Bourse de Tunis : Nouvelle décision de compartimentage des marchés des titres de capital    Covid-19 | Le Kef : 4 décès et 121 testés positifs    Signature du contrat de cession de Shems FM    La ligne éditoriale de Shems FM ne sera pas "touchée", promet Mechichi    Cession d'un bloc majoritaire dans le capital de la société Carthage Cement    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 22 Juin 2021 à 11H00    Jerandi et Ben Zayd al Nahyan appellent les pays arabes à aider les Libyens à poursuivre le processus politique    Tunisie-Détérioration de la situation sanitaire: Quelles mesures pour gérer la crise ?    Tunisie-Faouzi Mehdi : Le calendrier de l'acquisition des vaccins anti-Covid19    Tunisie – Météo: Temps partiellement nuageux sur la plupart des régions tunisiennes    La 32e édition du Festival du film arabe de Fameck braquera les projecteurs sur la Tunisie    Sortie de "BORI", 1er album Stambeli dans l'histoire de la Tunisie par Dendri Stambeli Movement    CONDOLEANCES : Ridha HAMZA    Le conseiller politique de Ghannouchi propose un deal politique à Abir Moussi    Un terroriste présumé traverse tranquillement les frontières via l'aéroport Tunis-Carthage    MEMOIRE : Mahfoudh OUARDA    La France fait don de 325 000 doses de vaccin à la Tunisie    QNB Supporter régional officiel de la première Coupe Arabe de la FIFA 2021    Programme TV du mardi 22 juin    Tournoi d'Eastbourne : Ons Jabeur entre en lice aujourd'hui    Epson célèbre ses 20 ans en tant que leader mondial dans les projecteurs    Incidents du match COT-CSS : Qu'attendait Ameur Chouchène ?    Le CS Chebba accord un délai de 24 heures à la FTF    Où va l'élite civile et politique ?    Interview de Rached Ghannouchi sur Hannibal TV    Municipalité de Tunis | Dialogue virtuel sur le thème «vers des systèmes alimentaires urbains sains, flexibles et inclusifs pour la ville de Tunis» : Pour un système alimentaire durable    Bureau exécutif élargi de l'UTAP : Préparer les campagnes agricoles à l'avance    22e Forum de l'Economiste Maghrébin : «Quelle Tunisie dans le nouveau monde qui se dessine ? »    Kairouan : Recrudescence du vol de bétail    Kairouan, ville martyre    Saint-Etienne : Khazri ? Un joueur à amortir    C1 africaine | Demi-finale – l'EST perd la manche aller : Une attaque au plus faible !    On nous écrit | Monument en péril : Le site de Carthage en détresse    Contrepoint | Festival de Carthage : l'élitisme est un risque, aussi    Mohamed Ali Saâdi : Sa dernière exposition    Daily brief du 22 juin 2021: Confinement général dans plusieurs régions    CEPEX : 7 sociétés tunisiennes présentes au Salon de la santé arabe « Arab Health »    Par Ahmed Nejib Chebbi : À contre-courant pour trouver une issue à la crise    Gabès Cinéma Fen 2021 : Inauguration de la section section Réalité virtuelle (vidéo)    L'investiture du nouveau président de l'Académie Tunisienne «Beit al-Hikma»    Point Doc, Focus sur le documentaire du 23 au 25 juin 2021 à la Cité de la Culture de Tunis    Haniyeh au Maroc, bien que le pays ait normalisé ses relations avec Israël    Monde- Daily brief du 17 juin 2021: Fin de l'obligation du port du masque en extérieur en France    "La Tunisie un allié important pour les Etats-Unis et pour le continent africain" (Andrew M. Rohling)    La migration "irrégulière" vers l'Europe ne doit en aucun cas être résolue dans le cadre d'une approche sécuritaire (Saied)    Ce qui s'est passé en Algérie est-il un signe de la fin de l'ère des islamistes du Monde ?    Monde- Daily brief du 16 juin 2021: Sommet Poutine-Biden à Genève    Un soldat blessé lors de l'explosion d'une mine à Mghilla    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





La recette de Ridha Chkoundali qui pourrait réduire l'endettement extérieur de la Tunisie
Publié dans WMC actualités le 12 - 05 - 2021

En adoptant une nouvelle approche de gestion de son budget, la Tunisie serait en mesure de réduire sont endettement extérieur, lequel (endettement) passerait de 16,7 milliards de dinars à environ 8,6 milliards de dinars, révèle une étude élaborée par l'universitaire Ridha Chkoundali.
