Tunisie – Vandalisme et pillages dans plusieurs régions de Bizerte    Hand – Mondial 2021 : La Tunisie rate la relance face au Brésil    Samia Abbou admise à l'hôpital militaire    Dernière Minute – Coronavirus : 76 décès et 2859 nouvelles contaminations, Bilan du 16 janvier    Régression à 30 mille tonnes des exportations tunisiennes de fruits en 2020    Annonce mi-février 2021 des résultats de l'appel à candidatures pour le programme national des villes intelligentes    Avoirs spoliés en Suisse : La société civile appellent le président Saïd à demander une prorogation des mesures de gel    Réouverture des mosquées : Appel au strict respect du protocole sanitaire    Tunisie: les nouveaux ministres du gouvernement Mechichi    Tunisie – IMAGES : Les casseurs arrêtés cette nuit sont en majorité des mineurs    Barça – Athletic Bilbao : sur quelle chaîne voir le match ?    Football : Programme TV de ce dimanche 17 janvier 2021    L'Algérie pose une condition pour partager son vaccin avec la Tunisie    Vers cinq millions de morts du Covid-19 en mars?    A l'épreuve de la violence et de l'extrémisme    Inter vs Juventus : Où regarder le match en liens streaming    Commerce de cigarettes: le commerce parallèle brille de mille feux    Focus Business: Quand les usuriers apparaissent !    Mondial de Handball : La Tunisie rencontre le Brésil aujourd'hui    Siliana: Retour au calme après des heurts avec la police    Saviez-vous que le premier journal imprimé en Tunisie était en langue italienne ?    Gouvernement Mechichi : Youssef Ben Brahim, ministre de la Culture (Biographie)    Samia Abbou admise à l'hôpital    Gouvernement Mechichi : Ridha Ben Mosbah, ministre de l'Industrie (Biographie)    Ouided Bouchamaoui: Trois exigences d'avenir    Afrique : Nomination de Sami Gargouri à la tête de BSIC banque – branche du Sénégal    Sur les pas de Merkel: Armin Laschet président de la CDU en Allemagne    Du côté du prétoire    Les astuces oubliées de l'auto-approvisionnement alimentaire    Faut-il en rire ou en pleurer ?    Sombre fin de règne pour Trump Un ministre démissionne et dénonce les discours post-élection    Les nouvelles procédures douanières créent des pénuries    Compétitions interclubs de la CAF 2020/2021: Période d'enregistrement additionnel ouverte jusqu'au 31 janvier    Ma revanche sur le... coronavirus    Le coach du PSG, Pochettino infecté par le Covid-19    La Tunisie ouvrira, jeudi prochain, à Alger, contre la Libye    Bruits et chuchotements    La complainte de l'Acropolium    La fabuleuse histoire de l'épave de Mahdia    Biographie de Youssef Ben Brahim, pressenti au poste de ministre de la Culture    Par Henda Haouala : Les JCC 2020, Cherchez la logique !    Youssef Fennira, pressenti super ministre de la Formation professionnelle et de l'Emploi, et plus...    Le marché Boursier clôture vendredi sur une note quasi-stable (+0,09%)    «Fi Aal mIyeh al maliha» (Dans les eaux salées), autobiographie littéraire de Rafika Bhouri : La femme qui aimait la révolution !    Un test PCR négatif sera désormais exigé pour tous les voyageurs arrivant en France    USA: Trump: La vraie cause de ma suspension des réseaux sociaux est politique…mon discours été totalement approprié    Intox : Aucun pilote tunisien n'a été renvoyé à cause d'un vol vers Tel Aviv    USA: 70 000 comptes affiliés à la mouvance pro-Trump QAnon supprimés par Twitter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les députés jugent faible le budget 2021 du ministère des Affaires culturelles
Publié dans WMC actualités le 04 - 12 - 2020

Le budget du ministère des Affaires culturelles pour l'année 2021 a été examiné, jeudi, au cours d'une séance plénière à l'Assemblée des représentants du peuple (ARP).
Les discussions autour du budget se sont déroulées en présence de Habib Ammar, ministre des Affaires culturelles par intérim, et de certains membres de son département.
Les députés ont été unanimes pour souligner la modestie des financements réservés au ministère des Affaires culturelles, estimant que le budget alloué au secteur ne répond pas aux besoins des professionnels du secteur.
Les lacunes et les questions en suspens dans le secteur ont été également évoquées par les députés qui ont notamment parlé de la décentralisation culturelle, de l'infrastructure des institutions et du trafic illicite des biens culturels.
Le projet de loi relatif aux artistes et la crise sanitaire et ses effets sur le secteur ont dominés les discussions des parlementaires.
Sans sa réponse aux interrogations des députés, Habib Ammar a reconnu que le budget alloué à son département est effectivement assez faible, compte tenu des défis actuels dans le secteur.
Il a fait savoir que l'évolution du budget de la culture ne peut se réaliser en une période assez courte, de deux ou de trois ans. Dans ce sens, il estime important de mettre en place une feuille de route pour la restructuration du secteur culturel, sur le moyen et le long terme.
Il est évident que la culture est habilitée à devenir un secteur vital qui aiderait dans la création d'emplois, a indiqué le ministre tout en préconisant de faire du partenariat public/privé une alternative pour le financement des projets culturels.
Habib Ammar a qualifié de "bureaucratie" le traitement du ministère avec ses partenaires ce qui empêche de régler certains dossiers en lien avec la gestion financière et les dettes en cours.
Quand aux répercussions de la crise sur le secteur, le ministre admet que les artistes sont les catégories les plus touchées, tout en rappelant les diverses et décisions prises au niveau de son département en vue de limiter ses effets.
Habib Ammar a affirmé que son département continuera à soutenir les festivals partant du fait qu'ils constituent des manifestations culturelles et artistiques assez importantes.
Le budget du ministère des Affaires culturelles au titre de l'année 2021 a été fixé à 358,4 millions de dinars, soit 0,68% du budget général de l'Etat, contre 351 millions de dinars pour le budget de l'année en cours (0,74%). Il enregistre ainsi une évolution de 7,41 millions de dinars par rapport au budget de 2020.
Au cours de son audition devant la Commission de la jeunesse et des affaires culturelles, de l'éducation et de la recherche scientifique, le 24 novembre dernier, le ministre des Affaires Culturelles par Intérim, avait annoncé que 54% du budget de son département, soit près de 194,4 millions de dinars, seront réservés aux salaires du personnel dans les institutions culturelles publiques.
Cette évolution dans le budget de la culture demeure insignifiante dans la valeur globale du budget général de l'Etat. Le pourcentage du budget consacré à la culture s'est ainsi dégringolé de 5% par rapport au budget général de l'Etat, soit près de 0.74% de moins pour l'année 2020 et 0.68% pour l'année 2021.
Les discussions autour du budget consacré à la culture coïncident avec une période trouble et la recrudescence des manifestations dans le secteur.
La colère des professionnels monte d'un cran, surtout avec l'arrêt quasi total de l'activité culturelle et artistique, décidé par le gouvernement pour lutter contre la propagation de la Covid-19.
Les revendications sont multiples dans un secteur en difficulté et la situation s'est encore amplifiée avec les restrictions, ce qui a contraint des milliers de professionnels au chômage forcé.
En dépit de la reprise progressive, récemment annoncée, la culture est parmi les secteurs les plus touchés depuis le début de la crise sanitaire en mars dernier.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.