Tunisie – Quel lien entre le dossier de l'octroi des terres domaniales et le dialogue national ? Qui Saïed est il en train de cibler ?    Ligue 1 Pro : Programme des matches de la J3    Najla Bouden s'entretient avec le prince héritier Mohamed Ben Salmane    La Pologne fait don d'équipements médicaux à la Tunisie    Sfax - La grève régionale dans le secteur privé fixée au 28 octobre    Monde- Daily brief du 25 octobre 2021: Le président Erdogan décide de renvoyer les ambassadeurs de 10 pays    Najla Bouden s'affiche avec un sac à main hors de prix    Maradona Cup : Barça – Boca Juniors, en Arabie Saoudite    Tunisie- Automobile : Hausse de 49% du CA du Groupe Ennakl    Finance : L'association Reconnectt organise la 1ère édition des Journées tunisiennes de la finance "TunFin#21" les 19 et 20 novembre 2021    Baisse de l'investissement déclaré dans l'industrie de 15,6%, à fin septembre 2021    Brahim Debbech : Les concessionnaires ne sont pas visés par les déclarations de Kais Saïed, mais…    Ministère de la Jeunesse et des Sports : Une subvention de 90 mille dinars aux clubs de football de deuxième division    Conditions d'entrée sur le territoire tunisien à partir du 27 octobre 2021    SONEDE: Coupure et perturbation dans la distribution de l'eau potable dans ces zones    La docteure tunisienne Basma Makhlouf Shabou nommée Chevalier de l'ordre des arts et des lettres    Les chiffres effarants de la contrebande de pneus en Tunisie !    La Turquie parie sur l'Afrique, pari gagnant    Amel Belhadj Moussa crée un comité de contrôle des institutions en charge de la protection des séniors    Exclusif: Les forces de l'ordre confisquent des équipements au siège du Mouvement Ennahda    Décès d'Abdelmajid Chaker, l'ancien ministre de Bourguiba    Ligue 1 France : Khazri dans l'Equipe type de la J 11    Abdellatif Mekki préconise de revenir sur le coup d'Etat en rectifiant la situation d'avant le 25 juillet    Salon MOOD TALENT: 38e édition l'hôtel à Dar El Marsa du 5 au 7 novembre    Tunisie : Inquiétude des opérateurs économiques face au flou entourant les LF 2022 et complémentaire 2021    Ridha Lénine : L'heure du tri a sonné !    Tunisie – météo : Pluies orageuses intenses sur le Nord et le Centre-est    UBCI : PNB en hausse de 9% à fin septembre 2021    Zouhair Maghzaoui revendique l'organisation d'un dialogue national global    Tunisie : Les prix des œufs et des poissons sont désormais encadrés    Bilan Covid-19 : 128 nouveaux cas et un décès    Tunisie-JCC 2021 : Modalités d'achat et prix des billets    Atelier de travail sur les perspectives et les défis de l'action syndicale dans le cadre de l'accord sur la Zone de libre-échange continentale africaine    Zammour Trekking revient dans une 4ème édition du 4 au 8 novembre 2021    La Fifa et la CAF saluent l'introduction de la VAR en Tunisie    Un fort séisme secoue Taïwan    Barça vs Real Madrid en direct et live streaming : Comment regarder le match?    Anthony Fauci au cœur d'un scandale impliquant un laboratoire en Tunisie    Foot-Europe: le programme du jour    LC Afrique (2e tour retour) – Espérance ST : obligation de résultat pour retrouver la phase de poules    Ammar Mahjoubi: Violence et insécurité à l'époque romaine    Erdogan expulse dix ambassadeurs dont ceux de la France, des USA et de l'Allemagne    Photo du jour : Un « bijou » architectural construit à des dizaines de mètres de la présidence du gouvernement !    Tunisie : L'état d'exception face aux tentations d'ingérence internationale    21ème édition du festival de l'Asbu : Six prix pour la Tunisie    Migration clandestine Mahdia : mandat de dépôt contre les passeurs    Le ministère des Affaires culturelles rend hommage au scénographe Kais Rostom    Puissance et coopération dans la gouvernance du changement climatique    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Tunisie dans l'attente
Publié dans Business News le 17 - 09 - 2021

La Tunisie retient son souffle, depuis le 25 juillet 2021, en attendant les décisions du président de la République concernant le futur chef de gouvernement et le parlement d'une part et les réformes qu'il va entreprendre de l'autre, ou au moins sa vision des choses.

