Tribune | Ecouter la rue, réformer sans bipolarisation ni consensus artificiel    Pôle judiciaire économique et financier: Ouverture d'une enquête judiciaire contre Ennahdha et Qalb Tounes    Mohamed Ali Ragoubi, porte-parole de la Fédération Nationale des Urbanistes Tunisiens, à La Presse : «Créer un ministère de la Ville pour s'attaquer à l'anarchie dans l'espace urbain»    Houssine Dimassi, économiste et ancien ministre : « Le Président a la légitimité de négocier avec les partenaires internationaux »    L'Organisation tunisienne pour informer le consommateur apporte son soutien absolu à Kaïs Saïed    Le FMI craint l'impact de la "fracture vaccinale" sur la reprise économique dans les pays émergents    Amical : Le PSG arrache le nul contre Séville    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 28 Juillet 2021 à 11H00    Covid-19 : Chiffres totaux de vaccination    Noureddine Bhiri : Les célébrations du 25 juillet nous rappellent le soir du 13 janvier 2011    Naoufel Saïed fustige l'appel au soutien des puissances étrangères    Biat : Hausse du PNB de plus de 6%    Impôts : Les sociétés pourraient déposer leurs déclarations au plus tard, le 30 juillet    Quel avenir pour Ennahdha ?    Daily brief du 28 juillet 2021: Kaïs Saïed met fin aux fonctions de hauts cadres de la présidence du gouvernement    Tribune | Le peuple veut vous dire merci, Monsieur le Président    Ligue des champions : l'Espérance de Tunis sanctionnée de quatre matchs à huis clos    Officiel: Varane rejoint Manchester United    Tunisie – Ennahdha s'accroche et fait des concessions    La municipalité de Tunis nie l'intervention de l'armée    JO Tokyo 2020 | Volley : la Tunisie battue par les Etats-Unis    JO Tokyo 2020 | Judo : Nihel Landolsi éliminée en 1/16e des moins de 57kg    Tunisie: Le ministère de la Défense met en garde contre l'usurpation de son identité    Tunisie-Tunisair: Avis aux passagers à destination de la Belgique    Tunisie-Naoufel Saied rassure: Il ne s'agit pas d'un coup d'Etat    Bilan covid-19 : le bilan quotidien passe soudainement de 178 à 59 décès    Météo : La vague de chaleur se poursuit    Bilan Covid-19 : 3960 nouveaux cas et 59 décès    Jendouba [PHOTOS] : Plusieurs maisons décimées par des incendies à Ghardimaou    Le champion olympique Tunisien Ahmed Ayoub Hafnaoui ne disputera pas la finale du 800 m NL    Les patrons soutiennent Kaïs Saïed    Tunisie – Coronavirus: Examen des moyens permettant d'accélérer la vaccination    Hédi Dhoukar: L'invitation à réfléchir de Hichem Djaït    Dernière minute : La Maison Blanche « préoccupée » par l'évolution de la situation en Tunisie et appelle au calme    Festival Hammamet 2021 : La pièce "Mémoire" de Slim Sanhaji et Sabah Bouzouita bientôt en ligne    Le Baryton tunisien Haythem Hadhiri en concert dans la ville italienne de Bologne, les 26 et 27 juillet    208 migrants clandestins secourus au cours des dernières 48 heures    Sommet de la francophonie 2021 : Appel à candidatures pour la "Scène jeunes talents de la francophonie"    Mono-drame "Pour les hommes uniquement" de Najwa Miled prévu au FIH 2021    17 migrants retrouvés morts à bord d'un bateau en route vers les côtes italiennes    150 migrants irréguliers secourus au large de Zarzis    "Under The Fig Trees" d'Erige Sehiri parmi six films sélectionnés à Final Cut in Venice 2021    Aux origines de la Nahda: L'Expédition d'Egypte (1798-1801)    Décès de l'acteur Kamel Eddine Ghanmi    Le film "Bonne mère" de Hafsia Herzi remporte le Prix d'ensemble de la sélection "Un certain Regard"    A l'occasion de la Journée Nelson Mandela, la Tunisie appelle à la solidarité internationale    Crimes racistes aux Etats-Unis | La fondation russe contre l'injustice monte au créneau    L'ancien Premier ministre libyen Fayez al-Sarraj change de nationalité    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Difficile d'être Tunisien
Publié dans Business News le 13 - 06 - 2021


par les temps qui courent.

