Peugeot dévoile sa nouvelle identité visuelle    Covid-19 | 164 cas confirmés d'infection en milieu scolaire du 23 au 28 février 2021    Tunisie – Coronavirus : Suspicion d'apparition d'une nouvelle souche à Kasserine    Abir Moussi à Béja cette semaine    Les cinq piliers de la BERD en faveur des entreprises tunisiennes pour exporter    Tunisie: La tomate séchée, un produit traditionnel remis au goût du jour (Album photos)    Le CMF recourt à la justice pour sommer Tunisair de publier ses états financiers    Belgacem Tayaa, de nouveau administrateur délégué de Tunisair    Lancement bientôt de la campagne nationale « Tunisie sans déchets »    Ali Kooli : nous avons échappé à une notation plus sévère    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour Du 02 MARS 2021 à 11H00    Nouvelles révélations choquantes autour de la réception des vaccins    Yassine Ayari : Kais Saied n'est pas un Dieu    Comment sortir de la crise économique selon l'Union Tunisienne des Professions Libérales    Concert Mozart par les musiciens et les choristes du Carthage Symphony Orchestra le 13 mars    Badreddine Gammoudi : D'autres parties ont reçu des vaccins et des hauts cadres ont été vaccinés !    Ooredoo Tunisie lance le bouquet OSN Streaming App    OMS : Il est prématuré et irréaliste de penser vaincre le Covid-19 d'ici la fin de l'année    Audition des membres du gouvernement : Sur fond d'instabilité généralisée    CONDOLEANCES    Programme TV du mardi 02 mars    Les nouvelles dates du festival Gabès Cinéma Fen 2021    Championnat d'Espagne (25e journée) : Résultats complets    Grève des jeunes médecins : Des revendications sans réponse    Contrepoint | Inégalités...    Mini-foot | Super league Elite ( 6e journée ) : Arriadh toujours imbattable    Ligue 2 | 5e journée ­- Groupes 3 et 4 : L'ES Djerba, solide leader    News | Adel Chedli rejoint Willy Sagnol    Une nouvelle approche de la recherche scientifique en Tunisie : les recherches terrain    Tunisie-FTH: Les professionnels du tourisme demandent au gouvernement de mettre fin à la politique de deux poids deux mesures    Tunisie [Audio]: Un député d'Ennahdha dément que Rached Ghannouchi ait reçu un vaccin du coronavirus    Ligue 1 : programme de la 15e journée et les arbitres    Météo | Pluies éparses dans quelques regions et températures stables    Tunisie – Deux ambassades ont été autorisées à ramener des doses de vaccin    Sadok Jabnoun compare le scandale des vaccins au Watergate    Les dirigeants ont oublié qu'ils ont des comptes à rendre    Sami Lajmi va tenter d'organiser des spectacles gratuits    Ephéméride : Le 1er mars 1924, Mohamed Daghbaji lança la révolte contre l'occupation française    Le jeune YouTubeur Fekrinho retrouvé mort à Oran    Real Madrid vs Real Sociedad: chaines qui diffusent le match de Liga Espagnole    Officiel en Algérie : Le parlement sera dissous aujourd'hui    Aucun site classé patrimoine mondial depuis 1997, Habib Ben Younes tire la sonnette d'alarme    "Je découvre mon pays" un projet culturel ambitieux en Tunisie soutenu par le programme "Tfanen"    Habib Bouhaouel nous quitte : un journaliste de talent et un caricaturiste redoutable    Exposition personnelle d'Ismaïl Bahri à la galerie Selma Feriani: Chroniques de l'invisible    Des frappes en Syrie tuent 22 miliciens pro-Iran    Groupes criminels, des "bandits" ou Boko Haram ?    Facebook rétablit l'accès aux contenus d'actualité en Australie    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Après Jebali, Ellouze et Chourou se rebellent: Sérieux risques d'implosion d'Ennahdha
Publié dans Le Temps le 14 - 12 - 2014

L'heure des choix difficiles a sonné pour le mouvement islamiste Ennahdha. Une nouvelle session du conseil de la Choura du mouvement a démarré hier pour déterminer la position que devrait prendre le parti durant le deuxième tour de la présidentielle prévu le 21 décembre. Cette réunion qui s'étale sur deux jours se tient dans le cadre d'un climat interne particulièrement tendu et de divergences profondes entre l'aile dure et la faction modérée au sujet du candidat à appuyer.
