Tunisie | Covid-19 : 80 décès et 2059 nouvelles contaminations recensés en 24 heures    42% des jeunes au chômage ont trouvé un emploi par leurs propres moyens (Etude)    BCT : Hausse des billets et monnaies en circulation de 17%, à la date du 21 janvier    Tunisie : La crise de l'ammonitrate et la colère des agriculteurs    La Chambre de commerce et d'Industrie de Sfax exhorte les entreprises intéressées par le projet de la Zone Logistique de Gargour de rejoindre le Consortium Régional    Le bateau transportant des bovins soupçonnés d'avoir la maladie de la langue bleue interdit de débarquer au port de Bizerte (OMMP)    Le PDL va proposer des motions de censure à l'encontre de Mechichi et Ghannouchi    Mohamed Hédi Chérif n'est plus!    Tunisie – Education : Les surveillants et surveillants généraux persistent dans leur grève ouverte    Ligue 1 : L'AS Soliman plonge le CA en plein crise    CAN U17 : La Tunisie n'ira pas en phase finale    Tunisie – ALERTE METEO : Avis de tempête    Pr. Mohamed Douagi : Allez circulez, il n'y a plus rien à voir    Par Jawhar Chatty : Peut-on dire de quelqu'un qu' il a été enterré en grande pompe ?    Moi et mon cancer...    A «l'Orient-Express»... le voyage n'était pas de tout repos    La continuité dans un esprit de changement    Singularités et textures monumentales (2/2)    Covid-19 : Le gouvernorat de Tunis enregistre le bilan quotidien le plus élevé en 24 heures    Mechichi reçoit des membres du bloc parlementaire al-Karama    Foot-Europe: le programme du jour    Tunisie: En images, des éleveurs à El Hencha en colère contre la pénurie du fourrage    DECES: Abderrahmane BEN MESSAOUD    EST-ST :2-1 | Revoilà Khénissi !    Ligue 1 — 9e journée L'USM se reprend, la JSK au bout du rouleau !    NEWS: Revoilà Maher Haddad    Mes odyssées en Méditerranée: "Simpaticuni", premier Journal siculophone de Tunisie (1911-1933)    «Night in Tunisia» par-delà le temps et les frontières: Les pérégrinations d'un morceau    On a lu pou vous : « Chroniques de la Révolution tunisienne : Chroniques 2011/ 2014 » de François G.Bussac: Chroniques contre l'oubli    Rachida Triki, spécialiste en esthétique et philosophie de l'art, à La Presse : « La misère symbolique est une menace pour l'éducation du goût et l'exercice de la pensée »    Prix à la consommation et inflation 2020: Chute évolutive du taux d'inflation    Célébration de la journée mondiale de la culture africaine et afro descendante le 24 janvier de chaque année    Mondial de handball 2021 – Maroc vs Chili en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Tunisie – Les nouveaux joujoux de la police tunisienne arrivent à bon port !    Tunisie-Culture: Autorisation aux espaces culturels et artistiques d'organiser leurs activités!    Voici pourquoi la souche britannique pourrait provoquer une mortalité accrue    Covid-19 : Une situation sanitaire extrêmement grave    Le FMI appelle la Tunisie à prioriser les dépenses de santé et met en grade contre un déficit de plus de 9%    «Mâ lam tasqot mina elomôr... lam taôd khadra» (Celle qui ne tombe de l'âge... n'est plus verte), recueil de poèmes de Amor Daghrir : La patrie est une femme !    Etats-Unis: Le procès de Trump devant le sénat débutera le 8 février    Tunisie: Dialogue, dialogue...quand tu brides l'action    Mustapha El Haddad: L'embrigadement des jeunes pour le jihad «Le paradoxe tunisien»    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    JEEP RENEGADE best-seller en 2020    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Tunisie : Des partis de la haine au gouvernement de la reconstruction ?
Publié dans WMC actualités le 02 - 09 - 2020

Mardi 2 septembre 2020 marque, peut-être, un tournant dans l'ère de la Tunisie post-14 janvier 2011. Car pour la première fois depuis dix ans, nous assistons à la formation d'un gouvernement où les partis sont pratiquement inexistants et où les compétences sont un pur produit de l'Administration tunisienne.
Il faut reconnaître que notre pays a beaucoup souffert des partis qui offrent les postes ministériels aux courtisans, aux opportunistes et aux plus proches, faisant fi de leurs propres compétences et dédaignant peuple et hauts intérêts de l'Etat.
Les gouvernements des partis, les instances souveraines des droits-hommistes qui ont fragilisé l'Etat, les ONG qui se sont substituées à la justice et à l'Etat, les apprentis politiciens anarchistes et destructeurs et des médias répartis entre professionnels patriotes, mercenaires de la plume et des plateaux radiophoniques et télévisés et d'autres acculés à se soumettre aux ordres de ceux qui leur donnent chaque fin de mois un salaire de misère pour pouvoir survivre.
