Volley – Mondial U19 : programme des matchs de l'équipe nationale    La Tunisie face à la Mauritanie et la Côte d'Ivoire en amical en septembre    Basket – Mondial 2019 : avant de partir en Chine, l'équipe nationale s'envole à Tokyo    Tunisie: Le ministre du Transport annonce l'ouverture de trois tunnels pour la circulation au niveau de l'aéroport    Nabeul Book Club organise Philofest; un festival tunisien dédié à la Philosophie    RECEPTION JEUDI 22 AOUT 2019 À 20H00 MEDIA CENTER DU THEÂTRE ROMAIN DE CARTHAGE    Tunisie : 40% de baisse des inscriptions dans les écoles privées par rapport à l'année 2018-2019    Rentrée 2019 : Ooredoo lance le paiement des frais de scolarité du primaire par recharge téléphonique    Programme TV du mardi 20 août    Adnane Hajji retire son parrainage à Hatem Boulabiar et explique les raisons    Malgré de meilleurs chiffres en économie, le Tunisien reste pessimiste    Festival Carthage 2019: Grand Gala de l'Opéra Italien, invité surprise de la 55e édition, le 23 août sur scène    Le conseil de l'ISIE valide les résultats des élections municipales partielles à Thibar, Sers, El Ayoun    9 migrants bangladais bientôt privés de protection et d'hébergement en Tunisie, selon le FTDES    Zied El Heni chargé de réformer « la presse »    Quand Abir Moussi donne ses instructions aux médias    Décès de l'ancien Mufti de la République Cheikh Mokhtar Sellami    Pas d'augmentation pour les abonnements scolaires et universitaires    801,4 MD de déficit pour la balance commerciale alimentaire à la fin juillet    FC Barcelone: Dembélé, absent 5 semaines    Tunisie – Néji Jalloul présente son programme en matière de diplomatie    Tunisie – La femme décédée après avoir fait don d'un rein à son mari : Précisions du ministère de la santé    Traque de terroristes à la frontière algérienne    Tunisie : le taux de croissance atteint 1,1% au premier semestre de 2019    Ghofrane Khelifi et Nihel Cheikhrouhou (Judo) remportent chacune la Médaille d'Or des Jeux Africains au Maroc    Olivier Poivre d'Arvor à La Presse Magazine : Il faut faire prendre conscience aux entrepreneurs que la mer est une richesse en termes de revenus    Le visa Schengen sera désormais plus dur à obtenir    Coupe arabe des clubs : où voir la rencontre du CA Bizertin ?    Tabarka Jazz Festival 2019: 19ème édition du 20 au 24 Août    HarmonyOS; le nouveau système d'exploitation de Huawei    Le tout nouveau Nokia 105 arrive sur le marché tunisien    SIT-IN ouvert des membres de la Fédération générale de la poste    ISIE : La Justice administrative prononcera ce lundi son verdict définitif concernant les recours liés aux élections législatives    L'ARP examinera ce lundi les propositions 59 et 60 relatives à l'amendement de la loi n°16 / 2014 concernant les élections et les référendums    Syrie: Les forces du régime entrent dans une ville clé du nord-ouest du pays    Depuis onze jours, des dizaines de migrants restent bloqués en mer    « Béatrice un siècle » de la Tuniso-canadienne Hejer Charf à la Biennale d'art contemporain dédiée aux artistes femmes à Rabat    Le Club Sportif Sfaxien remporte la Coupe de Tunisie de football (coupe de Feu Béji Caïd Essebsi)    Tunisie – Anis Oueslati, le nouveau gouverneur de Sfax : Du gros calibre !    Les Nuits du Fort de Kélibia: 3ème édition du 17 au 28 août 2019 (Programme)    Inquiétante amplification du trafic d'objets archéologique en Tunisie    LE monde dresse le portrait de Lotfi Abdelli    Tunisie- Le producteur Nejib Ayed n'est plus !    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    Annulation du spectacle NOUBA de Samir Agrebi prévu à l'ouverture du Festival « Thuburbo Majus » au Fahs    Liquidation de 2 terroristes à Jebal Orbata dans le gouvernorat de Gafsa    Echange de tirs entre une patrouille militaire et un groupe de terroristes à Ghardimaou : 1 soldat légèrement blessé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





L'égalité dans l'héritage à l'épreuve des élections
Publié dans Business News le 03 - 06 - 2019

Photo : Marche pour l'égalité de l'héritage, Bardo, 10 mars 2018
Présenté comme la grande prouesse législative qui ferait pâlir d'envie les pays voisins, le projet de loi sur l'égalité successorale ne semble plus susciter grand intérêt. Il est même perçu aujourd'hui comme le boulet dont nombreux politiques voudraient se débarrasser à l'approche des grandes échéances électorales.

