Tunisie – Les réserves en devises de la BCT retombent à 78 jours d'importation    La même rengaine du mouvement islamiste    Nidaa Tounès revient à de meilleurs sentiments    Grève sauvage et mécontentement des curistes    Syndicat du secondaire et ministère passent aux menaces    Débrayage et blocage des notes par le syndicat IJABA    Hatem Bourial en Virgile haïkuteur    Le poète Abdelhamid Khrayef, sa vie, sa littérature et ses écrits pour la presse    Mahmoud ben Mahmoud : « Le film donne une idée de la complexité de la ville »    Tunisie: Le formation rentrante face au Maroc    Espérance: Yaakoubi absent trois semaines    Les Tunisiens pour 572 millions de dinars en aliments par an    Tunisie – Le collectif de défense de Bélaïd et Brahmi menace de publier les documents accablants qui sont en sa possession    Tunisie: Arrêt des unités de production du phosphate de la CPG    Libye: Les Etats-Unis sanctionnent le chef d'une milice accusé de compromettre la paix    Le bateau Bourassine accoste au port    Riadh Mouakher nommé secrétaire général du gouvernement    Tunisie – Vidéo : Ons Hattab en appelle à BCE, et la vice-présidente de l'ARP lui coupe la parole    Ça se bouscule derrière Chaouat    Pour le plaisir des yeux !    Des entraîneurs complexés    Garantir et protéger les droits de l'enfant    Plaider pour l'egalité    Quand rester chez soi devient plus «cool» !    Zoom sur l'Alzheimer, le diabète et les plantes antihypertensives    «Le village d'enfants SOS Siliana ne sera pas fermé»    Les professionnels sur leur lancée    Les semences locales au podium des produits exposés    34.247    Arts visuels et plastiques    Une nouvelle distinction pour le cinéma tunisien    L'improbable face-à-face    Tunisie: Le syndicat de la télévision et de la radio fixe les procédés de la grève générale du 22 novembre    René Trabelsi commence à faire ‘plein gaz' !    Tunisie: Affaire des martyrs Belaid et Brahmi, Machrou Tounes appelle à une enquête sérieuse et indépendante    Belgique: Un policier attaqué au couteau au cri d'Allahu Akbar    Tunisie: Décès d'une fillette dans un incendie d'un dépôt de carburant de contrebande à Gafsa    Météo: Prévisions pour Mardi 20 Novembre 2018    Photo du jour : Souad Abdelrrahim s'improvise copilote de course automobile    Dans une lettre émouvante, Naomi Campbell rend hommage à Azzedine Alaïa    Programme TV du lundi 19 novembre    En photos : Le look sans-faute de Dorra Zarrouk au Liban…    Armes et munitions trouvées à la frontière tuniso-algérienne    Assassinat de Jamal Khashoggi, Trump dit détenir un enregistrement “horrible à écouter”    Frustrante déconvenue certes, mais le meilleur reste à venir    Le loup solitaire était une meute    Bye bye Avigdor !    L'Afirque future 'Poubelle' des voitures Diesel Européennes ?    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La Tunisie remporte le Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2018
Publié dans Tuniscope le 19 - 10 - 2018

La traduction du français vers l'arabe de l'ouvrage de Sciences sociales intitulé "Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative" (Sylvie Patron), réalisé collectivement sous la direction du tunisien Mohamed Elkadhi, a remporté le Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2018.
Cette traduction arabe intitulée "Arraoui, Madkhal Ela Annadharya Assardya", a été publiée en 2017 par l'Institut de Traduction de Tunis, auprès des Editions Cenatra. Elle est l'oeuvre collective de quatre chercheurs universitaires, sous la direction de Mohamed El Kadi, Docteur en Littérature arabe, avec la participation de Ahmed Smaoui, Mohamed Khabbou et Mohamed Nejib Amami, selon le site de l'Organisation arabe pour l'éducation, la culture et les sciences (Alecso).
Une cérémonie officielle aura lieu le 22 novembre prochain au siège de l'Alecso pour la remise du Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor 2018.
L'annonce du prix a été faite à l'issue de la réunion du jury du Prix de la traduction littéraire et en sciences humaines Ibn Khaldoun - Senghor, du français vers l'arabe et de l'arabe vers le français, sous la présidence du Tunisien Mohamed Mahjoub, lit-on sur le site de l'OIF. Le jury était réuni le 15 octobre 2018, au siège de l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) pour désigner le lauréat de la 11ème édition du Prix, et ce à l'invitation de l'OIF et de l'Alecso.
Le jury a décidé "à l'unanimité" de décerner le Prix Ibn Khaldoun-Senghor 2018 à la traduction du français vers l'arabe de l'ouvrage "Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative. Il a "félicité l'Institut de traduction de Tunis pour l'effort qu'il ne cesse de déployer en faveur de la traduction entre le français et l'arabe et d'avoir présenté de nombreuses candidatures de très bonne qualité".
Une mention spéciale a été accordée à Rania Samara pour sa traduction de l'arabe vers le français du roman d'Elias Khoury Les enfants du ghetto. Je m'appelle Adam, paru en 2017 chez Actes Sud.
Dans la copie française de l'ouvrage "Le Narrateur, Introduction à la théorie narrative", l'auteure s'intéresse à la question du narrateur dans le récit de fiction. Sylvie Patron étudie la conception et le rôle du narrateur dans les principales théories narratives contemporaines et propose les éléments d'une problématisation linguistique et pragmatique de la question du narrateur.
Le Prix de la traduction Ibn Khaldoun-Senghor en sciences humaines a été créé en 2008, conjointement par l'Organisation internationale de la Francophonie (OIF) et l'Organisation arabe pour l'Éducation, la Culture et les Sciences (Alecso).
Ayant pour objectif de promouvoir la diversité culturelle et linguistique et d'encourager les échanges culturels et littéraires entre le monde arabe et l'espace francophone, ce prix récompense la traduction d'une œuvre du français vers l'arabe et de l'arabe vers le français.
Le Prix de traduction Ibn Khaldoun-Senghor est décerné annuellement en alternance: du français vers l'arabe et de l'arabe vers le français. Il est régi par un règlement approuvé par les deux partenaires. Il consiste en un diplôme signé par le Secrétaire général de l'OIF et par le Directeur général de l'Alecso et une bourse d'un montant de 10 000 euros.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.