Ligue des champions : L'Espérance de Tunis renversée par le Zamalek    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 février à 17H00    Thalassothérapie : La Tunisie, deuxième destination mondiale après la France    Fitch Ratings maintient la notation souveraine de la Tunisie à «B+» avec perspectives «négatives»    Nouveau Livre de Mansour Moalla: Sortie de crise et union nationale : pourquoi et comment ?    Libye: 60 missiles Grad tirés par l'armée de Haftar sur différents quartiers à Tripoli    Carthage Cement : reprise du processus de cession des participations détenues par l'Etat tunisien dans le capital de la société    Zamalek d'Egypte vs Espérance de Tunis: où regarder le match des 1/4 de finale de la ligue des champions d'Afrique du 28 février?    Natation – Dopage : Huit ans du suspension pour le nageur chinois Sun Yang    Mourad Chaaba à Sidi Bou Saïd : l'exposition à ne pas rater, dès ce samedi (Photos)    En vidéo : Huawei présente son AppGallery et annonce le lancement du Y7p    Cérémonie de passation de pouvoir à Dar Dhiafa à Carthage    TGM : Des travaux de rénovation de la station « Kheireddine » du 29 février au 6 juin 2020    CONDOLEANCES    Ligue des champions | Ezzamalek-Espérance – Quarts de finale aller au Caire (17h00) : Tout dépendra de ce match !    A la Maison de l'Image: une démarche de qualité    Bady Chouchane à l'espace Aïn: variations sur un thème    Chemins de l'herméneutique: le tournant heideggérien II    Tir | Championnat arabe en Egypte : De l'or et du bronze pour Olfa Cherni    Tennis | Open de Doha : Ons Jabeur n'aura pas démérité !    « Luxury Wedding Days » L'endroit idéal pour planifier un mariage de rêve ! Les 22 & 23 Février À l'Hôtel Le Palace Gammarth    Fakhfakh: J'ai pensé à Youssef Chahed depuis 2011 pour travailler ensemble    Risque d'infiltration du Coronavirus en Tunisie: Inquiétude aux frontières terrestres !    Riposte turque : Ankara ne stoppera plus les migrants en route vers l'Europe    Mécontentement des surveillants et surveillants généraux : Boycott des tâches administratives et pédagogiques    Omra et Coronavirus : Annulation de 42 charters Tunis/Djeddah et Tunis-Medina    Orange et SES ouvrent une nouvelle ère d'innovation en matière de connectivité par satellite avec le système de communication O3b mPOWER    Remonter la pente    Associations de microfinance Délai supplémentaire pour régulariser la situation    Coronavirus : Analyses négatives pour la citoyenne de retour de Milan    Une commission de la Fifa s'oppose à la délocalisation de matches    Foot-Europe: le programme du jour    Maghzaoui: Il faut revaloriser la formation professionnelle    Les neuf remerciements de Abdoo Saadaoui    Photo du jour : la Tunisie au rendez-vous avec la démocratie    Elyès Fakhfakh et son équipe déclarent leurs biens et intérêts à l'INLUCC    Plus de 30 militaires turcs tués dans une frappe syrienne à Idlib, la Turquie riposte    Tunisie : Les nouveaux ministres déclarent leur patrimoine    Le groupe Harkan sort son nouveau clip : « Farha » !    Météo : Prévisions pour aujourd'hui, vendredi 28 février 2020    (Idioracy) quand tu nous tiens    Coronavirus en Iran: prière du vendredi annulée, cinéma et théâtre fermés    Tunisie: un défilé unique à l'FT “Over fifty… et alors ?” avec des personnalités tunisiennes et françaises    La cinéaste canadienne d'origine tunisienne HEJER CHARF annonce que son film « BEATRICE UN SIÈCLE » sera projeté au Théâtre auditorium Poitiers    Coronavirus en France: le dernier jour du carnaval de Nice annulé (maire)    Kasserine : Un terroriste abattu par la garde nationale        Coronavirus : trois nouveaux morts en Iran    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Projet de loi sur la friperie :
Incompréhension, colère et friction
Publié dans WMC actualités le 08 - 10 - 2016

Près de 90% des Tunisiens, découragés par les prix exorbitants du prêt-à-porter et souvent déçus par le manque de choix, achètent des vêtements d'occasion, importés principalement d'Europe.
La Tunisie importe annuellement quelque 80.000 tonnes de vêtements usagés qui sont répartis sur plusieurs dépôts dans toutes les régions du pays, selon la Chambre nationale syndicale des commerçants grossistes fripiers.
