41 nouveaux cas à Sidi Bouzid    Tunisie : Don de l'UNICEF de 25 500 tests PCR au ministère de la Santé    Pas de distribution communautaire des portefeuilles régaliens    La Turquie et la Grèce prêtes à des discussions exploratoires    Alassane Ouattara, le dernier round    Zoubeir Baya en colère !    Pour Bhiri, il faut garder Ghannouchi à la tête d'Ennahdha    Tunisie: Tabarka et Ain Draham célèbrent la Journée mondiale du tourisme, le 27 septembre    Du cinéma belge plein la vue!    Des nouveautés variées    L'ange blanc rejoint le ciel    Honte à nous ! Le phosphate importé est arrivé aujourd'hui    CS Sfaxien – US Monastir : Voici les formations probables    Volleyball, le Club Africain se restructure    Tunisie : 2 nouveaux décès dus au coronavirus à Sousse    Libye: Des pourparlers politiques prévus début octobre à Genève    Covid-19 : 1219 nouveaux cas de contamination et 10 décès supplémentaires en 48h    Baromètre de la santé des PMEs MIQYES 2019 : Les entreprises tunisiennes face à la pandémie COVID-19 !    Forte concentration de pauvreté dans le centre-ouest et le nord-ouest de la Tunisie (Rapport)    La Tunisie a enregistré 1219 nouveaux cas de Coronavirus et 10 morts à la date du 21 et 22 Septembre    Tunisie : Une plainte contre le maire de Bannene après avoir publié une liste nominative des personnes atteintes de la covid-19    En vidéo : Shinohara Shunei présente la JICA en Tunisie    Brahim Bertégi en visite au 16e Régiment d'Infanterie motorisée à Aïn Draham    L'entreprise autrement | C'est l'action globale qui manque le plus (III)    DECES ET FARK : Maître Ahmed MEDDEB    France: Alexandre Benalla positif au Covid-19    BILLET : Fléau silencieux    CONDOLEANCES : Pr Mohamed KAMMOUN    L'ANSI met en garde contre une vulnérabilité critique dans le service Microsoft Netlogon    Opinion | Afrique-Covid-19 : Reconquête de la souveraineté économique et monétaire    Présentation de l'ouvrage "Médias et recompositions politiques dans la Tunisie post-Ben Ali" à l'IRMC    Sabah Bouzouita revient après 11 ans d'absence de la scène théâtrale avec "Mémoire"    Volley-ball | Play-off (10e journée) – play-out – (8e journée) : Le verdict    Foot-Europe: le programme du jour    Météo : Pluies attendues sur le Nord et le Centre    Coupe de Tunisie (1/2 finales) : le programme et programme TV    « 1000Kelmawkelma » 100% online dévoile son palmarès : Sept prix et de belles découvertes d'écrivains en herbe    Sihem Ayadi visite les infrastructures sportive à Bizerte    Cyclisme | Grands prix de la BH Bank et la municipalité de Ksar Said : La palme à Habouria, Kammoun et Tliba    News : Ben Halima rejoint le CA    Tunisie: Coupures d'eau ce mercredi sur ces zones de Tunis    Commentaire | La poudrière libanaise : quand il n'y en a plus, il y en a encore !    Prix Littéraires "COMAR D'OR": "Merminus infinitif "remporte le Comar d'or (Lauréats de l'édition 2020)    Une explosion suivie d'un incendie dans le sud du Liban aurait fait des blessés    Deuxième édition de "Les Cordes Méditerranéennes" du 24 au 31 octobre 2020    Des tunisiens et des turcs forment les officiers de police ivoiriens    Pandémie de la Covid-19 : Les saints seraient-ils fâchés ?    Kamel Chaabouni: Et si la Tunisie adhérait à l'union des Etats-Unis d'Amérique !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" à Sahriyet été 2020 à Hammamet
Publié dans Tekiano le 30 - 07 - 2020

La pièce de théâtre "La conférence des oiseaux" signée Naoufel Azara et produite par El Teatro a été présentée mercredi 29 juillet 2020 lors des soirées Sahriyet été 2020 à Hammamet. Interprétée par Naoufel Azara, Amal Al Awaini, Thuraya Boughanmi, Mourad Deridi, Skander Brahem, Sofiane Bouajila cette pièce est un régal et une brise de fraîcheur dans un monde asséché.
Le réalisateur est parti du texte du poète soufi persan Farid Al-Din Attar « La conférence des oiseaux » qui a été repris et mis en scène par les plus grands dramaturges de notre temps dont Peter Brook qui nous a légué l'une des lectures les plus magistrales.
Difficile à tout point de vue, la lecture de ce texte n'est pas à la portée des communs des mortels car il s'adresse aux seuls initiés qui ont réussi le grand voyage à la recherche de la vérité et qui se sont doté du savoir nécessaire pour décrypter les codes d'un langage quasi hermétique.
Naoufel Azara, en parfait initié, a plongé dans les abysses de ce texte pour en extirper la substance en nous invitant à faire le chemin des oiseaux pèlerins d'Al Attar, partis à la recherche du Simurgh, en bravant monts et montagnes, vents et marais avec pour seul bagage une volonté de fer et un désir ardent de connaissance.
A l'instar des oiseaux d'Al Attar, ceux de Naoufel Azara ont rencontré les difficultés les plus décourageantes et les peurs les plus insoutenables. Nombreux parmi eux ont du renoncer à ce voyage, à cause de la fatigue et par manque de volonté.
Avec des effets sonores et visuels modernes qui confèrent à la pièce un air de modernité, Naoufel Azara parvient sans peine à emporter le public dans cet univers de clair obscur, où les âmes ont du mal à rester dans leur demeure corporelle tant l'effervescence est forte. Pas à pas, et tableaux après tableaux le puzzle de la pièce se construit à travers des récits successifs mais qui ne se répètent jamais.
Par le truchement d'une scénographie très élaborée où le décor est minimaliste, Naoufel Azara nous transporte au-delà des limites du matériel à travers les sept étapes de l'initiation mystique matérialisée dans cette pièce comme dans l'œuvre d'Al Attar par les sept vallées : la vallée du Talab, du Icheq, d'Al maarifa, d'Al Istighna, d'Ettawhid, d'El Hayra et enfin celle d'El Fana.
Dans ce périple dramaturgique Naoufel Azara évoque Al Hallaj dont l'œuvre prône l'union mystique, ce qui lui a valu la mort, sans doute par incompréhension. Le voyage initiatique étant à la base une quête de la connaissance et une recherche de la vérité absolue. Et c'est cette même verité qui a fait trembler les 30 oiseaux d'Al Attar qui au bout de la route ont découvert avec amertume qu'ils ne sont en fait que la verité qu'ils ont tant recherché et que le Simurgh n'est rien d'autre que le reflet de leur propre personne.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.