Ennahdha : Ghannouchi n'a pas été informé de l'interdiction de voyage émise à son encontre    CONDOLEANCES : Radhia BELAID    Foire internationale de Sousse : «Moubilya Expo», un rendez-vous tant attendu    Signature d'une convention entre Enda Tamweel, Mazars et ASH Technologies : Diversifier les investissements et élargir les horizons    Au forum de Davos comme à la Fita : On ne jure que par la Zlecaf    Le ministère de la santé prend des mesures pour éviter une propagation possible de la variole du singe    Pourquoi | Les tribulations d'un citoyen    La Tunisie oeuvre à inscrire « la table de Jugurtha » au patrimoine mondial de l'UNESCO    Ministère des Finances : timbre fiscal sur certaines formules administratives    Semaine boursière : le Tunindex en bonne posture    Atelier du Meuble Intérieurs : croissance record des ventes à l'export de plus de 324%    Volley – Championnat d'Afrique des clubs féminins : Programme des 1/4    Finales Conférence Est NBA : ça sera un Game 7 entre Miami et Boston    UEFA CL : Liverpool-Real, les compos probables    Ligue 1 : Plusieurs clubs sanctionnés    Espérance de Tunis : 3 jours de repos pour l'algérien Abdelkader Badrane    L1 | Le CSS se replace L'espoir renaît    L'EST chute à Monastir : L'Espérance ressuscite ses rivaux !    Point de vue | L'USM a mûri !    Réunion du conseil de l'Isie : référen''doom''    Colmater les brèches ou couler    Météo : Pluies orageuses prévues sur le nord et localement le centre    INM: Les quantités de pluies enregistrées en millimètres durant les dernières 24 h    Fermeture de la Foire de Sousse et de Sidi Bouzid: Le ministère du Commerce explique    Au 32 bis : L'histoire du quartier    « elle, », recueil de poèmes de Hamma Hanachi : Ecrire le silence de l'Absente    Omar bey le magnifique : J'aurais voulu être un artiste    Tunisie-Kef : Démarrage de la saison de la moisson à cette date    Tunisie – Saïed s'entretient avec la cheffe du gouvernement Najla Bouden    Limogeage de Lassâad Ben Hassine de la Maison du Roman    Sghaier Zakraoui : Kaïs Saïed veut piéger l'élite universitaire pour qu'elle cautionne son orientation    Exposition "De Corde en Aiguille" de Samia Mestiri Douik à Elbirou Art Gallery    Tunisie: Le Conseil de l'ISIE annonce le report du référendum    L'UGTT ne participera pas à la commission consultative des affaires économiques    Tunisie-urgent : Un avocat décède en pleine salle d'audience    Abir Moussi: On s'orientera vers la mobilisation populaire pour défendre l'Etat civil (Vidéo)    Spectacle 'Flagranti' d'Essia Jaibi: Une œuvre Queer marquante lancée par Mawjoudin We Exist    Sénégal : Le ministre de la Santé paye cher l'horrible mort de 11 bébés    Ammar Mahjoubi: Paganisme et croyances    Météo: Températures en baisse, ce vendredi    Grève générale...URT: Sfax ne va pas se taire    Etats Unis : un terrorisme «Home made»!    Ukraine : Les redoutables canons français Caesar débarquent en douce    Kevin Spacey inculpé d'agressions sexuelles contre 3 hommes    Le patron de Pfizer donne son avis sur la variole du singe    Début de l'exercice Phoenix Express 2022 en Tunisie    La Tunisie reçoit 300 millions de l'UE    Démarrage de l'exercice naval Phoenix Express 2022    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Le TGV français, le grand saut qui "réconcilierait" Saied et Macron
Publié dans Tunisie Numérique le 28 - 01 - 2022

Les études autour de la mise en place d'une ligne à grande vitesse (LGV) ont été au coeur de l'entretien du jeudi 27 janvier 2022 entre le chef de l'Etat, Kais Saied et le ministre des Transports, Rabie Mjidi. Rappelons que ce projet est une des promesses faites par le président français, Emmanuel Macron, lors de la visite de Saied à Paris en juin 2020. Depuis plus rien, entre-temps beaucoup d'autres sujets ont coulé sous le pont. En ce moment c'est un bras de fer feutré entre l'exécutif français et le palais de Carthage autour de la trajectoire politique et institutionnelle de la Tunisie. Mais ce train à grande vitesse (TGV) serait assurément un grand saut en avant dans un pays où il n'y a rien de significatif en termes de grand projet économique depuis le départ précipité de Ben Ali…
De ce point de vue le Maroc a damé le pion à la Tunisie avec son TGV en place depuis 2018, mais Tunis avec le niveau de ses ingénieurs, techniciens et son écosystème technologique est tout à fait en mesure de rattraper son retard. Ce qui est plus problématique c'est de fédérer des citoyens tunisiens démobilisés et démotivés autour d'un programme de cette envergure. Les tensions politiques du moment n'aident pas à ramener la sérénité nationale qui sied à ce type de projet…
D'aucuns diront que la Tunisie n'a pas les moyens de ses ambitions, qu'elle met la charrue avant les boeufs et qu'elle ferait mieux de s'atteler à des tâches plus accessibles et surtout plus urgentes : les écoles, les hôpitaux, les routes ou encore le paiement des salaires de l'armée de fonctionnaires, un front sur lequel l'inquiétude monte en dépit des assurances du ministère des Finances…
Bon, les rabat-joie n'ont pas tout à fait tort, la Tunisie a certainement d'autres chats à fouetter. Mais en même temps ce pays a besoin d'un choc psychologique positif pour se réveiller de sa torpeur post-révolutionnaire, pour enfin aller de l'avant. Peut-être qu'un méga projet du type TGV est de nature à entrainer une dynamique collective ver un sursaut économique national. Ce sont les grands projets de Mao Zedong qui ont réveillé la Chine alors que les problèmes domestiques ne manquaient pas – c'était même pire que la Tunisie de maintenant -, ce sont les grands travaux qui ont rebâti une Allemagne complètement dévastée par la deuxième guerre mondiale, que dire du Japon ravagé après le largage des deux bombes atomiques par les USA en 1945…
Tout cela pour dire que si la Tunisie devait attendre d'en avoir terminé avec ses pépins du quotidien on en sera encore là dans un siècle. Ce TGV, s'il arrive à survivre aux réflexes de démolition, peut être une chance pour la Tunisie. Par ailleurs l'un n'empêche pas l'autre : S'attaquer aux chantiers urgents existants tout en se projetant vers l'avenir avec du grand, du très grand. C'est même ça qu'il faut faire sans tarder…
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.