Les deux actrices tunisiennes Aicha Ben Miled et Najla Ben Abdallah en lice pour les César 2021    Transformation digitale : Sept écoles d'ingénieurs en Tunisie participent au programme " Seeds for The Future ", de Huawei    L'Union des médecins généralistes de la santé publique observe une grève de 4 jours à partir de mardi 1er décembre 2020    « Seul on va vite, ensemble on va loin » : La BNA et la BH BANK unies avec l'Association Nourane contre la Covid+    Coupe de la CAF : L'Etoile du Sahel dévoile sa liste africaine    Des chrétiens tués par des terroristes de Daesh    Le rendement du parlement en deçà des attentes (Al-Bawsala)    Y aurait-il une dernière chance pour le pays ?    La république de la complaisance, bloquée !    Le maître de l'horloge aux abonnés absents...    Début de la "Phase finale" de l'offensive dans le Tigré    Rohani accuse Israël de vouloir semer le "chaos"    Le confinement selon Wided Zoghlami    Le parcours et la trace    Tranches de vie recousues pour l'amour et l'espoir !        Qu'en-est-il 100 millions d'euros accordés par l'UE destinés à la réforme judiciaire ?    On est arrivé à la fin, déclare Korchid    Al-Joumhouri met en garde contre tout appel à la violation de la Constitution sous couvert de la crise    Maher Zid dans le collimateur de Ghazi Jeribi    Sortie du livre : "Osons… Notre Futur ! Une Tunisie Apprenante" de Akil Sadkaoui et Othman Khaled    L'Huile d'olive Tunisienne remporte deux prix au concours "Mario Solinas 2020"    En Tunisie, 83% des PMEs considèrent que l'administration est un obstacle    Tunisie : 5 nouveaux décès à Médenine    Lancement de la campagne nationale de vaccination contre l'hépatite A au profit des enfants en âge préscolaire    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 30 Novembre 2020 à 11H00    Le film "Sortilège" de Ala Eddine Slim remporte le prix du meilleur film au festival du film arabe de Zurich    Alpha Hyundai Motor annonce l'arrivée de la nouvelle Hyundai Grand i10    Football : Programme TV de ce lundi 30 novembre 2020    Une délégation de la coordination "le recrutement est mon droit" chez Rached Ghannouchi    La CDC remporte le HR AWARDS Tunisia 2020 dans la catégorie "stratégie globale face à la crise Covid-19"    Tunisie- Météo : Temps ensoleillé et peu nuageux    La date de la fin de la pandémie de Covid-19 révélée    D'un sport à l'autre    Handball | Prolongement du gel des compétitions sportives : La grogne grandissante des clubs    Ghazi Chaouachi, secrétaire général du Courant Démocrate, à La Presse : « La loi de finances 2021 nous conduira à la faillite »    Tunisie [Vidéo]: En direct de Sfax, grève des ingénieurs    En vidéo : Le look d'Ahlem Fekih à Dubaï fait le buzz sur les réseaux sociaux    Abdallah Chamekh, réalisateur du documentaire «le bois sacré», à La Presse : «La caméra ne croit pas à la géographie»    Les indiscrétions d'Elyssa    Tunisie : L'annulation de la grève des magistrats est tributaire de la réponse du gouvernement à leurs demandes, selon le président de l'AMT    Budget de l'Etat pour l'exercice 2021 : les principales caractéristiques    COVID-19 Sousse, situation au 29 Novembre: 52 nouveaux cas et 3 nouveaux décès    PLF 2021 : Les députés réclament une augmentation du budget prévisionnel du Parlement    Le ''dernier souhait'' formulé par Maradona dans son testament ''étonne'' ses proches    [TRIBUNE] Deux siècles après, Haïti redevient le plus peuplé de la Caraïbe    Plus de la moitié des Tunisiens ayant obtenu la nationalité italienne ont rejoint la France    Times: L'ère de Poutine touche à sa fin    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Erdogan a insulté Macron après le meurtre d'un enseignant près de Paris. La France rappelle son ambassadeur en Turquie.
Publié dans Tunisie Numérique le 25 - 10 - 2020


Par Tunisie Numérique | Il y a 3 minutes
La France a rappelé son ambassadeur en Turquie pour des consultations après que le président turc Recep Erdogan eut prononcé un discours offensant contre le président français Emmanuel Macron.
Erdogan a déclaré que Macron devait être testé pour voir s'il était en bonne santé mentale en réponse aux récentes déclarations du président français en défense d'un Etat laïc et aux promesses de lutter contre l'islam radical.
Macron a prononcé un discours passionné suite à l'assassinat du professeur de français Samuel Paty, qui a montré à la classe une caricature du prophète Mahomet dans le cadre d'une discussion sur la liberté d'expression. Il a promis que la France n'abandonnerait pas la caricature.
"Il a été tué précisément parce qu'il incarnait la République", a déclaré Macron. "Il a été tué parce que les islamistes veulent prendre notre avenir. Ils savent que c'est grâce à des héros invisibles comme lui qu'ils ne l'obtiendront jamais."
En réponse à la campagne de Macron pour défendre les valeurs laïques, qui a commencé avant même l'assassinat de Samuel Paty, Erdogan dans son discours public a posé la question: "Quel est le problème d'un homme nommé Macron avec l'islam et avec les musulmans?"
"Macron doit vérifier s'il est en bonne santé mentale. Que pouvez-vous dire d'autre sur le chef de l'Etat qui ne comprend pas ce qu'est la liberté de religion et se comporte de manière similaire envers les millions de personnes vivant dans son pays, mais appartenant à une religion différente?" a ajouté le président turc.
Après ces déclarations d'Erdogan, un représentant du président français a déclaré à l'Agence France-Presse que l'ambassadeur de France avait été rappelé de Turquie pour des consultations et une rencontre avec Macron.
"Les propos du président Erdogan sont inacceptables. La grossièreté et la démesure ne sont pas une méthode. Nous exigeons qu'Erdogan change la direction de sa politique, car elle est dangereuse à tous égards", a déclaré un porte-parole du président français.
Cette querelle diplomatique a encore exacerbé le désaccord entre les deux alliés de l'OTAN, mais avec des points de vue divergents sur une série de questions géopolitiques, telles que les guerres civiles en Syrie et en Libye, et le conflit entre l'Arménie et l'Azerbaïdjan au sujet du Haut-Karabakh.
Début octobre, le président Macron a qualifié l'islam de religion «en crise» et a annoncé des projets des lois visant à contrer le «séparatisme islamique en France».
Selon lui, certains des quelque 6 millions de musulmans vivant en France veulent former leur propre «contre-société».
Une partie de la communauté musulmane vivant en Europe accuse Macron d'essayer de réprimer l'islam et affirme que sa campagne légitime l'islamophobie.
Partagez1
Tweetez
Partagez
1 Partages
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.