d'une cavale meurtrière    France | Décès de Jean Daniel à l'âge de 99 ans : Le 4e pouvoir perd l'une de ses plus belles plumes    Renouvellement de l'appel pour effectuer صلاة الاستسقاء    Siliana : Arrestation de l'un des agresseurs des 4 douaniers à Rouhia    Rien ne va plus à l'USM : La dégringolade!    Affaire terroriste de Mnihla : Peines allant de deux ans de prison à la perpétuité    Boxe | Tournoi qualificatif aux J.O de Tokyo : Tokyo via Dakar    Triathlon | Coupe d'Afrique : Cap sur le Zimbabwe    Au travail !    AGRICO.TN : Une place de marché agricole gratuite en Tunisie    La Tunisie condamne la double fusillade près de Francfort    Le stock de médicaments à la pharmacie centrale suffisant pour trois mois    Jean Daniel, le Tunisien, par Guy Sitbon    Vaccin anti-coronavirus : la Chine prévoit des tests sur l'homme dès avril    Décès d'un tunisien en Libye    Une maman filme la détresse de son fils pour dénoncer le harcèlement scolaire    Orange Tunisie et l'association SHANTI annoncent le lancement de la plateforme elmensej.tn de mise en valeur des produits des artisanes de la région de Nefta    Ligue des champions d'Asie/ Al Sadd : l'algérien Bounedjah suspendu 2 mois par l'AFC    Météo : brume et brouillard le matin    Wadii Jary renouvelle sa candidature pour la présidence de la FTF    Un grand ami de la Tunisie n'est plus    La justice suisse inculpe Nasser Al-Khelaïfi    Avec Eloquence, Mohamed Zinelabidine tire sa révérence    Découvert par les forces sécuritaires et militaires : Un camp de terroristes sur les hauteurs de Kasserine    Conférence de presse: Les droits humains des migrants, victimes des politiques européennes en matière de migration    Libye: « nous n'avons pas de partenaire de paix », déplore le gouvernement    Monji Ben Raies: «Deal du siècle», deal de dupes    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie – Hôpital d'enfants de Bab Saâdoun : Bagarre à l'intérieur du bloc opératoire !
Publié dans Tunisie Numérique le 20 - 04 - 2014

Désormais, il faudrait, peut être, penser à exiger des étudiants en Médecine de passer par des stages de formation en arts martiaux et autres pratiques de self-défense. Du moment qu'ils sont tout le temps ciblés par des actes de violence de la part des patients et leurs accompagnateurs, au niveau des services d'urgence, notamment. Or voilà que cette violence déborde les services d'urgence pour atteindre les blocs opératoires de certains hôpitaux ! Pourtant, dans un bloc opératoire, un médecin est, en principe à l'abri de toute agression, vu que le seul élément étranger à l'équipe est le patient, qui d'habitude est anesthésié et hors d'état de nuire. Pourtant, c'est bien ce qui arriva à un jeune résident en anesthésie réanimation officiant au bloc opératoire de l'hôpital d'enfants de Bab Saâdoun, pas plus tard que mardi dernier. Il a été magistralement tabassé, au point qu'il lui a été prescrit trois semaines de repos. Et devinez par qui il a été agressé ? Par le chirurgien orthopédiste en chef de l'hôpital, qui lui aurait occasionné, entre autres, une fracture du nez.
Mardi dernier, en effet, le chef du service d'orthopédie relevant de l'hôpital mentionné, est entré dans une colère noire, quand il a constaté que le médecin anesthésiste, un professeur en médecine, qui plus est, était en train de consulter son ordinateur portable dans une pièce attenante aux salles d'opérations. Il est devenu furieux car son collègue a osé enfreindre sa décision d'interdire l'usage des ordinateurs dans le bloc opératoire. Sa colère était telle qu'il jeta violemment, l'ordinateur de son collègue par terre. C'est alors qu'entra en scène le jeune résident qui a voulu intervenir pour soutirer son patron le professeur d'anesthésie réanimation, de l'ire du chirurgien. Chose qui n'a pas plu au chirurgien qui déversa, du coup sa colère contre le jeune stagiaire, en le frappant et le plaquant contre le mur, lui occasionnant une fracture du nez et autres lésions au visage.
Et ce n'est pas fini, puisque la victime porta plainte auprès de la police, poussant l'agresseur à faire de même en présentant un certificat médical de violence dépassant en période de congé celui de sa victime. Par ailleurs, le chirurgien agresseur a eu l'idée de lancer une page, sur les réseaux sociaux, pour y recueillir le soutien et la sympathie des gens et se positionner en tant que victime.
Cet incident suscita beaucoup d'indignation dans les rangs des syndicats des jeunes médecins, de même que du conseil de l'ordre, de la faculté de médecine et du bureau de la Société d'orthopédie, qui attendent une réaction vigoureuse de la part du ministre de la santé, d'autant plus, disent certains, que ce chirurgien n'en est pas à sa première crise de colère, et qu'il aurait, auparavant violenté une technicienne supérieure travaillant sous ses ordres. D'ailleurs d'aucuns prétendent que ce chef de service avait été nommé par l'ancien ministre de la santé, Abdellatif Mekki pour des considérations partisanes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.