Le Président de la République désigne Ilyès Fakhfakh nouveau Chef du gouvernement    DEZ TOKHTOF « دز تخطف » : Un nouveau film produit par la jeune et dynamique Radio SAWT Menzel Bourguiba    Hand – CAN 2020 : La Tunisie bat le Maroc et rejoint l'Algérie en demi-finale    Tunisie – DERNIERE MINUTE : Elyes Fakhfakh va être chargé de former le prochain gouvernement ?    Libye – La Tunisie et l'après Berlin : Quelle est notre position ? Quels sont nos intérêts ?    Opération de nettoyage autour du Mausolée el-Fleri à la Médina de Tunis    Mercato – Espérance de Tunis : Visite médicale passée pour Abderrahmane Meziane    Le visa pour les Etats-Unis désormais plus difficile pour les femmes enceintes    CAN – Hand 2020 : où regarder le match Tunisie-Maroc?    Etude : Les influenceurs n'influencent plus personne ?    Ghannouchi ne participera pas au Forum de Davos 2020    Hand – CAN 2020 : La Tunisie débute le 2e tour contre le Maroc    En photos : L'Institut du Patrimoine remet en état un site majeur de la Médina    Tunisie : 8 unités locales pour la promotion sociale seront bientôt crées dans différentes régions du pays    Mise en garde du ministère de l'Agriculture aux marins-pêcheurs    ATCT : Augmentation du recrutement des compétences tunisiennes à l'étranger    Test de vol habité : Mission accomplie pour la fusée SpaceX    Appel à candidature Festival Voix de Femmes Compétition Officielle : Sousse du 11 au 18 Avril 2020    Les films de la Résistance et de la Libération du 20 au 26 janvier 2020 à la cité de la culture (Programme)    Investissements : La Tunisie 1er au Sommet Royaume-Uni/Afrique à Londres    Tunisie : Impliqué dans trois affaires, un délinquant arrêté à Nabeul    Kaïs Saïed se réunit avec Rached Ghannouchi et Noureddine Taboubi    Foot – Après sa victoire face au CA (2 -1) : L'Espérance s'empare de la tête du classement    Ce que la banque ne peut pas vous facturer...    La militante Radhia Haddad à l'honneur au CREDIF    L'OTIC lancera une application comparant les tarifs des services bancaires en Tunisie    Conflit en Méditerranée: L'UE met en garde la Turquie contre ses forages illégaux à Chypre    Abir Moussi sur sa lancée : Le PDL « ne votera pour aucun gouvernement comprenant un seul islamiste »    Reçu à Carthage : Hakim Ben Hammouda présente les grandes lignes de sa stratégie    Agression contre la présidente du PDL : Tahya Tounès et Qalb Tounès appellent à une enquête    Grogne des bouchers à Sousse : Menace d'une grève ouverte contre les nouvelles taxes    Avec une production en régression : Baisse de 12,6% du chiffre d'affaires de la STIP    La Conférence de Berlin sur la Libye a-t-elle été finalement pour rien ?    Initiative américaine : Prosper Africa pour la conquête du marché africain    La fuite de capitaux profitera du chaos en Libye    A vos carnets ! L'agricultrice urbaine Mouna Triki vous attend le 30 janvier à la Maison de France    Cérémonie de la mise de la première pierre de la construction des locaux de Future Lab Tunisia au sein du collège Ibn Khaldoun à Manouba    Ministère de la Santé : recommandations après l'apparition d'un nouveau virus en Chine.    Tunisie : Les échanges commerciaux de la Tunisie avec l'extérieur enregistrent une baisse de 5% en 2019    Tunisie: Un producteur de lait fustige la politique de l'Etat dans la filière    Le brouillon de la résolution du sommet de Berlin dévoile les motivations réelles des participants    Le Derby de la Capitale remporté par l'Espérance Sportive de Tunis 2 à 1 face au Club Africain    Crise libyenne : Affrontements armés, initiatives de cessez-le-feu, réunion de Moscou, conférence de Berlin…quel rôle jouent la Turquie et la Russie dans ce conflit ?    l'invité – Moncef Tabka, ancien gardien international de l'USM et de l'ESS : «Attouga était très malin»    ‘‘Miss Hayek de Kairouan 2020'' : Qui sera l'heureuse élue ?    Conférence de Berlin : Ni la Tunisie et ni le Maroc n'y participent !    François G.Bussac et la CIE des Vives Voix présentent « Au plaisir de Lire » à l'Agora : Eloge de la Légèreté    Pression internationale pour impliquer la Tunisie à la conférence de Berlin sur la Libye    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye: Point sur l'évolution d'un processus politique plein d'embûches!
Publié dans Tunisie Numérique le 15 - 05 - 2017

La Libye n'est toujours pas sortie de l'ornière en dépit des derniers efforts visant à aplanir les divergences entre les deux plus importants protagonistes de la crise dans le pays.
La rencontre récemment à Abou Dhabi entre Fayez al-Sarraj, président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Entente nationale, reconnu par la communauté internationale et le maréchal Khalifa Haftar, commandant des forces armés dans l'Est avait suscité beaucoup d'espoir demeuré malheureusement sans suite.
