Sihem Boughdiri : nous attendons les remarques de l'UGTT sur le programme de réformes    Claudia Cardinale en visite en Tunisie    Covid-19 : L'UE verse 300 millions d'euros d'assistance macro-financière pour soutenir la Tunisie    Alerte Météo : 17 gouvernorats placés en vigilance jaune    CAN 2023 : Le Maroc avec Harit et Mazraoui, mais sans Ziyech    Altercation entre le gouverneur de Tunis et des chauffeurs de taxis    Ligue 1 Pro : Le CSS plie mais ne rompt pas    Dr Spiro Ampélas: Mémoires d'un Grec de Sfax    Afek Tounes appelle à un vrai dialogue sans conditions et sans exclusion    Ibrahim Chaibi: Nous ne sommes pas un ministère des Affaires islamistes mais un ministère de toutes les religions [Audio]    Auto: Renault va-t-elle fermer son usine en Algérie ?    Ghazi Chaouchi: Kais Saïed est fini et je porterai plainte contre lui    Clôture du Yachting Festival Gammarth 2022 : L'édition 2023 ambitionne de viser l'international    5ème exposition de l'Association Club Photo de Tunis: "Intelligence manuelle" du 04 au 30 juin 2022    Une très mauvaise publicité pour la Tunisie, en plein FITA 2022 [VIDEO]    Du nouveau dans l'affaire d'Elyes Fakhfakh    Goubellat: Création d'une unité de Protection civile [Photos]    UGTT : le dialogue doit être global et le gouvernement cherche à céder les entreprises publiques    Signature d'une convention de partenariat entre le Groupe STAFIM et la Société Tunisienne d'Assurances et de Réassurances STAR    France-Affaire Abad : Matignon avoue qu'il savait pour le viol puis rétropédale, ça fait tache    Brahim Laroui, Président de la Folea (Maroc): «Les pays dU Maghreb doivent être suffisamment armés...»    Développement des filières oléagineuses: Le colza, une culture indispensable pour la souveraineté alimentaire    Concessions à Poutine : ça se confirme à Paris et au Forum de Davos, Macron avait raison…    Comme prévu, ce sera un monologue national    Nizar Yaiche : La Tunisie doit être une porte d'entrée pour l'Afrique    NEWS: MU perd, mais Hannibal Mejbri marque des points.    Tataouine: Abir Moussi effectue une visite à Bir Lahmer [Vidéo+Photos]    Boycott du Dialogue et grève générale...Précisions de l'UGTT    Ligue 1 – play-off ( 6e journée) – CSS-ESS (16h00) | ESS: Faire un bon coup...    Ligue 1 – play-off ( 6e journée) — CSS-ESS (16h00) | CSS: Dernière chance    Les concessions des braves...    Neji Jalloul: Il existe une opportunité historique pour la Russie de diriger le monde islamique    LTDH : d'anciens dirigeants appellent à ne pas participer au dialogue national dans sa forme actuelle    Urgent: Précisions du ministère de la Santé concernant la variole du singe    CONDOLEANCES    Litige CS Chebba-C Africain : L'examen du recours du CS Chebba reporté au 31 mai    Finales Conférence Ouest NBA : Les Mavericks sauvent l'honneur    Performance sonore en quadriphonie par le collectif Sp|n et «Prestige» à B7L9 Art Station: Expérimentation et détournement    EnviroFest 2022 — « Méditerranée, l'odyssée de la vie », de Frédéric Fougea: Un fascinant voyage dans la Grande Bleue    Art contemporain: Mono, ou la porte d'accès à l'art digital    La ministre des Affaires culturelles désigne Mariem Boukadida pour la promotion de l'habit traditionnel à l'étranger    En photos: L'actrice allemande Wilma Elles habillée par Esthere Maryline au Festival de Cannes    Coupe de Tunisie Handball : Voici le nouveau rendez-vous du match final    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    Officiel : Variole du singe : 3 cas dans un pays très proche    45 hommes d'affaires Tunisiens à Malte    Sommet de la Francophonie en Tunisie...700 journalistes étrangers seront présents    Joey R. Hood nommé ambassadeur des Etats-Unis en Tunisie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



BCT : Les crédits douteux des particuliers augmentent
Publié dans Tunisie Numérique le 26 - 01 - 2022

Selon le dernier rapport annuel sur la Supervision Bancaire de la Banque Centrale de Tunisie (BCT), en 2020, la qualité du portefeuille crédit n'a été que partiellement affectée par les retombées de la crise sanitaire grâce aux mesures de soutien aux agents économiques prises par l'institut d'émission concernant le report des échéances sur les crédits aux professionnels et aux non professionnels.
