Rihanna est la femme la plus riche aux Etats-Unis    Sept scanners Epson récompensés par Data Master Lab pour leur grande facilité d'utilisation et leur qualité d'image supérieure    NEWS | L'EST sur Azmi Ghouma    De retour dans la cour des grands : L'Afrique, c'est l'ADN du CA !    Programme TV du mercredi 06 juillet    Météo en Tunisie: Températures maximales comprises entre 35 et 45 °C    Patricia Caillé, directrice de l'ouvrage «A l'œuvre au cinéma» (*), à La Presse : «Les techniciennes ne figurent pas dans l'histoire des cinémas»    Monia Ben Jémia: Les menaces sur les droits des tunisiennes dans le projet de Constitution du 30 juin 2022    En fait-on trop avec les politiques ?    Le 25 juillet : que faire ?    L'édito de Taoufik Habaieb: Kaïs Saïed doit changer    Rafik Abdessalem: Je ne possède que 1700 dinars dans mon compte bancaire    Voyages aériens : le chaos règne dans les aéroports !    Nouvelle constitution : Les risques d'un clivage qui fera mal à la justice    Projet de constitution - Les anciens bâtonniers dénoncent la suppression de l'article 105    Tunisie-Coronavirus: Les signes d'une 6e vague se confirment    Tunisie-coronavirus : C'est la 6ème vague    En vidéo : Des voyageurs ont attaqué un sécuritaire à l'aéroport Tunis Carthage    Ghannouchi convoqué par le Pôle antiterroriste    Conférence de presse pour la présentation de la Foire EIMA International    Challenger de Bogota : Malek Jaziri jouera les 8e en simple et en double    Météo du mercredi 6 juillet 2022    CAN féminine 2022 : la Tunisie pour confirmer contre la Zambie    Ouverture de la conférence africaine sur la sécurité et la police de proximité    Beja : un centre de secours et de soins    Référendum, gel des avoirs de Ghannouchi, ouverture des frontières avec l'Algérie… Les 5 infos de la journée    Maroc | Olympiades panafricaines des mathématiques : une gafsienne couronnée    Ons Jabeur : je suis vraiment heureuse de cette victoire !    L'Algérie ouvrira ses frontières terrestres avec la Tunisie le 15 juillet    Wimbledon : Djokovic renverse Sinner pour jouer sa 43e demi-finale majeure    Tunisie Autoroutes s'explique sur l'augmentation de ses tarifs    Monde-Daily brief du 5 juillet 2022: À Lugano, L'Ukraine et ses alliés posent les principes pour guider la reconstruction    Riadh Hajjej désigné directeur général par délégation de l'ATB    Tribune | Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    Contrepoint | Du scénario Jupiter    Exposition de groupe «Passionnément... femmes» à l'Espace Art et Culture Hédi-Turki : «ELLES» lui rendent hommage    Tunisair annonce que les billets sont 100% modifiables et remboursables    Décès de Taoufik Chaibi    Kaïs Saïed reçoit les lettres de créance de 12 ambassadeurs qui ne résideront pas à Tunis    Ooredoo sponsor officiel du Festival International de Carthage    Kais Saied se rend en Algérie    Ukraine : Poutine avance pendant qu'ils mangent des petits fours en Suisse    Diam's fait un véritable carton avec son film "Salam"    Festival Carthage 2022: Le groupe Sud-Coréen B.I.G sur scène le 16 juillet    Tribune de Josep Borrell – Moscou devra choisir entre le beurre et les canons    Le compositeur Ezzedine Ayachi n'est plus    Un faible séisme frappe le gouvernorat de Sidi Bouzid    Mohamed Hédi Jouini nommé directeur général du théâtre de l'Opéra de Tunis    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Quand Abdelkefi rappelle à Saied qu'il aurait dû le mettre à la Kasbah
Publié dans Tunisie Numérique le 18 - 05 - 2022

Le président d'Afek Tounes, Fadhel Abdelkefi, est décidément très actif en ce moment. Et évidemment à chacune de ses sorties il étrille le gouvernement et son patron, le chef de l'Etat, Kais Saied. C'était le cas le 27 avril dernier. Il remet ça ce mercredi 17 mai sur une radio privée, avec toujours le même angle d'attaque, la situation économique, avec un biscuit que lui offre l'actualité : La décision de la Banque centrale de Tunisie (BCT) de faire monter de 75 points son taux directeur pour contrer l'inflation…
D'après le leader d'Afek Tounes et ancien ministre du Développement la BCT fait fausse route. Selon lui l'institution fait une erreur de diagnostic des maux du pays, ce qui illustre les divergences entre les membres du gouvernement sur les indicateurs…
Il a insisté sur l'urgence de dire aux citoyens toute la vérité sur les périls économiques. Il a pointé le flou qui entoure les négociations avec le Fonds monétaire international (FMI), comme si on avait affaire à un «secret d'Etat».
S'agissant du gel des salaires et des recrutements dans la Fonction publique, une des deux conditions posées par le FMI pour sceller rapidement un accord, Abdelkefi est d'avis que ça ne passera pas. Idem pour la privatisation des entreprises publiques, qui ne trouveraient pas preneurs en l'état ; pour intéresser des investisseurs il faut au préalable qu'elles soient restructurées a dit l'ancien ministre…
Même tonalité pour la deuxième exigence forte du FMI : La révision du système de subventions. «Personne n'est en mesure non plus d'activer le levier de la révision du système des compensations vu la situation économique», a lâché le président d'Afek Tounes…
Il a martelé qu'il faut se poser les bonnes questions, notamment le rôle économique que doit jouer l'Etat. "Il faut parler avec l'Union générale tunisienne du travail (UGTT)», a-t-il dit, indiquant que le modèle économique porté par la Centrale syndicale pourrait être appliqué dans tout l'appareil étatique; ça fera très plaisir à Noureddine Taboubi, lui qui vient de descendre en flammes tout le gouvernement justement au motif qu'il n'a pas de solutions pour le pays…
Abdelkefi est revenu sur les attaques contre le secteur privé et l'administration tunisienne, responsables selon lui de la panne de l'investissement. Il a redit que «la Tunisie est un petit bateau manœuvrable" qui peut-être remis à flot "en deux ou quatre ans». De là à dire que l'ancien ministre se positionne comme le capitaine que le pays cherche désespérément il n'y a qu'un pas que nous franchirons allègrement…
Ce que dit Abdelkefi est certes frappé au coin du bons sens, c'est indéniable, mais vu d'ici on y voit aussi des relents de règlements de compte avec le chef de l'Etat. Rappelons que ce dernier avait mis son veto sur la nomination du président d'Afek Tounes à la Kasbah alors qu'il était en pole position sur la liste des Premiers ministrables. Il ne l'a certainement pas digéré. Mais peut-être qu'il aura sa revanche vu que son parti est certain de rafler les prochaines législatives et de s'offrir une chance d'imposer une cohabitation à Kais Saied. Ce n'est pas ce que disent les sondages – ils donnent tous Abir Moussi vainqueur – mais après tout peut-être qu'Akek a ses propres radars…
Que se passe-t-il en Tunisie?
Nous expliquons sur notre chaîne YouTube . Abonnez-vous!


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.