Tunisie – Le collectif de défense de Bélaïd et Brahmi menace de publier les documents accablants qui sont en sa possession    Tunisie: Arrêt des unités de production du phosphate de la CPG    Tunisie – Maroc : Quelle réaction des Aigles de Carthage après leur défaite contre les Pharaons ?    Garantir et protéger les droits de l'enfant    Plaider pour l'egalité    Riadh Mouakher nommé secrétaire général du gouvernement    Les professionnels sur leur lancée    Les semences locales au podium des produits exposés    34.247    Libye: Les Etats-Unis sanctionnent le chef d'une milice accusé de compromettre la paix    Le bateau Bourassine accoste au port    Tunisie – Vidéo : Ons Hattab en appelle à BCE, et la vice-présidente de l'ARP lui coupe la parole    Ça se bouscule derrière Chaouat    Pour le plaisir des yeux !    Des entraîneurs complexés    Quand rester chez soi devient plus «cool» !    Le boycott des examens du premier trimestre maintenu    Zoom sur l'Alzheimer, le diabète et les plantes antihypertensives    Une nouvelle distinction pour le cinéma tunisien    L'improbable face-à-face    Une belle restitution de «l'âme» du patrimoine musical tunisien    Tunisie: Le syndicat de la télévision et de la radio fixe les procédés de la grève générale du 22 novembre    René Trabelsi commence à faire ‘plein gaz' !    Tunisie: Affaire des martyrs Belaid et Brahmi, Machrou Tounes appelle à une enquête sérieuse et indépendante    Tunisie: Décès d'une fillette dans un incendie d'un dépôt de carburant de contrebande à Gafsa    Belgique: Un policier attaqué au couteau au cri d'Allahu Akbar    Météo: Prévisions pour Mardi 20 Novembre 2018    Kamel Morjane désigné membre du conseil d'administration du fonds de la Paix de l'Union africaine    Photo du jour : Souad Abdelrrahim s'improvise copilote de course automobile    En photos : Mieux qu'un match de foot, Yasmina Khadra attire la foule à Tunis...    Dans une lettre émouvante, Naomi Campbell rend hommage à Azzedine Alaïa    Programme TV du lundi 19 novembre    Tunisie : Un bus électrique BYD d'une autonomie de 250 km en phase de test    En photos : Le look sans-faute de Dorra Zarrouk au Liban…    Signature de conventions entre la Banque Centrale de Tunisie et Bank Al-Maghrib    Jeribi ex ministre de la Justice et Kourchid ex ministre des Domaines de l'Etat et des affaires foncières poursuivront en justice Rached Ghannouchi    Armes et munitions trouvées à la frontière tuniso-algérienne    Tunisie: Nouvelle dégringolade du dinar, l'euro dépasse le seuil des 3,300 millimes    CAN-2019 (Eliminatoires – 5e journée) : les résultats complets    L'Union des enseignants universitaires et chercheurs Tunisiens entame une grève périodique de trois jours    Match amical : Les Marocains Ziyach et Belhanda absents mardi face à la Tunisie    Assassinat de Jamal Khashoggi, Trump dit détenir un enregistrement “horrible à écouter”    Journée mondiale des victimes des accidents de la route    La vitalité de l'orientalisme polonais    Un débat à bâtons rompus sur le théâtre tunisien    Le loup solitaire était une meute    Bye bye Avigdor !    L'Afirque future 'Poubelle' des voitures Diesel Européennes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Sous le masque de Psyco-M
Publié dans Tekiano le 24 - 12 - 2010

Ils sont presque 86 000. Tous fans d'un certain Psyco-M, qui se définit comme un rappeur. Mais il n'accorde que très peu d'attention à la mélodicité et aux structures rythmiques. S'agit-il d'un rappeur ou d'un prêcheur sous le masque d'un rappeur? Focus.
