Après Abir Moussi le nouveau combat de Kamel Fekih : La spéculation    Monde-Daily brief du 28 septembre 2022: Guerre en Ukraine : les « référendums » d'annexion contestés par plusieurs pays    Mohsen Marzouk déplore l'inertie de la Tunisie devant un contexte mondial marqué par la guerre et les tensions    Hatem Meziou : la valeur des importations de parfums et de cosmétiques est d'environ 125 millions de dollars    Le populisme appelle le populisme    Les Etats-Unis appellent leurs citoyens à quitter ''immédiatement'' la Russie    France : Nouvelle polémique, Giroud et Varane fêtent la défaite dans une boite de Copenhague !    Mondial 2022 : L'équipementier danois Hummel tacle le Qatar    Tunisie: Le prix du Zgougou en vrac est à 33 dinars le kilo    OoredooEZ CUP : Plus de 35.000 dinars à gagner dans le tournoi Valorant avec Ooredoo    Al Bawsala: La Tunisie connaît des violations du droit d'accès à l'information    Entrée en activité du Laboratoire d'Innovation de la BH BANK : Les Start-up, à l'œuvre    La tunisienne Ameni Esseibi défile à la Fashion Week de Paris    Malek Zahi : le secteur informel emploie 36% de la main d'œuvre active en Tunisie    Ligue 2 : Programme de la 1ère journée    Courant populaire: Une manifestation pour appeler à lever le voile sur les assassinats politiques    5.400 tunisiens dont 200 enfants vivaient avec le VIH en 2021    Protection civile: Plus de 300 interventions recensées hier    Coupe du monde (Préparation) : Résultats des matches amicaux    Le SNJT déplore le décès du journaliste Noureddine Tabboubi    Le syndicat des forces de sécurité intérieure organise une journée de colère à Sfax    Pour vivre décemment en Tunisie, une famille de 4 personnes doit gagner 3448 dinars    Erdogan a trouvé plus fort que lui : il est obligé de lâcher son copain Poutine    Bizerte: Les préparatifs vont bon train pour la saison de la récolte des olives    Nabil Ayadi : il n'y a pas de pénurie car il n'y a pas de marchandises    Lotfi Riahi : une famille de quatre personnes aurait besoin de près de 3.500 dinars par mois pour une vie décente    Zarzis | Embarcation de fortune portée disparue : De faux espoirs ?    Hatem Yahyaoui : la Tunisie dépense 50 millions de dinars en parfums    Météo en Tunisie : Possibilités de pluies éparses et orageuses dans les régions côtières    L'incident du jet de la banane sur Richarlison fait la Une des journaux    André Parant, à La Presse : «Des efforts considérables à fournir pour rehausser le niveau de français en Tunisie»    CAB | Situation financière : Ça se décante peu à peu...    Faouzi Benzarti au MCAlger : Une découverte !    Abir Moussi appelle les tunisiens à descendre dans la rue    L'entreprise autrement: L'impasse ?    BIZERTE — 5e édition du Forum Mondial de la Mer: L'appel des experts pour faire face à l'urgence océanique    Intègre, mais surtout compétent    Najla Bouden s'entretient avec l'ambassadeur d'Italie à Tunis    Fuite de gaz sous la mer suite au sabotage des gazoducs Nord Stream 1 et Nord Stream 2    Les cinq ministres des Affaires étrangères de l'UMA invités à un sommet à Alger    Zarzis | Migration clandestine : Des «harragas» portés disparus    Majdi Karbai : l'extrême droite italienne évoque un blocus maritime    «Gadha» (seconde vie) de Anis Lassoued dans les salles : Vous avez demandé la vie ? Mettez le paquet !    Rétrospective Abbas Kiarostami : A la découverte des œuvres du maitre du cinéma iranien    Les Tunisiens Qui Sont-Ils ? D'où Viennent-Ils ? Les Révélations De La Génétique    Le Goethe-Institut présente l'exposition «Mirath : Music» : Le patrimoine culturel comme une entité vivante    Un dispositif sécuritaire draconien pour la fermeture des locaux d'un syndicat de police    La liberté d'expression en Tunisie selon Dilem    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



L'essentiel des sanctions prévues par le projet de loi d'urgence sanitaire
Publié dans Business News le 17 - 07 - 2021

Les instruments législatifs relatifs à la santé publique n'ont pas été suffisants dans la gestion de la pandémie du Covid-19, ainsi, un projet de loi relatif à l'état d'urgence sanitaire adopté par le Conseil des ministres le 8 juillet 2021, et présenté à l'Assemblée des représentants du peuple pour adoption a été nécessaire pour préserver le droit à la vie des Tunisiens.
Ce projet de loi a définit tout d'abord le champ d'application de l'Etat d'urgence, en précisant ses conditions et ses procédures, en raison des mesures exceptionnelles stipulées telle que l'atteinte à la liberté de circulation des personnes contaminées y compris l'entrée ou la sortie du territoire national.

L'article 6 fixe la limitation de l'exercice des activités économiques, l'interdiction d'organisation de rassemblements et de manifestations de toutes sortes.
Le chapitre 4 relatif à ce projet de loi prévoit un certain nombre de sanctions dans le cas d'infractions et de non-respect des mesures sanitaires applicables dans le cadre de la déclaration d'un Etat d'urgence sanitaire, à savoir :
Article 14 : « est sanctionné quiconque ne respectant pas les règles d'interdiction ou de limitation de la circulation dans le cadre d'un confinement général ou partiel, par une amende de 150 dinars qui sera doublée en cas de récidive »
Article 15 : « est sanctionné quiconque infecté ou suspecté d'avoir une maladie transmissible qui ne respecte pas les restrictions imposées à sa résidence ou sa circulation, d'une amende allant de 1 000 dinars à 5 000 dinars, qui sera doublée en cas de récidive »
Le même article stipule aussi qu'en aucun cas ne sera écartée, l'application des peines prévues dans l'article 217 du code pénal prévoyant : « Est puni de deux ans d'emprisonnement et de sept-cent vingt dinars d'amende, l'auteur de l'homicide involontaire, commis ou causé par maladresse, imprudence, négligence, inattention ou inobservation des règlements ».
Ou l'article 225 indiquant : « Est puni d'un an d'emprisonnement et de quatre cent quatre-vingt dinars d'amende, quiconque aura, par maladresse, impéritie, imprudence, inattention, négligence ou inobservation des règlements, causé des lésions corporelles à autrui ou les aura provoquées involontairement».
Sans oublier l'article 312 stipulant : « Est puni de l'emprisonnement pendant six mois et 120 dinars d'amende, celui qui contrevient aux interdictions et mesures de prophylaxie ou de surveillance prises en temps d'épidémie ».

Le projet de loi prévoit aussi des peines applicables aux propriétaires de commerce ou d'espaces accueillant du public une amende allant de mille à cinq mille dinars dans le cas d'infraction aux mesures sanitaires et redoublée en cas de récidive.
A ce qui précède, s'ajoute une amende allant de cent à deux cents dinars qui s'appliquera à toute personne qui enfreindra les décisions d'interdiction des rassemblements, activités et manifestations et une amende allant de dix mille dinars à cinquante mille dinars applicable aux organisateurs, sans exclure les mesures administratives contraignantes à cet effet.
Afin de faire face au pic épidémiologique, la mise en place d'un cadre juridique contraignant aux infractions s'impose pour garantir une meilleure gestion de la crise sanitaire.

Tous nos articles sur la pandémie Covid-19
J.B


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.