Hamma Hammami : « Le mouvement Ennahdha est le seul responsable de la crise que connait le pays »    Tunisie : Le ministère de la Santé autorise la commercialisation du vaccin astrazeneca    Saied à Kairouan pour s'informer des préparatifs en cours pour la réalisation du projet de la cité médicale des Aghlabides    8% des Tunisiens sont satisfaits du rendement de Ghannouchi, selon Emrhod    Rached Ghannouchi fait passer un message à ses partisans    Hichem Mechichi garde espoir...    Ghannnouchi appelle partis et forces politiques au dialogue    Les routes fermées suite à la manifestation d'Ennahdha    Sadok Mzabi acquiert 226 290 actions ARTES    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    Le leader du courtage en assurance et réassurance, Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Tunisie Telecom meilleure performance du réseau mobile en 2020    AIL : 1194 contrats de leasing reportés sous l'effet Covid hausse des produits de leasing    Si la justice m'était « comptée »...    Associer à une formation scientifique d'excellence, une ouverture intellectuelle...    L'Europe s'inquiète, les USA s'estiment «en avance»    Penser l'histoire et la religion    Les trois religions à l'unisson    Covid-19 : Baisse de la pression sur les lits de réanimation et d'oxygène à l'hôpital de La Rabta    Tunisie-Ligue 1 : Classement général avant les matches de la 14ème journée    Lancement digital d'OPPO Reno 5 | Reno5 5G : une première en Tunisie    Un nouveau système informatique intégré pour la douane tunisienne    Augmentation des prix des tickets des bus et métros? Chakchouk clarifie    Vers une légalisation du cannabis au Maroc    Sur 3 961 analyses 666 contaminations détectées hier    Météo : Un temps brumeux et ciel peu nuageux pour ce week end    CA: Réagir ou périr !    Billet: Un univers déconnecté    Le FMI met en garde contre le risque d'insoutenabilité de la dette publique à défaut de réformes en Tunisie    Tunisie-Ligue 1 (J14): les matches de ce samedi    CS Sfaxien : Moncef Khemakhem réélu à la tête du club    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    Huile d'olive: Pas d'augmentation des prix pendant Ramadan    CONTROLE DES UNITES DE PECHE PAR SATELLITE: Période expérimentale jusqu'au mois de juin prochain    « ADN » de Maïwenn à l'Institut français de Tunisie: Une quête de descendance    « Shayatine » de Amel El Fargi et Wael Merghni: Ecritures croisées, territoire commun    Concours de Miss Tunisie 2021: Le challenge de l'humanitaire    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Agriculture : La Tunisie abandonne l'ammonitre
Publié dans WMC actualités le 30 - 07 - 2007

A partir de septembre prochain, la Tunisie a décidé d'abandonner définitivement l'ammonitre, principal fertilisant utilisé jusqu'ici au fort taux de 90% par les agriculteurs, et de le remplacer par deux autres engrais azotés : l'ammonium nitrate sulfate (ANS) et l'urée, retenus désormais comme des intrants essentiels pour l'amélioration de la production agricole au double plan de la qualité et de la quantité.
L'efficience de ces deux engrais, fruit de trois années de cogitations et de négociations serrées entre experts, a été prouvée à l'échelle internationale quant à leur apport dans la préservation de l'équilibre alimentaire de la plante et l'amélioration de sa croissance.
Les deux nouveaux engrais présentent également l'avantage de répondre aux exigences de l'agriculture tunisienne et à ses spécificités au plan du climat, du sol et des systèmes agricoles. L'urée, par exemple, peut fournir 46% des besoins des plantes en azote contre 33% pour l'ammonitre. L'ANS, qui fournit quant à lui 26% de ces besoins, contient également du soufre (13%), un produit nécessaire à la croissance de la plante.
L'apport de ces engrais en azote induit deux effets principaux. Il agit sur la quantité produite à une date donnée, c'est ce qu'on appelle l'effet sur le rendement. Il agit aussi sur la précocité du produit.
Toutefois, il importe d'en rationaliser l'usage. Les plantes absorbent l'azote en fonction de leurs besoins et de sa disponibilité dans le sol. Car la surfertilisation a des impacts négatifs sur le système écologique (pollution de l'eau).
Conséquence : le défi agricole national est clair. Il s'agit de produire plus et de cibler la qualité. Ultime objectif : miser sur une agriculture qui concilie entre production de qualité, rentabilité et protection de l'environnement.
Officiellement, la décision d'abandonner l'ammonitre, qualifiée d' « objective » par tous les experts, a une portée « préventive ». Les autorités tunisiennes entendent prémunir ouvriers d'usine, agriculteurs et simples citoyens des dangers que présentent cet engrais, notamment, lors de son stockage et de son mélange - contact avec d'autres produits.
Tout le monde se rappelle le terrible accident qui a eu lieu dans l'usine AZF à Toulouse en septembre 2001. L'explosion de sacs remplis d'ammonitre en etait la cause.
Est il besoin de rappeler ici que l'ammonitre, de par sa composition chimique, est un produit dangereux qui peut exploser de plusieurs façons. A titre indicatif, il peut exploser par l'effet d'un simple éclair par temps d'orage.
L'urée et l'ANS sont par contre des produits dits « stables » et ne font encourir aucun risque à leur utilisateur.
Pour mieux sensibiliser les agriculteurs à la bonne utilisation des nouveaux engrais, l'Institut national d'agronomie de Tunis (Inat) a organisé, mi juillet 2007, une journée d'information sur le thème, "Maîtrise de l'engrais azoté : des substituts à l'utilisation de l'ammonitre"avec le concours de la direction générale de la production agricole et le groupe chimique tunisien.
Finalité : vulgariser les spécificités techniques et économiques des substituts de l'ammonitre et sensibiliser les intervenants dans le secteur à l'enjeu de respecter les conditions d'utilisation efficiente des engrais et les règles de sécurité et de protection des dangers pouvant en résulter.
Quant aux les conséquences de cette décision de l'ammonitre, elles sont multiples.
Première conséquence : l'usine de Gabés, qui produisait 180 mille tonnes d'ammonitre par an, sera adaptée à la nouvelle donne.
Selon, M. Meddeb Hamrouni, PDG du du Groupe chimique tunisien (GCT), le groupe dispose d' un projet de mise à niveau de l'usine de Gabès pour un coût total de 25 millions de dinars pour la production des alternatives de l'ammonitrate : l'urée et l'ANS.
Deuxième conséquence : « Parallèlement, à ce projet d'investissement, a dit le PDg du GCT, le groupe, pour garantir l'approvisionnement du marché local en ces deux nouveaux engrais, a arrêté, un programme d'importation de ces engrais.
Il s'agit d'importer, à partir de juillet 2007, une moyenne de 25 mille tonnes de curée et d'ANS. D'ici, fin septembre 2007, un stock de 60 mille tonnes sera mis en place. Dans le détail, quelque 60 mille tonnes d'urée et 120 mille tonnes d'Ans seront importés annuellement, moyennant une enveloppe de 40 millions de dinars.
Reste la délicate question des prix. Selon des responsables du groupe chimique tunisien (GCT) les prix des deux nouveaux engrais seront alignés sur le coût de l'azote dans l'ammonitre agricole.
La charge des coûts additionnels sera supportée par la compensation qui sera de l'ordre de 10 à 12 millions de dinars par an.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.