Ons Jabeur passe au second tour du tournoi de Wimbledon 2022    Pages éclairées de l'histoire du mouvement national tunisien (6) : Aux origines historiques d'un malaise endémique : une indépendance qui divise    Cyber-sécurité : L'ANSI met en garde contre une nouvelle technique d'hameçonnage    Auto: 16 industriels se sont associés dans le cadre du projet 5G    Laârayedh: Hamadi Jebali doit être hospitalisé à l'hôpital militaire pour une chirurgie urgente    Classement WTA Live : Ons Jabeur retrouve le Top 5 mondial    Une fin de saison houleuse : Dans la tourmente    Point de vue | Trop tard !    L1 | Play-off ( dernière journée) : Le verdict...    UGTT : grève générale au sein de la fonction et du secteur publics    Journée de colère du personnel de la santé: Précisions    Pourquoi | Les estivants et les plages    Voici les 10 chansons qui nous procurent du bonheur    Hubert Tardy-Joubert, directeur de l'Institut Français de Tunisie à La Presse : «La langue française est une langue Monde»    Mourad Messaoudi : les magistrats continueront à faire grève !    OPPO lance des offres exceptionnelles sur ses smartphones de la Série A à l'occasion du baccalauréat et de l'Aïd El Kebir    JM Oran 2022: 1ère médaille à la Tunisie remportée par la karatéka Wafa Mahjoub    Spectacle '24 Parfums Kids' de Mohamed Ali Kammoun Orchestrea    L'avocat et la famille de Hamadi Jebali sollicitent le soutien des Tunisiens    Tunisie: La date de l'Aid El-Idha selon l'Institut de la météorologie    « Espace El Mdina » à Hammamet : Une exposition de peintures géantes et un spectacle scout pour clôturer l'atelier artistique sur la lutte contre les violences économiques faites aux femmes    Zakaria Bouguerra: La vague du Covid-19 va se poursuivre jusqu'au mois d'août    Mabrouk Korchid tacle le Club de Madrid pour avoir appelé à la libération de Hamadi Jebali    INPT : il faut garantir un traitement humain à toutes les personnes privées de leur liberté    Une centrale solaire flottante installée au Lac de Tunis    Quid de la campagne référendaire ?    Mondher Lakhal : la digitalisation pour des services bancaires 24h/24 et 7j/7    Moutons de l'Aïd: Les prix sont fixés entre 500 et 850 dinars    Les sympathisants de 5 partis politiques affirment avoir été agressés par les " milices de Kais Saïed"    À l'occasion du sommet du G7 en Allemagne : D'un monde mieux reconstruit à un monde menacé de la pire crise de famine    Lancement new Opel Mokka en Tunisie, tout sauf normal !    Météo: Températures en hausse, ce lundi    Interview de Sihem Boughdiri Nemsia : le déficit budgétaire dépassera celui prévu par la Loi de Finances 2022    J'agence libanaise des news : un seisme d'une magnitude de 5,1 sur l'echelle Richter frappe Oran en Algerie    JM – Volley (F) : la Tunisie s'incline face à la Grèce    Le Club de Madrid appelle Kais Saïed à libérer Hammadi Jebali    Tunisie-Ligue 1 (Play-Off) : les matches de ce dimanche    Rencontre avec le compositeur Karim Thlibi: Quand la musique s'affranchit de la parole    Hammam-Lif: Le Casino renaîtra de ses cendres    Balti et ses amis se produisent à l'avenue Habib Bourguiba à l'initiative de Orange Tunisie    Attaque à Oslo : notre journaliste raconte    France : La grève générale frappe là où ça fait mal    Monde-Daily brief du 24 juin 2022: L'UE valide la candidature de l'Ukraine, les forces de Kiev ont reçu l'ordre de se retirer de Severodonetsk    Festival Hammamet 2022: L'affiche rend hommage à Maurice Béjart    Près de 150 migrants secourus au large de la Tunisie    Le Maroc va envoyer des travailleurs en Israël    FMI : ''La Tunisie doit remédier de toute urgence aux déséquilibres de ses finances publiques''    African Lion 2022 - La Défense nationale dément la participation d'Israël    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Ezzar : L'absence d'un ministre de l'Agriculture impactera négativement la saison agricole !
Publié dans Business News le 09 - 09 - 2021

Abdelmajid Ezzar, président de l'Union Tunisienne de l'Agriculture et de la Pêche (UTAP), a estimé que la non-désignation d'un ministre de l'Agriculture peut impacter négativement les récoltes et la saison agricole.
Invité par la radio Shems FM, Abdelmajid Ezzar a expliqué que la délégation du pouvoir de signature au secrétaire général du ministère ne suffit pas, puisque ce dernier à un rôle administratif. Le ministre par-contre à un rôle politique en fixant les orientations et les visions du secteur.
Le président de l'UTAP a, également, souligné l'importance de bien entamer la saison agricole afin d'avoir une bonne récolte. « Nous devons garantir les meilleures conditions et méthodes relatives à la plantation », a-t-il ajouté.
Il a considéré que le début de la saison agricole fait face à plusieurs obstacles tels que l'absence de prix fixes des semences de qualité. « Les semences de qualité provenant du pays ne représentent pas 10% de celles utilisées en Tunisie. Nous devons renforcer encore plus l'utilisation de nos semences », a-t-il continué.

