Tunisie – Comment la présidence du gouvernement peut-elle se payer un week end de repos ?    Coupe de la CAF : La RS Berkane bat Pyramids FC et s'offre son premier titre    Boubaker Ben kraiem: Jamais de démocratie et libertés, sans croissance économique!    La judokate tunisienne Nihel Cheikhrouhou décroche l'argent au Grand Slam de Budapest    Macron publie un tweet en arabe : «Rien ne nous fera reculer, jamais»    Tunisie : Prolongation et allègement du couvre feu à Sousse    OPPO A93 lr smartphone le plus fin et le plus léger de l'année 2020    Fitch abaisse la note du Maroc    Erdogan a insulté Macron après le meurtre d'un enseignant près de Paris. La France rappelle son ambassadeur en Turquie.    PLF2021 : L'Association Tunisienne de Industriels de la Plasturgie, désapprouve fermement le relèvement de l'IS à 18%    Le SYNAGRI appelle le gouvernement à arrêter immédiatement, l'importation des veaux d'engraissement et des génisses    L'APII organise des rencontres d'affaires B2B virtuelles en marge du congrès sur les énergies du futur    Covid-19/Vient de paraître : Guide de l'Unesco de politiques pour un secteur créatif résilient, la Tunisie un des exemples de bonnes pratiques    Evolution du Covid-19 au Maghreb : La Libye rejoint et dépasse l'Algérie    Le cinéma Tunisien présent à la 9ème édition du Festival du film franco-arabe de Noisy-le-Sec    Avec ‘'Paris'' sur son t-shirt, il appelle à boycotter la France    Appel à la sécurisation des urgences après une prise d'assaut du service de la Rabta    Kairouan : Appel d'offres international pour la restauration de la grande mosquée et les bassins des aghlabides    Appel d'offre international pour la restauration de la grande mosquée de Kairouan et les bassins des aghlabides    Libye: 1.639 infections au Covid-19 dépistées    Tunisie: Baisse de 53% des recrutements des cadres techniques à l'étranger, selon l'ATCT    Mercato : Youcef Belaili en route vers le Qatar    Samsung annonce le décès de son patron, Lee Kun-hee    Tunisie : La météo du dimanche    Soudan : Jamel Khcharem et Al Merreikh remportent le championnat de football    DECES: Dr Hedayet Allah Taï    Réduction du budget de la culture: de l'atout à la tare    Une inquiétante recrudescence    Mes odyssées en Méditerranée | Tunisie-Sicile : la «fuitina» ou fugue amoureuse    Tunisie : VIDEO : Kourchide : Oui pour défendre le prophète mais pas en coupant des têtes !    Football | Liga : Le Real Madrid s'impose devant le Barca    La France rappelle son ambassadeur à Ankara    Quel passeport est le plus puissant ? Marocain ou Algérien ou Tunisien ?    Des avocats palestiniens poursuivent Londres en justice    Macron détient la clé des négociations sur la pêche    Accord de «cessez-le-feu permanent» avec «effet immédiat»    Retour à la normale    Pourquoi Rachida Ennaïfer a rendu le tablier ?    Quand pèse l'incertitude    Photo du jour : La Médina de Tunis ravagée...    1,5 millions de dinars de marchandises saisies par la garde douanière cette semaine    Les systèmes de santé de certains pays risquent de s'effondrer, met en garde l'OMS    Non, Wadii Jari ne soutient pas la candidature de Ahmed Ahmed    Sarra Tounsi, élue plus belle apparition à El Gouna sur Twitter    Communiqué de l'Ambassade de France en Tunisie en rapport avec la décision de l'Union européenne    L'accord pour un cessez-le-feu permanent en Libye, un important pas vers le règlement politique dans ce pays (Affaires étrangères)    Vient de paraître | Nouveau Dictionnaire Général Bilingue, Français-Italien et Italien-Français de Giovanni Dotoli : «A tous ceux que la belle Italie intéresse»    Officiel : La France retirera la Tunisie de la Liste Verte    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Il y a soixante-dix ans, Hiroshima et Nagasaki
chronique du temps qui passe
Publié dans La Presse de Tunisie le 06 - 08 - 2015


Par Hmida BEN ROMDHANE
Le 6 août 1945 à 8h15 précises, les Etats-Unis larguent une bombe nucléaire appelée «Little Boy» sur Hiroshima. Cette bombe à l'uranium est un unique exemplaire, utilisé pour la première fois. Rien que par l'impact, Hiroshima est détruite à 92%. En deux semaines, 150.000 des 350.000 habitants de la ville japonaise meurent de brûlures et de blessures causées par l'irradiation.
Trois jours après, le 9 août, une seconde bombe atomique au plutonium appelée cette fois-ci «Fat Man » explose au-dessus de Nagasaki. L'explosion tue 70.000 habitants de la ville et détruit le tiers de ses bâtiments. Ces deux explosions meurtrières annoncent la véritable fin de la Seconde Guerre mondiale. Le 15 août 1945, l'empereur japonais Hirohito annonce la capitulation du Japon et la fin des combats.
Les deux bombes de destruction massive avaient massivement détruit les deux villes japonaises, provoqué la mort instantanée de près d'un quart de million de personnes et condamné plusieurs dizaines de milliers d'autres à une mort lente précédée de souffrances insoutenables.
