Foot-Europe: le programme du jour    Billet: Un univers déconnecté    CA: Réagir ou périr !    Leader du courtage en assurance et réassurance : Aon Tunisie, change de nom et devient ARS Tunisie    Huile d'olive: Pas d'augmentation des prix pendant Ramadan    Dégradation de l'environnement de l'investissement: Le cri d'alarme des partenaires de la Tunisie    Habib Ammar, Ministre du Tourisme et de l'Artisanat : «Il faut que les hôtels adhèrent au processus de modernisation»    Remerciements et 40e jour: Feu Ahmed BOUZRARA    CONDOLEANCES: Abdallah BOUGUENNA    Appui logistique à la police de l'environnement: Plusieurs communes bénéficiaires    CS Sfaxien : Moncef Khemakhem réélu à la tête du club    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    Concours de Miss Tunisie 2021: Le challenge de l'humanitaire    «Cheikhs en confidences», roman en français de Monia Mouakhar-Kallel: Une écriture d'une souplesse radieuse    L'artiste et le journaliste Habib Bouhawel tire sa révérence: «Le phare-felu» n'est plus !    Covid-19 : 31 décès supplémentaires et 666 nouvelles contaminations enregistrés le 25 février 2021    Scandale des déchets italiens : Mandat de dépôt à l'encontre de l'avocat de la société importatrice    66.23 dollars/baril    Exit les corrompus, les hommes de médias et les dirigeants d'associations    Deux personnes tuées lors des troubles et 468 arrestations    50 migrants se sont noyés et les survivants accueillis en Italie    Mohsen Marzouk : Ennahdha est capable d'abandonner Mechichi à tout moment    Arrêté pour avoir insulté et agressé sur les réseaux sociaux    Les Tunisiens à l'étranger pourront bientôt payer leurs cotisations sociales en ligne    La nouvelle souche n'est pas dangereuse mais la vigilance reste de mise    Mohamed Ammar : Mon beau frère a eu 50 dinars pour participer à la manifestation d'Ennahdha    Report de la manifestation des Nahdhaouis, Mohamed Gouméni révèle le vrai du faux    Coup d'Etat et grande instabilité en Arménie    Le Festival de la médina n'aura pas lieu en 2021    Le salon pour l'amour de l'Art    La danse comme partie prenante d'une pièce de théâtre    Fethi Slaouti: L'école publique est aujourd'hui menacée plus que jamais    CONECT International condamne la grève douanière    Les professionnels de la santé ne donnent le bon exemple pour la campagne de vaccination (Ministère)    Enfin le dégel entre le Président et son chef du Gouvernement ?    Mort d'avoir bu... trop d'eau?    Rached Ghannouchi remet le projet de Sabkha Séjoumi sur la table    Détournement partiel de la circulation au niveau du tunnel de la Rue Yasser Arafet    Ligue Europa: les qualifiés pour les huitièmes de finale    La Chine fera don de 100 mille doses de vaccin à la Tunisie    Tunisie Telecom réalise la meilleure performance sur l'Internet mobile en 2020    La FTF va tester l'utilisation du VAR dans les compétitions tunisiennes    Habib Ammar préside une rencontre sur le suivi des projets culturels bilatéraux Tunisie-UE    Top 5 des personnes les plus riches au monde    Pourquoi Saied continue à tourner le dos à l'Afrique?    En vidéo: In Style With Rym, la nouvelle émission présentée par Rym Saidi    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Les sondages d'opinion, réalité ou poudre aux yeux?
Publié dans Business News le 07 - 05 - 2019

Quelques mois nous séparent des prochaines échéances électorales et la course avait déjà commencé. Une course qui sera certes régie par un nombre de facteurs dont les sondages d'opinion fournies par des bureaux d'études à l'instar de Sigma Conseil, Emrhod Consulting ou C3 Etudes. Ces derniers représentent un facteur primordial pouvant influencer l'opinion publique en questionnant un échantillon représentatif de la population autour des intentions de vote aux législatives ainsi qu'à la présidentielle.
Le 3 mai, Ennahdha a mis en garde contre la mission des bureaux d'études et les éventuels risques d'orientation et de manipulation des intentions de vote. Le mouvement islamiste a, dans ce sens, appelé ces bureaux, en l'occurrence Sigma Conseil, à rester à l'écart des tiraillements politiques et de faire preuve de professionnalisme, de neutralité et de transparence envers les partis politiques.
Des principes confirmés par Hassan Zargouni, directeur de Sigma Conseil qui a relevé le rôle fondamental que jouent les bureaux d'études dans l'appui à la démocratie en se reposant sur des méthodes scientifiques et fiables. Il a réfuté ainsi toutes les accusations d'instrumentalisation des résultats au profit de certaines parties politiques, promettant qu'il n' y aura aucun "bourrage des urnes".
Cependant, les sondages qui pourraient être commandités par des partis politiques, les questions formulées d'une manière pouvant biaiser les réponses ou encore des sondages orientés dans l'objectif de dissimuler les vérités afin de servir certains intérêts consistent des risques qui peuvent décrédibiliser les instituts de sondages dont quelques uns cherchent le gain facile en s'alignant avec les directives et les choix des dirigeants politiques.
