Ons Jabeur se qualifie pour le 2ème tour du tournoi de Roland-Garros    Nabeul | Covid-19 : Décès d'une femme âgée de 37 ans    L'opposante Tikhanovskaïa invoque la médiation de Macron    La Russie, alliée des deux pays, appelle à l'apaisement    Peut-on se trouver privés d'IPTV ?    L'auteur de l'attaque de Paris ''révolté'' contre les caricatures de Mahomet    «Nous étions meilleurs»    Une 2ème coupe de Tunisie d'affilée    Dans l'attente de la levée des sanctions de la Cédéao    L'instant de survie...    Après le report des JCC    Exposition collective «Rencontre 4»    Roland-Garros : Ons Jabeur passe au second tour    Tunisie: 16 nouvelles infections au Covid-19 à Tozeur    Tunisie: 107 nouvelles infections au coronavirus à Sousse    Décès de l'Emir du Koweït Cheikh Sabah al-Ahmed al-Jaber al-Sabah    Tunisie: 28 nouvelles infections au coronavirus à Sidi Bouzid    Le marché boursier débute la semaine sur une note morose    Un taux d'avancement de 60% des travaux de réaménagement de la zone commerciale et logistique de Ben Guerdane    Tunisie: Sauvetage 68 migrants subsahariens au large de Ben Guerdane    Habib Ammar charge un team de mettre en place une feuille de route du secteur touristique tunisien    Enfant, je rêvais de devenir chauffeur de taxi    Hatem Kotrane - Toute la différence entre la vie et la mort : A propos de l'appel du Président Kais Saied à une certaine soif de vengeance populiste!    Italie: 14 cas de Covid au Genoa    Tunisie: Le président du Syndicat des agriculteurs déplore l'absence de certificat de label pour l'agriculture biologique    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 29 Septembre à 11H00    Conseil de sécurité nationale : Kaïs Saïed parle de coronavirus, de corruption et de peine de mort(vidéo)    Sousse : 11 MD pour financer 1500 petits et moyens projets    Le chef de pentagone en Tunisie, ce mercredi    Prix EPI de l'«Emerging Africain Art Galleries Association» : Une bonne opportunité pour les jeunes artistes africains    Kasserine : Avancement des travaux de construction de nouveaux services à l'hôpital régional    Kairouan : Une rentrée scolaire en demi-teinte    BH ASSURANCE : Une application digitale «Wininti» fait la différence    Exportation d'huile d'olive : La barre de 1,8 milliard de dinars franchie    12e Edition de la Foire du meuble, de l'ameublement et de la décoration : Une visibilité à améliorer    Progression de 4% des quantités de produits agricoles et de pêche acheminées au marché de gros de Bir El Kassaâ    L'EST battue en finale : Même les «Sang et Or» applaudissent l'USM !    Tunisie: Le secrétaire d'Etat américain à la Défense attendu demain mercredi à Tunis    Météo : Quelques nuages sur la plupart des régions    Les équipes techniques chargées de la lutte contre l'extrémisme dans les prisons opérationnelles    Webinaire de la BAD : « Malgré la pandémie de Covid 19, l'Afrique reste une place de choix pour les investissements »    Handball | Campagne du Mondial : Sami Saïdi annonce la couleur    Hamadi Daou a quitté l'UST : Les raisons d'un départ    Contrepoint | Une double tromperie    Patrimoine : L'INP lance un appel à candidatures pour la formation internationale 2021    Le voyage en Tunisie est interdit aux ressortissants britanniques    Le programme Europe Créative offre plusieurs opportunités pour le secteur culturel tunisien    JCC 2020 : Les journées cinématographiques de Carthage décalées pour le mois de décembre    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'émission 'Sahha Chribetkom' sur Hannibal TV vivement critiquée... et Mourou répond
Publié dans TAP le 02 - 08 - 2011

TUNIS (TAP) - L'émission religieuse "Sahha Chribetkom", présentée par Abdelfattah Mourou, avocat et membre fondateur du Mouvement "Ennahdha", et diffusée à partir du premier jour de Ramadan sur la chaîne "Hannibal TV", a suscité de vives critiques de la part d'acteurs politiques et médiatiques, dont certains l'ont considéré comme "balisant la voie devant une propagande politique sous couvert de la religion." L'Instance nationale pour la Réforme de l'Information et de la Communication (INRIC) indique, dans un communiqué rendu public, mardi, avoir reçu de la part des membres de la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, de la réforme politique et de la transition démocratique, de certains partis politiques, ainsi que de représentants de la société civile et de journalistes, des correspondances critiques concernant l'émission en question.
