Tunisie : Bachr Chebbi présente ses excuses au gouverneur de Tunisie et à son épouse    CAN 2021 – Gr A : Où regarder les matches de la J03 ce lundi ?    Par Emna Chatty : Moi, tout simplement    Saïed, Taboubi, manifestations … Les 5 infos du weekend    CAN 2021 – Gr E : Le champion d'Afrique est tombé de haut !!    Tunisie-Ministère de la Santé : Réunion sur les préparatifs pour lutter contre la propagation rapide du Coronavirus    Tunisie : Coupure de gaz dans ces zones demain, lundi    Secousse tellurique à Gafsa    À Sfax, le Covid-19 continue de se propager rapidement    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Gr F / Tunisie – Mauritanie : les formations de départ    Tunisie-coronavirus : L'association des parents pour le protocole sanitaire dans les écoles    Le Gouvernement allemand œuvre pour la promotion du tourisme durable en Tunisie    Kasserine: Saisie de 12,5 tonnes de semoule [Photos]    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Football : La CAN Cameroun en images    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    CAN 2021 — Groupe f —2e journée : Tunisie-Mauritanie (17h00): De la hargne s'il vous plaît !    MEMOIRE: Mohamed HADIDANE    Pourquoi: L'éclairage public    FARK: Riadh SIALA    Consultation nationale: La plateforme électronique e-istichara.tn opérationnelle    Ils ont dit    CAN (2e journée): les matches de ce dimanche    Regrettable et désolant    Covid-19: Fermeture de 122 établissements scolaires et 373 classes    Météo: Stabilité de la plupart des indicateurs météorologiques    Dégradation continue de la note souveraine de la Tunisie: Comment renverser la vapeur ?    Mes odyssées en Méditerranée : Le faux comte sicilien, Pepito Abatino, et la star Joséphine Baker    «The Wasteland» d'Ahmad Bahrami: Une expérience sensorielle    Hosni Zouaoui, ancien milieu défensif du CAB: «Je ne crois qu'au mérite»    L'Omicron, un vent contraire limité et temporaire pour l'économie mondiale    Abdelaziz Kacem: Saveur et savoir, même étymologie    Tunisie-Ministère de l'Intérieur : Appel à témoins contre un élément takifiriste    Tunisie : Les organisations nationales condamnent la "répression policière" lors des manifestations d'hier    Tunisie-vidéo : Kais Saied reçoit Noureddine Taboubi    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    Frappé par des policiers Tunisiens, un journaliste français à la clinique    Du 1er au 10 janvier 2022, les recettes touristiques ont crû de 19%    Baisse de 5,5% de la production d'œufs de consommation en 2021    Semaine boursière : Le Tunindex reprend des couleurs mais l'inertie se poursuit    Meurtre du caporal Saïd Ghozlani : Des peines allant de 32 ans de prison à la condamnation à mort    La France met en garde contre un risque d'attentat élevé en Tunisie    L' Ukraine victime d'une grosse cyberattaque visant ses sites gouvernementaux    Tahar Bekri: Abdelwahhab Meddeb et la relecture de l'héritage culturel arabo-musulman    Le grand poète tunisien Noureddine Sammoud est décédé    Noureddine Sammoud n'est plus    " Streams " de Mehdi Hmili dans les salles tunisiennes à partir du 19 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ali Laârayedh s'offre une sortie qui évoque le dernier repas du condamné
Publié dans Tunisie Numérique le 08 - 12 - 2021

Les coups du chef de l'Etat, Kais Saied, s'approchent à grands pas. Plus beaucoup de temps pour ses adversaires qui tentent de sauver les meubles, car manifestement après ce 17 décembre ce sera un peu tard. Les sourires de circonstance du leader de Ennahdha ne dupent personne, il y a le feu au lac pour les islamistes, Qalb Tounes, le Conseil du supérieur de la magistrature (CSM), etc. La preuve que la panique gagne ces Messieurs/Dames : la dernière sortie du dirigeant d'Ennahdha et ancien chef de gouvernement Ali Laârayedh…
Il en a beaucoup dit, reste à espérer, pour lui, que ce ne sera pas comme les "vérités" sur ces partis qui entretiendraient des liens étroits avec Ennahdha, des affirmations aussitôt démenties par une des formations concernées…
Laârayedh s'en est d'abord pris, ce 8 décembre sur une radio privée, à la décision de Kais Saied de changer la date de la célébration de la Révolution, un non-sens absolu selon Laârayedh. «Affirmer que le 14 janvier était un coup porté à la Révolution est une falsification de l'histoire», a-t-il indiqué.
«Nous ne dirigeons plus le pays depuis 2013. Plusieurs gouvernements ont défilé depuis. En 2014, Nidaa Tounes avait occupé les trois présidences», une manière de dire qu'il ne faut pas mettre tous les maux de la Tunisie depuis 10 ans sur le dos des islamistes.
Laârayedh est d'avis qu'il revient aux électeurs, et à eux seuls, de juger le bilan des partis, et cela doit se faire dans des élections en bonne et due forme, pas selon les désidératas et agendas politiques du président de la République, selon le responsable nahdhaoui…
Puis vint l'attaque frontale sur la capacité de mobilisation de Kais Saied : à peine quelques centaines de citoyens ont pris part aux manifestations de la journée du 25 juillet 2021. Après le coup porté par le chef de l'Etat, seuls quelques milliers de personnes sont sortis dans les rues le soir pour manifester leur adhésion, toujours d'après Laârayedh….
Les manifestants du 25 juillet au soir «ont pensé que ce tournant allait solutionner la crise politique. Mais 4 mois après rien n'a bougé. Beaucoup de gens commencent à comprendre leur erreur de jugement et prennent conscience du danger et de l'isolement qui guettent la Tunisie", a ajouté le dirigeant d'Ennahdha.
A propos des accusations sur l'implication de son mouvement dans le départ massif de jeunes vers les zones de conflits, Laârayedh met au défi quiconque d'étayer cela par des preuves tangibles. Idem pour les actes terroristes. «Nous sommes victimes du terrorisme. On nous a collé cela à tort pour des visées électoraliste (…). Certains acteurs tentent de maquiller la réalité. A chaque fois que la justice essayait de traiter dans le fond les affaires des martyrs Belaïd et Brahmi, le comité de défense entravait le processus (…). Les accusations lancées à Ennahdha ont pour but de liquider un adversaire politique», a-t-il martelé.
Au sujet des contrats de lobbying, même ligne de défense : c'est à la justice de trancher. «Toute personne ou association détenant des éléments de preuve est libre de les porter à la connaissance de la justice…», selon Laârayedh.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.