Tunisie : Reprise du lancement du projet de délivrance d'un passeport et d'une carte d'identité biométriques    Kasserine : Deux mandats de dépôt en prison contre le directeur de l'usine de chaux et un employé    Ooredoo s'allie à Fujifilm et lance une solution digitale d'impression photo    Tunisie : Libération de l'avocate accusée d'avoir agressé un agent de sécurité à l'aéroport de Djerba Zarzis    La bourse de Tunis renoue avec les pertes    CAN 2021 : Où regarder les 4 matches de mardi ?    Najla Bouden reçoit Slim Hentati et Faouzia Yacoubi    Libération de Mustapha Khedher    CAN 2021 – Gr A : Le Burkina Faso décimé mais qualifié aux 1/8    France : Une autre grève générale qui tombe au plus mal pour Macron    Fermeture des écoles : Un membre du Comité scientifique tranche    Libération de Seif Eddine Makhlouf et Nidhal Saoudi    Autos-Renault: Les ventes de voitures en chute libre depuis 3 ans    Bientôt un "programme sport pour tous au sein des administrations tunisiennes"    Sommet de la Ligue arabe : Très mauvais pour Alger, pour le monde arabe    Coronavirus : Le PDG de Pfizer annonce une bonne nouvelle    Expo Dubai : 2e plainte contre le Cepex, cette fois Kais Saied devra taper    La toile émue à la vue de musiciens tunisiens quitter le pays à bord du même avion    Maroc – Allemagne : Vers la réconciliation ?    Eric Zemmour condamné à 10 000 € d'amende pour provocation à la haine    Hichem Djaït aux yeux de ses contemporains    Tunisie-officiel : Levée de la Résidence surveillée sur deux personnes    Tunisie – Sonede : Perturbation de la distribution de l'Eau dans le Grand Tunis    Le film 'STREAMS' de Mehdi Hmili projeté en Tunisie dès le 19 janvier (B.A. & Synopsis)    Covid-19 | Nabeul : 901 cas détectés dans le milieu scolaire    Covid-19 : Décès d'une élève, les détails    Autos-Maroc: La marque au lion bat son record de vente en 2021    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 17 Janvier 2022 à 11H00    CAN 2021 | Groupe F, 2e journée – Tunisie-Mauritanie (4-0) : Une si belle réaction !    La Tunisienne Sonia Ben Ammar ''heureuse'' de représenter ses origines    Les indiscrétions d'Elyssa    Tribune | La crise de l'art contemporain, un problème de discours ou de pratique ?    Tunisie : Taux de remplissage des barrages à près de 50%    Bechr Chebbi :'' Israël gérait la sécurité et l'armée lors de la manifestation du 14 janvier ''La réponse de Khalifa    Tunisie-coronavirus : La plupart des hospitalisés sont des non-vaccinés    JSK : On ne chôme pas...    NEWS | Sadok Selmi pour Cameroun-Cap Vert    Insecte tueur de cactus : Un danger qui guette des milliers d'hectares...    Express    Météo: Températures en légère hausse pour ce lundi    Tunisie : Un capitaine de la garde nationale retrouvé pendu, son avocate balance des dossiers    Open d'Australie : Ons Jabeur déclare forfait    La baguette magique de « Soumoud » pour sauver la Tunisie !    Arts plastiques | Thameur Mejri au musée d'art contemporain de Lyon    Secousse tellurique à Gafsa    Maltraité, l'artiste Saja demande la récupération de ses tableaux du pavillon tunisien à l'Expo Dubai    Le combat d'un résistant septuagénaire palestinien écrasé par une voiture de police de l'occupant    Scandaleux : Le correspondant d'un journal français frappé par des policiers le14 janvier    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Tunisie: l'industrie des composants automobiles dans la tourmente
Publié dans Business News le 17 - 12 - 2008

Arrêts techniques de production, suppressions d'emplois, baisses substantielles des commandes auprès des sous-traitants...Un peu partout dans le monde, les constructeurs automobiles se sont résolus à tourner au ralenti pour limiter la casse consécutive à une chute libre des ventes des véhicules neufs. Mais, si les géants de l'industrie automobile peuvent toujours compter sur les largesses de gouvernements pour résister à la crise, le sort des équipementiers paraît encore plus incertain. D'autant plus que ces sous-traitants, largement dépendants des grands donneurs d'ordre internationaux, sont les premiers impactés par la dégringolade du marché automobile. Comment se présente la situation dans cette branche d'activité en Tunisie ? Y a-t-il des risques de suppression d'emplois ? Que font les quelque 200 sous-traitants implantés dans le pays pour survivre aux effets dévastateurs du "tsunami" financier? Eléments de réponses.
La crise financière internationale ne semble plus cantonnée aux sphères de la haute finance. Elle touche de plus en plus ce que les spécialistes appellent l'économie réelle. Le premier secteur qui commence à payer la facture de la "cupidité" des chantres du néo-libéralisme est l'industrie automobile, dont l'essor est viscéralement lié aux périodes d'embellie économique et de bien être social.
