Le président de l'ARP reçoit les ambassadeurs du Royaume-Uni et d'Irak en Tunisie    Twitter suspend un compte de l'ayatollah Ali Khamenei    Kaïs Saïed présente ses condoléances à la famille de Meherzia Laabidi    Ce soir, le film documentaire «Boxe avec elle» : Les boxeuses vous parlent...    Les retraités affiliés à la CNSS peuvent désormais encaisser leurs pensions à travers les DAB    Semaine boursière : Le marché boursier termine sur une note négative    Olympisme : Le président du CIO se félicite du partenariat entre le CNOT, le gouvernement tunisien et l'OMS    Coronavirus-Gouvernement Mechichi: Le gouvernement des paradoxes    Zone logistique de Gargour (Sfax) : Appel à manifestation d'intérêt    Ligue 1 (9e journée) : Une affiche prometteuse en vue entre l'ES Tunis et le Stade tunisien    Zinedine Zidane (Real Madrid) testé positif au Covid-19    Covid-19 : 15% des entreprises ont réduit le nombre de leurs employés pendant la crise sanitaire (étude)    Tunisie-Béja: Des protestataires bloquent le passage des camions chargés de blé    Coronavirus: Les Etats-Unis déterminés à accélérer l'acheminement du vaccin vers la Tunisie    Tunisie : Le juge Mekki Ben Ammar, libéré    Rencontre entre le président de la CONECT M. Tarak Cherif et l'ambassadeur d'Allemagne en Tunisie, son excellence M. Peter Prügel    D'importantes quantités de riz, de café et de lait importées par l'OCT, sont avariées    Le musée national du Bardo : Cinq ans après le terrible attentat du 18 mars 2015    Donner sa chance à la chanson tunisienne ?    Présentation du livre de Khaled Derouiche : «Le dernier texte», traduction de M. Mohamed Baligh Turki    Le film "Fathallah TV,10 ans et 1 révolution plus tard" disponible en ligne sur le site de la FCAPA    Handball — Après notre élimination du Mondial: Dédramatisons !    USM: Une deuxième victoire pour décoller    NEWS: Ramzi Ferjani renforcera les U20    CONDOLEANCES    Selon L'UTICA, l'arrestation de Nabil Karoui n'est pas la solution    REMERCIEMENTS ET FARK: Jalel OUAJA    Confinement, des résultats en dessous des attentes ?    Coronavirus: De nouvelles contaminations à Zaghouan    Tunisie – vaccin anti-Covid: 100 mille citoyens déjà inscrits sur la plateforme Evax    Investissement Direct Etranger (IDE) en recul: L'instabilité continue à faire fuir les entreprises    Ils ont dit    La présidence a-t-elle arrêté le dialogue national ?    Programme TV du vendredi 22 janvier    Handball Mondial-2021 / Norvège vs Algérie en direct et live streaming : comment regarder le match ?    La poésie en questions: Histoire de versifications    Exposition personnelle «Des moments de peinture» de Qays Rostom à la galerie Saladin: Des actions de création    Les cadres de la Caisse des Dépôts et Consignations Tunisie à l'école de la BAD    Météo: Pluies attendues à partir de cette nuit dans le nord et localement le centre    Meherzia Labidi est décédée : la voix tonitruante d'Ennahdha au Bardo    Etats-Unis-Investiture: Kais Saied félicite Joe Biden    De Trump à Biden: la force de la symbolique    Festival de la chanson tunisienne 2021: 35 artistes confirmés et émergents sont nominés    Deux policiers et un citoyen tués dans une fusillade à Riyad    Au moins deux morts dans une forte explosion d'un immeuble au centre de Madrid    Dans une capitale sous haute surveillance, le nouveau président des Etats Unis Joe Biden prête sement    Le président algérien s'est fait opéré en Allemagne    L'efficacité du 2ème vaccin russe anti-Covid est de 100%    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





" La montée en puissance de l'épidémie en septembre a mis à nu de graves limites d'organisation et de préparation (Médecin expert en santé publique)
Publié dans WMC actualités le 28 - 11 - 2020

" La montée en puissance de l'épidémie en septembre a mis à nu de graves limites d'organisation et de préparation ", a déclaré samedi Abdelwaheb El Abassi, médecin expert en santé publique lors de la 24e édition du congrès annuel du Comité National d'Ethique Médicale.
