Avis de l'Ambassade de Tunisie en Algérie    Hausse des températures : Les recommandations du ministère de la Santé    3 nouveaux cas de Covid-19 en Tunisie    Cin'étoiles d'été : Projections de films récents par l'IFT à Tunis, Sousse et Sfax (Programme)    Tennis : Novak Djokovic testé négatif au coronavirus    Les manquements du rapport de l'IVD dénoncés par Mabrouk Korchid    2,7 milliards de dinars de déficit budgétaire    Istanbul : basilique Sainte-Sophie peut redevenir une mosquée d'ici 15 juillet    Le ministère des Finances invite les contribuables à utiliser le système de télédéclaration et de télépaiement    Lutte contre la Covid-19 : Alwaleed Philanthropies au secours de 10 pays africains    Suspicion d'abus et de corruption : 7 anciens et actuels cadres de Tunisair en garde à vue    Lancée prochainement par le collectif Soumoud : Consultation sur la révision du système électoral    Municipalité de Tunis : Parachèvement des procédures relatives à la réalisation de deux projets importants    Covid-19 : 2 années de croissance de perdues en matière de monétique    Coopération tuniso-koweitienne dans le secteur de la santé    Le navire « Tanit » de la CTN, quitte la Tunisie sans voyageurs et y retourne avec 2000 passagers    Espérance de Tunis : Tayeb Meziani sur le départ    Le point sur l'épidémie du coronavirus : Mise à jour du 2 juillet à 11H00    Réouverture de l'hôtel THE PEARL à Sousse    FARK : Néziha ZAOUALI    Israël Palestine : A-t-on enterré la paix ?    Tunisie: Une Candidate infectée par coronavirus passe les examens de la neuvième depuis le centre de quarantaine à Monastir    Tunisie [vidéo]: Interdits d'accéder à l'hôpital Farhat Hached, des citoyens essaient de prendre d'assaut l'établissement    CONDOLEANCES : Halima ABDESSALEM    Danemark : distances non respectées, la finale de la Coupe brièvement arrêtée    En marge de la parité entre le CA et le ST | Jalel Kadri : «Convaincu par trois jeunes» – Lassaâd Dridi : «Volume de jeu rassurant»    Le ministère de la santé veille sur l'actualisation permanente de la classification des pays selon le niveau de risque épidémique    Météo : persistance du temps chaud    CA | Yassine Chammakhi claque la porte : «Je ne tournerai pas le dos au CA !»    Poursuite de la baisse des cours mondiaux du pétrole brut sous l'impact de la crise du Covid-19    Report du festival de la chanson tunisienne à 2021    Tunisie : Les vols de rapatriement programmés ce jeudi    Grève de 3 jours dans toutes les compagnies pétrolières à Tataouine    ES Zarzis : l'AG élective le 23 juillet    Manchester City – Liverpool : Sur quelle chaîne voir le match ?    Noureddine Erray se félicite de l'adoption par le Conseil de sécurité de l'ONU du projet tuniso-français sur la lutte contre la Covid-19    Nouveau partenariat entre le MAMC et deux institutions culturelles publiques    Sit In de Tunisiens sans tests PCR au port de Gênes    Le plus grand franchisé américain de Pizza Hut dépose le bilan sous le chapitre 11    Cinq ans de prison pour l'anthropologue franco-iranienne    La France et ses alliés sahéliens tiennent sommet à Nouakchott    Du bonheur d'être triste    Le Film palestinien "It Must be Heaven" d'Elia Suleiman projeté en Tunisie (B.A. & Synopsis)    Personne ne peut prétendre détenir la solution militaire ou politique pour apaiser la Libye    Chiraz Laatiri, ministre des affaires culturelles, à La Presse : «Le zonage pour assurer le bon déroulement des festivals»    Pris sur le vif : De littérature et d'esthétique    Tunisie: Un bateau de pêche tunisien arraisonné par des garde-côtes libyens    Le Festival de la chanson tunisienne reporté à 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Malgré la controverse, Bourguiba trône de nouveau sur Tunis
Publié dans Business News le 01 - 06 - 2016

La statue équestre du Zaïm, Habib Bourguiba, domine, de nouveau, l'avenue qui porte son nom. Déboulonnée, en 1988 par Zine el Abidine Ben Ali, soit un an seulement après sa prise du pouvoir suite à ce qu'on appelle un « coup d'Etat médical », la fameuse statue reprend sa place à l'Avenue, en plein cœur de la capitale Tunis, où elle trône fièrement.

Avant de reprendre sa place, ce deuxième retour du Combattant suprême au cœur de la capitale, 28 ans après en avoir été chassé, revêt une aura symbolique et une grande victoire pour le Bourguibisme. Cela a suscité la controverse et la polémique, montées de toutes pièces par certains démagogues, dont notamment, les Mohamed Abbou, Samir Ben Amor, Yassine Ayari et, bien évidemment, le plus folklorique, Hachemi Hamdi qui a remué ciel et terre pour s'y opposer.

