GOUVERNANCE | Une nouvelle organisation panafricaine destinée à renforcer le rôle du DAF en Afrique    Climat : Les litiges climatiques se multiplient, et "ça va entraîner des changements indispensables", selon le PNUE    Ephéméride : il y a sept ans, la Constitution est votée...    Tunisie – Ragaillardis par le soutien du Cheikh, les députés d'Al Karama devenus incontrôlables ?    Libye: Visite du ministre algérien des Affaires étrangères pour apporter son soutien à la tenue des élections libyennes    UADH suspendu de la cotation en Bourse et peine à trouver un partenaire stratégique    Démission de 7 membres du conseil municipal d'Ain Sobh Nadhour    Par Jawhar Chatty : Ibn Khaldoun, KS et RG    Covid-19 | Mahdia : 3 décès, 128 nouvelles contaminations et 135 cas de guérison    Le Front Polisario menace d'une "escalade militaire"    Les rythmes métissés d'Alune Wade    Un grand challenge en temps de pandémie    Tunisie-Violence à l'ARP : Abir Moussi agressée par Seifeddine Makhlouf [Vidéo]    La Tunisie fait partie des pays les plus affectés par le coronavirus en Afrique    Le secrétariat général de l'ARP adresse une correspondance à la présidence de la République pour lui notifier les résultats du vote de confiance    Chedly Ayari n'est plus    La cérémonie du serment aura-t-elle lieu ? qu'en décidera Kais Saied    UAPS – Référendum arabe : Ali Maaloul et Wahbi Khazri nominés    Maghzaoui : l'adoption du remaniement n'a pas été une surprise    Wifak Bank lance ses nouvelles solutions digitales, WIFAK Pay & WIFAK Pay Pro    BANQUES MODERNES: Les Fintech envahissent le monde et bientôt la Tunisie    Pour le 3e jour consécutif, les cours suspendus dans des établissements scolaires à Nabeul    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 27 Janvier 2021 à 11H00    Le Centre des études sur le Moyen-Orient de l'Université de Harvard s'engage pour six ans supplémentaires en Tunisie    Migration digitale : Le malheur de WhatsApp fait le bonheur de Telegram !    Tribune: «Il n'y a pas de volonté politique de réformer un système fiscal grossièrement injuste»    Amour, Gloire et Karama la série revient en force au Bardo    Programme TV du mercredi 27 janvier    Perspectives: Le moment de la mise à niveau des entreprises    Ligue 1 – Matches avancés de la 10e journée: L'EST survole l'OB, le CSS revient de loin !    Météo | Vents forts et pluies éparses en fin de journée    LIGUE 1 — 10E JOURNEE | CA-USM : sortir de l'ombre    JSK: Ne plus traîner en chemin    CONDOLEANCES: Mohamed BEN FRAJ CHEDLY    Théâtre| « Martyr » de Fadhel Jaïbi: Explosion nihiliste dans une structure morte    18e édition du Festival des cinémas d'Afrique du pays d'Apt (Fcapa) — Table ronde «Circulation immatérielle des films»: L'expérience collective du grand écran avant tout    Démarrage du cycle euro-tunisien destiné aux professionnels de la culture    Tunisie [Audio +Photos]: Déclarations après match Espérance Sportive de Tunis contre Olympique de Béja    Tunisie [Vidéo]: Des conducteurs de taxis manifestent pour réclamer des licences à Béja    Bloqués en Malaisie, des Algériens menacent de saisir l'ONU    Ligue 1 : L'Espérance de Tunis s'amuse avant le derby    Le premier ministre italien présente sa démission    Commémoration du 40e jour de son décès : Abdelwahab Bouhdiba, le sociologue émérite    Contrepoint | Culture... et interrogations    Covid-19 : Joe Biden durcit les règles d'entrée aux Etats-Unis    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Perspectives économiques mondiales :
L'optimisme mesuré de la Banque mondiale
Publié dans WMC actualités le 11 - 06 - 2015

Les pays en développement sont confrontés à de redoutables défis en 2015, notamment la menace d'une hausse des charges d'emprunt, alors même qu'ils s'adaptent à un nouvel environnement, caractérisé par le faible niveau des prix du pétrole et d'autres produits de base essentiels, qui se traduit par une croissance économique décevante pour la quatrième année consécutive. Ce sont là les conclusions de la dernière édition des "Perspectives économiques mondiales" que la Banque mondiale vient de publier.
La croissance des pays en développement atteindra en conséquence 4,4% cette année, 5,2% en 2016 et 5,4% en 2017.
«Moteur de la croissance mondiale après la crise financière, les pays en développement sont confrontés aujourd'hui à un contexte économique plus difficile», constate Jim Yong Kim, président du Groupe de la Banque mondiale. «Nous mettrons tout en oeuvre pour aider les pays à revenu faible ou intermédiaire à accroître leur résilience de sorte qu'ils puissent gérer cette transition de façon aussi sûre que possible. Nous pensons que les pays qui investissent dans l'éducation et la santé de leurs citoyens, qui améliorent le cadre de l'activité économique et créent des emplois en améliorant les infrastructures se trouveront en bien meilleure position dans les années à venir. Ces d'investissement aideront des centaines de millions de personnes à échapper à la pauvreté».
Pour la BM, la hausse attendue des taux d'intérêt américains accroîtra le coût des emprunts des pays émergents et en développement dans les mois à venir. Ce processus devrait toutefois se dérouler de façon relativement ordonnée grâce à la poursuite de la reprise économique américaine et à la persistance de la faiblesse des taux d'intérêt dans les autres grandes économies de la planète.