Le principal responsable, en tant que décideur, de cette destruction massive de vies humaines est le président américain Harry Truman. Face à un tel cataclysme que sa décision d'utiliser l'«arme absolue» avait provoqué, il était normal que Truman cherchât des raisons pour se justifier face à son peuple, face à la communauté internationale et face à sa conscience.
L'argument fondamental était que les deux bombes avaient permis de sauver 500.000 soldats américains qui auraient perdu la vie si l'invasion de l'île japonaise de Kyushu avait eu lieu comme prévu en décembre 1945.
Mais Truman avait donné l'impression qu'il avait agi aussi par esprit de vengeance en faisant cette réponse à un homme d'église qui critiquait sa décision : «Personne n'est plus troublé que moi par l'utilisation de la bombe atomique, mais je suis profondément troublé par l'attaque injustifiée par les Japonais contre Pearl Harbour et le massacre de nos prisonniers de guerre. Le seul langage qu'ils semblent comprendre est celui que nous avons utilisé en les bombardant».
Ces deux arguments sont peu convaincants. Commençons par le second par lequel Truman a dévoilé son désir de vengeance. Le 7 décembre 1941, les Japonais étaient en guerre contre les Etats-Unis. Ce jour-là, ils avaient attaqué par surprise la base navale américaine de Pearl Habour dans l'île de Hawaï, détruisant plusieurs navires US et tuant plusieurs soldats. Pearl Harbour était une cible militaire et, dans les conflits armés, ce genre d'attaque est banal et ne constitue pas un crime de guerre.
En revanche, les attaques américaines sur le sol japonais avaient pris pour cibles essentiellement les concentrations de civils. Tokyo, qui était déjà une mégapole, avait subi des bombardements intensifs engendrant de larges destructions et la mort de centaines de milliers d'habitants sous les décombres. Puis vinrent les deux bombes atomiques qui avaient pris pour cibles aussi les concentrations de populations civiles. La vengeance n'a pas de sens dans ces conditions parce qu'aucune loi, aucune règle morale, aucune logique ne permet de se venger contre des centaines de milliers de civils d'une simple attaque contre une cible militaire en temps de guerre.
L'argument consistant à épargner la vie d'un demi-million de soldats américains n'est pas plus convaincant. L'idée d'abréger la guerre en rasant deux villes de plusieurs centaines de milliers d'habitants ne tient pas la route parce que le Japon était à bout de forces, se savait défait et cherchait un arrêt des hostilités dans un cadre qui ne fût pas trop humiliant et surtout qui ne s'attaquât pas à ce qu'il avait de plus sacré : l'institution impériale.
Le «jusqu'au boutisme» de certains généraux japonais, dont le général Hideki Tojo, s'expliquait plus par l'exigence des alliés d'une «capitulation inconditionnelle» que par le «patriotisme excessif» ou le «fanatisme militaire» qu'on leur attribuait. Les généraux japonais étaient terrorisés à l'idée d'une destruction de l'institution impériale et du jugement et peut-être même l'exécution de l'empereur Hiro-Hito. C'était une terreur religieuse si l'on peut dire, car, pour les Japonais, Hiro-Hito n'est pas d'essence humaine, mais divine. Il a une relation parentale avec le Dieu Soleil, relation certifiée pour ainsi dire par le principal symbole du Japon : le drapeau. Pour des intellectuels américains, comme G.E.M. Anscombe, «c'est l'insistance sur la capitulation inconditionnelle qui est à l'origine de tout le mal». En d'autres termes, si les Etats-Unis avaient donné l'assurance au Japon que son empereur ne serait pas jugé et condamné, les soldats n'auraient eu aucune raison d'adopter le comportement suicidaire de l'été 1945.
Mais il faut se rendre à l'évidence que le lancement de deux bombes atomiques sur le Japon en l'espace de trois jours avait d'autres raisons inavouables. Le lobby des scientifiques et des militaires, pour des raisons évidentes, ne voulait pas rater l'occasion pour tester ses bombes en grandeur nature et sur des cibles réelles. Il avait poussé dans cette direction et avait réussi à arracher le feu vert à Truman. Le 6 août 1945, une bombe à base d'uranium était lancée sur Hiroshima, et le 9 une bombe à base de plutonium sur Nagasaki. Les effets dévastateurs sur les êtres humains, les animaux, les infrastructures et les bâtiments étaient observés à la loupe et soumis à une étude comparative pour savoir si l'uranium est plus «efficace» que le plutonium ou le contraire...
Une autre raison avancée par les historiens est d'ordre géopolitique. Les troupes soviétiques qui avaient participé à l'écrasement de l'Allemagne nazie avaient soumis une bonne partie de l'Europe de l'est à l'occupation. Staline avait ensuite entrepris un mouvement de troupes en direction de l'Extrême-Orient, histoire d'être là au moment de la capitulation du Japon et de partager le gâteau avec les Américains. Pour ceux-ci, il était de la plus haute importance que le Japon capitulât avant l'arrivée des troupes soviétiques afin d'éviter sa partition entre un Japon du nord communiste et un autre du sud capitaliste, comme ce fut le cas entre l'est et l'ouest de l'Allemagne.
Soixante-dix ans après, la majorité des Américains ignorent toujours les vraies raisons du largage des deux bombes de destruction massive et s'accrochent à l'idée fallacieuse qu'elles avaient sauvé des centaines de milliers de vies américaines.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.