Entre temps et depuis près de huit semaines, le pays est bloqué dans l'attentisme. Beaucoup diront que l'Etat fonctionne normalement, mais la vérité est autre. Des décisions importantes sont temporisées, car qui voudra en assumer la responsabilité, surtout avec la cabale mené actuellement par le chef de l'Etat. Or, il y a urgence, notamment en ce qui concerne la mobilisation des ressources nécessaires pour clôturer le budget de l'Etat. La Tunisie devra mobiliser 15,5 milliards de dinars d'ici fin 2021, dont 8,2 milliards de dinars de dettes extérieures (à payer en devises), selon le député indépendant Yadh Elloumi.
Le budget 2021 prévoit un recours conséquent au marché extérieur, mais les conditions actuelles ne sont guère favorables. La situation politique et économique du pays, couplée à la dernière dégradation de la note souveraine du pays, font que trouver des crédits extérieurs sera difficile mais surtout très coûteux. La Tunisie n'a pas le choix et doit entamer les négociations avec le FMI, la tête de file des prêteurs internationaux. Non seulement ses taux sont bas mais aussi un accord avec le fonds ouvrira les portes de toutes les autres institutions financières à commencer par la Banque mondiale.

En effet, l'ancien président du directoire d'Amen Bank et actuel membre du bureau exécutif de l'IACE, Ahmed El Karm, avait affirmé que la mise en place de la Loi de finances est liée à l'avancement des négociations avec le Fonds monétaire international (FMI) : c'est un facteur déterminant qui permettra d'élaborer la Loi de finances complémentaire 2021 et la Loi de finances pour 2022, d'où la nécessité de reprendre les négociations avec le fonds pour garantir le financement de la trésorerie du pays et permettre le recours au marché extérieur outre le fait que les chiffres présentés auront plus de crédibilité.
En ce qui concerne la nécessité d'avoir un chef de gouvernement pour l'avancement des négociations avec le FMI, l'expert économique avait estimé qu'on aura besoin d'une personne qui va signer l'accord qui sera conclu avec l'institution financière, en soulignant que ça sera un facteur important qui permettra d'accélérer les négociations qui sont actuellement en arrêt.
Pour lui, le chef du gouvernement doit être un économiste expérimenté, qui comprend les équilibres économiques, qui a de bonnes relations avec l'étranger et qui prend en considération le volet social du pays.

En outre, les propos tenus début septembre par le vice-président de la Banque mondiale pour le Moyen-Orient et l'Afrique du Nord, Ferid Belhaj, sont sans équivoque, notamment lorsqu'il associe le FMI et la Banque mondiale (BM), un lien lourd de sens et qui démontre que les deux institutions sont sur la même longueur d'onde.
M. Belhaj avait précisé, concernant les attentes de la Banque mondiale et du FMI qu'ils souhaiteraient avoir un livre blanc au sujet des réformes signé par un gouvernement pour engager les discussions. « La Tunisie peut sortir du tunnel et rapidement si les choses reprennent leur cours normal : un gouvernement et une volonté politique pour réformer », a-t-il noté.
Et de soutenir : « S'il engage les grandes réformes économiques, un pays comme la Tunisie pourrait s'élever à d'autres niveaux au bout d'un an et demi ».
Autre facteur important évoqué par le représentant de l'institution financière lorsqu'il a été interpellé sur la pérennité de l'appui des partenaires financiers à la Tunisie, il avait affirmé que la BM et le FMI étaient convaincus que l'appui au budget de l'Etat et aux réformes ne pourrait se faire en l'absence d'un vis-à-vis (d'un chef de gouvernement, ndlr). Et de souligner la nécessité de former un gouvernement d'orientation économique surtout que le terrain était favorable à un consensus national.

