Ouverture des inscriptions sur les listes électorales    Visite d'adieu à Mechichi de l'ambassadeur de Turquie à Tunis    Féroce bataille pour le contrôle des capitaux    La crise au Tigré est « hors de contrôle »    +2,8%    SOTEMAIL : Le capital social est porté à 34.513.514 dinars    Pour une journée nationale de la poésie    Une palette photographique très éclectique    La richesse historique de Kairouan, source d'inspiration    "Pour Inetum en Tunisie, 2021 sera l'année de la consolidation de notre stratégie locale"    Ligue 2 : Programme de la 5e journée    La semaine des Zones Humides à Tunis : un enjeu de taille    Journée internationale des Planétariums Dimanche 07 mars 2021 à la cité des sciences de Tunis    12 pays aux manoeuvres militaires «African Lion» qui auront lieu en Tunisie en juin prochain    Nouveaux véhicules pour la police de l'environnement dans 34 communes    La CNSS verse les augmentations dues à la majoration du SMIG    Mustapha Ben Ahmed : Pourquoi ce recours d'Ennahdha à la rue?    Le Ghana reçoit la première livraison de vaccins    Covid-19 | Ben Arous : Un décès, 18 nouvelles contaminations et 45 patients rétablis    13 suicides et tentatives de suicide au cours du mois de janvier    ''Kais Saied parle très bien la langue Française'', selon Sonia Dahmani    ''L'UGTT l'union de la ruine'', selon Tarek Haddad    Borhen Bsaïes, nouvel influenceur mode?    C'est quoi l'histoire du TGV dont parle Kais Saied ?    La face cachée des sociétés civiles au Maghreb    En attendant le FIC, "la Nuit des étoiles" se place comme vecteur créatif culturel et patrimonial    Une semaine pour le théâtre tunisien du 15 au 22 Mai 2021    DECES : Hatem BEN RAYANA    Pour quand la relance économique ? Les nouvelles orientations vertes des entreprises    Pour quand la relance économique ? | Entreprises en difficulté : Tunisair s'enfonce dans la crise    Accédez à l'application beIN CONNECT avec votre ligne mobile Ooredoo    Billet | Une situation hypothétique !    Le Salon "Pour l'amour de l'art", offrir une visibilité aux artistes en temps de pandémie    TUNINDEX AU QUOTIDIEN ZOOM MARDI 23 FEVRIER 2021    LC Afrique-MC Alger/Espérance ST : satisfait du nul obtenu à Alger (Mouine Chaabani)    Coupe de la CAF | 2e tour bis retour ESS-Young Buffaloes FC (2-0) : Chikhaoui, l'inusable !    Ligue des champions d'Afrique (2e journée) – EST-MC Alger (1-1) : L'Espérance confirme son statut de favori    CONDOLEANCES : Feu Lotfi HABBACHI    Covid-19 | le bilan s'élève à 7851 cas confirmés et 39 décès en milieu scolaire    "Sopranissimo", un spectacle de chant lyrique de la soprano Amira Loubiri    Boxe | 72e tournoi de Stardinja de Sofia : Victoire de Khouloud Halimi    Météo | Temps voilé et températures stables    Lecture de l'abaissement de la notation souveraine de la Tunisie par Moody's    La Tunisie abrite l'exercice militaire multinational "African Lion", en juin 2021    Trump a nui à la Tunisie, Selon Rached Ghanouchi    L'ambassadeur d'Italie tué lors d'une attaque armée    Spectacle SHAYATIN de l'artiste Amel El Farji le 24 février 2021 à la cité de la culture    Arrestation de l'épouse du baron de la drogue    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





A quoi joue Ennahdha ?
Publié dans La Presse de Tunisie le 25 - 09 - 2019

QUAND Rached Ghannouchi criait sur tous les toits qu'Ennahdha jouera pour les trois titres et briguera les trois présidences, quelques jours avant le premier tour de l'élection présidentielle tenue le 15 septembre, personne, y compris parmi ses adversaires les plus virulents, n'aurait misé un sou sur le fait de voir, aujourd'hui, le parti de Montplaisir autoproclamé «parti de la révolution» frapper avec insistance à la porte de Kaïs Saïed pour lui offrir son soutien inconditionnel, sans être pour autant confiant ou sûr que son offre sera acceptée.
Pour être encore plus clair, aujourd'hui, les observateurs et les analystes s'interrogent pourquoi et en contrepartie de quoi les nahdhaouis accourent vers la maison Saïed pour y chercher refuge sans avoir réussi, auparavant, à glaner les assurances ou les promesses qui justifient leur appui à un candidat à la présidentielle qui clame et répète quotidiennement qu'il ne sollicite le soutien de personne. De plus, il souligne, dans les rares apparitions médiatiques qu'il accorde aux TV et journaux étrangers, que son projet politique est radicalement opposé au système dans lequel se sont moulés la majorité des partis politiques, en premier lieu Ennahdha, après la chute de l'ancien régime et le triomphe de la révolution de la liberté et de la dignité, il y a maintenant près de 9 ans.
Et la grande question qui restera, peut-être, sans réponse est la suivante : en annonçant, via son Conseil de la choura, qu'il se range du côté de Kaïs Saïed, c'est-à-dire qu'il ordonne à ses militants (ou à ce qu'il en reste encore) de voter pour le candidat de «la révolution» lors du second tour de l'élection présidentielle, Ennahdha a-t-il reçu, en contrepartie, des assurances selon lesquelles les 600 mille et quelque partisans de Kaïs Saïed accorderont leur confiance aux candidats nahdhaouis à la députation?
La question s'impose d'autant plus que le réservoir électoral que Kaïs Saïed a réussi à acquérir le 15 septembre fait l'objet actuellement d'une opération de séduction tous azimuts dans la mesure où plusieurs partis, dont certains n'ont pas caché leur opposition aux thèses de Kaïs Saïed, cherchent par tous les moyens à s'approprier les voix des milliers de jeunes qui ont plébiscité Il Professore.
Sauf qu'il demeure une grande inconnue: et si les partisans de Saïed décidaient de boycotter les urnes le 6 octobre prochain?


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.