Barack Obama épingle plusieurs personnalités dans ses mémoires "Une terre promise"    Tunisie : Yassine Ayari poursuit la FTF à la FIFA    Espérance de Tunis : Raed Fedaa s'excuse et prolonge son contrat    A son tour, le champ de Guebiba victime du chantage des protestataires de Sfax    Tunisie : Le PLFC 2020 pourrait être discuté et adopté vendredi 27 novembre    Une excédent commercial de 157 MDT des produits de la pêche (janvier-septembre 2020)    Il y a des déchets nucléaires enterrés en Tunisie, assure Safi Said    DECES : Médecin général Mohamed Moncef Ben Moussa    Le 27 novembre, date de la plénière à l'ARP pour le vote de la LF complémentaire    Impact de la crise Covid-19 sur le secteur de l'hôtellerie : De lourdes conséquences sociales    Projet Souk El Kahina : Appui à la petite agriculture en Tunisie    Sécurisation des dispositifs médicaux : Un hacker peut‐il vous briser le cœur?    Le digital et médiation culturelle : Des idées à revendre    Focus Business | Les projets public-privé sur la sellette    Moez Chakchouk prend la défense du projet du port Enfidha    Expatriés : La régularité de Dräger    NEWS | La filière clubiste pour l'UST    Equipe nationale | Une esquisse de bilan : Kebaïer n'est pas le vrai problème    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 24 Novembre 2020 à 11H00    Vient de paraître | «Covid-19 La Tunisie abasourdie»    Coronavirus: De nouveaux décès à Manouba    Contrepoint | Petite déduction, grosse vérité    Présidence de la CAF : l'intérim du Congolais Constant Omari prolongé    Ooredoo atteint 24 gouvernorats durant sa campagne de sensibilisation contre la propagation du Covid-19    Vers le lancement du programme de l'initiative économique des femmes "Raeda" dans sa nouvelle version    Kasserine : la vanne du champ pétrolier « Douleb » fermée par les sitinneurs    Donald Trump ordonne le transfert de pouvoir à Joe Biden    Après les bouteilles de gaz, une pénurie de carburant à Sfax    2846 cas confirmés en milieu scolaire depuis la rentrée    Les juges puis les cadres judiciaires, les grèves dans les tribunaux s'éternisent    Tunisie: La Première dame entamera ses fonctions au Centre d'études juridiques et judiciaires de Tunis    Le mystérieux virus Chapare inquiète les scientifiques    LC Europe (poules / J4): les matches de ce mardi    Haikel Mekki-audio :" Le ministre des finances a présenté de fausses données à la commission des finances "    Météo | Légère hausse des températures et pluies sur la plupart des régions    Affaire des déchets italiens : Le réseau Tunisie verte menace de recourir à la justice internationale    Huit morts dans des tirs de roquettes    Pandémie, allégement de la dette et lutte pour le climat, en débat    Le court métrage "A moitié d'âme" propose une image qui interpelle le cœur dans une société où l'argent est le maître du monde    Des participants au dialogue libyen auraient reçu des pots-de-vin, l'ONU mène l'enquête    Voici les prix des vaccins anti-Covid-19    En vidéo, Enfin une nouvelle chanson pour la diva Amina Fakhet    Mes odyssées en Méditerranée | Siciliens de Tunisie – les Ciscardi : De la Sicile à la Tunisie, la route de l'espoir...    Fadhel Jaziri à La Presse : «Notre politique culturelle n'est plus articulée sur un marché»    France: Nicolas Sarkozy jugé pour corruption et trafic d'influence    Nouvel ouvrage de Sahraoui Gamaoun sur l'histoire et le patrimoine de sa ville natale Akouda    "Non à la Démolition", une campagne artistique virtuelle pour sauvegarder le bâtiment de l'Hôtel du Lac à Tunis    Gastronomie: "Couscous" et "Charfiya " vers l'inscription au patrimoine immatériel de l'humanité de l'UNESCO    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Chebba s'embrase, Wadiî Jari sous le feu des critiques
Publié dans Business News le 19 - 10 - 2020

Un club sportif suspendu et c'est toute la ville de Chebba qui s'embrase. La décision prise par la Fédération tunisienne de football (FTF) – et à sa tête Wadiî Jari – a engendré des tensions dans la ville de Chebba. Elle a aussi été très critiquée dans le milieu sportif et politique. S'en sont suivis les démissions du maire de Chebba et de tout le conseil municipal et des appels à limoger Wadiî Jari.

« Nous avons peur que la situation échappe à tout contrôle », a déclaré le maire de Chebba. Ce matin, une grève générale a été observée dans la ville. Les entreprises et institutions ont toutes fermé leurs portes, à l'exception des services de première nécessité.
Depuis hier, les habitants de la ville de Chebba (Gouvernorat de Mahdia), agitent la menace d'une désobéissance civile en brulant des pneus et en bloquant toutes les routes qui mènent à la ville. Ce matin, le membre de la coordination du Croissant sportif Chebien (CS Chebba) a lancé, dans une déclaration à Shems Fm, un appel au chef de l'Etat et aux autorités compétentes pour intervenir afin de débloquer cette situation affirmant que, dans le cas contraire, les habitants quitteront massivement la ville.