Un ressortissant égyptien, pourtant très populaire, a payé les frais de son honnêteté il y a quelques jours. Sur sa page personnelle, très suivie par les Tunisiens, il s'était risqué à une critique acerbe de la société tunisienne. Pauvre de lui ! Son statut intitulé « comment guérir de l'amour de la Tunisie », lui a valu d'être vilipendé et lynché sur la place publique. Brulez sur un bucher cet homme qui a osé dire tout haut ce que chacun de nous répète à longueur de journée ! C'est que nous, Tunisiens, aimons tellement ce petit pays que nous ne supportons pas qu'un étranger vienne nous jeter en face nos pires travers. Nous avons tellement honte que nous refusons de voir, nous-mêmes, la vérité en face.

Difficile en effet d'être Tunisien lorsque nous croyons avoir en face de nous une image abjecte qui nous vient d'un lointain pays en guerre, pour nous rendre compte, au final, que la scène se déroule sous nos cieux. Qu'un jeune homme est victime de la hargne policière et privé de ses vêtements - et de sa dignité - à quelques kilomètres de là où nous prenons notre petit café, où nous conduisons nos enfants à l'école et où nous travaillons pour nous garantir un soupçon de vie digne.

Difficile d'être Tunisien lorsque notre chef du gouvernement, sommet de l'exécutif – et du pouvoir (en théorie) – dans notre pays, courbe l'échine devant un chef de l'Etat qui le convoque pour le sermonner. Lui, ce petit garçon turbulent qui aurait, une fois de trop, cassé un carreau en jouant au ballon. Et, qu'après cela, il ne se redresse pas pour partir dans la dignité, mais continue de clamer haut et fort qu'il n'a pas échoué, préférant parler de calculs politiques et de lamentations plutôt que d'avouer qu'il existe un véritable problème. La culture de la démission ne fait pas partie de nos traditions. Nous préférons plutôt continuer à être dans le déni.

Difficile aussi de voir en Une de l'un des plus sérieux journaux arabophones du pays l'image d'un pays symbolisée à travers la marche des singes de l'évolution qui montre nos trois présidences en ligne avec le titre « en arrière toute ». Triste à quel point cette image symbolise notre réalité, la fin de toutes nos espérances et le début de notre déliquescence.

Difficile aussi de regarder les images d'une manifestation organisée pour dénoncer cette violence policière devenir, elle-même, le théâtre des mêmes violences pour lesquelles on s'était indigné deux jours plus tôt. Lorsque l'Etat devient bourreau et que l'impunité est la règle, il ne reste plus qu'à se faire justice soi-même.
C'est ce qui rend certains quartiers « dits sensibles » de devenir de véritables nids de guêpes dans lesquels c'est la loi de la jungle qui règne. Permettant, ainsi, aux agents de l'ordre de laisser libre cours à leurs pulsions criminelles et autoritaires – en partie – pour se protéger eux-mêmes.

Hichem Mechichi peut continuer à faire l'autruche et refuser d'appeler les choses par leurs noms. Nous ne le ferons pas. Lui a peur de perdre son poste - et de perdre et la face – puisqu'il n'est là que grâce à un colmatage politique. Mais, qui aura enfin le courage d'appeler les choses par leurs noms ?
D'admettre enfin que la violence et l'impunité sont aujourd'hui devenues une politique d'Etat. Tout comme un député – dont le salaire continue à être payé par le contribuable – est actuellement en fuite ; tout comme des jeunes gens meurent dans des circonstances mystérieuses en garde à vue ; tout comme les affaires de corruption et de malversation et les abus de justice se succèdent, se ressemblent et sont tues…
Ce ne sont plus des excuses qui sont attendues aujourd'hui, ce stade est révolu depuis longtemps, mais des démissions. Pour l'instant, personne n'a ce courage…encore moins cette conscience…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.