Dans une déclaration à TAP, Chkoundali a expliqué que pour financer un budget estimé à 52,6 milliards de dinars cette année, la Tunisie a besoin d'environ 16,7 milliards de dinars par emprunt extérieur.
Pour l'auteur de cette étude, intitulée "Vers une nouvelle approche pour sécuriser les finances publiques et réduire le recours à l'endettement extérieure", compte tenu de la difficulté d'obtenir cet important emprunt en devises auprès des institutions internationales et de la difficulté de sortir sur les marchés financiers internationaux, il est nécessaire de réexaminer la structure du budget de l'Etat, laquelle dans sa forme actuelle ne permet pas de suivre les ressources financières internes et externes.
Une nouvelle approche et quatre budgets
A cet égard, il propose une autre approche qui assure un suivi transparent de l'utilisation des ressources de financement nécessaires.
L'approche proposée, selon cette étude, repose sur la restructuration du budget de l'Etat en quatre budgets distincts pour garantir l'intégrité des finances publiques et éviter la faillite financière du pays même dans les périodes les plus difficiles de crise économique.
Ces quatre budgets se composent d'un premier budget dédié aux salaires et aux subventions, financé par les taxes sur la valeur ajoutée, les droits de consommation et autres impôts indirects.
L'universitaire estime que ce budget aboutira à un excédent financier qui permettra de financer le deuxième budget relatif aux dépenses classées '"autres dépenses.
Il s'agit des dépenses relatives au budget de fonctionnement et les dépenses d'urgence, lesquelles sont financées en outre par les taxes douanières et les ressources de trésorerie.
Quant au troisième budget, il détermine, selon l'étude, le montant des dépenses de développement en fonction des ressources qui leur sont allouées. Il s'agit des impôts sur les sociétés, de bénéfice de participation, d' une part des fonds confisqués, les redevances sur le transit de pétrole et du gaz et autres ressources non fiscales.
Taxer les banques commerciales
Pour le quatrième budget qui fixe le plafond de la dette extérieure, Chkoundali appelle à exonérer l'Etat des intérêts sur les dettes intérieures pour l'année 2021 et de les imputer aux bénéfices de la Banque centrale et des banques commerciales, d'autant plus que ces dernières ont largement bénéficié de la politique monétaire prudentielle et ont réalisé d'énormes bénéfices, au cours de ces dernières années, ce qui a conduit au renforcement de qu'on appelle l'économie de rente.
Se référant à l'approche proposée, le budget de l'Etat pour l'année 2021 baisserait de 7 milliards de dinars pour s'établir à 45,3 milliards de dinars contre 52,6 milliards de dinars fixés par la loi de Finances de 2021.
Un endettement divisé par deux
Le besoin à l'endettement extérieur baisserait de 16,7 milliards de dinars à 8,6 milliards de dinars (soit 3,1 milliards de dollars), ce qui constitue selon Chkondali, une somme que le pays est en mesure d'honorer soit à travers un crédit du FMI, soit à travers des crédits contactés auprès de pays frères et amis ayant exprimé leur disposition à soutenir la Tunisie dans ce contexte difficile.
Toujours selon l'approche proposée par l'universitaire, le budget de fonctionnement diminuerait de 6,2 milliards de dinars (budget de l'Etat pour 2021) à 3,1 milliards de dinars.
Les dépenses de développement s'inscriraient elles aussi en baisse de 1,8 milliard de dinars, de 7,1 milliards de dinars à 5,3 milliards de dinars. Les dépenses relatives au remboursement de la dette baisseraient de 2,4 milliards de dinars.
Une crise économique inédite
Il est à noter que la Tunisie connaît l'une des pires crises économiques et financières de son histoire, avec une détérioration de tous les indicateurs économiques, une croissance négative de 8,8% et une augmentation du taux de chômage à 17,4% à fin 2020.
Les piliers de l'économie nationale tels que la production des phosphates et du pétrole ont aussi connu une grande régression durant la dernière décennie avec une forte aggravation de la balance commerciale.
Face à cette situation économique et financière difficile, la Tunisie est entrée dans de nouvelles négociations avec le FMI. Une délégation gouvernementale a fait le déplacement à Washington du 3 au 8 mai 2021 pour proposer au FMI un nouveau deal comportant une série de mesures " douloureuses " dont la levée progressive de la subvention des produits de base d'ici 2024 et la réduction de la masse salariale de 15% d'ici 2022.
A travers le recours au FMI, le gouvernement ambitionne de contracter un nouveau crédit de 4 milliards de dollars, soit l'équivalent de 10,8 milliards de dinars et d'avoir le feu vert pour sortir sur les marchés financiers internationaux pour mobiliser les ressources nécessaires au budget de l'Etat.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.