Le maire de Chebba Houcine Nasri a affirmé que la décision prise par la FTF de suspendre le Croissant sportif Chebien (CS Chebba) a été perçue comme un véritable « coup de tonnerre ». « Cette décision nuira à tout le pays et non seulement à la ville de Chebba. Cette équipe est vieille de plus de 60 ans et a plus de 30.000 supporters, que vont-ils devenir ? Il ne s'agit plus d'une simple affaire de sport, ceci touche la dignité de tous les habitants de Chebba », a-t-il dit, très affecté hier au micro de Shems Fm avant d'annoncer sa démission et celle de tout le conseil municipal.

Samedi 17 octobre, la FTF a décidé de geler les activités du CS Chebba lui interdisant ainsi de s'inscrire pour la saison 2020-2021. La fédération lui reproche de ne pas avoir finalisé, dans les temps, son dossier d'inscription.
Une décision que le club juge « illégale » et même « scandaleuse ». Taoufik Mkacher, président du club CS Chebba, a réagi à la décision de gel sur Mosaïque Fm, qualifiant la situation de « mascarade » et faisant porter la responsabilité des tensions dans la ville à Wadîi Jari, président de la FTF. « Wadiî Jari se croit plus fort que l'Etat, le président de la République, le chef du gouvernement et tout le monde », a-t-il dit évoquant un règlement de comptes personnel.
Le club considère, en effet, que le président du FTF règle ses comptes avec Taoufik Mkacher en se montrant moins conciliant qu'il ne l'a été avec d'autres clubs. On dénonce, ainsi « une volonté de viser le CS Chebba et une politique de deux poids-deux mesures dans le traitement de la Fédération avec les différents clubs ».
D'ailleurs, le président adjoint du club, Saber Bouatay explique que le club a déposé son dossier dans les temps mais que la Fédération a refusé de lui donner en retour le reçu de paiement et n'a pas consenti à déduire la somme demandée [180.000 DT] des subventions et des droits TV de diffusion des matchs du club de la saison prochaine.
Saber Bouatay a déclaré ce matin à Assabah News, qu'une conférence de presse se tiendra demain afin de « révéler toutes les preuves de l'illégalité de cette décision ».

Les experts expliquent que, d'un point de vue juridique, la FTF a parfaitement le droit d'appliquer les sanctions qui s'imposent, passés les délais légaux. D'un autre côté, les voix contestataires ont affirmé que la fédération n'a jamais été aussi intransigeante dans l'application d'une mesure de ce genre et qu'elle s'est montrée, plus d'une fois, beaucoup plus souple avec d'autres clubs, pointant ici du doigt « un règlement de comptes personnels avec Taoufik Mkacher ». Le président du CS Chebba avait, il y a quelques semaines, publié sur sa page Facebook un statut critiquant la gestion de la fédération et appelant à un audit financier. Des statuts donc qui attaquent la FTF et, surtout, Wadiî Jari.

Le député indépendant Yassine Ayari a affirmé hier, dimanche, sur sa page personnelle, avoir envoyé une correspondance au ministère la Jeunesse et des Sports lui demandant de limoger le président de la fédération tunisienne de football, Wadii Jari, en application de l'article 21 de la loi 11 de 1995. L'article énonce que « le ministre a la possibilité de mettre fin aux fonctions à un ou plusieurs membres de fédération avec une décision argumentée en cas de manquement ou de mauvaise gestion ». « La FTF n'a pas respecté le protocole sanitaire défini par le ministère de la Santé, ce qui met en danger la vie des joueurs, responsables, arbitres et supporters », lit-on dans la correspondance.

Réélu à la présidence de la Fédération tunisienne de football (FTF), en mars 2020, Wadiî Jari, est à son troisième mandat depuis 2012. Lui qui se porte candidat, face à Tarek Bouchamaoui, à la présidence de la CAF (Confédération africaine de football) a même été qualifié de « pharaon » et comparé à Ben Ali par l'ancien juge administratif, Ahmed Souab. Sur Echaraâ al Magharibi aujourd'hui, lundi 19 octobre, Ahmed Souab a affirmé que Wadiî Jari est « la corruption incarnée » et qu'il « exerce une grande influence sur les clubs sportifs à travers des moyens douteux ».
« Wadiî Jari fait partie de l'ancien système corrompu, il a suivi le même chemin après la révolution et a même plébiscité Rached Ghannouchi en 2012 », a écrit l'ancien magistrat, appelant le gouvernement à auditionner la fédération à la lumière de soupçons de corruption administrative et financière.

Les appels à soutenir La Chebba et à revoir la décision de la Fédération ont fusé depuis dimanche. Des personnalités du monde sportif et politique se sont indignées contre ce qu'elles ont estimé être « une injustice commise contre un club sportif » et « un règlement de comptes personnel ». Plusieurs clubs sportifs se sont élevés contre la décision de la FTF et ont soutenu le club de Chebba. Parmi eux l'Union sportive de Ksour Essef et l'Etoile sportive du Sahel. Après ce soutien, l'ESS a, d'ailleurs, reçu aujourd'hui, un notification de la FTF l'appelant à régulariser ses impayés, sous peine de se voir interdit de participation à la CAF 2020/2021.
Les tensions à Chebba ont dépassé la sphère sportive. Aujourd'hui, le chef du gouvernement a décidé d'intervenir. Lors de la réunion périodique de la Kasbah, Hichem Mechcihi s'est réuni avec le ministre de l'Intérieur, Taoufik Charfeddine, et des hauts cadres sécuritaires du ministère, autour de plusieurs sujets dont les événements survenus à Chebba et les tensions qui font suite aux décisions de la fédération tunisienne de football.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.