Football : La Premier League pourrait reprendre le 17 juin    Le ministre de la Santé met en garde contre la consommation d'eau de source inconnue    Rappel du Ministère des Finances : le samedi 30 Mai est le dernier délai pour les entreprises désireuses de bénéficier des mécanismes d'encadrement et de soutien    Un nouveau cas de coronavirus à Bizerte    Décès de l'humoriste français Guy Bedos    On tarde à intégrer l'éthique à la vie politique    Création d'une nouvelle forme de financements exceptionnels refinançables    7 mois de vacances pour la moitié des équipes !    Ahmad Ahmad va témoigner !    Protocole sanitaire du tourisme tunisien    Rohani prône la coopération avec les ultraconservateurs    eux olympiques de Tokyo : les lutteurs tunisiens reprennent les entraînements le 4 juin    Le point sur l'épidémie du coronavirus dans les pays arabes : Mise à jour du 28 mai à 11H00    L'indépendance de la justice sur la sellette    La police dissuade les manifestants à Hong Kong    On traine les gens dans la boue sans aucun égard pour leur dignité    « Nouba 2 », l'exception qui ne fait pas la règle    Le premier roman tunisien sur Covid-19 et le confinement !    Quand le virtuel dépasse le réel    845 nouveaux cas au Koweït en 24 heures    Gafsa : arrestation de deux suspects dans l'incendie de la locomotive appartenant à la CPG    Tunisie: Arrestation deux suspects dans l'incendie de la locomotive de transport du phosphate dont un agent paramédical    Coronavirus : Deux nouvelles contaminations à Ben Arous    Tribune | Merci Albert Memmi d'être resté Tunisien dans l'âme    Quatre personnes arrêtées et une autre maintenue en liberté dans l'affaire de l'empoisonnement au « méthanol » à Hajeb El Ayoun    Didier Raoult défend toujours l'hydroxychloroquine    Date de l'examen de l'affaire de Sami Fehri fixée    Saisie d'argent et de faux bijoux d'une valeur de 250 mille dinars    Tunisie – Météo : Températures en baisse et pluies éparses l'après-midi sur le centre-ouest    Wall Street Journal met à l'honneur l'app mobile visionnaire du Club Sportif d'Hammam-lif    Les villes post-covid-19 | Najem Dhaher, chercheur et maître de conférences en urbanisme et aménagement, à La Presse : « Fin des aménagements dogmatiques et standardisés et retour à l'approche sanitaire »    Leaders Immobilier inaugure prochainement sa nouvelle agence au Lac 2    Inégalité fiscale et économique en Afrique du Nord : Savoir trouver le juste équilibre    REMERCIEMENTS ET FARK : Saïda JAZIRI    Perspectives clubistes : Le combat des chefs    Point de vue : Retour précipité !    Pierre Abi Saab, Journaliste et critique libanais, à La Presse : Questions de culture    MEMOIRE : Saloua KOURAICHI    Le personnel et cadres de la Santé publique observent ce jeudi « Une Journée de colère nationale »    Kais Saied furieux contre les nouveaux tarifs consulaires ?    Tunisie: Les institutions publiques sont priées de mettre fin aux contrats de deux députés    Olivier Poivre d'Arvor, reconduit à la présidence du musée national de la Marine    L'association Nous Tous prépare un programme de célébration de l'œuvre d'Albert Memmi    Zarzis : Mieux vaut tard que jamais !    Tribune | A peu de gens convient le diadème !    Libye : Les Etats-Unis accusent la Russie de transférer des avions de chasse en Libye pour aider ses mercenaires de “Wagner”.    Tunisie: Poursuite par le ministère de la Défense des recherches de migrants clandestins naufragés au large de Sfax    MEMOIRE : Sadok BEN SEDRINE    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Dialogue national, enseignements et limites
Bilan d'une expérience
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 10 - 2015

Le Dialogue national en Tunisie représente une étape décisive de l'histoire actuelle de notre pays. Il vient d'être scientifiquement analysé et séquencé dans un ouvrage éponyme, fraîchement publié par l'Association tunisienne d'études politiques*. Etape que le livre publié reprend avec le souci de la précision académique.
Samedi dernier, le travail, réalisé grâce au concours de l'Université Georgetown de Washington, est présenté aux universitaires et hommes politiques. Mustapha Ben Jaâfar, président de la Constituante, était présent. D'autres figures connues, comme le député Samir Ettaieb, ont rejoint la réunion organisée dans un hôtel du centre-ville, pour apporter leurs témoignage à partir d'un vécu.