Du côté du secteur privé, les choses ne sont pas florissantes. Le manque de visibilité, l'instabilité politique, le changement des règles du jeu, notamment en ce qui concerne la fiscalité, augmentent les inquiétudes des opérateurs économiques. Le tout sur fond de pressions et de menaces à peine voilées faites par le chef de l'Etat, sous couvert de patriotisme, aux hommes d'affaires et chefs d'entreprises. Ainsi, les nouveaux investissements sont temporisés, dans l'attente d'un meilleur climat des affaires, privant le pays d'une croissance supplémentaire et de création d'emplois.
Côté investissement, les chiffres avancés par l'Agence de promotion de l'industrie et de l'innovation (APII) et l'Agence de Promotion de l'Investissement Extérieur (Fipa) sont très parlants, avec un décroissement de 14,6% des investissements déclarés dans l'Industrie durant les sept mois 2021 et une baisse des investissements étrangers (IDE et portefeuille) de 7,4% au premier semestre 2020 par rapport à un an auparavant et de 27,1% par rapport à 2019.

Il faut rappeler dans ce cadre que plusieurs personnalités publiques tunisiennes, politiques et du monde des affaires, ont été surprises par des mesures exceptionnelles à l'aéroport Tunis-Carthage. Si certains ont juste été retardés, d'autres ont été interdits de voyage. Le dernier incident en date étant celui de l'ex-président de la Fédération Tunisienne de l'Hôtellerie et actuel trésorier de cette institution Khaled Fakhfakh qui a été carrément débarqué de l'avion après que les autorités l'ont autorisé à voyager.
D'ailleurs, Anis Jaziri, président de Tunisia-Africa Business Council (TABC) et ancien conseiller économique au palais de Carthage, avait fustigé le traitement indécent et les humiliations, inacceptables et déraisonnables, infligés aux hommes d'affaires dans les aéroports tunisiens.
Et d'affirmer la compréhension du monde des affaires de la mise en place de procédures exceptionnelles pour une durée limitée mais qu'il ne comprend pas pourquoi jusqu'à cette heure les services compétents n'ont pas établi une liste des corrompus et de ceux qui sont poursuivis par la justice.
M. Jaziri avait dénoncé dans ce cadre le silence du patront (Utica et Conect) face à ce harcèlement et les humiliations subies par les hommes d'affaires. Il a martelé : « Nous soutenons complétement la guerre contre les corrompus, mais ces comportements honteux, sans distinction, mettant tous les hommes d'affaires dans le même sac comme étant tous corrompus et tous accusés jusqu'à preuve de leur innocence, est devenu inacceptable ».

Il ne faut pas oublier aussi que plusieurs entreprises tunisiennes ont été sinistrées par la pandémie. Si une partie a fait faillite, une autre peut être sauvée mais en prenant les mesures nécessaires pour les soutenir. Mais comment les soutenir, alors qu'on n'arrive pas à boucler le budget de l'Etat pour 2021 et on ne sait pas encore comment financer celui de 2022.

D'ailleurs, même au niveau intérieur, l'Etat peine à mobiliser les ressources qu'il lui faut. Sur les 120 millions de dinars (MD) de BTA (bons de trésor assimilables) mis sur le marché au mois de septembre, seulement 60 MD ont trouvé preneur et ceci après deux échecs.
Cette incapacité à trouver les liquidités sur le marché intérieur va se répercuter sur les dépenses de l'Etat. Aram Belhadj, docteur en sciences économiques, enseignant-chercheur à l'Université de Carthage et expert-consultant, avait estimé qu'il y aura du retard dans le payement des salaires de septembre dans le secteur public.
Autre point important, l'ancien ministre et député, Iyed Dahmani, pense que la baisse de 15% de la compensation au premier semestre, n'est pas une baisse réelle mais un effet d'écriture comptable : l'Etat n'ayant pas payé ses redevances.

Jusqu'à quand va perdurer cette situation d'attentisme alors qu'en réalité, le temps presse ? Un chef de gouvernement doit être désigné rapidement pour mettre fin à cette situation incertaine. Le choix de cette personne sera déterminant pour l'avenir économique du pays. Il y aura des choix douloureux à faire et des réformes structurelles à entreprendre rapidement pour sortir de cette situation. Il faudra surtout laisser le populisme de côté et avoir le courage de prendre les décisions qui s'imposent. Le président est-il prêt à assumer des réformes et des décisions impopulaires ? C'est une autre paire de manches...


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.