Le marché boursier entame la semaine sur une note d'optimisme    Coronavirus : 4 décès et 179 nouvelles contaminations, Bilan du 26 septembre    Tunisie Telecom réitère sa disposition à poursuivre le dialogue avec son partenaire social    Ooredoo soutient l'initiative « La classe digitale » au gouvernorat de Jendouba    Flat6Labs réalise le second closing de Anava Seed Fund pour le porter à 30 millions de dinars et accueille Sawari Ventures comme nouvel investisseur    L'INM appelle à la vigilance à cause des pluies attendues dans la soirée    Des organisations nationales appellent à fixer des échéances pour mettre fin à l'état d'exception    Huawei annonce un investissement de 150 millions $ dans des programmes inédits    Le sénateur Murphy: Tant que la démocratie n'est pas rétablie, nous devons revoir notre programme d'aide à la sécurité pour la Tunisie    Monde- Daily brief du 27 septembre 2021: Emmanuel Macron ciblé par un homme qui lui a lancé un œuf    Ministre de l'Education: Plus de 450 écoles seront réaménagées dans les prochains mois    La Tunisie s'illustre au Championnat d'Afrique d'échecs    Retour du Salon de la Création Artisanale du 1 au 10 octobre 2021 au Kram    Chiffre du jour : 141 millions de dinars, seulement, sont les crédits extérieurs nets mobilisés par la Tunisie    Démission collective à Ennahdha - Abdellatif Mekki : Nous n'étions plus qu'un fardeau    Slaheddine Dchicha: De «l'exception tunisienne» à l'état d'exception    Olaf Scholz, le probable chancelier d'Allemagne    Parti des Travailleurs: Kais Saied s'est donné tous les pouvoirs    Exposition Ouatann de Chiara Montenero, du 1er au 30 octobre 2021 à la galerie Alain Nadaud    Dernière minute- Affaire S17: Mandat de dépôt à l'encontre de Seif Eddine Makhlouf    Tunisie – Coronavirus: le taux de positivité des tests baisse à 6,62%    STEG: Des compteurs intelligents à partir de janvier 2022    Attaque de Kasar Hellal : le Parquet ordonne une instruction pour homicide volontaire    Décès du rédacteur en chef du journal Echaâb, Mokhtar Ghriss    Tunisie – ONU : Jerandi s'entretient à New York avec Lacroix    Ons Jabeur se hisse à la 16ème position au classement WTA    Ons Jabeur monte à la 16ème place du classement mondial !    Ali Larayedh: Les dernières mesures présidentielles menacent l'entité de l'Etat    Samir Dilou : Même notre prophète avait moins de prérogatives que Kaïs Saïed !    Covid-19 : 5 millions de tunisiens primo-vaccinés    Foot-Europe: le programme du jour    Supercoupe 2020-2021 (EST-CSS 1-0) : Les déclarations d'après-match    Clermont vs Monaco : Où regarder le match en direct et live streaming ?    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Photo du jour : 2 millions de dinars dé    De retour à l'opéra: Une série de pièces de théâtre à la cité de la culture du 1 au 7 octobre    3 membres du congrès américain appellent Biden à intervenir en vue de rétablir le Parlement tunisien    Manchester United vs Aston villa en direct et live streaming : Comment regarder le match ?    Foot-Europe: le programme du jour    La Fondation Orange lance la 4e édition du Prix Orange du Livre en Afrique    Tout savoir sur Les Araméens    JCC 2021 : Listes des films sélectionnés dans le cadre de Chabaka et Takmil    Envirofest à Bizerte en marge du Forum Mondial de la Mer (Programme)    Libye: Dbaïba rejette le retrait de confiance    Abu al-Bara al-Tounsi tué dans un raid à Idleb    Crise des sous-marins: Quelques leçons pour les Arabes    Pêcheurs tunisiens interpellés par les garde-côtes libyens : Le ministère de la Défense rappelle la réglementation    Comment comprendre les prochaines élections en Allemagne et quel impact sur la Tunisie du départ d'Angela Merkel    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



Road to America !
Publié dans Business News le 01 - 11 - 2016

L'Amérique fait rêver. A quelques jours de son élection présidentielle, le monde suit avec grand intérêt les péripéties des deux candidats US qui s'affrontent manu militari pour l'accès tant convoité à la Maison Blanche. Deux candidats que tout oppose et qui peinent, autant l'un que l'autre, ou peut être l'un plus que l'autre, à s'attirer la sympathie des foules et à arracher des votes convaincus.
L'Amérique nous donnera-t-elle, encore, une bonne leçon de démocratie ? Celle qui nous fait pâlir d'envie, ériger de grandes espérances et rêver à ce qu'un jour on puisse faire pareil ? Sans doute, sauf que l'Amérique elle-même va mal. Du moins sa politique.
« Ce n'est pas l'heure la plus sombre, mais ça pourrait être la plus triste. Si Hillary Clinton est ce qu'il y a de pire au niveau politique, Donald Trump est ce qu'il y a de pire au niveau humain. Un délinquant sexuel multirécidiviste se présente contre la femme d'un autre délinquant sexuel multirécidiviste, et des actes déplacés deviennent le point de mire de la campagne présidentielle. Personne ne parle politique. Thomas Jefferson et Benjamin Franklin se retournent dans leurs tombes ». Voilà ce qu'écrivait l'écrivain américain Lain Levison dans la dernière édition de l'Obs.

