Tunisie – L'inflation grimpe à 9.1%… Comme partout dans le monde    Analyse : La Tunisie parmi les pays exposés au risque d'insoutenabilité de la dette    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Le CA en force et qualifié devant le Zamalek    Hand – Championnat d'Afrique des clubs : Programme des quarts de finale    UEFA CL : Les résultats complets de la soirée de mercredi    Redmi A1+ : un smartphone des plus abordables de la marque Xiaomi    Kaïs Saïed, conseil supérieur des armées, André Parant… Les 5 infos de la journée    Le Groupe BNA signe des conventions de partenariat avec le SPOT    Football | La CAF suspend l'entraîneur tunisien Rafik M'hamdi    USA : Un mensonge d'Etat, Biden relance "le mur de la honte"    Tunisie : Création d'un tribunal pour la résolution des conflits sportifs    Crise énergétique et énergies renouvelables : la Tunisie rate encore une transition    Signature d'un accord de partenariat entre Mattel et Huawei    Rached Ghannouchi ou l'arnaque politique de la Tunisie    Béja: Négociations entre le ministère de l'Education et la fédération générale de l'éducation de base (Vidéo)    Ukraine : il n'aurait pas 6000 mais 9000 têtes nucléaires, le patron de la CIA avertit    Les journalistes organiseront un rassemblement à la place de La Kasbah    La Tunisie accueille le forum Africain du LIONS CLUBS International    La nouvelle Première ministre britannique: ''Je suis très sioniste''    Coronavirus – Vaccination : Plus de 69 mille personnes ont reçu quatre doses    OPPO dévoile les trois matchs les plus inspirants de la UEFA, tels que votés des fans    L'ambassadeur de France: Je suis optimiste pour l'avenir de la Tunisie    Soutien aux femmes d'Iran : des artistes se coupent les cheveux en direct sur instagram    Mali, Burkina Faso… : Poutine pactise avec Goïta, l'Occident a un problème de plus    Vidéo : Un rappeur russe de 27 ans se suicide pour échapper à la mobilisation en Ukraine    Crash d'un avion militaire au Mali: le bilan s'alourdit    Leila Hadded : Les parrainages se vendent à 10 dinars    L'Ugtt face à l'approche d'un imminent accord avec le FMI : Pas de chèque en blanc pour le gouvernement    Candidatez pour la 5ème saison d'Orange Fab, accélérateur corporate de start-up d'Orange Tunisie    Recette : Recette assida zgougou de maman    Kasserine : Deuxième taux d'analphabétisme le plus élevé sur le plan national    Pourquoi | Profiter du changement climatique    Bientôt à la Galerie Kalysté : Hamda Dniden raconte Sidi Bou Saïd    «The Transformation of Silence» de Héla Ammar et Souad Mani à la Chapelle de Saint-Monique à Carthage : Mémoires, archives et traces    37e édition du festival international du film francophone de Namur : Du réel à l'abstrait    Tennis- Open Jasmin Monastir : Résultats des rencontres disputées mardi 04 octobre 2022    Olfa Hamdi appelle au report des élections (Live)    WTA Open des Jasmins : Ons Jabeur qualifiée en 8e de finale, les moments forts (vidéo)    Saisie de 1900 kilos de pâte dissimulés dans une étable pour l'élevage des moutons    Danses lascives et tenues dénudées : le festival de la Fête du Mouled s'excuse    Tunisie: La production nationale de médicaments couvre 75% des besoins    1er forum Afrique-France de la transition écologique et énergétique | Des enjeux et des solutions    Météo en Tunisie : Des pluies attendues l'après-midi sur le centre, le sud et le nord ouest    L'UBCI Partenaire Officiel de l'extended sessions de Jazz à Carthage    JCC 2022 : Des films restaurés et inédits de la fin des années 60 dans le focus Palestine    L'Union islamique des avocats accuse la Faculté de Sciences juridiques de "propager" l'homosexualité    Zarzis | Affluence des africains subsahariens : La situation risque de dégénérer    L'insupportable arrogance des Occidentaux    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.



