Tunisie – BCE a tout dit, mais à demi-mots    Tunisie: Des coordinateurs régionaux de Nidaa Tounes appellent à rescousse BCE pour sauver le parti    Tunisie – De quoi traitera la réunion de ce lundi au Palais de Carthage ?    Tunisie: Les exportations de l'huile d'olive ont augmenté de 1685 millions de dinars    La France a déjoué 25 attentats terroristes depuis le début de l'année    Bande de Gaza : un enfant palestinien tué par des tirs de soldats israéliens    Syrie: Les forces de Bachar Al Assad reprennent la ville de Deraa berceau de la contestation contre le régime    Organisation de la coupe du monde : Démonstration de force de la Russie    Météo: Prévisions pour dimanche 15 juillet 2018    Tunisie – Cité Ettadhamen : Arrestation d'un individu recherché pour terrorisme    Tunisie – Le passage frontalier de « Ras Jedir » reste fermé pour le 4ème jour consécutif    Caïd Essesbsi : Youssef Chahed doit démissionner ou solliciter le renouvellement de la confiance de l'ARP    La France Championne du Monde de football    Coupe du Monde (Finale) : France-Croatie, les compos    Les négociations prendront fin le 15 septembre prochain    La commune de Regueb s'inspire de la région de Toscane    Rebond des investissements    démission de Mehdi Ben Gharbia    Les ordures persistent, sous plusieurs formes !    Festival international de Sousse : 60ème Edition    Pourquoi les tarifs des billets sont-ils en hausse ?    Du reggae novateur    Le Philippin Pacquiao bat Matthysse et récupère son titre mondial    La FTF "surprise" par une demande de remise d'une copie du contrat de Maaloul par l'instance d'accès à l'information    Samuel Boum-Titi !    Que fait Omar Béhi à Lusaka : Acter l'adhésion de la Tunisie au Comesa    Bataille d'idées pour un trophée    Rakitić, la tête au carreau    Bonheur et rythmes entre Carthage et Séville    Caroline Brac de La Perrière : « La diversité nous enrichit »    « Wajjahni » : Journée de l'orientation universitaire    Youssef Chahed et Noureddine Taboubi signent un accord d'amélioration de la situation sociale    Et si c'est une sosie de Mélania qui accompagne Trump    Maroc : Démantèlement d'une cellule terroriste    Une éclipse totale de la lune le 27 juillet prochain    Carol McQueen, ambassadeur du Canada à Tunis: Bien travailler, bien s'intégrer    Les Jeunes Experts Comptables appelle à une réforme urgente des professions comptables    NGSign signe son premier partenariat en Afrique    Une manifestation dans les rues de Londres contre Trump    Un projet ambitieux    La santé à deux vitesses    Quinze acteurs culturels méditerranéens équipés pour faciliter une série d'ateliers à travers la Tunisie    Tunisie – Météo : Temps chaud, mer peu agitée    Tunisie-Canada : Les 10 idées-conseils de Hédi Bouraoui aux candidats à l'émigration    Avant-première du documentaire "Papa Hedi : the man behind the microphone" en Tunisie le 12 juillet 2018    La traque des terroristes se poursuit    Trump affirme avoir fait plier les alliés    Businesses Collect More Data Than They Can Handle, Reveals Gemalto    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Slim Khalbous : Nouvelles mesures de financement de l'encadrement des PFE
Publié dans Business News le 14 - 12 - 2017

Slim Khalbous, ministre de l'Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique a été l'invité d'Expresso de Wassim Ben Larbi sur Express FM, aujourd'hui jeudi le 14 décembre 2017. Lors de son passage à l'émission, le ministre a souligné qu'une nouvelle loi publique s'appliquant sur tous les établissements de l'enseignement supérieur vient d'être promulguée.

En effet, il s'agit d'une nouvelle loi qui incite les professeurs encadrant les projets de fin d'études à encadrer plus d'étudiants et ce en instaurant une procédure de paiement des encadrants. Cette loi vient combler le vide juridique de la loi de 2008 qui s'est uniquement intéressée au financement des masters de recherche sans englober les PFE et les masters professionnels.
« L'encadrant est, par la description de tâche, appelé à encadrer 2 PFE par an outre les heures d'enseignement. Autrement dit, la rétribution de l'encadrement de ces 2 PFE est automatiquement incluse dans son salaire. Au-delà de ce nombre, il sera payé pour chaque PFE supplémentaire encadré », affirme le ministre.