Bien que Sigma Conseil ait positionné Ennahdha à la tête des intentions de vote aux législatives avec 18% des voix des sondés, il a rejoint, par cet appel, les partis qui ont déjà montré leurs réserves quant à l'activité de ces bureaux de sondage et dont certains ont soumis des initiatives parlementaires pour mettre en place, dans l'absence d'un dispositif institutionnel, un cadre juridique régissant les sondages d'opinion. Un cadre qui devient de plus en plus vital pour combler le vide juridique et institutionnel d'autant plus que le marché des sondages est visiblement lucratif et ainsi pouvant subir des manipulations, accordant aux sondages politiques un caractère, pour le moins, controversé.
C'est dans ce sens que l'élu du Mouvement du peuple, Zouhaier Maghzaoui a indiqué que ces sondages ne révèlent pas réellement la perception de l'opinion publique, ajoutant que les résultats de ces baromètres politiques servent en réalité les intérêts de certains partis. Il a, de surcroît, appelé à mettre en place un cadre juridique régissant les activités des sociétés de sondage.
Le dirigeant de Tahya Tounes et député du bloc de la Coalition nationale, Marouen Felfel ainsi que l'élu du Courant démocratique Ghazi Chaouachi ont, aussi, appelé à instaurer, en urgence, des lois et des normes techniques organisant ces bureaux de sondage soulignant qu'ils façonnent l'opinion publique au lieu de la refléter.
Les initiatives qui ont été soumises au Parlement visent à fixer les modalités et les règles organisant les bureaux d'études. Le secteur est livré à lui-même dans l'absence de réglementations concernant la transparence de ces bureaux au niveau de l'échantillonnage, le financement des études ainsi que la date de publication des résultats.
Le secteur souffre, également, d'une autre lacune qui est l'absence d'un comité indépendant de sondages constitué d'experts comprenant des statisticiens, des juristes et des spécialistes des médias pour surveiller l'activité de ces bureaux et entraver tout abus.
De plus, la loi électorale de 2014 n'est guère respectée. En effet, elle avait stipulé la promulgation d'une loi réglementant les sondages d'opinion. Jusqu'aujourd'hui, ceci n'a vu le jour.
Les sondages politiques autour des intentions de vote semblent également manquer d'innocence en positionnant certains candidats, souvent attaqués, à la tête du classements des intentions de vote.
Il s'agit parfois de sympathie engendrant plus de popularité et de soutien pour certains politiciens en question, reflétée dans les résultats, ou bien d'une méthode bien étudiée pour appuyer les candidats jugés "victimes". Dans tous les cas, il est indéniable que ces candidats, souvent improbables à la présidentielle, finissent par percer remarquablement.
En effet, concernant l'élection présidentielle, Sigma Conseil a classé le professeur en droit constitutionnel, Kaïs Saïed premier aux intentions de vote avec 22,4% des voix sondées. Nabil Karoui est en 2ème position obtenant 21,8%. En 3ème position, c'est la présidente du Parti destourien libre (PDL), Abir Moussi qui remporte 12,4% des voix.
D'après Emrhod Consulting, le chef du gouvernement, Youssef Chahed est le candidat favori des Tunisiens sondés obtenant 9,8% des intentions de vote. Un choix prévisible notamment avec l'appui dont le chef du gouvernement bénéficie à travers le mouvement Tahya Tounes. La surprise est, toutefois, Nabil Karoui, patron de la chaîne Nessma TV, placé en 2ème position avec 8,1% des intentions de vote, suivi par Kaïs Saïed remportant 7,5% des voix sondées.
La percée de Kaïs Saïed peut, selon les bureaux d'études, se justifier par l'ennui des Tunisiens des figures politiques habituelles, omniprésentes sur la scène nationale et dont la performance est, souvent, décevante. Si les Tunisiens aspirent à un nouveau personnage indépendant et frais pour leur redonner espoir en la classe politique, la remontée de Abir Moussi et de Nabil Karoui peut se justifier par une accumulation d'un capital sympathie de la part des Tunisiens qui ont dénoncé le "préjudice" subi par ces deux politiciens.
Nabil Karoui a subi la saisie des équipements de sa chaîne télévisée, Nessma TV conduisant ainsi à l'interruption de son signal et à la diffusion des ses émissions. Cette mesure, jugée injuste par certains, semble être derrière cette percée notable. Les sympathisants ont, selon les sondages, décidé de voter en faveur de Karoui à la présidentielle en signe de soutien au patron "victime" des abus de la Haica. D'autant plus qu'il est en train d'aider les familles nécessiteuses et démunies à travers son association caritative Khalil Tounes.
Abir Moussi a, quant à elle, progressé dans les intentions de vote suite à l'agression qu'elle a subie, elle et ses partisans, lors d'un meeting tenu à Sidi Bouzid.
Quoiqu'il en soit, les sondages d'opinion politiques ne peuvent être qu'un indicateur de démocratie dans les pays où les opinions du peuple importent et où il est libre de choisir son destin. Le sondage d'opinion représente, ainsi, l'indicateur d'une société moderne et respectueuse des libertés et les choix des citoyens. Un acquis qui doit être préservé et appuyé loin des calculs et tractations politiques et de toute sorte d'instrumentalisation et de déformation de la réalité.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.