CAN 2019 : La Tunisie n'a pas assez sué pour défendre la 3e place en Coupe d'Afrique des Nations qu'elle a perdue face au Nigeria    Tunisie – Comment Ghannouchi a-t-il massacré la liste de en Arous ?    CAN 2019 : Tunisie vs Nigeria : Où regarder le match pour la 3ème place du 17 juillet    Tunisie – IMAGES : Chahed s'enquiert des conditions d'accueil des touristes algériens    Tunisie – Tabib : La direction des douanes choisie comme meilleure administration dans la lutte contre la corruption    La Tunisie aurait pu gagner 15 places, dans le prochain rapport ''Doing Business 2020'', selon Kamel Ayari)    CAN 2019 : La Tunisie affronte ce soir au Caire le Nigeria pour la 3e place    Tunisie: Le Parlement sursoit au vote sur le projet de loi relatif à Halk El Menzel    Le cinéma à vélo du 24 au 26 Juillet avec Vélorution et la Cinémathèque Tunisienne    Mercato : Saber Khelifa choisit le Club Africain    OPPO dévoile ses technologies Under-Screen Camera et MeshTalk au MWC Shanghai 2019    Emission d'une série de quatre timbres dédiés à l'événement « 2019, Année internationale des langues autochtones »    Tunisie- Lamia Mlayeh” Ceux qui considèrent qu'ils ont remporté les élections municipales partielles du Bardo ont tort”    4 nouveaux timbres- poste dédiés à l'événement ''2019, Année internationale des langues autochtones''    Festival De Dougga 2019 : Programme de la 43e édition du 24 Juillet au 10 Août    CAN 2021: La Tunisie dans le chapeau principal    Un reportage sur les ‘vacances gâchées' à Zarzis provoque un scandale en Belgique    Khémaïes Jhinaoui à New York et Washington à la tête d'une importante délégation de hauts responsables tunisiens    Remise des diplômes de fin d'études à 250 diplômés de l'université SMU promotion 2019    Tunisie- L'incendie de la pinède de Béni Khiar maîtrisé    René Trabelsi accueille à la Marina de Tabarka une importante délégation de plaisanciers italiens dans le cadre de ‘La Route du Corail'    Tourisme sportif : pour la première fois en Tunisie du Football américain-Conférence de presse    Températures jusqu'à 39°C, aujourd'hui    CAN 2019 : formation probable de la Tunisie face au Nigeria    Tunisie-[photos+ vidéos] La visite officielle de Renaud Muselier, Président de la Région Provence-Alpes-Côte d'Azur    CAN 2019 : L'arbitre sud-africain Victor Gomez pour la finale    NATEG Days 2019    OMS, 1093 morts et 5752 blessés à Tripoli    Youssef Chahed se penche sur le Brexit (sortie de la Grande-Bretagne de l'UE) et ses répercussions possibles sur la Tunisie    Donald Trump s'attire les foudres des internautes    282 interpellations en France après la qualification de l'Algérie    Al Badil Ettounsi remporte 4 sièges aux élections partielles de la Municipalité du Bardo    Il n'y a aucun conflit d'intérêts à représenter la BCT et Nabil Karoui, se défend Kamel Ben Messoued    Samir Dilou a-t-il démissionné du mouvement Ennahdha ?    Said Aidi annonce sa candidature à la Présidentielle    Tunisie – Météo : Températures en baisse et mer forte    Tunisie -Bac 2019 : Les résultats des concours nationaux d'entrée aux cycles de formation d'ingénieurs proclamés    Tunisie – La folle rumeur des œufs en plastique importés de Chine : Le ministère du commerce dément !    Des armes de guerre saisies chez des néonazis italiens    Bendirman porte plainte contre le parti Ennahdha    Festival Carthage 2019: Spectacle Moulouk Al Tawaef: Rois des Taifas d'hier, Rois du pétrole d'aujourd'hui    Libye : Haftar se prépare à annoncer l'assaut final pour « libérer » Tripoli    Colère aux Etats-Unis après l'arrivée en Turquie de la 1ère livraison de missiles russes S-400    La 29ème Edition du Festival EL MOUROUJ se déroulera du 25 Juillet au 10 Août – Programme    La Capitale du Textile vivra sous les projos de la 2ème Edition de son défilé    Ouverture de la 55e édition du festival international de Hammamet avec « Messages de liberté »    Alfa Romeo célèbre la 34ème édition du Festival International de Musique de Symphonie d'El Jem    Le Chef du gouvernement, Youssef Chahed se penche sur la question des « réfugiés » à Médenine    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Dialogue national, enseignements et limites
Bilan d'une expérience
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 10 - 2015

Le Dialogue national en Tunisie représente une étape décisive de l'histoire actuelle de notre pays. Il vient d'être scientifiquement analysé et séquencé dans un ouvrage éponyme, fraîchement publié par l'Association tunisienne d'études politiques*. Etape que le livre publié reprend avec le souci de la précision académique.
