Suites aux sanctions de Trump, Huawei Android risque d'être privé des services de google    Le Hollandais Duncan Laurence remporte la 64e édition de l'Eurovision    Allemagne : Messoud Ozil s'attire la foudre des allemands à cause de sa proximité du « dictateur » Erdogan    Libye: La Turquie envoie 30 voitures blindées en soutien aux forces anti-Hafter    Tunisie – 4439 infractions économiques relevées les 11 premiers jours de Ramadan    Egypte: Un bus touristique ciblé par une explosion devant un musée au Caire    La FIFA retire 3 points au Stade Gabésien    Ligue 1 : Fin de saison très chaude en bas du classement    Coupe de la CAF : Présentation de la finale aller    Le Tunisien Farouk Ben Mustapha sacré « Meilleur gardien du championnat » en Arabie saoudite    Egypte : Dix morts et 21 blessés dans un accident de la route au sud de Gizeh    Sonia Ben Cheikh et l'ambassadeur tunisien prennent part à Genève à la marche « Walk the Talk: The Health for All Challenge    Pour la première fois en Tunisie, un parti politique Amazigh    Khémaïes Jhinaoui accorde une interview au site «arabic.sputniknews.com» sur la situation en Libye et la position de la Tunisie face à ce conflit armé    Ligue 1: Programme de la 23è journée    Serie A : Cristiano Ronaldo sacré meilleur joueur de la saison    Tunisie – Image du jour    Tunisie – Nidaa Tounes et Al Machrou3 organisent un meeting en soutien à la mémoire de Bourguiba    Tunisie – Sfax : Un mort et trois blessés dans la collision d'un train et d'une voiture légère, juste avant la rupture du jeûne    Tunisie – Mornaguia : Un mort et 8 ouvrières blessés dans un accident de la route    Tunisie – Ennahdha veut miser sur une pseudo légitimité de Hafedh Caïed Essebsi pour affaiblir Nidaa    Selon Elka, Nabil Karoui en tête des intentions de votes    BCT-CONECT : La relance des secteurs structurés passe par la digitalisation et le decashing    SAMSUNG lance le GALAXY A70    LG: Le premier téléviseur intelligent à commande vocale en arabe    Concours de design de Zen Home    Le feuilleton Awled Moufida reviendra pour une saison 5, selon Moez Gdiri    Tunisie: Hausse du nombre des touristes, les Français et les Allemands en tête    En vidéo : Dorra Zarrouk à la soirée Chopard à Cannes, que pensez-vous de son look ?    Ligue 1-J9, EST-ESS: Les compos probables    Le Rugby enseigné dans les écoles en Algérie à partir de la prochaine saison scolaire    Un jeune Tunisien lance avec succès sur le marché un tricycle conçu et fabriqué dans sa jeune entreprise Strike Motors    Gfi Tunisie et l'Université SESAME lancent la deuxième édition du concours d'alternance    Les équipes de contrôle sanitaire recommandent la fermeture de 103 commerces    En photos : Encore deux robes époustouflantes signées Ali Karoui à Cannes    Les municipalités du Grand Tunis consacrent 1,6 MD pour lutter contre les insectes    La France s'explique sur les accusations d'«ingérence» en Algérie    Tunisie – Météo : Températures en hausse    En photos : La robe du créateur tunisien Ali Karoui fait sensation à Cannes...    Ciné Social au CinéMadart : 1ère édition du 22 au 26 mai 2019 (Programme)    Youssef Chahed inaugure ce jeudi matin à Aïn el Baya (Jendouba) le « Pôle de rayonnement de la fille rurale »    Festival “Notre quartier est artiste” par Mass'Art: 8ème Edition du 16 au 26 Mai 2019    En Italie, une amende de 3500 à 5500 euros pour chaque vie sauvée    Tunisie- L'association “le chemin de l'autiste” organise le nouveau spectacle du comédien Jaafer El Guesmi    Une mosquée incendiée dimanche dernier dans l'Etat du Connecticut aux Etats-Unis    Le Président américain Donald Trump offre à la Maison Blanche un « Dîner de l'Iftar » aux diplomates musulmans et prend place à côté de l'ambassadeur tunisien    JCC 2019: Ouverture de l'inscription en ligne pour les films du monde entier    En Arabie Saoudite, des drones houthis attaquent des installations pétrolières    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Dialogue national, enseignements et limites
Bilan d'une expérience
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 10 - 2015

Le Dialogue national en Tunisie représente une étape décisive de l'histoire actuelle de notre pays. Il vient d'être scientifiquement analysé et séquencé dans un ouvrage éponyme, fraîchement publié par l'Association tunisienne d'études politiques*. Etape que le livre publié reprend avec le souci de la précision académique.