C'est une pieuvre dont les tentacules ont atteint organisations nationales, institutions de l'Etat et qui sont au service des nouvelles mafias qui ont occupé tous les centres de décision depuis la "révolution". Il en est ainsi en Tunisie depuis 2011 ! Bien sûr, il y a eu la "démocratie et la liberté d'expression" (sic). Il y a eu aussi la liberté d'action et de réaction !
On peut mettre en faillite le groupe CPG et écarter la Tunisie de la carte des producteurs et des raffineurs du phosphate et trouver une armée de défenseurs sur les réseaux sociaux et dans l'enceinte même du Parlement pour défendre les acteurs de la mise en faillite d'un fleuron industriel.
On peut fermer les vannes de la production pétrolière et gazière dans l'impunité totale sans que l'Etat exerce ses prérogatives et mette fin à des mouvements de contestation absurdes et dans nombre d'entre intéressés et politisés.
Bref, depuis 2011, l'Etat a perdu le monopole de la contrainte légitime gracieusement offert par les militants opposants éternels aux protestataires et même aux criminels qui recourent très souvent à la violence pour défendre leurs transgressions innombrables de toutes les lois en vigueur. Nous avons vécu les assassinats d'officiers de la Garde nationale par des contrebandiers aux frontières, et autres bavures dans un mutisme suspect de la part des médias et des décideurs politiques. Des assassinats qui n'ont pas beaucoup inquiété une classe politique structurellement opposante et "révolutionniste" qui négocie avec les bandits qu'elle considère comme des militants et condamne toute tentative de l'Etat de protéger les acquis nationaux.
Le gouvernement Mechichi ré-édifiera-t-il l'Etat ?
N'est pas homme d'Etat qui veut et en Tunisie, et ce ne sont pas les années de prison, du militantisme basique ou du loyalisme aveugle qui peuvent en produire ! Nous avons vu des partis projeter des incompétents notoires à la tête de départements ministériels importants sans aucune considération pour les intérêts du peuple et du pays.
En témoigne d'ailleurs le choix de certains ministres par les partis qui ont composé le gouvernement Fakhfakh et nullement qualifiés pour gérer des départements aussi importants que ceux de l'Education nationale, du Commerce ou des Domaines de l'Etat. Suffit-il d'être politique pour décider de l'avenir d'une nation ? Ce qui nous renvoie à la célèbre citation de Lénine : «En Union soviétique, même les cuisinières peuvent gérer un Etat».
En Tunisie, plus que de choisir des incompétents, nous avons vu les partis de la haine diriger l'Etat ! Leur seul projet se réduisait au règlement de comptes ou la clôture de dossiers compromettants pour eux ou pour leurs bailleurs de fonds, courtisans et financiers.
Le gouvernement Mechichi, qui a reçu mardi 1er septembre la bénédiction de l'ARP avec 134 voix, est le premier depuis 2011 à être majoritairement composé de (hautes) compétences administratives, énarques et juristes, pur produit du système. Les ministres économiques sont hautement qualifiés et réputés pour leur maîtrise des dossiers.
Conscient de l'importance de rompre avec le cycle dramatique des gouvernements politiques qui comptent plus d'échecs que de réussites, le think tank cercle Kheireddine avait appelé en août à la formation d'un gouvernement de compétences : "nous proposons la rupture et le redressement". On pouvait lire dans son appel à la nation : «Nous proposons de désigner un chef de gouvernement en charge de la formation d'un gouvernement (qu'on pourrait appeler "de salut public", "de compétences nationales"... ), composé de grandes personnalités nationales, dotées d'un très haut niveau de compétence, patriotes, à l'éthique irréprochable, immédiatement opérationnelles, capables de redresser l'économie du pays».
Pour le Cercle, la tâche fondamentale dévolue à ce gouvernement est celle du redressement, du développement et de la refondation de la Tunisie. L'œuvre de redressement et de développement doit être « organisée, structurée, codifiée » et passible d'une évaluation et d'un contrôle partant d'une une feuille de route qui fixe les droits et obligations réciproques.
Samir Majoul, président de l'Union tunisienne de l'industrie, du commerce et de l'artisanat (UTICA), avait également appelé à la formation d'un gouvernement de compétences économiques indépendantes de tous les partis politiques pour sauver le pays dans un contexte des plus difficiles.
Il s'agit de savoir aujourd'hui si Hichem Mechichi peut négocier une trêve sociale avec l'UGTT pour que le gouvernement puisse avancer sans embûches dans la relance de l'économie et le rétablissement de l'ordre et de la loi et s'il peut résister aux pressions des partis habitués à intervenir dans tout ce qui touche à la marche des affaires de l'Etat pour préserver leurs intérêts et ceux de leurs partis.
En un mot, la Tunisie passera-t-elle des partis de la haine au gouvernement de la reconstruction ?
Amel Belhadj Ali


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.