Ce travail, selon Hatem M'rad, président de l'Atep et chef du projet, est le produit final d'une enquête de terrain lancée en novembre 2014 et achevée en juillet 2015 « qui nous a permis de recueillir des informations de première main ».
Des entretiens sont réalisés avec des hommes et femmes politiques engagés dans le dialogue en tant que médiateurs ou acteurs, 26 en tout ; et un sondage ayant ciblé un échantillon de 34 personnes représentatives de l'opinion publique plutôt avertie, s'agissant de militants associatifs opérant dans quatre gouvernorats : Tunis, Bizerte, Sfax et Douz.
Fadhel Moussa, l'un des trois doyens présents avec Lotfi Chedly et Habib Kazdaghli, a procédé à la présentation et de la recherche et du dialogue à travers la grille expérimentale, en sa qualité de député du parti Al Massar et président de commission relevant de la Constituante.
On s'intéresse à l'expérience
tunisienne
Le dialogue né au forceps suite à des négociations ardues et parfois nocturnes s'est imposé dans une période instable, comme étant la seule issue pacifique pour un pays en transition qui cherche ses repères et modalités de gouvernance. Processus qui s'est soldé par un franc succès ; un gouvernement élu a accepté de partir et un cabinet provisoire a été investi.
Ailleurs dans le monde, dans les milieux politiques, nous l'avons vu, mais également académiques, on s'intéresse à cette expérience locale. C'est suite à la proposition de Daniel Brumberg, professeur de sciences politiques à l'université Georgetown, présent au rendez-vous, et avec le soutien de l'Institut américain de la paix (USIP), que cette œuvre académique a pu voir le jour.
Invité à la tribune, M. Ben Jaâfar estime que « malgré les critiques virulentes dont le dialogue a fait l'objet , il faut reconnaître que c'est une expérience inédite qui a réuni autour de la table de négociations ceux qui indifféremment représentaient des milliers de voix ou un parti parfaitement inconnu dont le bureau politique ne s'est jamais réuni jusqu'à aujourd'hui d'ailleurs », a-t-il fait remarquer non sans ironie.
L'héritage
Au cours de la rencontre, l'équipe de pilotage constituée de politologues, juristes et de doctorants ont relaté les détails marquants de l'enquête et certaines de leurs perceptions personnelles. Maryam Ben Salem a précisé, que tout en étant producteur de légitimité, le débat national n'a jamais été totalement agréé. Certaines personnes sondées y voyaient une perte de temps et « une opération de l'élite faite pour l'élite, alors qu'un dialogue socioéconomique aurait été plus utile ». Khaled Mejri considère que c'est une démarche importante que cet ouvrage a eu le mérite d'historiciser. Le professeur Brumberg, pour avoir suivi d'autres expériences dans des pays comme le Soudan, a mis en avant cette donnée fondamentale, que même si les dialogues nationaux partent tous des mêmes postulats de discussions et compromis, chaque pays développera ses propres spécificités qui se répercutent sur le processus et son aboutissement.
Il serait utile de remarquer, in fine, que si grâce au débat national made in Tunisia, des solutions consensuelles ont pu être dégagées, il n'en reste pas moins qu'il a laissé derrière lui un héritage lourd à porter. L'option interactive, imposée de fait par la révolution, est entrée de plain-pied dans les mœurs sociopolitiques. Résultat, la moindre décision prise par l'exécutif, ou la direction d'une administration, des employés syndiqués ou pas s'attribuent le droit de la rejeter systématiquement, sous prétexte qu'ils n'ont pas été consultés. On conteste tout et n'importe quoi, même une procédure de nomination dans un département public. La contestation s'est transformée en boîte à outils, qui pour se garantir une tribune médiatique, qui pour se positionner, ou tout simplement pour ne pas travailler. A tel point que tous les secteurs d'activités, y compris ceux les plus stratégiques comme le phosphate ou l'Education, et parfois régaliens comme la Justice et la Sécurité sont durement touchés. Il s'ensuit alors l'inqualifiable désordre auquel nous assistons aujourd'hui.
*Le Dialogue national en Tunisie, Hatem M'rad avec la collaboration de Maryam Ben Salem, Khaled Mejri, Moez Charfeddine, Belhassen Ennouri, Monia Zgarni, avec le soutien de The United States Institute of Peace (USIP), Septembre 2015, ed Nirvana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.