Abdelmajid Ezzar a, par la suite, évoqué les prix du DAP, des ammonitrates et autres engrais qui ont doublé. La pénurie observée au niveau de ces produits a obligé les agriculteurs à en acheter auprès du marché parallèle au triple du prix initial.
« Afin de traiter ces questions, nous devons élaborer des stratégies… Si nous n'avons pas les moyens d'appuyer la recherche scientifique en ce qui concerne le développement de semences, profitons alors de ce qui a été découvert sans pour autant devenir des subordonnés ! Nous pouvons importer des graines, les développer et les reproduire en Tunisie. Nous avons des compétences. Où sont les moyens ? », a-t-il dit.


Abdelmajid Ezzar s'est, aussi, interrogé sur l'impact du changement climatique sur les semences utilisées en Tunisie. « Répondent-elles encore aux conditions climatiques et à la nature du sol en Tunisie ? Seuls les chercheurs peuvent répondre à cette question ! », a-t-il insisté. Il s'agit, selon lui, des choix de l'Etat. Il a conclu que la question des semences s'inscrit dans le cadre de la sécurité nationale et de souveraineté.
Abdelmajid Ezzar a assuré que l'Etat a augmenté les prix des engrais sans fournir les semences de qualité ou améliorer les conditions de production. « L'agriculteur est devenu un sac de boxe. Il ne fait qu'encaisser les coups », a-t-il ajouté.

Pour ce qui est des prix des viandes de volailles, Abdelmajid Ezzar a affirmé que le Groupement Interprofessionnel des Produits Avicoles et Cunicoles (GIPAC) établit les prix en fonction d'éléments imaginaires et idéalistes.
« Le GIPAC, par exemple, estime qu'un kilo de viande de poulet nécessite 1,6 kilo de nourriture pour animaux. Ceci n'est valable que pour les bâtiments d'élevage de poulet de très haut standing. Le GIPAC estime la mortalité au sein de l'élevage à 3% or le chiffre réel est de 8%. Il ne prend pas en compte les conditions d'élevage et la chaleur… Le kilo de poulet coûte, à l'éleveur, 4 dinars », a-t-il précisé.
Selon lui, suite à la nouvelle tarification du ministère du Commerce, les abattoirs ont décidé de ne pas prendre en considération la situation des agriculteurs en imposant un prix d'achat de 3,3 dinars le kilo de poulet. « C'est pour cela que nous avons appelé à boycotter les abattoirs et à vendre directement le poulet vivant. Nous avons appelé à mettre en place une structure des prix et à faire intervenir l'Etat lorsque ceci est nécessaire », a-t-il dit.

Abdelmajid Ezzar a, également, considéré que l'Etat doit envisager la levée des tarifs douaniers et autres prélèvements, en plus de subventionner certains produits. « Nous devons étudier les marges de bénéfices pour l'ensemble des acteurs concernés par la production… Une réunion est prévue avec le ministère à ce sujet. Les autorités se sont exprimées en faveur de notre cause lors des entretiens précédents », a-t-il affirmé.


Concernant la sécheresse et le stress hydrique, Abdelmajid Ezzar a expliqué qu'il s'agit de choix stratégiques de l'Etat. « L'Etat a demandé aux agriculteurs de ne pas planter le piment à cause des pénuries en eau. Si nous maintenons cette décision, le prix du kilo pourrait, en décembre, janvier et février, atteindre les sept dinars. Le kilo de la pomme de terre pourrait, quant à lui, voir son prix dépasser les 2,5 dinars », a-t-il signalé.
« Pour ce qui est du traitement des eaux usées, on aurait pu l'exploiter dans la plantation fourragère… Actuellement, les 2/3 des ressources minérales en Tunisie sont exploitées aux profits de l'eau potable… L'agriculture n'exploite plus 80% des ressources de la Tunisie en cette matière… L'Etat n'a pas fait d'investissement dans le secteur des eaux depuis près de trente ans et a multiplié les mauvais choix », a-t-il assuré.
Abdelmajid Ezzar a expliqué que les agriculteurs sont dans l'obligation de creuser des puits sans autorisation afin de sauver leurs fermes. Il a, également, considéré que c'est à l'Etat de poser une feuille de route agricole en ce qui concerne la chose. « En tant qu'organisation, nous proposons mais nous ne pouvons pas décider. Nous tenons l'Etat pour responsable ! », s'est-il exclamé.

Par ailleurs, Abdelmajid Ezzar a critiqué la monopolisation et la spéculation au niveau du stockage des fruits et légumes. Ces derniers contrôlent le marché et les prix. L'Etat, selon lui, doit appuyer le stockage au niveau des fermes. « Il s'agit de question de choix ! », a-t-il rappelé.

Au sujet des prix des viandes rouges, Abdelmajid Ezzar a expliqué que la hausse est due à la diminution des élevages. « Le kilo de viande bovine pourrait atteindre les 30 dinars d'ici octobre », a-t-il confirmé.
De plus, il existe des lobbys en faveur de l'importation qui complotent contre la production nationale. « L'importation est l'ennemi du produit national », a-t-il affirmé.

Par la suite, Abdelmajid Ezzar a estimé que la Tunisie a cédé sa position au sein du marché libyen. « Nous n'avons pas répondu aux attentes du marché. La perte du marché libyen est un choix de l'Etat tunisien. Où est la diplomatie tunisienne ? Elle aurait dû intervenir pour préserver la position de la Tunisie en Libye », a-t-il critiqué.

Enfin, Abdelmajid Ezzar s'est étonné face à la décision de l'Organisation Mondiale du Commerce concernant la levée des subventions sur les combustibles dans le secteur de la pêche même pour les pays en développement « D'habitude ce genre de décision ne concerne pas les pays sous-développés ! Les pêcheurs tunisiens souffrent déjà de la piraterie ! J'appelle le président de la République à intervenir et de s'entretenir avec le président libyen afin de mettre fin à ce genre de pratique », a-t-il dit.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.