Il descend en flammes Voltaire, Marx, Jamal Abdennasser, Jamal Addin-Al Afghani, Kamal Atatürk, Tahar Haddad et Habib Bourguiba. Il revendique la loi de la religion, la chariâa comme alternative au Code du Statut Personnel. Son flow est très monotone. On n'y trouve aucune mélodicité. Il interprète ses lyrics sans prêter aucune attention à la montée des accords des violons ou à leur chute. Il s'en fout. Pas la peine d'établir un minimum d'harmonie pour mieux marquer les appuis rythmiques de la musique. C'est juste qu'il s'en sert comme tapis pour déballer ses idées. «Manipulation», son morceau faisant l'objet d'une vive polémique nous porte à tirer ce constat.
Et son nouveau morceau intitulé «Ma Réponse», sorti sur Facebook durant la nuit du mardi 21 au mercredi 22 décembre, consolide ce constat. Le piano peut apporter ses notes tantôt rageuses tantôt mélancoliques. Mais pas de changement d'intonation, aucun. Il s'en fout. Les lignes de basse lui donnent l'occasion de libérer la musicalité de son interprétation d'une structure rythmique carrée. Mais il s'en fout. Et visiblement, les quelques 86 000 fans de Psyco-M et de Lotfi Double Kanon s'en moquent également. Mieux : nombreux sont ceux qui ont adopté la photo du sulfureux prêcheur pour illustrer leur propre profil.
Rap pour «daâwa», Rap pour «hidaya»
Se cache-t-il derrière le rap pour d'autres fins? Difficile de prouver le contraire quand il se positionne comme prédicateur dans ses morceaux, notamment «Ma Réponse», le dernier en date. Voici un extrait : «Le rap, pour moi, n'est pas une fin mais un moyen pour atteindre et amener les gens à la «Hidaya» (La voie de la foi, en français)» scande Psyco-M sans punch, ni raccord musical. L'articulation de Psyco-M est fortement teintée par l'accent algérien. La monotonie de son flow et sa manière d'articuler nous rappelle ceux d'un «rappeur» algérien. Le parallèle est inévitable. Une réflexion qui a été une hypothèse jusqu'à ce que notre voisin de l'ouest se soit manifesté dans une vidéo où il exprime son soutien à sa copie pâle, Psyco-M.
Et le discours fondamentaliste s'affiche plus clairement dans son message à son alter-ego tunisien. Lotfi Double Kanon l'appelle carrément à «prendre en considération davantage LA cause dans sa daâwa (prêche, jargon religieux traduit en français)». Et donc, là, il s'agit de prêche et pas de rap. Exit le projet musical. Place au projet socioreligieux portant la cagoule du rap !
Bien loin de la tradition hip hop
Dans ce message adressé par le maître à son disciple, Lotfi Double Kanon ne prend pas comme référence les expériences de Public Enemy, KRS One, Nas ou autres figures phares du rap contestataire. Mais, il appelle son disciple à puiser son énergie dans les enseignements des prophètes. Et il se réfère à leurs vécus et aux expériences qui les ont opposés aux mécréants. Ainsi, se réfèrent-ils au bon ancêtre (Al Salaf Assaleh), dans un discours fortement teinté de salafisme.
Et il continue son discours où il n'ya pas de «big up», de «sa7a l5o» ou autres termes du jargon hip hop voire de notre darija pour exprimer son admiration à Psyco-M. Ils sont remplacés par les «machaâ allah» et les daâawat (prières). Psyco-M, Lotfi Double Kanon et consorts instrumentalisent la religion et l'art en faveur de leur daâwa (prêche). Voilà que les idées rétrogrades envahissent le rap, une musique contestataire par sa nature même. Cette musique, qui a germé dans les boites de nuits du Bronx, s'est développé dans les rues de New York et pris forme dans les studios américains, a été à l'origine une manière d'échapper au chômage, à la pauvreté et à la criminalité. Et voilà qu'elle se retrouve instrumentalisée entre les mains d'un prêcheur déguisé en rappeur.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.