Après avoir décroché de 8,2% en septembre, le marché européen de l'automobile continue à prendre une courbe descendante. L'Association des constructeurs automobiles européens (ACEA) a déjà tiré la sonnette d'alarme, en annonçant la vente de 1,134 million de véhicules neufs en octobre, soit une chute de 14,5 % en comparaison avec octobre 2007. Aux Etats-Unis, la baisse des ventes a frôlé les 35% en novembre.
Conséquence: General Motors, Chrysler, Mercedes, Renault, Peugeot, Fiat et bien d'autres grands noms de l'industrie automobile mondiale sont aujourd'hui sévèrement touchés par la crise financière internationale. Mais, ils ne sont pas les seuls. Dans leur sillage, des milliers de sous-traitants peinent à maintenir la tête hors de l'eau. Et pour cause : les grands constructeurs se sont trouvés dans l'obligation d'ajuster leur production pour limiter la casse, entrainant avec eux des équipementiers aux reins moins solides. Dans ce cadre, la Tunisie qui a parié depuis une quinzaine d'années sur la fabrication des équipements automobiles pour le compte de plusieurs constructeurs européens, mais aussi américains et asiatiques, s'est trouvée dans une situation peu enviable.
Tournée à hauteur de 68% à l'exportation, l'industrie tunisienne des composants automobiles commence d'ores er déjà à payer les pots cassés. Selon des statistiques officielles, les exportations de la branche automobile entre le 1er janvier et le 30 octobre 2008 ont baissé de 4% en comparaison avec la même période de 2007. Au cours des trois derniers mois, les commandes des constructeurs européens ont connu des baisses situées entre 10 et 30%. C'est que la majorité des constructeurs mondiaux prévoient le recours à des arrêts de production. A titre d'exemple, Renault et Peugeot ont déjà adopté des plans d'économies drastiques, basés sur des réductions de production pouvant atteindre 30 % durant le quatrième trimestre de l'année en cours.
Et si on ne déplore pas pour le moment, selon les données de la fédération tunisienne des industries mécaniques et électriques, rattachée à l'UTICA, des pertes d'emplois - à l'exception d'un "petit plan social" décidé par le groupe suédois Autoliv, implanté dans la région de Zaghouan - les perspectives sont loin d'être reluisantes. « L'effondrement des commandes n'est pas l'unique souci des équipementiers. Ceux-ci se trouvent confrontés à des difficultés de financement, sous l'effet du resserrement des conditions de crédits bancaires », précise un industriel tunisien, ayant pignon sur rue dans la région de Sousse.
Autre source d'inquiétude : le report ou le gel des projets de délocalisations, annoncés depuis le début de l'année. D'autant plus que les plans de sauvetage de l'industrie automobile adoptés par plusieurs pays européens excluent les équipementiers qui comptent délocaliser totalement ou partiellement leur production, de la liste des entreprises susceptibles de bénéficier d'aides étatiques. Lors de l'annonce de l'octroi d'une aide globale de 1,5 milliard d'euros, le président français Nicolas Sarkozy avait en effet adressé un avertissement aux industriels français, en leur demandant de ne pas délocaliser leur production dans des pays à bas coûts. "Je ne suis pas d'accord pour aider des entreprises avec l'argent public si celles-ci continuent de délocaliser à l'étranger", a-t-il dit.
Au sein de la fédération des industries mécaniques et électriques, on ne cache pas l'inquiétude qui règne quant aux risques de gel de plusieurs projets de délocalisations, comme ceux annoncés récemment par les groupes allemands Coroplast et Continental ou encore par le groupe japonais Yazaki.
Après avoir rencontré des difficultés dans l'assemblage des véhicules, la Tunisie a renoncé à la fabrication locale des véhicules et fait le choix, depuis les années 90, de devenir un centre manufacturier "low cost" qui travaille en étroite collaboration avec les donneurs d'ordre occidentaux. Une politique de promotion active, des avantages fiscaux importants et une situation sociale stable ont permis au pays d'attirer de grands équipementiers européens et américains et de développer une industrie locale florissante. Parmi les équipementiers étrangers opérant dans le pays figure le numéro un mondial, l'américain Delphi, le français Valeo, premier fournisseur de câbles aux constructeurs européens, mais aussi l'allemand Leonische, qui emploie 3 500 salariés à Sousse, l'italien Pirelli, partenaire stratégique de la Compagnie des Faisceaux Tunisiens (COFAT), ou encore Lear Automative et Defontaine.
La branche des composants automobiles est aujourd'hui constituée de plus de 200 entreprises dont 126 sont exportatrices. Le secteur emploie 43.523 salariés et sa production connaît une progression annuelle de plus de 18% entre 2003 et 2007.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.