La Trumpocalypse, l'onde de choc ne fait que commencer
Publié dans Business News le 21 - 01 - 2017

L'investiture de Donald Trump, 45ème président élu des Etats-Unis d'Amérique, n'avait rien de festif hier. Autant dans la foule timide venue l'acclamer lors de la traditionnelle parade militaire entre le Capitole et la Maison Blanche, que dans son discours d'investiture, bref mais puissant de messages.
Cette scène ressemble tristement à celle vécue dans la nuit du 8 novembre. Nous étions plusieurs journalistes à attendre l'annonce du résultat du scrutin présidentiel, devant l'hôtel Hilton Midtown de Manhattan, où le président élu avait décidé de fêter sa victoire. A peine quelques dizaines de personnes étaient au rendez-vous pour célébrer. La tension était palpable, on pouvait sentir qu'une bagarre pouvait éclater à tout moment, et les messages de haine avaient laissé place aux expressions de joie et de satisfaction.

Même chose lors du discours présidentiel du nouveau président. Donald Trump prononce non pas un discours de président élu mais de celui de futur président en campagne. Un dénigrement de l'establishment politique et des références au « carnage américain », une véritable rupture avec le passé. Mais est-ce pour autant dans le bon sens ? Donald Trump est-il, un « briseur de normes » comme le qualifie le Wall Street Journal ou un « populiste » invétéré, comme le laisse penser le New York Times ?

« La cérémonie d'aujourd'hui a toutefois un sens très particulier, car il ne s'agit pas seulement de transférer le pouvoir d'une administration à une autre ou d'un parti à un autre. Nous déplaçons le pouvoir de Washington pour vous le rendre à vous, le peuple des Etats-Unis », a déclaré Trump dans son discours d'investiture. Et pourtant, si tous ceux qui ont voté pour le loufoque Trump espéraient une totale rupture avec l'establishment politique et une montée en force du regain d'intérêt pour le peuple, ils vont certainement être déçus à bien des égards.
Dans ce discours, nombreux ont été ceux qui ont cru que le président élu se servirait de ce moment historique pour calmer les esprits et appeler à l'union. Et pourtant, cela n'a pas du tout été le cas. Loin de là. Donald Trump s'est adressé, dans son discours, non pas aux citoyens américains réunis, mais uniquement à ceux qui ont voté pour lui ainsi qu'à ses détracteurs et adversaires politiques. Il a, tout simplement, profité de son auditoire pour jeter le feu aux poudres.
C'est une Amérique dans laquelle « des mères et des enfants sont piégés par la pauvreté dans [les] villes, [les] usines rouillées sont en décrépitude partout au pays, [le] système éducatif manque d'argent, ce qui empêche les élèves et les étudiants d'accéder au savoir, et la criminalité, les gangs et la drogue ont pris trop de vies et privé [le] pays de son immense potentiel » qu'il dépeint, jetant tout le discrédit sur les politiques qui l'ont précédé. Comment se fait-il alors qu'Obama, qu'il dénigre si fortement aujourd'hui, s'en sort avec une cote de popularité à faire pâlir d'envie le plus populaire des politiques ?

« Pouvez-vous croire que Donald Trump est désormais devenu notre président ? », je n'oublierai jamais cette phrase prononcée par une avocate-conductrice d'Uber lors de ma dernière nuit à Manhattan. Pendant cette journée de gueule de bois électorale où les Américains, du moins ceux qui n'ont pas voté pour Trump, ont finalement découvert qu'un milliardaire excentrique, vulgaire, raciste, sexiste et véritable outsider pouvait accéder à la Maison Blanche.

Une chose est sure, cette présidence sera très différente de toutes celles qui l'ont précédé. Trump qui veut faire table rase de tout ce qui a fait, jusqu'à présent, la politique américaine, qui veut tourner le dos au monde et se concentrer sur « l'essentiel, l'intérêt du citoyen américain », enthousiasme ses partisans. Après Obama, monstre de communication pour les uns, pas assez costaud pour la tâche pour les autres, place au tourbillon Trump. Celui qui promet de se libérer du blabla politique, promet moins de parlote et plus d'action. Du changement, il y en aura sans aucun doute. Mais du changement dans quel sens ? Tout ce qui nous reste à faire c'est « to wait and see » [ndlr : attendre et voir]. Ce qui est certain, c'est qu'« à partir d'aujourd'hui, ce sera uniquement les Etats-Unis d'abord ».


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.