Amira Charfeddine: Ils prétendent s'accrocher à la constitution, mais c'est leurs intérêts qu'ils cherchent à protéger    Etat d'exception: L'ONDCE préoccupé par l'absence de nouvelles décisions    Ligue 1 : Tirage au sort ce mercredi, du tournoi barrage    Football : Programme TV de ce Mercredi 22 Septembre 2021    Les abus sexuels commis envers les enfants ont subi une hausse de 180% en un an    La situation générale dans le pays objet d'une rencontre entre Noureddine Taboubi et les dirigeants de certains partis    INM: Les quantités de pluies enregistrées en millimètres durant les dernières 24 heures    Tunisie- Daily brief du 22 septembre 2021: Arrestation de Seifeddine Makhlouf    Mandat de dépôt contre le député Nidhal Saoudi    Infos Bourse – L'ATB se hisse en haut du podium    Tunisie Telecom félicite la position de l'UGTT    Egypte : Décès du maréchal Mohamed Hussein Tantaoui    Les leaders d'Attayar, Ettakatol, Al Jomhouri et Afek Tounes en réunion à l'UGTT    Yamina Zoghlami : La présidence doit fournir la liste des élus qui ont monnayé leurs services    Les fabricants d'aliments de bétail appelés à renoncer à leurs marges bénéficiaires    Quatre enfants blessés dans l'effondrement du revêtement du plafond d'une école primaire au Kram    Le photographe tunisien Habib Hmima n'est plus    Salon Web Summit 2021: Les startups tunisiennes appelées à participer    AMI Assurances se donne les moyens de ses ambitions et annonce l'augmentation de son capital social    La Commission européenne veut imposer le chargeur universel pour smartphone d'ici 2024    Abdellatif Mekki : Kaïs Saïed a officiellement gelé la Constitution !    La Ligue des Etats arabes tient sa réunion consultative à New York    Bad Buzz: Un centre commercial offre jusqu'à 80% de remise, pour les Lybiens    Football : Programme TV de ce Mardi 21 Septembre 2021    Tunisie – Coronavirus: une 3ème dose pour les personnes déjà vaccinées par un vaccin non reconnu dans certains pays    Spectacle "Voyage avec la Lumière" à la Cité des Sciences de Tunis    Change devises en dinar tunisien : Cours du 21 septembre 2021    26 septembre : sixième journée portes ouvertes pour la vaccination    Natation : La FTN retire sa plainte contre Oussama Mallouli    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Le Club Africain annonce une liste de 11 joueurs prêtés pour la nouvelle saison    Bientôt un gouvernement et des dispositions transitoires, promet Saïed depuis Sidi Bouzid    Le ministre des Affaires culturelles reçoit Noureddine et Nejia Ouerghi    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    JCC 2021 : Liste des films tunisiens sélectionnés pour les compétitions officielles    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 20 Septembre 2021 à 11H00    "Streams" de Mehdi Hmili en compétition officielle du FIFF de Namur et de La Mostra de Valencia en Espagne    UE Med : Il est nécessaire de préserver la démocratie et l'Etat de droit en Tunisie    Ons Jabeur 17ème mondiale    30 auteurs au Congrès des écrivains de langue française à Tunis    25 ème anniversaire des Prix Littéraires COMAR D'OR : Les romans primés en langue française    Arrestation des deux derniers prisonniers palestiniens évadés récemment    Tunisie – Une vague sans précédant de migration qui ne manque pas de rappeler les « menaces » de Ghannouchi    Evasions Sonores: Performances artistiques live par Oussama Menchaoui et Dawan    Appel à films pour présenter la candidature de la Tunisie à l'"Oscar du meilleur film international"    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    Cinq enseignements à tirer de l'abominable gestion américaine de la tragédie afghane    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie : "Sans choc salutaire, un défaut sur la dette externe est assez probable" estime le Groupe Crédit Agricole
Publié dans WMC actualités le 24 - 07 - 2021

La perspective d'un défaut sur la dette externe de la Tunisie s'est accentuée ces dernières semaines, face à la persistance de la crise politique et à l'absence d'accord sur les réformes urgentes à mettre en œuvre, souligne un rapport que vient de publier le Groupe Crédit Agricole (France) intitulé "Tunisie – Nouvelle dégradation de rating : sans choc salutaire, un défaut sur la dette externe est assez probable".
