Ennahdha appelle au limogeage du ministre de l'Intérieur    L'ESSENTIEL | La vérité, si je mens ?    Grève des médecins, pharmaciens et dentistes de la santé publique Tunisiens mardi 25 janvier 2022    Que contiendra le nouveau décret de réconciliation pénale que prépare Kaïs Saïed ?    Express    Mutinerie au Burkina Faso : Renversement de Roch Marc Christian Kaboré ?    Ooredoo récompense les supporters Tunisiens : 15000 dinars à gagner ce samedi    Hausse des revenus de City Cars de près de 46%    Rabat pourrait-il "voler" à Alger l'organisation du sommet de la Ligue arabe?    CAN 2021 | Huitièmes de finale : Le Cameroun en favori !    CAN 2021 : Une sélection fait face à une épidémie de gastro-entérite !!    NEWS | La chute de la Ligue 1 !    CA | Retour de la passion en attendant la consécration : Ici, tout commence !    Abdelkader Maalej: Hommage à Ali Baklouti, le fondateur de La Gazette du sud et Chams el janoub    Produit de consommation de base: Les prix varient d'une région à l'autre !    Tunisie – météo : Ciel passagèrement nuageux et températures stationnaires    Passagers du métro agressés : ce que le suspect a dit en garde à vue    Amen Allah Messaâdi : le rythme des contaminations ne régresse pas    Sur nos écrans l «Al Kahen» de Othman Abou Laban : Le genre dans le mauvais    « Art Expo » à la galerie « Musk & Amber » : Action commune    Seulement 13% des Tunisiens sont diplômés    Kamel Ben Messaoud explique la décision du Tribunal administratif en faveur de Béchir Akremi    STEG : -40% en liquidités, 13 milliards de dette…, pourtant les salariés auront leurs primes    Livres | «Ton absence n'est que ténèbres» de Jón Kalman Stefánsson : Une mosaïque romanesque extraordinaire    Gafsa: Plus de 231 infractions économiques relevées    A Bizerte, 2 400 oliviers seront plantés pour la saison 2021-2022    Daily Brief du 24 janvier 2022: Kaïs Saïed ne semble pas avoir compris qu'il s'est fait remonter les bretelles par Macron !    CAN 2021 : Sur quelles chaînes regarder les matches de lundi ?    Kasserine: L'UTICA menace d'organiser des journées de colère    Le couvre-feu va-t-il être prolongé ? Précisions de Amen Allah Messadi    Coupe de Tunisie : résultats complets des matches du 3ème tour    Youssef Bouzakher : le ministère de la Justice et le pouvoir législatif sont responsables de la situation de l'affaire Akremi    Ettakatol: Saied veut démanteler les institutions de l'Etat    Ammar Mahjoubi: Le caractère fondamentalement inégalitaire de la société romaine*    Tunisie : Le CSM met en garde contre "la diffamation sans précédent de ses membres".    Monde : Le président arménien annonce sa démission    Syrie : 4e jour de combat entre Daech et les Kurdes, plus de 120 morts    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: Ali Abdi testé positif au Covid19    Evènement "Les Nuits de la lecture" en ligne: 6ème édition sous le thème de l'AMOUR    Le chanteur hip-hop Balti et Elyanna réunis dans une chanson tuniso-palestinienne (vidéo)    Sculpture sur un minéral ancestral, le lapis specularis    Gabès Cinéma Fen 2022: les inscriptions pour les films sont ouvertes    Les crises en Tunisie se sont aggravées depuis que Saïd a limogé Mechichi, selon la Confédération Syndicale Internationale    Coronavirus :Fin des mesures sanitaires en Grande-Bretagne    L'histoire de détermination de la nouvelle conseillère de Kais Saied    Un astéroïde "potentiellement dangereux " passera prés de la terre mardi soir    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La visite de Khalifa Haftar à Tunis, une opportunité de relance de la médiation de BCE
Publié dans Tunisie Numérique le 18 - 09 - 2017

Après un boycott de la Tunisie qui a duré plus de 6 ans, voilà que le maréchal Khalifa Haftar accepte afin de venir à Tunis sur invitation du président Béji Caïd Essebsi pour discuter du processus politique en Libye.
Principal protagoniste et personnage clé de la crise en Libye, Khalifa Haftar est incontournable pour toute recherche de solution sur la crise libyenne.
Cette visite prévue ce lundi 18 septembre 2017, constitue un opportunité pour relancer l'initiative de médiation du président Essebsi en Libye consistant à réunir tous protagonistes afin de discuter directement entre eux, sans intervention étrangère.
Lancée il y a plusieurs mois, la médiation du président Essebsi a été adoptée par l'Algérie et l'Egypte qui ont été associées à l'initiative afin de lui donner une dimension régionale et assurer son succès.
Toutefois, l'initiative s'est engouffrée dans une impasse en raison de l'incapacité de réunir tous les protagonistes libyens en Tunisie notamment Khalifa Haftar.
Rivalités et intérêts des puissances régionales
Mais c'est compter sans les rivalités et les intérêts qu'entretiennent certains pays qui ont des visées bien déterminées en Libye.
C'est le cas du Caire qui est allié de Haftar contrôlant l'Est libyen frontalier avec l'Egypte et exerce une grande influence sur l'homme fort de la région orientale de la Libye.
Forte de cette position, l'Egypte voit d'un mauvais œil que la Tunisie puisse réussir à concilier entre les frères libyens alors qu'elle même a échoué à réaliser cette prouesse en raison de son implication dans le conflit libyen en prenant partie pour un camp au détriment d'un autre.
L'Egypte est intervenue militairement en bombardant les positions de groupes armés dans plusieurs régions en Libye.
Les différentes rencontres organisées au Caire pour réunir les Libyens ont échoué et n'ont pas pu déboucher sur quelconque issue à la crise qui secoue la Libye.
Idem pour l'Algérie, accusée par une grande partie des Libyens de soutenir la mouvance islamiste avec laquelle elle entretient de bons rapporta notamment avec Abdelhakim Belhadj et Mohamed Sawan, chef du parti pour la justice et la construction (PJC) , bras politique de la confrérie des Frères musulmans en Libye.
En Tunisie, le président Béji Caïd Essebsi l'a réitéré à maintes reprises, affirmant que son pays n'avait aucun agenda en Libye et qu'il est à égal distance de tous les protagonistes.
Le seul souci de la Tunisie est la préservation des intérêts du peuple libyen, a-t-il dit, rappelant les répercussions de la situation de la libyenne sur la Tunisie notamment les réfugié, la sécurité et les problèmes économiques.
Briser la glace et établir la confiance
L'arrivée de Haftar à Tunis, permettra de briser la glace avec les autoritaires tunisiennes et de favoriser l'établissement de la confiance entre les deux parties. Une situation qui servira la médiation tunisienne.
Déchirée par un conflit armés fratricide depuis la chute en 2011 du régime de Mouammar Kadhafi, la Libye traverse une impasse de son processus politique perpétuant le chaos sécuritaire dans ce riche pays pétrolier.
L'insécurité en Libye où les armes circulent librement en l'absence d'un Etat et d'organes sécuritaires, a débordé vers les pays voisins qui ont subi de plein fouet cette situation avec des attaques terroiristes qui les ont ciblées.
C'est partant de cette réalité que le président Béji Caïd Essebsi a entrepris cette initiative afin de stabiliser ce pays frontalier à la Tunisie.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.