Mais rien n'y fit. La volonté des partisans pour l'installation de la statue a fini par l'emporter. Ceci, après quelques moments de flottements et de doutes qui se sont vite dissipés, surtout avec la mobilisation forte et spontanée qui a vu le jour, notamment à travers les réseaux sociaux.

Et devant ce mouvement de masse, les opposants ne pouvaient que s'avouer vaincus, non sans promettre de prendre leur revanche après …2019. Le bouillant Hachemi Hamdi a promis de revenir « après l'élection présidentielle de 2019 » qu'il a promis de remporter.
« J'enlèverai, avec mes propres mains, cette statue que je ne supporte pas de voir », a-t-il dit en substance. « Et je ferai du 28 mai une Journée d'opposition à Bourguiba et au bourguibisme ». Plus encore, il a annoncé la création d'une association dénommée « Article 12 » ayant pour objectif « la réparation de tous les dommages causés par Bourguiba », selon ses propres termes lors d'une déclaration accordée à la Radio Jawhara, samedi 28 mai 2016.

Si les opposants au retour de la statue n'ont pas d'argumentation valable pour défendre leur position, les partisans font prévaloir un retour à la normale dans le sens où elle évoque un pan très important de l'histoire de la Tunisie. Le 1er Juin 1955 ayant été le prélude à l'Indépendance du pays le 20 mars 1956.
Déjà que son enlèvement en 1988, sur ordre de Ben Ali, constituait une grave erreur et un déni de l'histoire du mouvement de libération nationale à la limite d'un crime envers la mémoire de la Tunisie.

En effet, qui ne se rappelle pas parmi les citoyens ayant vécu ledit événement en 1955 ou ayant lu ses détails, ce retour triomphal du Zaïm par voie maritime, à la mère patrie au port de La Goulette où il eut droit à un accueil, à la fois, chaleureux et spontané, avant de monter sur un cheval pour faire le trajet jusqu'à l'Avenue ayant pris, par la suite, son nom.
D'où la haute symbolique de cette célèbre statue équestre et dont le retour, aujourd'hui même, soit un 1er Juin, n'est que justice rendue au Combattant suprême, sachant qu'en principe et sauf avis contraire, elle côtoiera l'Horloge, érigée sous l'ère Ben Ali, malgré son aspect lugubre et hideux. Un qualificatif que nombreux connaisseurs s'accordent à lui coller.

Mais les historiens sont d'avis qu'il ne faut jamais effacer l'histoire quelque soit l'évaluation qu'on en fait, dans la mesure où aucune période ou étape ne peut être considérée comme étant entièrement négative ou parfaitement positive.
Autrement dit, toute réalisation sera évaluée, en temps opportun, par les spécialistes, mais jamais supprimée? Car il s'agira de l'histoire que personne n'a le droit d'abolir ou de modifier. Ce serait alors un crime perpétré contre la mémoire du peuple et de la nation.

Il faut dire qu'il est des dates qui ne s'oublient jamais et qui marquent le destin du pays et sa grande histoire dans la mesure où elles constituent un tournant dans la vie. Or, le 1er juin 1955 en est une. Elle a été l'œuvre de Bourguiba qui a réussi, là, un haut fait de l'Histoire et mérité qu'il y entre à l'instar d'autres qui l'ont précédé dont citera, notamment, les Elyssa, Jugurtha, Hannibal, Ibn Khaldoun et, sûrement, bien d'autres.

Et c'est bien aujourd'hui, que la statue équestre de Habib Bourguiba fut officiellement inaugurée à l'avenue qui porte le nom du combattant suprême, par le président de la République, Béji Caïd Essebsi. Une date qui n'a pas été choisie arbitrairement, mais en faisant référence au 1er juin 1955, date du retour d'exil de Habib Bourguiba.

La cérémonie d'inauguration a été faite en présence du chef du gouvernement, Habib Essid et de Mohamed Ennaceur, président de l'Assemblée des représentants du peuple. Plusieurs autres officiels étaient, également présents, ainsi que des membres de la famille de Bourguiba.
« Contrairement à ce que pensent plusieurs, le retour de la statue de Bourguiba à cette date précise n'est nullement une consécration du culte de la personnalité. Il s'agit d'une date historique qui symbolise l'unité et la solidarité du peuple tunisien. Et aujourd'hui, la Tunisie, a plus que jamais besoin d'une solide unité nationale. Bourguiba est le symbole de l'indépendance, de la liberté et de la fierté », affirme le président de la République en marge de cette cérémonie.

Malgré toutes les tentatives et les cris au scandale contre le retour de la statue équestre de Bourguiba, elle a pu retrouver, enfin, sa place initiale. Il s'agit d'un épisode important de l'histoire de la Tunisie ayant marqué plusieurs personnes pendant des décennies. Et bien que l'histoire ne se répète jamais, elle nous permet d'éviter de reproduire les erreurs du passé et nous fournit des exemples d'hommes illustres, qui doivent constituer pour nous autant de modèles à suivre pour nous conduire au mieux.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.