Samedi dernier, le travail, réalisé grâce au concours de l'Université Georgetown de Washington, est présenté aux universitaires et hommes politiques. Mustapha Ben Jaâfar, président de la Constituante, était présent. D'autres figures connues, comme le député Samir Ettaieb, ont rejoint la réunion organisée dans un hôtel du centre-ville, pour apporter leurs témoignage à partir d'un vécu.
Ce travail, selon Hatem M'rad, président de l'Atep et chef du projet, est le produit final d'une enquête de terrain lancée en novembre 2014 et achevée en juillet 2015 « qui nous a permis de recueillir des informations de première main ».
Des entretiens sont réalisés avec des hommes et femmes politiques engagés dans le dialogue en tant que médiateurs ou acteurs, 26 en tout ; et un sondage ayant ciblé un échantillon de 34 personnes représentatives de l'opinion publique plutôt avertie, s'agissant de militants associatifs opérant dans quatre gouvernorats : Tunis, Bizerte, Sfax et Douz.
Fadhel Moussa, l'un des trois doyens présents avec Lotfi Chedly et Habib Kazdaghli, a procédé à la présentation et de la recherche et du dialogue à travers la grille expérimentale, en sa qualité de député du parti Al Massar et président de commission relevant de la Constituante.
On s'intéresse à l'expérience
tunisienne
Le dialogue né au forceps suite à des négociations ardues et parfois nocturnes s'est imposé dans une période instable, comme étant la seule issue pacifique pour un pays en transition qui cherche ses repères et modalités de gouvernance. Processus qui s'est soldé par un franc succès ; un gouvernement élu a accepté de partir et un cabinet provisoire a été investi.
Ailleurs dans le monde, dans les milieux politiques, nous l'avons vu, mais également académiques, on s'intéresse à cette expérience locale. C'est suite à la proposition de Daniel Brumberg, professeur de sciences politiques à l'université Georgetown, présent au rendez-vous, et avec le soutien de l'Institut américain de la paix (USIP), que cette œuvre académique a pu voir le jour.
Invité à la tribune, M. Ben Jaâfar estime que « malgré les critiques virulentes dont le dialogue a fait l'objet , il faut reconnaître que c'est une expérience inédite qui a réuni autour de la table de négociations ceux qui indifféremment représentaient des milliers de voix ou un parti parfaitement inconnu dont le bureau politique ne s'est jamais réuni jusqu'à aujourd'hui d'ailleurs », a-t-il fait remarquer non sans ironie.
L'héritage
Au cours de la rencontre, l'équipe de pilotage constituée de politologues, juristes et de doctorants ont relaté les détails marquants de l'enquête et certaines de leurs perceptions personnelles. Maryam Ben Salem a précisé, que tout en étant producteur de légitimité, le débat national n'a jamais été totalement agréé. Certaines personnes sondées y voyaient une perte de temps et « une opération de l'élite faite pour l'élite, alors qu'un dialogue socioéconomique aurait été plus utile ». Khaled Mejri considère que c'est une démarche importante que cet ouvrage a eu le mérite d'historiciser. Le professeur Brumberg, pour avoir suivi d'autres expériences dans des pays comme le Soudan, a mis en avant cette donnée fondamentale, que même si les dialogues nationaux partent tous des mêmes postulats de discussions et compromis, chaque pays développera ses propres spécificités qui se répercutent sur le processus et son aboutissement.
Il serait utile de remarquer, in fine, que si grâce au débat national made in Tunisia, des solutions consensuelles ont pu être dégagées, il n'en reste pas moins qu'il a laissé derrière lui un héritage lourd à porter. L'option interactive, imposée de fait par la révolution, est entrée de plain-pied dans les mœurs sociopolitiques. Résultat, la moindre décision prise par l'exécutif, ou la direction d'une administration, des employés syndiqués ou pas s'attribuent le droit de la rejeter systématiquement, sous prétexte qu'ils n'ont pas été consultés. On conteste tout et n'importe quoi, même une procédure de nomination dans un département public. La contestation s'est transformée en boîte à outils, qui pour se garantir une tribune médiatique, qui pour se positionner, ou tout simplement pour ne pas travailler. A tel point que tous les secteurs d'activités, y compris ceux les plus stratégiques comme le phosphate ou l'Education, et parfois régaliens comme la Justice et la Sécurité sont durement touchés. Il s'ensuit alors l'inqualifiable désordre auquel nous assistons aujourd'hui.
*Le Dialogue national en Tunisie, Hatem M'rad avec la collaboration de Maryam Ben Salem, Khaled Mejri, Moez Charfeddine, Belhassen Ennouri, Monia Zgarni, avec le soutien de The United States Institute of Peace (USIP), Septembre 2015, ed Nirvana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.