« La loi sur l'égalité successorale a peu de chances de passer avant les élections », avait déclaré la députée et présidente de la Colibe, Bochra Belhaj Hamida. La députée avait annoncé, la semaine dernière, son retrait de la vie politique. Serait-ce un aveu d'échec face à une initiative législative qui n'a pas bougé d'un pouce depuis son annonce ?
La Colibe, commission des libertés individuelles et de l'égalité, avait été chargée par le président de la République depuis août 2017, de préparer un projet de loi consacrant l'égalité successorale entre les deux sexes ainsi qu'un code des libertés individuelles. Cette annonce avait été faite à l'occasion de la journée nationale de la femme le 13 août à Carthage. Le président de la République avait présenté cette loi comme une évidence absolue pour instaurer l'égalité, déjà consacrée par la constitution.
A l'occasion Béji Caïd Essebsi avait invité près de 1000 femmes de tous bords, afin de faire sa grande annonce devant une audience féminine qui a été en grande partie derrière son investiture. Deux ans après, il n'en est toujours rien.

L'année dernière, le même Béji Caïd Essebsi avait refilé la patate chaude à ses adversaires d'Ennahdha leur laissant la lourde mission de voter ce projet de loi au Parlement. BCE avait déclaré ce jour-là que « le projet de l'égalité successorale sera soumis à l'Assemblée des représentants du peuple » et qu'il sortait donc de son champ d'action. « Le parti Ennahdha m'a remis une lettre contenant sa position. Le parti approuve certains points et émet des réserves sur d'autres. C'est évident, nul ne peut contester son référentiel religieux malgré tout. Nous avons traité avec ce parti durant près de 3 ans et nous avons réussi à maintenir une stabilité relative grâce au consensus. En tout cas, je ne parlerai pas du contenu de la lettre et je laisse le choix à Ennahdha s'il veut la rendre publique », avait-il dit.
Le parti de Rached Ghannouchi avait, en effet, longtemps hésité avant d'exprimer une position franche et tranchée à ce sujet, se contentant au départ de dire que le parti s'opposera à tout ce qui est contraire à la religion, évoquant des « ajustements à apporter au projet de loi ».
Aujourd'hui, c'est une position sans équivoque qu'exprime le parti islamiste qui rejette désormais publiquement le projet de loi et le qualifie de « injustifié, inutile et n'ayant pas sa place dans la société tunisienne ». Noureddine Bhiri, président du bloc parlementaire d'Ennahdha, avait déclaré hier sur Express fm que ce projet de loi « ne passera pas » ajoutant « qu'aucun député tunisien ne peut accepter d'approuver une loi contraire aux préceptes de la religion ».

A l'approche des échéances électorales, les discours changent, deviennent plus tranchés ou, au contraire, empreints de prudence, afin de coller aux désidératas des masses électorales. Si le président de la République avait misé sur la mobilisation de la gente féminine pour que ce projet de loi soit accepté par les masses, on estime aujourd'hui que le morceau reste trop gros à faire avaler et on n'hésite pas à faire marche arrière ou à adopter des positions plus timorées.
« Aucun parti politique n'a pris une position franche en faveur des libertés individuelles ni n'a réellement milité pour, en dehors du parti Al Massar », a déclaré Bochra Behaj Hamida il y a quelques jours.
En plus d'Al Massar, des formations politiques comme le Front populaire et le Courant démocratique ont, eux-aussi, aussi exprimé des positions en faveur de cette égalité. Cependant, rien ne garantit à l'heure actuelle qu'ils voteront pour au moment du passage par l'ARP. Hamma Hammami avait annoncé hier que l'égalité successorale n'est pas liée à la religion vu que c'est une question « historique et sociale », sans pour autant parler ouvertement de vote. En effet, si ce projet de loi a suscité beaucoup d'intérêt au moment où il a été présenté, les parties politiques qui l'avaient soutenu à l'époque n'osent plus trop en parler aujourd'hui.

De son côté, Bochra Belhaj Hmida est catégorique, se disant « malheureusement convaincue que le projet de loi concernant l'égalité successorale ne passerait pas pendant ce mandat » et ajoutant que certains font tout pour le retarder. Un projet de loi pourtant prioritaire et bénéficiant d'une demande d'examen d'urgence, mais qui traine encore depuis des mois.
A l'heure actuelle, « une seule audition a été faite et beaucoup d'autres sont prévues. C'est une tactique pour en retarder l'examen », explique la députée qui préfère ne pas baisser les bras. « Ce projet de loi n'a pas été enterré et ne le sera pas », a-t-elle dit.

Force est de constater que ce sera aux prochaines élections législatives de décider du sort de cette loi, très attendue pour certains. Pour l'instant, Ennahdha estime que lors du prochain mandat parlementaire, le nombre des opposants à ce projet de loi aura doublé affirmant « qu'aucun député tunisien ne peut accepter d'approuver une loi contraire aux préceptes de la religion ». Le jour où ce projet de loi viendra à être voté au Parlement, de nombreux masques tomberont. Mais ceci devra attendre…


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.