Najla Bouden participe au Forum économique mondial de Davos    ''Citoyens contre le coup d'Etat'' : La Tunisie a besoin d'un véritable dialogue national    Tunisie-Béja : Il a violé une fille dans un cimetière !    BAL 2022 : ça sera US Monastir – Zamalek en demi-finale    Belgique -Variole du signe : Mise en quarantaine obligatoire aux personnes infectées    Jendouba : Saisie de 20 tonnes d'aliments pour bétail    Tunisie-Sidi Bouzid : Baisse des estimations de la récolte céréalière    Claudia Cardinale en Tunisie du 25 au 30 mai courant    Premier League : Man City champion d'Angleterre 2022    Béja [VIDEO + PHOTOS] : Obsèques de l'ancien PDG de Tunisair, Elyes Mankbi    Maher Jedidi nommé vice-président de l'ISIE    Tunisie: Maher Jedidi nommé vice-président de l'ISIE    Ali Laârayedh : malmener la démocratie, c'est malmener la Tunisie et son peuple    Tunisie : La situation socio-économique du pays, au cœur d'une rencontre entre Saied et Majoul    Roland-Garros 2022 : Ons Jabeur éliminée dès le premier tour    Election d'un nouveau bureau exécutif à la Ftav    Tunisie : La réalité a prouvé la justesse du choix du syndicat    Foot-Europe: le programme du jour    L'Utap décide de tenir son conseil national en janvier 2023    Elyes Mnakbi, ancien PDG de Tunisair n'est plus    Etats-Unis : Pénurie de lait pour bébé    Pèlerinage de la Ghriba, symbole d'ouverture et de tolérance    Elyes Mnakbi, ancien PDG de Tunisair, n'est plus    Finales Conférence Est NBA : Le Miami Heat mène 2-1 contre Boston Celtics    15e édition du Salon International du Bâtiment et de la construction du 23 au 29 mai 2022: Economiquement vertueuse    Cerisier : un fruitier facile et généreux    CONDOLEANCES: Zoubeida SMIDA mère de M. Mounir SMIDA    EXPRESS    ESS: Enchaîner    Le ronflement : causes, symptômes et traitement    Foire des plantes au bélvedère l'appel des fleurs et des senteurs    Pourquoi: Manque de verdure    EST: Maintenir la cadence    26e édition des prix littéraires Comar au Théâtre Municipal: Le roman en fête    Mes odyssées en Méditerranée | Vient de paraître « Mparamu lu sicilianu II »: Au cœur de la langue et la culture siciliennes    Palmarès de la 26ème édition du Comar d'Or    Un spectacle hologramme d'Adele au Théâtre municipal de Tunis    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    Foot-Europe: le programme du jour    La Russie punit la Finlande et coupe le gaz après l'électricité    Offcieil : Joey R. Hood, nouvel ambassadeur US en Tunisie    Parution du livre "Journal d'un Jeune Ambassadeur" de l'écrivain prodige Amir Fehri    Mahdia : Sauvetage de 44 migrants clandestins    Exposition "Prestige" de Dora Dalila Che du 20 mai au 17 juillet à la station d'art B7L9    Biden reste le gendarme de l'Europe : 40 milliards pour l'Ukraine pendant que l'UE se cache    Un excellent nouveau livre de Hatem M'rad : Les dérives contraires en Tunisie    Les droits humains à la tête du client    La Tunisie accueille 'Phoenix Express 2022'    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Etude – Le changement climatique diminuera la production céréalière de 30 à 50% par an
Publié dans Tunisie Numérique le 22 - 01 - 2022

Une étude intitulée « Les impacts économiques du changement climatique en Tunisie : risques et opportunités » vient d'être publiée. Elle a été menée sous les auspices du programme North Africa technical Assistance facility (NATAF) par Vivi Economics. Le programme NATAF est financé par le Foreign, Commonwealth and Development Office (FCDO) du Royaume-Uni et mis en œuvre par Tetra Tech International Development.
On souligne, à cet effet, que le changement climatique se fait déjà sentir dans l'économie tunisienne et constitue un défi majeur pour l'avenir de la Tunisie et des Tunisiens.
Trois secteurs critiques de l'économie tunisienne sont particulièrement vulnérables au changement climatique : l'agriculture, la pêche et le tourisme, assure-t-on. Pour l'instant, il existe, d'après l'étude, peu de données sur les impacts économiques du changement climatique dans ces secteurs. On assure, sous cet angle, qu'avec de meilleures données et une sensibilisation accrue à ces risques et opportunités potentiels, la Tunisie peut prendre des décisions éclairées sur l'action climatique.
Toujours selon l'étude, la Tunisie est très exposée au changement climatique. Cette exposition crée un cocktail de risques pour l'agriculture, la pêche et le tourisme – qui aggrave les risques existants dans ces secteurs. Le climat de la Tunisie sera plus chaud et plus sec, avec des modifications des principales précipitations saisonnières. Le pays sera également exposé à l'élévation du niveau de la mer et à l'augmentation de la salinité et de l'acidification.
Au niveau du secteur agricole, on affirme précisément que la production d'olives et d'huile d'olive sera affectée par la disponibilité de l'eau et l'augmentation du nombre de jours chauds. C'est l'un des principaux effets du climat sur les agriculteurs, qui pourrait entraîner des pertes d'exportation annuelles de l'ordre de 228 millions de dollars d'ici 2100, précise-t-on (1 Dollar = 2,9 Dinars).
Les dattes sont moins bien connues mais risquent d'être viables – mais le changement climatique pourrait augmenter les parasites et entraîner des changements dans les périodes critiques de floraison et de pollinisation. Il n'existe pas d'analyse spécifique à la Tunisie, mais sur la base des estimations des impacts dans des pays similaires, 20 à 26 millions de dollars d'exportations pourraient être menacés en 2050 et 72 à 85 millions de dollars en 2100.
La production céréalière sera sévèrement touchée, selon l'étude, avec des réductions estimées à 30 – 50% de la contribution au PIB agricole d'ici 2100 et 30% de pertes d'emplois d'ici 2050. Cela mettra davantage en péril l'autosuffisance et augmentera la dépendance à l'égard des importations.
En somme et bien qu'il soit difficile de chiffrer exactement le coût des dommages attendus en raison de l'augmentation des inondations et des sécheresses, il ne fait aucun doute que nous pouvons s'attendre à ce qu'il soit substantiel. Les estimations économiques suggèrent que l'impact pourrait atteindre 11,52 millions de dollars par an dans le seul secteur forestier d'ici 2030, tandis que les estimations des pertes d'emplois dans le secteur varient entre 8 250 et 16 500 emplois – pouvant atteindre 37 000 emplois dans le cas d'une sécheresse majeure.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.