Le document rappelle que Fitch Ratings vient à nouveau de dégrader à B- le rating de la Tunisie et maintient un "outlook" négatif . Elle rejoint donc Moody's dans son appréciation de la qualité du risque tunisien (perspective négative comprise). Les deux agences ont baissé de 7 crans le niveau de notation du souverain depuis 2011, en raison de l'instabilité politique et sociale et des dérives économiques depuis 10 ans (endettement, croissance, politique monétaire, secteur bancaire).
Crise politique et dérives macro-économiques
Le rapport indique que le système politique éclaté et antagoniste empêche toute réforme – voire toute prise de décision – et les tensions sociales, notamment avec l'UGTT, entraînent des dérives macro-économiques de plus en plus préoccupantes et qui effraient les investisseurs étrangers.
De plus, le pays a beaucoup souffert de la crise de 2020 : une récession de 8,8%, un déficit budgétaire de 11,4% du PIB et un déficit courant de 6,7% du PIB, faisant progresser le double surendettement public (89% du PIB) et externe (2,7 fois les exportations) à des niveaux très alarmants. L'effondrement de l'épargne va maintenir le déficit courant au-delà de 6% du PIB cette année.
La recrudescence de la pandémie de coronavirus en juin 2021 est exponentielle. "Cette situation compromet totalement la saison touristique de cet été et le manque à gagner va être très élevé pour la deuxième année consécutive, alors que le pays a besoin de 4 milliards de dollars de ressources en devises pour servir sa dette externe d'ici à la fin de l'année. La Tunisie a déjà fait l'objet d'un plan de soutien du FMI depuis 2015, mais le Fonds s'impatiente devant l'absence de réformes".
"Le gouverneur de la Banque centrale vient de lancer un cri d'alarme contre le gouvernement pour lui demander d'agir sur le niveau des subventions et les salaires des fonctionnaires. Effectivement, la réforme la plus urgente à réaliser est celle de l'Etat, mais les gouvernements successifs semblent y renoncer".
"De son côté, la BCT essaie de défendre la parité de change du dinar pour éviter une inflation importée qui accentuerait encore un peu plus l'instabilité sociale. Les réserves en devises ont baissé de 8% entre fin 2020 et fin mars 2021 à 8,4 milliards de dollars. C'est un signal très inquiétant, d'autant plus que 49% de ces réserves sont constituées des quatre prêts du FMI encore actifs".
Un défaut sur la dette externe est assez probable
"La perspective d'un défaut sur la dette externe s'est donc singulièrement accentuée, en l'absence d'accord politique sur les réformes urgentes à mettre en œuvre et ouvrant la porte à une nouvelle aide du FMI. Bien que l'aide actuelle représente déjà 11% du PIB du pays, une extension semble indispensable pour résoudre les tensions de liquidité externe. Pour l'instant, le gouvernement se refuse à envisager une telle restructuration de dette. Effectivement, sur les 40 milliards de dollars de dette externe du pays (soit 105% du PIB), seulement 17 milliards sont portés directement par le souverain".
"Une crise de liquidité pourrait alors prendre une l'intensité très sévère et entraîner une contagion aux acteurs endettés en devises. Une restructuration affecterait surtout, les créanciers des entreprises et des banques et obligerait le pays à entrer dans une douloureuse négociation avec les créanciers du secteur privé. Si le pays devait tomber dans les catégories de CCC, ceci signifierait une fermeture totale des marchés internationaux de refinancement".
Le rapport conclut que les réponses à la crise ne vont pas dans la bonne direction : Spirale inflation-salaire sous la pression des partenaires sociaux, dérive du coût de la dette à 25% des dépenses budgétaires, monétisation des déficits publics par la BCT sous la pression du gouvernement. Cela nourrit à la fois l'instabilité gouvernementale et la défiance des créanciers extérieurs.
A l'instar du Liban, les créanciers externes habituels (FMI, multilatéraux, pays européens et pays du Golfe) sont de plus en plus réticents à aider les pays émergents où les blocages politiques, les entraînent dans une spirale de difficultés. Par ailleurs, et comme dans le cas de Beyrouth, seul un accord préalable avec le FMI pourra débloquer les fonds des pays amis disposés à soutenir financièrement Tunis.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.