Dernièrement, les commerçants grossistes des vêtements d'occasion ont menacé de mener une grève générale pour protester contre un projet de loi imposant l'importation de vêtements d'occasion semi-triés. Cette annonce a suscité des réactions de la part des citoyens et des vendeurs.
D'après Fethi Bozrati, président de la Chambre syndicale nationale des importateurs-exportateurs et récupérateurs des vêtements d'occasion, environ 2.000 commerçants détaillants exercent actuellement sans autorisations.
Pour sa part, le président de la Chambre nationale syndicale des commerçants grossistes fripiers, Sahbi Maâlaoui, importer du semi-trié c'est évidemment augmenter les prix à tous les niveaux. "Si l'on augmente les prix en n'important que du semi-trié, il n'y aura plus d'intérêt ni pour l'acheteur ni pour le commerçant", a-t-il affirmé à l'agence TAP.
Un secteur florissant...
"Le secteur assure 200.000 emplois et nourrit environ 200.000 familles", selon ses propos. Un autre vendeur de vêtements d'occasion, qui a requis l'anonymat, accuse les "barons de la friperie et des sociétés de commerce d'être les initiateurs de ce projet de loi. Le jeune homme, maîtrisard en mathématiques, exerce ce métier depuis 8 ans et avoue qu'il y a "des bons et des méchants".
"Ils veulent s'emparer de cette activité qui fait vivre des milliers de personnes. Déjà, les taxes ne sont pas organisées et les friperies ne sont pas gérées uniquement, par les municipalités, il y a des barons qui font la loi", lance le vendeur.
Selon la Chambre nationale syndicale des commerçant grossistes fripiers, le projet de loi prévoit la création de sociétés commerciales pour l'importation de vêtements d'occasion "semi-triés" destinés aux usines bénéficiant du régime des dépôts industriels.
Cette loi interdira aux actuelles sociétés importatrices des vêtements d'occasion l'importation de ces derniers et ouvrira la voie à d'autres sociétés commerciales. Elle sera une menace pour le secteur dont le chiffre d'affaires est estimé à 120 millions de dinars par an", a affirmé aux médias le président de ladite chambre.
Le communiqué sibyllin
Pour sa part, le ministère de l'Industrie et du Commerce a démenti, mercredi 5 octobre, dans un communiqué, l'information sur l'interdiction de l'importation des vêtements d'occasion, sans donner davantage d'explications. "Le projet de loi n'est pas encore parachevé", a affirmé, à l'agence TAP, Faten Belhadi, directrice du commerce intérieur au ministère.
"Nous avons juste défini les principaux objectifs assignés à ce projet de loi mais nous n'avons pas encore élaboré le texte". Le projet vise, particulièrement, à organiser le secteur, à garantir la transparence des transactions et à assurer la libre circulation des professionnels, assure-t-elle.
Belhadi a, par ailleurs, indiqué que l'élaboration de ce projet de loi a été recommandée aussi bien par les services de la Douane que par les professionnels du secteur qui revendiquent la révision du décret en vigueur.
Restructurer le secteur pour dissuader l'évasion fiscale
Pour l'ancien ministre du Commerce, Mohsen Hassen, "investi par les intrus, le secteur de la friperie n'est pas organisé. La corruption y sévit et l'évasion fiscale totalise 100 millions de dinars. Bien que les données officielles fassent état d'un secteur qui regroupe 288 commerçants de gros, 3.689 commerçants de détails, et environ 10.000 travailleurs exerçant sur le terrain (dont la moitié uniquement bénéficie d'une couverture sociale), le nombre effectif des personnes opérant dans ce secteur est beaucoup plus important".
Les investissements réservés à cette activité, qui compte 47 entrepôts industriels autorisés, s'élèvent à environ 100 millions de dinars, a-t-il dit.
Ce secteur joue un rôle économique et social très important puisqu'il représente le fondement de l'économie solidaire, selon ses propos.
Quant aux défaillances du secteur, Mohsen Hassan cite notamment une faible valeur ajoutée, une faible rentabilité fiscale (13 millions de dinars uniquement en 2013) et l'évasion fiscale (100 millions de dinars en 2013), outre des difficultés au niveau du contrôle douanier et l'importance des déchets générés (126.000 tonnes de déchets détruits en 2013).
Afin de faire face à ces problèmes, l'ex-ministre a recommandé l'organisation de ce secteur, en se mettant d'accord avec les professionnels sur la nature du régime à adopter. Il a proposé aussi d'annuler le recours à une autorisation du gouverneur pour exercer ce métier et d'opter pour la libre circulation des professionnels.
D'après lui, les vendeurs de vêtements d'occasion ne doivent pas être contraints à exercer leur métier dans un gouvernorat bien précis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.