Ainsi, les recommandations adoptées lors de cette réunion n'ont pas été suivies d'effet et la situation semble faire du surplace.
Pourtant, les deux hommes qui détiennent, en réalité, la clef de la solution politique en Libye, avaient pris des engagements portant sur des mesures de natures à trouver une issue à la crise qui secoue ce pays depuis plus de six ans.
L'amendement de l'Accord politique signé à Skhirat pour éliminer les obstacles à sa mise en œuvre, a été l'une des mesures phares sur lesquelles, les deux protagonistes s'étaient engagés.
En pratique, c'est le statu quo ante, et le chaos qui se perpétuent accentuant davantage la crise.
Attisement des tensions entre milices
Dernièrement, les affrontements entre groupes armés et milices à Tripoli, témoignent du climat délétère qui prévaut dans la capitale libyenne, en proie à l'insécurité.
Ainsi la coalition de groupes armés issue de la ville de Misrata «Fajr Libya (Aube de Libye) , a menacé de lancer «Fajr Libye II» pour réoccuper la capitale et empêcher toute éventualité d'un arrangement avec le maréchal Khalifa Haftar et surtout sa reconnaissance en tant que chef des forces armés libyenne».
Slaheddine Badi, un des leaders de Fajr Libya a dénoncé la rencontre entre al-Sarraj et Haftar et fustigé les déclarations du ministre des Affaires étrangères du gouvernement d'Entente nationale, Mohamed Siala, dans lesquelles il a reconnu Haftar comme chef des forces armées libyennes.
En outre, un nouveau groupe armé relavant du gouvernement de Salut, un cabinet parallèle installé à Tripoli, a annoncé le lancement d'une nouvelle opération militaire, baptisée «Fakhr Libya » afin reprendre le pouvoir à Tripoli.
Une situation qui remet en cause les espoirs nourris après la rencontre entre Haftar et al-Sarraj et surtout fragilise davantage les fondements de la construction de la paix dans en Libye.
La rencontre entre al-Sarraj et Haftar a été suivie par une réunion à Alger des pays du voisinage de la Libye, regroupant, outre l'Algérie pays hôte, la Tunisie, l'Egypte, le Niger, le Tchad, le Soudan ainsi que la Libye en plus des émissaires des Nations unies et de l'Union africaine.
La réunion d'Alger n'a enregistré aucun progrès par rapport aux autres réunions ni prise d'initiative susceptible de débloquer la crise en Libye ou de trouver une issue.
Les réunis se sont contentés de réaffirmer certains principes relatifs au choix des voies pacifiques et du dialogue pour parvenir, à la paix, la nécessité d'une démarche inclusive, l'attachement à l'unité et à la souveraineté de la Libye et le soutien au Conseil présidentiel ainsi qu'à l'Accord politique amendé.
L'Alliance de l'Egypte et de Haftar
Par ailleurs, le président égyptien Abdel Fatteh al-Sissi a reçu samedi au Caire en Egypte, le maréchal Khalifa Haftar qui est son allié dans l'Est de la Libye zone frontalier avec l'Egypte.
Aucune initiative en vue d'organiser une seconde rencontre entre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar n'a été prise par le président égyptien qui s'est contenté de réclamer une énième fois la levée de l'embargo sur les armes imposée par les Nations afin de permettre à l'armée libyenne dirigée par Haftar de combatte le terrorisme.
L'émissaire des Nations unies en Libye, Martin Kobker a réaffirmé, de son côté, la volonté de la communauté internationale de promouvoir le processus politique en Libye afin qu'il aboutisse à une issue réglant la crise qui secoue le pays.
A ce niveau, il faut reconnaître que cela relève toujours du domaine des bonnes intentions. Malgré son soutien au Conseil présidentiel libyen, la communauté internationale notamment les grandes puissances n'ont pas pris de mesures coercitives imposant une solution aux protagonistes qui campent chacun sur ses positions pour préserver ses intérêts personnels.
L'initiative de médiation de la Tunisie
L'initiative de la Tunisie de médiation entre les parties libyennes pour les amener à un rapprochement des points vue en évitant toute ingérence étrangère, est restée à l'état de sa première phase sans évoluer vers des pas pratiques de nature à faire avancer cette initiative.
Adoptée par l'Algérie et l'Egypte, l'initiative de la Tunisie est demeurée au stade embryonnaire malgré le soutien des pays précités.
Bien que le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khamaies Jhinaoui a indiqué l'initiative tunisienne est toujours d'actualité, force est de constater que sa mise en pratique accuse de sérieux retard buttant sur la venue du bouillonnant maréchal Khalifa Haftar en Tunisie.
Pourtant une invitation officielle a été lancée au maréchal pour venir à Tunis, mais il semble encore hésiter à franchir le pas.
De nombreux analystes nourrissent les criantes que le refus de Haftar de se déplacer en Tunisie ne soit l'effet de pressions exercées sur lui au niveau régional.
En tout cas, la persistance de la crise en Libye fragilise davantage la sécurité dans la région et multiplie les risques de menaces terroristes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.