La Pandémie du coronavirus était une crise attendue mais qui surprend, a-t-il dit. El Abassi a estimé que le maintien de la vigilance était difficile au cours de la période d'accalmie (Juin – Août) ce qui a conduit à une deuxième phase de propagation du coronavirus difficile face à la faible préparation du système de santé.Il a, en outre signalé, que les circuits Covid ont été tardivement mis en place.
" L'ensemble du système de santé n'a pas été préparé face à l'absence de plans blancs pour les hôpitaux ", a-t-il indiqué faisant remarquer que la 1ère ligne a été marginalisée malgré son potentiel de couverture géographique.L'intervenant a tenu à rappeler que la gestion de la propagation de cette pandémie avait des conséquences néfastes estimées majeures dont notamment la continuité des soins, les conséquences sur la santé mentale (Insomnie, violence…), l'interruption de scolarité prolongée préjudiciable, l'appauvrissement des ménages sans rentes ou salaires garantis, le problème de survie de la population vivant dans la précarité, l'augmentation du chômage, l'aggravation des inégalités et la chute du PIB.
Pour Dr Rym Ghachem, Psychiatre à l'hôpital Razi, le confinement a imposé une réorganisation de la société à savoir, l'isolement des individus, la distanciation sociale, le bouleversement des rôles au sein de la famille et une nouvelle gestion du temps et de l'espace.
Cette nouvelle situation a engendré une augmentation de 58% du nombre des patientes nécessitant une hospitalisation en milieu psychiatrique dans le mois suivant la fin du confinement et encore le double en ce qui concerne les hommes."
Pendant le mois de mai 2020, l'hôpital Razi a comptabilisé 55 hospitalisations dont 28 nouvelles admissions (37 réintégration d'anciens patients) ", a-t-elle révélé.
Les motifs de l'hospitalisation étaient à 50% liés à l'hétéagressivité et à 17% liés aux fougues. En effet, les troubles psychologiques durant la pandémie peuvent être graves et invalidants.
Il s'agit d'état de stress post traumatique dans les familles touchées par la Covid19, d'anxiété sous toutes ses formes, de dépression chez les anciens patients et de décompensation des patient due à une difficulté à se procurer les médicaments.Par ailleurs, Jalila Ben Khelil, membre de la commission scientifique de lutte contre la COVID19 a indiqué dans son intervention que la commission s'est trouvée devant des dilemmes éthiques en rapport notamment avec les mesures prises pour la lutte contre la pandémie.
Il était question, dès le début, d'instaurer un équilibre entre les mesures de distanciation et de confinement d'un côté et les principes éthiques fondamentaux, tels que la bienfaisance, le respect de la dignité, de la justice, du droit à la vie et de l'accès aux soins, de l'autonomie de chaque personne et évidemment de l'information, a-t-elle indiqué.
Le caractère justifiable de ces mesures émane, selon Ben Khelil, de la bienfaisance attendue et la prudence adoptée par les autorités sanitaires pour protéger la population.Ceci étant, ces mesures ont eu des répercussions sociales et économiques importantes pour une certaine catégorie de personnes fragiles.
Ben Khelil a aussi noté une rupture avec les structures habituelles de support et de soutien et un risque d'une diminution de la responsabilisation de la personne par rapport à ses propres décisions de santé et de vie sociale.
C'est pourquoi il était question, dès le début de la pandémie, de résoudre ce conflit de valeurs entre protection individuelle et collective d'une part et respect de l'autonomie et de l'indépendance d'autre part, a-t-elle expliqué.
Selon elle, le problème réside dans l'application difficile de ces mesures à contrebalancer avec les libertés et les droits fondamentaux.
Les enjeux les plus importants sont, selon Ben Khelil, à ce stade liés à l'équité dans l'organisation et la planification des services dans notamment l'accès aux lits de soins intensifs et aux respirateurs artificiels (triage des patients en détresse) et l'accès aux éventuels vaccins.
Un autre enjeu s'est aussi imposé, a-t-elle ajouté. Il s'agit de la gestion du personnel mobilisé pour répondre à l'épidémie.
" En effet, il ne faut pas épuiser ces acteurs essentiels, il faut assurer leur prise en charge psychologique, leurs accès à l'équipement de protection et leur formation quant à l'utilisation des équipements nécessaires ", a-t-elle expliqué.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.