Cependant, M. Khalbous a indiqué que 80% des établissements de l'enseignement supérieur ne seront pas concernés par cette loi dans la pratique car le principe de gratuité ne pourra pas s'y appliquer.
« En effet, la gratuité de l'encadrement dépend du nombre des étudiants, si on calcule le ratio du nombre des enseignants divisé par le nombre des diplômés de l'année et on trouve que c'est égal à 2, on ne peut pas exercer cette gratuité car la moyenne devient deux étudiants par enseignant et même si le professeur voudrait encadrer plus d'étudiants, cela ne sera pas possible car le nombre d'étudiants n'est simplement pas suffisant. De ce fait, cet enseignant serait payé à partir du 1er PFE qui l'encadre » ajoute Slim Khalbous.
L'invité d'Expresso a, par ailleurs, affirmé que par cette nouvelle loi, la situation financière de tous les enseignants sera réglée, ils seront rémunérés pour l'encadrement et les heures supplémentaires. Les arriérés avant la promulgation de cette loi, leur seront également payés.

Le ministre de l'Enseignement supérieur et de Recherche scientifique est par la suite, revenu sur sa dernière visite au Maroc avec une délégation composée de 20 directeurs généraux des ministères et des directeurs des universités. Il a souligné que l'accord bilatéral entre la Tunisie et le Maroc dans le secteur de l'enseignement supérieur a été invalide depuis 2013, ce qui a engendré la baisse des échanges d'étudiants, des professeurs et des projets communs de recherche.
En vue de relancer les liens de coopération bilatérale dans le domaine de l'enseignement supérieur et de la recherche, un accord entre les deux ministères tunisien et marocain a été signé, un deuxième accord a également été signé entre les directeurs des universités.
« Parmi les projets les plus importants, on compte le programme Ibn Khaldoun qui consiste en un programme d'échange d'étudiants tout comme Erasmus avec les pays de l'Europe. Ce programme créera une dynamique entre la Tunisie et le Maroc, surtout qu'il englobera également l'échange des enseignants et des administratifs dans le cadre d'une gouvernance rationnelle » indique le ministre.
« Un deuxième programme de jumelage entre l'université tunisienne et l'université marocaine sera également implanté, et ce dans l'objectif d'acquérir plus d'allocutions européennes destinées à la recherche scientifique» ajoute -t-il.

M.Khalbous a en outre, affirmé qu'une visite en Algérie est prévue la semaine prochaine pendant laquelle la même démarche sera suivie, et qu'un calendrier d'application a été mis en place. En effet, des rencontres périodiques seront organisées chaque année en Tunisie et au Maroc afin de faire un état des lieux de l'avancement de ces différents projets.
Il a également été question de l'événement qui a commencé hier mercredi le 13 décembre 2017 et se poursuit aujourd'hui jeudi au siège de l'UTICA. Cet événement qui s'intitule les journées Nationales de Valorisation de la Recherche est organisé par le ministère de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique en collaboration avec l'UTICA et plusieurs entreprises et centres de recherche.
Ce sera une occasion de montrer la convergence entre l'université et l'environnement économique et montrer également les différents success stories notamment les brevets effectués entre des entreprises et des laboratoires et les nouveaux process et technologies qui ont été implémentés par le partenariat entre les universités et les entreprises.
Ces journées seront un lieu d'échange entre le milieu de la recherche et le tissu socio-économique et les résultats valorisables de la recherche les plus pertinents seront exposés. Ces résultats sont d'ailleurs capables d'apporter des solutions innovantes pour le développement de l'économie du pays dans tous les domaines conduisant ainsi à des produits de haute valeur ajoutés.
Une série de conférences sera organisée pour l'occasion et plus de 50 stands de laboratoires et de différentes entreprises exposeront les fruits de leur collaboration afin de montrer que le chercheur n'est pas uniquement un théoricien mais il peut aussi appliquer ses compétences dans la pratique.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.