Baromètre de popularité des 3 présidents – Vague 5: La popularité de Elyes Fakhfakh en chute    La Turquie commence le procès des 20 Saoudiens pour le meurtre de Khashoggi    Tunisie: Nouvelle infection au coronavirus importée à Tataouine    Chute des dépenses de développement de 50%, à fin avril 2020    Tunisie : Asma Shiri : Fakhfèkh n'a nullement l'intention de démissionner    30 projets déclarés au premier semestre de 2020 pour un investissement global de près de 1,3 milliard de dinars    Hausse de l'encours de la dette publique de 4%    CMF : OPA Obligatoire sur les actions de « HEXABYTE    Lancement du guide méthodologique de l'inspecteur administratif et financier en Tunisie    Fatah et Hamas «unis», l'exception qui confirme la règle    L'Etoile du Sahel au fond du gouffre    Le transport et la logistique et le développement IT, les secteurs porteurs de demain    Première déclaration de Wassim Dhaouadi, après son triomphe international    «La grande majorité de mes textes fait la part belle aux femmes»    Visas pour Cinéma : l'exploitation non commerciale à 7 films    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 3 juillet à 11H00    Covid-19 | Ouverture des frontières : Pas de tests RT-PCR pour les voyageurs revenant en Tunisie, en cas d'empêchement justifié    Abdelaziz Kacem - 3 juillet 2013 : Le jour où tout a basculé    Un nouveau Premier ministre Français sera nommé dans 3 heures    Mohamed Moez Belhassine nommé nouveau Directeur général de l'ONTT    DECES : Zohra Bent Mohamed Akrout    DECATHLON Tunisie : L'enseigne sportive utile...Avant, pendant et après la crise du Covid-19    Transport : A cause de la mauvaise qualité de ses navires, la Tunisie figure sur la liste noire de Paris MoU    CONDOLEANCES    MEMOIRE : Abdallah HABIBI    151 analyses négatives à la prison El Dir au Kef    Jean Castex nommé Premier ministre français    Russie, réforme de la Constitution : Vladimir Poutine peut rester au pouvoir jusqu'en 2036    Union des médecins généralistes de la santé publique décide une grève de 3 jours    Voiture électrique : Déploiement à grande échelle    Programme TV du vendredi 03 juillet    Lecture dans l'oeuvre romanesque de John Steinbeck à la Maison du Roman    Le producteur Tunisien Tarak Ben Ammar nouveau membre du comité exécutif de l'Academy des Oscars    Le bureau des Nations Unies s'engage à poursuivre son appui à la Tunisie dans sa lutte contre le coronavirus    Tennis | Tournois nationaux : Un circuit d'été    Mini-football | Coupe de Tunisie – Huitièmes de finale : Siliana est tombée    Alerte météo : Température en hausse avec un vent de sirocco    Un conseil des ministres adopte plusieurs textes législatifs    Transfert : Hamdi Nagguez signe pour 3 ans à l'Espérance de Tunis    Adoption de la version finale du projet de la loi sur la protection des forces de sécurité intérieure et de la douane    La Ligue des champions en Espagne sera diffusée sur Movistar+ jusqu'en 2024    Le ministère de l'Agriculture fixe les prix de vente des moutons de sacrifice    385 nouveaux cas en Algérie en 24 heures    Rapatriement de 113 Tunisiens via Ras Jedir    Tarak Ben AMMAR votera aux prochains Oscars    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Libye: Point sur l'évolution d'un processus politique plein d'embûches!
Publié dans Tunisie Numérique le 15 - 05 - 2017

La Libye n'est toujours pas sortie de l'ornière en dépit des derniers efforts visant à aplanir les divergences entre les deux plus importants protagonistes de la crise dans le pays.
La rencontre récemment à Abou Dhabi entre Fayez al-Sarraj, président du Conseil présidentiel du gouvernement d'Entente nationale, reconnu par la communauté internationale et le maréchal Khalifa Haftar, commandant des forces armés dans l'Est avait suscité beaucoup d'espoir demeuré malheureusement sans suite.
Ainsi, les recommandations adoptées lors de cette réunion n'ont pas été suivies d'effet et la situation semble faire du surplace.
Pourtant, les deux hommes qui détiennent, en réalité, la clef de la solution politique en Libye, avaient pris des engagements portant sur des mesures de natures à trouver une issue à la crise qui secoue ce pays depuis plus de six ans.
L'amendement de l'Accord politique signé à Skhirat pour éliminer les obstacles à sa mise en œuvre, a été l'une des mesures phares sur lesquelles, les deux protagonistes s'étaient engagés.