L'INRIC considère qu'il s'agit là d'une transgression de la règle de neutralité, impérative en cette conjoncture délicate que vit le pays à la veille d'élections décisives. Elle recommande à "Hannibal TV" de surseoir à diffuser ce programme où risqueraient de se confondre propagande politique et prédication religieuse", l'exhortant à "confier la présentation de telles émissions à des théologiens indépendants."
Le communiqué comprend également des critiques acerbes contre la chaîne et son promoteur "qui exploite des ressources publiques et qui est, partant, tenue, dans le cadre de son accord conclu avec les autorités publiques, d'honorer ses engagements contractuels, notamment l'obligation de respecter la neutralité dans le traitement des questions relatives à la chose publique."
M. Mourou, précise le communiqué, est un dirigeant politique, étroitement lié à l'un des partis connus de la scène tunisienne (Ennahdha, ndlr), "parti au nom duquel il a souvent participé à des meetings et à des talk-shows télévisés, au point que des informations ont circulé au sujet de sa conduite de la campagne électorale de ce parti."
Le président du Mouvement Ennahdha, Rached Ghannouchi avait déclaré, le 23 mai dernier, au cours de l'émission "Al Hadath", diffusée sur "Radio Tataouine", que Abdelfattah Mourou allait diriger la campagne électorale d'Ennahdha pour l'accès à l'Assemblée Constituante.
Les critiques parvenues à l'INRIC et exprimées sur les médias et les réseaux sociaux émanent, principalement, de partis à tendance de Gauche. Le Parti Démocratique Progressiste (PDP) a, en effet, affirmé, dans un communiqué publié lundi qu'"offrir une tribune quotidienne à l'un des fondateurs et militants d'Ennahdha pour mener sa propagande politique, sous couvert de la religion, est une transgression de la saine émulation politique."
De son côté, le Forum Démocratique Pour le Travail et les Libertés (FDTL) insiste sur l'impératif de garder l'Islam comme dénominateur commun et comme facteur d'unité pour l'ensemble des Tunisiens, appelant les médias à "ne pas ouvrir ses tribunes aux symboles des partis et des courants politiques pour leur permettre de faire l'amalgame entre propagande politique et prédication religieuse."
Pour sa part, "Afek Tounes" affirme, dans un communiqué publié la semaine dernière, que cette émission télévisée reflète "un double langage et une dualité des rôles", faisant remarquer qu'"avancer l'argument de l'éducation religieuse et présenter Abdelfattah Mourou comme étant une personnalité indépendante", à travers cette émission relève de la pure et simple tromperie et consiste en une manipulation criante de l'opinion publique, en cette période pré-électorale.
M. Samir Bettaieb (Mouvement Ettajdid) avait récemment souligné, lors d'une intervention à la Haute Instance pour la réalisation des objectifs de la révolution, que "Abdelfattah Mourou n'est pas un homme de religion mais plutôt un politicien qui appartient à un courant à tendance religieuse", ajoutant que "l'animation d'une émission télévisée est une atteinte au pluralisme et au processus démocratique."
Le Syndicat National des Journalistes Tunisiens (SNJT) s'est dit, mardi, vivement préoccupé par le recours à la propagande illégale au service d'un mouvement politique et d'un établissement médiatique, ce qui est susceptible de "menacer la transparence et l'objectivité de la mission médiatique" qui se doit d'être à l'écart de toute influence financière, politique, religieuse ou sociale, particulièrement en cette phase transitoire sensible.
Joint par téléphone, M. Mourou a déclaré, mardi, à l'agence TAP que ces critiques sont "une attaque menée par des partis politiques" qui ont enregistré, tous courants confondus, "une forte présence sur les plateaux des chaînes télévisées et radiophoniques", une présence qui dépasse de loin son taux d'apparition dans les médias.
Il a précisé avoir fait preuve d'une "grande vigilance pour qu'il n'y ait aucun risque d'amalgame entre le religieux et le politique dans cette émission."
"Je ne renoncerai pas à la présentation de cette émission, a-t-il affirmé, dès lors qu'il n'existe pas de texte juridique prohibant une telle activité et que ces critiques n'ont pas émané d'instances nationales élues."
M. Mourou a, en conclusion, nié appartenir au Mouvement Ennahdha, déclarant avoir refusé de diriger sa campagne électorale comme l'avait précédemment déclaré M. Rached Ghannouchi.
Egalement contacté par l'agence TAP, le ministère des Affaires religieuses s'est abstenu de tout commentaire concernant l'émission télévisée en question, arguant que "cette affaire relève de la polémique politique."


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.