Selon les premières indiscrétions qui ont filtré, l'aile modérée d'Ennahdha menée par Rached Ghannouchi s'oriente vers une neutralité effective qui serait un appui qui ne dit pas son nom au leader du mouvement Nidâa Tounes Béji Caïd Essebsi, lequel est arrivé en première position avec 39,4 % des voix au premier tour (contre 33,4 % des suffrages pour le président sortant Moncef Marzouki).
Une neutralité effective du parti islamiste au second tour servirait inéluctablement car même si la direction du parti arrivé en deuxième position aux législatives avec 69 députés n'exerce plus un contrôle absolu sur la totalité de ses troupes, elle garde toujours une autorité incontestée sur ce qui constitue la base de masse du mouvement.
Plusieurs indices corroborent cette hypothèse. Il s'agit, en premier lieu, de la démission de l'ex-Premier ministre et ancien secrétaire général d'Ennahdha, Hamadi Jebali.
M. Jebali a expliqué, dans un communiqué, avoir intégré le mouvement au début des années 1970 au nom de la «liberté et de la justice» contre la «tyrannie et la corruption».
Mais selon lui, la Tunisie se trouve aujourd'hui face à des «défis énormes», notamment le risque d'un retour «de la tyrannie et de la corruption».
«J'ai choisi d'être parmi les militants désireux de faire triompher le chemin de la révolution pacifique. Cette position, j'ai une grande difficulté à y être fidèle dans le cadre du mouvement Ennahdha aujourd'hui. Je ne me retrouve plus dans ses choix», a-t-il affirmé
Hamadi Jebali avait récemment critiqué la position d'Ennahdha vis-à-vis des candidats à la présidentielle. Contrairement à son parti qui a décidé de ne pas soutenir un candidat au premier tour, l'ancien Premier ministre avait clairement appelé à ne pas voter pour Béji Caïd Essebsi.
«J'appelle à voter pour un candidat appartenant à un parti autre que le parti majoritaire à l'Assemblée des représentants du peuple», avait-il déclaré quelques jours avant le premier tour de la joute électorale.
Risque de scission
De leur Côté Sadok Chourou et Habib Ellouze, qui sont classés par les observateurs comme étant des faucons d'Ennahdha, ont appelé dans des communiqués distincts publiés hier les bases d'Ennahdha à voter pour Marzouki.
Présentant le président sortant comme étant «le candidat de la liberté et de la dignité , Sadok Chourou a ainsi mis en garde contre «l'implosion d'Ennahdha en cas d'un soutien direct ou indirect à Béji Caïd Essebsi».
Habib Ellouze à, quant à lui, appelé les nahdhaouis à «se ranger du côté capable de réaliser les objectifs de la révolution en matière de libertés et de démocratie».
Le probable soutien «indirect » d'Ennahdha à Caïd Essebsi s'expliquerait, selon les analystes, par des calculs politiques qui prennent en considération des contraintes intérieures et extérieures.
Fins stratèges, les colombes d'Ennahdha savent très bien que le président sortant est incapable de séduire un grand nombre d'électeurs au-delà de ses partisans, soit essentiellement ceux du Congrès pour la République (CPR) du Courant Démocratique, du mouvement Wafa et bien entendu d'Ennahdha (1092000 voix), et de réunir une majorité. En face, Béji Caïd Essebsi paraît capable de rassembler beaucoup plus que son électorat partisan (1.289.384 voix). Une bonne partie des électeurs du leader du Front populaire (255.529), du président de l'Union patriotique libre (181.407), et d'autres candidats (Kamel Morjane, Monddher Zenaïdi et même Néjib Chebbi et Hachemi El Hamdi) se reporteront sur lui au second tour.
Selon les observateurs, Ennahdha n'a aucun intérêt à opter pour une rupture totale avec Nidaâ Tounes. Le parti est contraint à suivre une ligne de prudence et à rechercher des solutions de compromis raisonnables avec la formation qui a remporté les législatives en vue de faire partie d'un gouvernement d'union nationale.
Commentant les déclarations du secrétaire général de Nidâa Tounes, Taïeb Baccouche, qui a précisé vendredi qu'«il n'y a pas d'alliance avec Ennahdha» et qu' «il n'y en aura pas», Ajmi Lourimi a d'ailleurs déclaré que «le positionnement du parti islamiste dans l'opposition ne servira pas les intérêts de la nation, estimant que l'étape actuelle doit être basée sur le consensus et le partenariat entre les diverses sensibilités politiques».
Quoi qu'il en soit, les observateurs s'attendent à ce que le parti de Rached Ghannouchi réitère, dans un premier temps, sa position de neutralité et qu'il ne donnera les vraies consignes de vote que le jour du passage aux urnes.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.