En pratique, c'est le statu quo ante, et le chaos qui se perpétuent accentuant davantage la crise.
Attisement des tensions entre milices
Dernièrement, les affrontements entre groupes armés et milices à Tripoli, témoignent du climat délétère qui prévaut dans la capitale libyenne, en proie à l'insécurité.
Ainsi la coalition de groupes armés issue de la ville de Misrata «Fajr Libya (Aube de Libye) , a menacé de lancer «Fajr Libye II» pour réoccuper la capitale et empêcher toute éventualité d'un arrangement avec le maréchal Khalifa Haftar et surtout sa reconnaissance en tant que chef des forces armés libyenne».
Slaheddine Badi, un des leaders de Fajr Libya a dénoncé la rencontre entre al-Sarraj et Haftar et fustigé les déclarations du ministre des Affaires étrangères du gouvernement d'Entente nationale, Mohamed Siala, dans lesquelles il a reconnu Haftar comme chef des forces armées libyennes.
En outre, un nouveau groupe armé relavant du gouvernement de Salut, un cabinet parallèle installé à Tripoli, a annoncé le lancement d'une nouvelle opération militaire, baptisée «Fakhr Libya » afin reprendre le pouvoir à Tripoli.
Une situation qui remet en cause les espoirs nourris après la rencontre entre Haftar et al-Sarraj et surtout fragilise davantage les fondements de la construction de la paix dans en Libye.
La rencontre entre al-Sarraj et Haftar a été suivie par une réunion à Alger des pays du voisinage de la Libye, regroupant, outre l'Algérie pays hôte, la Tunisie, l'Egypte, le Niger, le Tchad, le Soudan ainsi que la Libye en plus des émissaires des Nations unies et de l'Union africaine.
La réunion d'Alger n'a enregistré aucun progrès par rapport aux autres réunions ni prise d'initiative susceptible de débloquer la crise en Libye ou de trouver une issue.
Les réunis se sont contentés de réaffirmer certains principes relatifs au choix des voies pacifiques et du dialogue pour parvenir, à la paix, la nécessité d'une démarche inclusive, l'attachement à l'unité et à la souveraineté de la Libye et le soutien au Conseil présidentiel ainsi qu'à l'Accord politique amendé.
L'Alliance de l'Egypte et de Haftar
Par ailleurs, le président égyptien Abdel Fatteh al-Sissi a reçu samedi au Caire en Egypte, le maréchal Khalifa Haftar qui est son allié dans l'Est de la Libye zone frontalier avec l'Egypte.
Aucune initiative en vue d'organiser une seconde rencontre entre Fayez al-Sarraj et Khalifa Haftar n'a été prise par le président égyptien qui s'est contenté de réclamer une énième fois la levée de l'embargo sur les armes imposée par les Nations afin de permettre à l'armée libyenne dirigée par Haftar de combatte le terrorisme.
L'émissaire des Nations unies en Libye, Martin Kobker a réaffirmé, de son côté, la volonté de la communauté internationale de promouvoir le processus politique en Libye afin qu'il aboutisse à une issue réglant la crise qui secoue le pays.
A ce niveau, il faut reconnaître que cela relève toujours du domaine des bonnes intentions. Malgré son soutien au Conseil présidentiel libyen, la communauté internationale notamment les grandes puissances n'ont pas pris de mesures coercitives imposant une solution aux protagonistes qui campent chacun sur ses positions pour préserver ses intérêts personnels.
L'initiative de médiation de la Tunisie
L'initiative de la Tunisie de médiation entre les parties libyennes pour les amener à un rapprochement des points vue en évitant toute ingérence étrangère, est restée à l'état de sa première phase sans évoluer vers des pas pratiques de nature à faire avancer cette initiative.
Adoptée par l'Algérie et l'Egypte, l'initiative de la Tunisie est demeurée au stade embryonnaire malgré le soutien des pays précités.
Bien que le ministre tunisien des Affaires étrangères, Khamaies Jhinaoui a indiqué l'initiative tunisienne est toujours d'actualité, force est de constater que sa mise en pratique accuse de sérieux retard buttant sur la venue du bouillonnant maréchal Khalifa Haftar en Tunisie.
Pourtant une invitation officielle a été lancée au maréchal pour venir à Tunis, mais il semble encore hésiter à franchir le pas.
De nombreux analystes nourrissent les criantes que le refus de Haftar de se déplacer en Tunisie ne soit l'effet de pressions exercées sur lui au niveau régional.
En tout cas, la persistance de la crise en Libye fragilise davantage la sécurité dans la région et multiplie les risques de menaces terroristes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.