Selon les auteurs du rapport, cette perspective comporte cependant d'importants risques. De même que l'annonce initiale de la normalisation de la politique monétaire des Etats-Unis a créé des perturbations (le taper tantrum) sur les marchés financiers en 2013, le premier relèvement des taux d'intérêt par la Réserve fédérale des Etats-Unis depuis la crise financière mondiale pourrait engendrer de l'instabilité sur les marchés et réduire les flux de capitaux en direction des pays émergents dans une proportion pouvant aller jusqu'à 1,8 point de PIB.
Le sol bouge sous l'économie mondiale
«Lentement mais sûrement, le sol bouge sous l'économie mondiale. La Chine, qui a adroitement évité les nids-de-poule jusqu'ici, voit sa croissance économique fléchir quelque peu pour se diriger vers un taux de 7,1%; le Brésil, où les problèmes de corruption font la «une» des journaux, n'a pas autant de chance puisque sa croissance est négative. Créditée d'une croissance probable de 7,5% cette année, l'Inde figure, pour la première fois, en tête des courbes de croissance des principales économies établies par la Banque mondiale.
"Le possible relèvement des taux d'intérêt américains est la principale ombre planant sur ce paysage changeant", estime Kaushik Basu, économiste en chef et premier vice-président de la Banque mondiale. "Un tel phénomène pourrait freiner les flux de capitaux et alourdir les charges d'emprunt".
Une hausse des taux américains pénaliserait principalement les marchés émergents les plus vulnérables dont les perspectives de croissance se détériorent. Un ralentissement des mouvements de capitaux aggraverait les défis auxquels sont confrontés les pays émergents, exportateurs de produits de base.
«A moins qu'ils aient adopté des politiques prudentes pour consolider leur situation budgétaire et leur position extérieure, les pays émergents risquent de rencontrer des difficultés considérables lorsqu'il faudra faire face aux turbulences et autres répercussions susceptibles d'être provoquées par un resserrement de la politique monétaire de la Fed», commente Ayhan Kose, directeur du Groupe d'étude sur les perspectives de développement à la Banque mondiale.
Fléchissement économique des pays en développement...
La baisse des prix du pétrole et d'autres produits de base stratégiques a accentué le fléchissement de l'activité économique des pays en développement, dont un grand nombre sont fortement tributaires des exportations de ce type de produits. Certes, les importateurs de produits de base tirent profit du ralentissement de l'inflation, de l'atténuation des pressions en matière de dépenses budgétaires et de la réduction des coûts d'importation, mais le recul des prix pétroliers tarde à stimuler l'activité économique en raison des problèmes auxquels de nombreux pays continuent de se heurter: pénuries d?électricité, manque d?infrastructures essentielles, notamment dans le domaine des transports et de l?irrigation, incertitude politique, inondations et sécheresses d'une gravité exceptionnelle dues à des conditions climatiques défavorables..
Selon une analyse contenue dans le rapport, les pays à faible revenu, dont un grand nombre sont dépendants des exportations et des investissements dans le secteur des produits de base, sont vulnérables dans l'environnement actuel.
Durant la flambée des prix des produits de base survenue au milieu des années 2000, leurs économies se sont considérablement renforcées grâce à la découverte de métaux et de minéraux importants, aux investissements dans le secteur des ressources naturelles et à l?accroissement des exportations de produits de base.
Aussi, la perspective d'une faiblesse persistante des prix de ces produits pourrait-elle persuader les responsables de l'action publique d'investir leurs ressources dans une moindre mesure dans les métaux et les minéraux et davantage en faveur d?autres priorités économiques nationales susceptibles de stimuler la croissance.
Un tel scénario accroît d'autant l'importance de politiques visant à mettre en place des mécanismes à même de faciliter la transition et les réformes à l'appui de la croissance de secteurs autres que celui des ressources naturelles.
«Après quatre années de résultats décevants, la croissance peine toujours à prendre de la vitesse dans les pays en développement», déplore Franziska Ohnsorge, principal auteur du rapport.
«En dépit de conditions financières prometteuses, le ralentissement se prolonge dans de nombreux pays en développement sous l?effet des pénuries dont souffrent l?agriculture, l?énergie, les transports, l?infrastructure et d?autres services économiques vitaux. Il est donc d?autant plus urgent de mettre en oeuvre des réformes structurelles».
La reprise s'accélère dans les pays à revenu élevé
Dans les pays à revenu élevé, en revanche, la reprise s'accélère: la croissance reprend au Japon et dans la zone euro, tandis que l'expansion se poursuit aux Etats-Unis en dépit d'un début d'année atone.
Les pays à revenu élevé sont bien partis pour enregistrer un taux de croissance de 2% cette année, de 2,4% en 2016 et de 2,2% en 2017. La croissance mondiale progressera probablement de 2,8% cette année, de 3,3% en 2016 et de 3,2% en 2017.
Les risques qui assombrissent les perspectives des pays émergents et en développement continuent de peser sur la croissance. De nouveaux risques sont apparus alors que d'autres, tels que la possibilité d'une stagnation persistante au Japon et dans la zone euro, se sont atténués.
Au moment même où l'on attend une hausse des taux d?intérêt américains, on constate une diminution des notations positives parmi les pays émergents (notamment les pays exportateurs de pétrole), une augmentation des risques de volatilité sur les marchés financiers et une diminution des mouvements de capitaux.
Une hausse excessive du dollar américain pourrait freiner la reprise dans la plus grande économie mondiale avec les répercussions négatives que cela implique pour les partenaires commerciaux des Etats-Unis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.