Statue de Chokri Belaïd, pluies torrentielles… Les 5 infos du weekend    Bouden : « La création d'un conseil supérieur de l'éducation et de l'enseignement, oeuvrera à redonner à l'école son rôle d'ascenseur social »    Monastir : 22 migrants clandestins sauvés en pleine mer    Marouen Abassi reçoit le gouverneur de la Banque centrale libyenne    Sécurité routière : Légère baisse de la mortalité sur les routes en juillet 2022    Alerte météo | Des cellules orageuses feront leur apparition ce soir    Tunisie – La marine nationale sauve 22 candidats à la migration clandestine    Ghaza : 31 martyrs dont 6 enfants et 4 femmes    Premier League : Mejbri absent et CR7 Remplaçant, Man Utd battu à domicile    La CAF recadre le président De Laurentiis pour les joueurs africains    Talbi avec Lorient, Khazri avec MHSC et Skhiri avec Köln, 3 tunisiens vainqueurs ce dimanche    Tunisie – La crise économique risque de se compliquer encore plus    La statue de Chokri Belaïd provoque un tollé sur la toile    USA : New Mexico : La police enquête sur les meurtres en série de quatre musulmans    L'INM annonce des orages dans le nord-est et le centre du pays    Ben Arous : saisie de 91 quintaux de farine subventionnée utilisée pour fabriquer les pains spéciaux    La croissance économique mondiale stagne en 2022, mais s'agit-il d'une récession?    255 migrants migrants clandestins secourus en une seule nuit entre la Tunisie et l'Italie    Ons Jabeur exemptée du premier tour du tournoi de Toronto    Jean-Jacques Ciscardi sort son nouveau live : Beyrouth-Rome vol 770    Vers la couverture sociale pour les travailleurs agricoles et de la pêche    Repères historiques | Aérodrome de Tunis : Le temps des pionniers    Bizerte: 3 enfants se sont noyés à Ghar El-Melh    Noureddine Taboubi inaugure le mémorial de Chokri Belaid (Vidéo)    Benjemy au Festival International de Hammamet : Prouesses musicales et esthétiques    Notes de lecture | Ondoyances méditerranéennes de Saint Augustin à Sidi Bou Saïd El Baji *    Foot-Europe: le programme du jour    Le festival de Monastir déprogramme Mokdad Shili à cause de ses propos contre Bourguiba    Pourquoi | Répercussions en chaîne...    Vacances estivales et activités pour enfants : Privilégier le divertissement et l'apprentissage    Mohamed Hammadi JARRAYA, Expert en économie et Président de l'observatoire «Tunisia Progress» à La Presse : «La relance, remède aux maux économiques»    L'USBG s'active sur le marché des transferts : Un mercato actif    L'USM se prépare pour la nouvelle saison : Une équipe new-look !    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Météo du dimanche 7 août 2022    Wandure is actually a Canadian Dating application That Saves Times by Turning Every on line complement Into a Real-Life Date    Learning to make Up With The Girl After A Fight    Kaïs Saïed ordonne le retrait de son poster placardé sur un minaret    L'UGTT condamne les attaques sionistes contre Gaza    Apparitions médiatiques de Rached Ghannouchi : Un déni qualifié de la réalité    Festival du poisson à la Goulette : De plus en plus prisé    Tennis | Tournoi San José : Ons Jabeur éliminée en quarts de finale    MEMOIRE : Abdelwaheb DAMAK    La Tunisie condamne les raids menés par Israël dans la bande de Gaza    Treatment For Ebony Babes™ Focuses On Helping Ebony Women Proceed Off Their Exes    L'efficacité de l'action    Un Tunisien tué à Montréal : les détails    Décès d'un tunisien dans une fusillade à Montréal    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : 26/1/1978 26/1/2012… Il y a 34 ans, le Jeudi Noir
Publié dans WMC actualités le 26 - 01 - 2012

Il faut dire que l'affaire remontait déjà à 1976. Le gérant d'une grande usine textile à Ksar Helal avait jugé utile de brûler des balles entières de tissu. Aussitôt, les ouvriers avaient pensé que c'était là une manœuvre tendant à ruiner l'entreprise pour ensuite conduire jusqu'à la fermeture de l'usine. En guise de protestation, ils avaient observé une grève de plusieurs jours. En fait, il allait s'avérer que les balles de tissu incinérées étaient tout simplement défectueuses. Saisie de l'affaire, l'UGTT avait donné gain de cause aux ouvriers. Depuis, les grèves allaient se multiplier un peu partout dans le pays, touchant progressivement tous les secteurs.
Nous sommes à l'époque où l'UGTT, sous la direction de son président Habib Achour, était au plus haut de sa force. Toutes les filières de l'Union étaient d'ores et déjà mobilisées pour s'engager dans une lutte acharnée contre le pouvoir en place, mais pour des raisons assez floues. Grosso modo, les revendications portaient sur l'augmentation des salaires et la résistance à un pouvoir coercitif exercé par l'Administration (ce qui n'était pas tout à fait faux). Mais il importe de rappeler que la dernière tranche desdites augmentations salariales avait été servie au mois d'octobre 1977, soit une revendication irrecevable.
Aussi, Habib Achour décidait-il la grève générale à la date du 26 janvier 1978, et ce en dépit des menaces sérieuses du PSD de mater la grève par tous les moyens. Dès la matinée, les agents de l'ordre encadraient les principales artères de la capitale et environs, mais, face à des vagues humaines ayant envahi les rues, Bourguiba avait donné l'ordre à l'armée d'intervenir. Ce fut fait dès 13 heures. L'Avenue Bourguiba, mais également plusieurs régions du pays, s'étaient transformées en champs de bataille. A l'époque, on avait parlé, officiellement, de 51 morts et de centaines de blessés; selon d'autres témoignages, le nombre de morts dépassait vraisemblablement les 400 sinon plus.
Or, il semble que la raison principale de l'affaire 1978 soit ailleurs, que ce Bourguiba, proclamé président à vie depuis 1975, était sérieusement malade. A la question de savoir qui devait lui succéder en cas de vacance du pouvoir, Bourguiba aurait répondu: «Conformément à la Constitution, c'est le Premier ministre qui sera chargé d'assurer le restant du mandat jusqu'aux élections». Ainsi donc, Hédi Nouira était tout désigné pour succéder à Bourguiba, du moins provisoirement.
Selon d'autres témoignages, les propos de Bourguiba avaient offensé Habib Achour qui estimait que, l'UGTT et lui-même ayant contribué largement à la lutte pour l'indépendance (Achour avait fait la prison pour la cause), force était donc de reconnaître le mérite de l'Union en lui renvoyant l'ascenseur, c'est-à-dire en désignant Achour pour la succession.
Ce que nous pouvons dire ici, c'est que, pour avoir une idée très claire sur les événements de janvier 1978, il faudrait prendre en considération une seule référence sérieuse et très valable: «Les trois décennies Bourguiba» de Tahar Belkhoudja.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.