Toutefois, le rapport enregistre une part des créances classées de 13,6% en 2020, soit un niveau comparable à celui de 2019, en lien avec les opérations de cession et de radiation des créances pour 491 millions de dinars (MD).
La structure des engagements classés ou douteux par classe n'a pas changé par rapport aux années précédentes avec une prépondérance de la classe 4 (classe des créances compromises) qui représente 86,4% des créances classées.
On indique, sous cet angle, que malgré l'amélioration des paramètres de défaut, l'importance de la part des créances classées demeure un défi majeur pour les banques tunisiennes. En effet, en dépit de sa baisse au cours des quatre dernières années, la part des créances classées dans le total engagement demeure élevée (aux alentours de 12%) ce qui nécessite une stratégie nationale de résolution de l'ancien stock des créances classées.
La part des créances classées sur les crédits aux particuliers ne cesse d'augmenter au cours de ces dernières années passant de 6,5% à fin 2019 à 6,9% à fin 2020, souligne le rapport tout en assurant que la ventilation des créances classées par secteur d'activité montre, au même titre que l'année précédente, une concentration sur les secteurs industriel et touristique qui accaparent 45,2% de l'encours des créances classées.
Il est à noter que d'après une récente analyse publié par le magazine « The Banker », le secteur bancaire tunisien, dominé par des institutions publiques, est confronté à un certain nombre de risques alors que l'économie continue de stagner, notamment en raison de leur forte exposition à la dette publique. Bien que la rentabilité reste élevée, les niveaux croissants de prêts non performants (NPL) du secteur et les faibles réserves de fonds propres pourraient entraîner des problèmes dans un proche avenir à mesure que les perspectives économiques se détériorent.
Trois des quatre plus grandes banques du pays en termes d'actifs à la fin de 2020 – la Banque nationale agricole, la Banque de l'Habitat et la Société tunisienne de banque – sont détenues par l'Etat représentaient 40 % des actifs bancaires et 34% des dépôts du secteur en 2019.
Un retour aux niveaux de rentabilité d'avant la pandémie est peu probable dans un avenir proche, selon une note d'octobre de Fitch, l'agence de notation prédisant que la faiblesse des conditions de crédit poussera le provisionnement. Et l'exposition des principaux prêteurs à des niveaux élevés de dette publique pourrait être source de problèmes pour le secteur dans les années à venir.
Les NPL sont élevés dans l'ensemble du secteur depuis un certain temps, oscillant autour de 13% au cours des trois années précédant 2020, et juste au-dessus de 10% pour les grandes banques. Le ratio global de NPL du secteur est passé à 13,8% en juin 2021, mais ce chiffre ne dit pas tout, affirme-t-on.
Les analystes s'accordent à dire que les ratios de capital parmi les principaux prêteurs sont faibles, compte tenu des risques liés à la qualité des actifs des banques et des vulnérabilités économiques de la Tunisie, en particulier parmi les PME et les entreprises publiques.
Le ratio de fonds propres requis par la BCT pour les banques tunisiennes est fixé à 10 %, et certains soutiennent que ce n'est pas suffisant. Selon Fitch, les nouvelles normes comptables IFRS 9 entreront également en vigueur fin 2021, les indicateurs de qualité des actifs étant susceptibles de s'éroder davantage, nécessitant un nouveau provisionnement.
Face à de tels défis et à l'expiration des mesures d'allégement de la dette mises en place à la suite de la pandémie, Fitch a abaissé ses perspectives sur les banques tunisiennes à négatives de stables en octobre.
L'agence de notation Moody's a emboîté le pas le même mois, annonçant une dégradation des notes des dépôts bancaires à long terme de quatre banques tunisiennes. Elle a attribué cette décision à l'environnement opérationnel de plus en plus difficile des banques, ainsi qu'à l'affaiblissement du profil de crédit du gouvernement.
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.