Samedi dernier, le travail, réalisé grâce au concours de l'Université Georgetown de Washington, est présenté aux universitaires et hommes politiques. Mustapha Ben Jaâfar, président de la Constituante, était présent. D'autres figures connues, comme le député Samir Ettaieb, ont rejoint la réunion organisée dans un hôtel du centre-ville, pour apporter leurs témoignage à partir d'un vécu.
Ce travail, selon Hatem M'rad, président de l'Atep et chef du projet, est le produit final d'une enquête de terrain lancée en novembre 2014 et achevée en juillet 2015 « qui nous a permis de recueillir des informations de première main ».
Des entretiens sont réalisés avec des hommes et femmes politiques engagés dans le dialogue en tant que médiateurs ou acteurs, 26 en tout ; et un sondage ayant ciblé un échantillon de 34 personnes représentatives de l'opinion publique plutôt avertie, s'agissant de militants associatifs opérant dans quatre gouvernorats : Tunis, Bizerte, Sfax et Douz.
Fadhel Moussa, l'un des trois doyens présents avec Lotfi Chedly et Habib Kazdaghli, a procédé à la présentation et de la recherche et du dialogue à travers la grille expérimentale, en sa qualité de député du parti Al Massar et président de commission relevant de la Constituante.
On s'intéresse à l'expérience
tunisienne
Le dialogue né au forceps suite à des négociations ardues et parfois nocturnes s'est imposé dans une période instable, comme étant la seule issue pacifique pour un pays en transition qui cherche ses repères et modalités de gouvernance. Processus qui s'est soldé par un franc succès ; un gouvernement élu a accepté de partir et un cabinet provisoire a été investi.
Ailleurs dans le monde, dans les milieux politiques, nous l'avons vu, mais également académiques, on s'intéresse à cette expérience locale. C'est suite à la proposition de Daniel Brumberg, professeur de sciences politiques à l'université Georgetown, présent au rendez-vous, et avec le soutien de l'Institut américain de la paix (USIP), que cette œuvre académique a pu voir le jour.
Invité à la tribune, M. Ben Jaâfar estime que « malgré les critiques virulentes dont le dialogue a fait l'objet , il faut reconnaître que c'est une expérience inédite qui a réuni autour de la table de négociations ceux qui indifféremment représentaient des milliers de voix ou un parti parfaitement inconnu dont le bureau politique ne s'est jamais réuni jusqu'à aujourd'hui d'ailleurs », a-t-il fait remarquer non sans ironie.
L'héritage
Au cours de la rencontre, l'équipe de pilotage constituée de politologues, juristes et de doctorants ont relaté les détails marquants de l'enquête et certaines de leurs perceptions personnelles. Maryam Ben Salem a précisé, que tout en étant producteur de légitimité, le débat national n'a jamais été totalement agréé. Certaines personnes sondées y voyaient une perte de temps et « une opération de l'élite faite pour l'élite, alors qu'un dialogue socioéconomique aurait été plus utile ». Khaled Mejri considère que c'est une démarche importante que cet ouvrage a eu le mérite d'historiciser. Le professeur Brumberg, pour avoir suivi d'autres expériences dans des pays comme le Soudan, a mis en avant cette donnée fondamentale, que même si les dialogues nationaux partent tous des mêmes postulats de discussions et compromis, chaque pays développera ses propres spécificités qui se répercutent sur le processus et son aboutissement.
Il serait utile de remarquer, in fine, que si grâce au débat national made in Tunisia, des solutions consensuelles ont pu être dégagées, il n'en reste pas moins qu'il a laissé derrière lui un héritage lourd à porter. L'option interactive, imposée de fait par la révolution, est entrée de plain-pied dans les mœurs sociopolitiques. Résultat, la moindre décision prise par l'exécutif, ou la direction d'une administration, des employés syndiqués ou pas s'attribuent le droit de la rejeter systématiquement, sous prétexte qu'ils n'ont pas été consultés. On conteste tout et n'importe quoi, même une procédure de nomination dans un département public. La contestation s'est transformée en boîte à outils, qui pour se garantir une tribune médiatique, qui pour se positionner, ou tout simplement pour ne pas travailler. A tel point que tous les secteurs d'activités, y compris ceux les plus stratégiques comme le phosphate ou l'Education, et parfois régaliens comme la Justice et la Sécurité sont durement touchés. Il s'ensuit alors l'inqualifiable désordre auquel nous assistons aujourd'hui.
*Le Dialogue national en Tunisie, Hatem M'rad avec la collaboration de Maryam Ben Salem, Khaled Mejri, Moez Charfeddine, Belhassen Ennouri, Monia Zgarni, avec le soutien de The United States Institute of Peace (USIP), Septembre 2015, ed Nirvana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.