Est-il encore question de politique ? Oui incontestablement. Une candidate détestée comme Hillary Clinton est sur le point de remporter le scrutin. Oui car Donald Trump n'a pas réellement de chances de se voir investir président des Etats-Unis d'Amérique. Hillary risque de donner à l'Amérique une victoire fracassante face à son adversaire loufoque. Loufoque oui, mais qui a tout de même réussi à tenir le monde en haleine pendant des mois et à rassembler un nombre de sympathisants à faire pâlir Moncef Marzouki. Et ça, ça ne peut être que politique.

Donald Trump n'est pas seulement un candidat à la tignasse étrange, à la classe aussi inexistante que son expérience politique et aux propos obscènes de prédateur sexuel, de raciste et de sexiste. Donald Trump est un candidat qui a su mettre le doigt là où ça va mal. Si la majorité écrasante des médias américains (et même ceux de la planète entière) se sont rangés sans aucun ménagement du côté de la candidate démocrate, les électeurs du milliardaire américain, parfaits exemples de l'Américain moyen, eux suivent Trump les yeux bandés. Aller jusqu'à soutenir un candidat facho, stupide, grossier et sans aucune expérience politique. Il fallait le faire. Mais les pro-Trump ont leurs arguments et ils se tiennent : la classe moyenne qui s'effrite, le problème de l'immigration, le 11-Septembre, le fait qu'il soit tout ce qu'il y a de plus éloigné du sérail politique et de l'establishment (dans lequel baigne la candidate Clinton), mais aussi son statut de businessman « old school » [à l'ancienne]. Les électeurs semblent peu soucieux (ou pas ?) du fait que ce personnage est un menteur notoire, un businessman au parcours jalonné de banqueroutes et un homme politique inexpérimenté et isolé. Le « tout sauf Hillary » semble être efficace pour ceux qui voient en la candidate une ancienne Secrétaire d'Etat qui a causé beaucoup de tort au pays. Et ces arguments se tiennent. Si les débats présidentiels sont aussi suivis que le Super Bowl, le candidat moyen semble prêter peu d'attention au grand apparat communicationnel. Trump maitrise mal ses sujets et est un piètre communicateur. Qu'à cela ne tienne ! Il continuera tout de même à représenter une frange d'Américains en colère contre la politique de leur propre pays.

Le jour où Donald a annoncé qu'il se présentait au scrutin présidentiel, nombreux ont dû ricaner. Il n'a peut être pas ses chances d'arriver à bon port aujourd'hui, mais il a fait un bout de chemin plutôt surprenant et donné du fil à retordre à sa coriace adversaire. Et ça c'est de la politique !

Peu importe si les arguments tiennent la route et si le candidat qui les formule a réellement les moyens de les concrétiser, il suffit que les électeurs s'identifient à lui, y voient une alternative à celui qui les insupporte ou une manière de faire qui les change de la morosité ambiante dans laquelle la politique baigne depuis des lustres. Et c'est là la grande leçon de démocratie et de politique que l'Amérique nous donnera le 8 novembre.

« La première démocratie mondiale est malade […] Ce sont les piliers mêmes de la démocratie qui, avec Donald Trump, se sont brutalement dérobés sous les pieds de l'Amérique. Le mythe orgueilleux de la ‘destinée manifeste' a été remplacé par une guerre de tranchées sans merci entre deux Amérique qui se haïssent un peu plus chaque jour », écrivait encore Lain Levison dans cet article qui explique très bien le mystère du phénomène.
Deux Amérique qui se haïssent ? En voilà un spectacle tristement familier… A quelques mois des élections municipales en Tunisie, « l'exemple » américain est à regarder, à scruter et à décortiquer afin de mieux comprendre, d'y voir plus clair et de savoir appréhender le raz de marée qui nous attend, nous aussi, dans notre politique bien à nous. Alors que les gens se désintéressent, que les arguments qui convainquent ne sont pas forcément les meilleurs, que les deux Tunisie continuent à se haïr et à s'affronter de plus belle, nous avons décidé nous aussi de partir à la découverte du « mystère américain ».

Il est 10h à Miami. Et c'est à cet instant que commence mon périple…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.