Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie - Film anti-islam et caricatures de Charlie Hebdo : Il y a toujours une limite à la liberté d'expression
Publié dans WMC actualités le 21 - 09 - 2012

Alors que les musulmans n'ont pas encore «digéré» l'histoire du film anti-islam de Sam Bacile, révélée par les médias, le 11 septembre 2012, voilà qu'un journal français (Charlie Hebdo) publie à quelques jours d'intervalle (le 18 septembre) des caricatures du personnage le plus respecté et vénéré des musulmans: le Prophète Mohamed (SAWS).
Ces deux affaires déchirent aussi bien l'opinion publique que les hommes politiques de nombreux pays occidentaux quant à la «faisabilité» de ces deux délits. En clair: peut-on, en s'appuyant sur une prétendue liberté d'expression, insulter les religions et s'attaquer à leurs symboles?
La chose et son contraire
Ceux qui répondent par l'affirmative soutiennent qu'il n'y a pas de limites à la liberté d'expression et de presse! Ils mettent en exergue, notamment aux Etats-Unis d'Amérique, le 1er amendement de la Constitution américaine. Ce dernier interdit au Congrès des Etats-Unis d'“adopter des lois limitant la liberté de religion et d'expression, la liberté de la presse ou le droit à s'«assembler pacifiquement»“.
D'autres évoquent plus généralement l'article 19 de la Déclaration universelle des Droits de l'Homme de 1948 qui stipule que: «Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considération de frontière, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit». Ils ajoutent généralement qu'il faut être «vigilant»: toute «exception faite à ce dispositif risque de préparer la voie à la censure».
Et ils n'ont pas raison. Le vécu quotidien dans de nombreux pays occidentaux montre bien qu'il est possible de faire la chose et son contraire au nom de cette liberté d'expression. En Europe, par exemple, de nombreuses personnes se sont toujours indignées en voyant, par exemple, le Pape, le père de l'Eglise catholique, sans cesse l'objet d'injures extrêmement agressives.
Faisons remarquer, à ce propos, que le grand sociologue français des médias, Francis Balle, soutient dans son célèbre ouvrage “Institutions et publics des moyens d'information“ que la «doctrine libérale de l'information» (celle qui prône le «laisser-faire») est «aux prises avec une contradiction logiquement insurmontable». Il explique: d'une part, celle-ci défend «la liberté d'information et la liberté à l'information», et, d'autre part, elle «admet que l'information constitue un service trop indispensable pour que ceux qui ont la charge de la société la livrent sans contrôle à des mécanismes sinon bloqués, du moins faussés» (Paris : Editions Montchrestien, 1973, 696 pages).
Dans son volumineux livre, Francis Balle explique comment les médias ont glissé petit à petit vers la propagande ou encore trusté le marché de la publicité à la faveur, entre autres, d'une concentration qui a porté tort a un pluralisme des idées.
Cette concentration a été l'objet, d'ailleurs, dans la plupart des pays du monde de lois qui interdisent donc, pour certains médias, de contrôler le marché de la presse ou une partie importante de celui-ci. Preuve s'il en faut que l'on peut légiférer et réglementer en matière de presse.
Des campagnes gratuites et absurdes de haine
Bien plus, la liberté de presse se trouve dans de nombreux pays limitée lorsqu'il s'agit du respect d'une éthique. Insultes, diffamation et propagation de fausses nouvelles: il est rare, notamment à ce niveau, que des lois, des réglementations ou encore des codes d'honneur ne se soient pas saisis pour mettre de l'ordre dans ce qui constitue des délits impardonnables.
Les faits nous ont démontré, le 18 septembre 2012, que pour beaucoup moins que le film anti-islam ou encore les caricatures de Charlie Hebdo, l'hebdomadaire français Closer s'est vu interdire la diffusion et la revente des photographies de nus de la femme du prince William de Grande-Bretagne, Kate Middleton; la justice française a condamné l'hebdomadaire français pour atteinte à la vie privée et ordonné que les originaux soient remis à la famille princière britannique.
Et cerise sur le gâteau, «l'article 24bis, dit «Loi Gayssot», en France, de la loi de 1881 sur la liberté de la presse, sanctionne l'expression publique des discours négationnistes à savoir la négation de l'ampleur ou de la réalité du génocide juif perpétré par les Nazis pendant la 2ème Guerre mondiale» (voir «La loi Gayssot », lien - L'encyclopédie Wikipédia nous enseigne que des lois similaires existent en Allemagne et en Belgique (voir « Loi Gayssot », lien.
Ce qui nous fait dire, sans mettre en cause –loin s'en faut- le bien-fondé de cette loi encore moins la réalité des pogroms allemands qui ont tué des Juifs au cours de la 2ème Guerre mondiale et sans appeler à des actions violentes, qu'il est possible de légiférer en matière de liberté d'expression pour éviter que des peuples et des religions soient atteints par des campagnes gratuites et absurdes de haine.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.