ISIE, Résultats partiels portant sur 48% des votes    Coupe du monde des clubs 2019 : l'Espérance de Tunis connait son adversaire    Tunisie -Présidentielle 2019: Kais Saïed et Nabil Karoui occupent les 1re et 2e places après le comptage de 27% es PV    GAFI en visite en Tunisie les 16 et 17 septembre    Déroulement du deuxième tour de la Présidentielle entre Kais Saïed et Nabil Karoui !    En photo : L'évolution du cumul du vote des Tunisiens au 1er tour de la présidentielle    Tunisie- L'ISIE dévoile la date du deuxième tour de la présidentielle anticipée    BOLBOL Un film de Khedija Lemkecher Avec : Fatma Ben Saidane – Fethi Akkari Chedly Arfaoui    La Ligue des Champions de l'UEFA revient ce mardi    13e championnat d'Afrique juniors de Natation : Khalil Ben Ajmia offre l'or à la Tunisie    Club Africain : un nouveau match amical programmé    L'ISIE confirme pour l'instant la victoire de Kais Saïed et Nabil Karoui au premier tour des présidentielles    Pas de divergence entre le Code pénal et le Code électoral portant sur le cas Nabil Karoui, selon baffoun    بالصورة: هكذا علّق حاتم بولبيار بعد الخسارة..    En vidéo : MBC Cinq, la nouvelle chaîne dédiée aux pays du Maghreb    Tunisie: Résultats préliminaires de l'élection présidentielle à Zaghouan    Jeune Afrique consacre deux articles à Kais Saïed    La Rentrée des classes se fera le mardi 17 Septembre – Rappel des fêtes et vacances scolaires pour la saison 2019 – 2020    Elections en Tunisie – La démocratie dans toute sa splendeur    Résultats préliminaires des élections présidentielles anticipées    Programme TV du dimanche 15 septembre    CHAN-2020 – Tunisie : 25 joueurs se prépapent pour le match face à la Libye    Les jeunes handballeuses tunisiennes remportent le Championnat d'Afrique des Nations à Niamey et se qualifient pour le Mondial de Roumanie    Ce que l'on sait de la tentative d'agression au couteau sur un agent de sécurité    Rappel des différentes étapes du vote    Samsung Electronics célèbre ses 50 ans à l'IFA 2019    Programme TV du samedi 14 septembre    Projet tuniso-allemand : Nouvelle académie de gestion automobile à Sousse    La Cinémathèque Tunisienne rend hommage à Youssef Ben Youssef du 17 au 20 septembre (Programme)    A TOUS LES FANS DE BEAUTE : FOREO ARRIVE EN TUNISIE    Un quart des migrants arrivant en Italie sera accueilli en Allemagne    En photos : CEED Tunisie honore ses jeunes entrepreneurs diplômés    SIAMAP 2019: 14ème salon de l'agriculture, du machinisme agricole et de la pêche du 24 au 29 septembre    SAVE THE DATE – "Rêvons la Medina"    Festival National du Théâtre Tunisien: Première édition hommage à l'homme de théâtre Moncef Soussi    Présidentielle 2019 : Démarrage des votes pour les Tunisiens à l'étranger    Italien Business oscars 2019    Partenariat stratégique entre MERZ Pharmaceuticals et le Groupe VERTU    Le siège de la RNTA violé par des gangs du marché parallèle munis de bâtons et d'armes blanches selon leur syndicat de base    Les Tunisiens trollent le député français ayant critiqué la Tunisie    Le sommet et le forum économique Russie-Afrique    EMEL MATHLOUTHI PUBLIE UNE NOUVELLE CHANSON + UNE NOUVELLE VIDEO    Salon MUSE de Mood Talent du 20 au 22 septembre 2019 à Dar El Marsa    4 prix pour la Tunisie à la Mostra de Venise    Confirmation du décès de l'Adjudant-chef de la Garde nationale Najiboullah Cherni dans les affrontements de Hydra    Corée du Nord- Pyongyang effectue de nouveaux tirs de missiles    Mohamed Ali Chihi – Ambassadeur de Tunisie à Moscou – décoré de la médaille de la Coopération russe    Fin de la cavale du meurtrier de Farès, le jeune serveur tunisien d'origine Djerbienne tué par balles pour un sandwich    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Le Dialogue national, enseignements et limites
Bilan d'une expérience
Publié dans La Presse de Tunisie le 09 - 10 - 2015

Le Dialogue national en Tunisie représente une étape décisive de l'histoire actuelle de notre pays. Il vient d'être scientifiquement analysé et séquencé dans un ouvrage éponyme, fraîchement publié par l'Association tunisienne d'études politiques*. Etape que le livre publié reprend avec le souci de la précision académique.
Samedi dernier, le travail, réalisé grâce au concours de l'Université Georgetown de Washington, est présenté aux universitaires et hommes politiques. Mustapha Ben Jaâfar, président de la Constituante, était présent. D'autres figures connues, comme le député Samir Ettaieb, ont rejoint la réunion organisée dans un hôtel du centre-ville, pour apporter leurs témoignage à partir d'un vécu.
Ce travail, selon Hatem M'rad, président de l'Atep et chef du projet, est le produit final d'une enquête de terrain lancée en novembre 2014 et achevée en juillet 2015 « qui nous a permis de recueillir des informations de première main ».
Des entretiens sont réalisés avec des hommes et femmes politiques engagés dans le dialogue en tant que médiateurs ou acteurs, 26 en tout ; et un sondage ayant ciblé un échantillon de 34 personnes représentatives de l'opinion publique plutôt avertie, s'agissant de militants associatifs opérant dans quatre gouvernorats : Tunis, Bizerte, Sfax et Douz.
Fadhel Moussa, l'un des trois doyens présents avec Lotfi Chedly et Habib Kazdaghli, a procédé à la présentation et de la recherche et du dialogue à travers la grille expérimentale, en sa qualité de député du parti Al Massar et président de commission relevant de la Constituante.
On s'intéresse à l'expérience
tunisienne
Le dialogue né au forceps suite à des négociations ardues et parfois nocturnes s'est imposé dans une période instable, comme étant la seule issue pacifique pour un pays en transition qui cherche ses repères et modalités de gouvernance. Processus qui s'est soldé par un franc succès ; un gouvernement élu a accepté de partir et un cabinet provisoire a été investi.
Ailleurs dans le monde, dans les milieux politiques, nous l'avons vu, mais également académiques, on s'intéresse à cette expérience locale. C'est suite à la proposition de Daniel Brumberg, professeur de sciences politiques à l'université Georgetown, présent au rendez-vous, et avec le soutien de l'Institut américain de la paix (USIP), que cette œuvre académique a pu voir le jour.
Invité à la tribune, M. Ben Jaâfar estime que « malgré les critiques virulentes dont le dialogue a fait l'objet , il faut reconnaître que c'est une expérience inédite qui a réuni autour de la table de négociations ceux qui indifféremment représentaient des milliers de voix ou un parti parfaitement inconnu dont le bureau politique ne s'est jamais réuni jusqu'à aujourd'hui d'ailleurs », a-t-il fait remarquer non sans ironie.
L'héritage
Au cours de la rencontre, l'équipe de pilotage constituée de politologues, juristes et de doctorants ont relaté les détails marquants de l'enquête et certaines de leurs perceptions personnelles. Maryam Ben Salem a précisé, que tout en étant producteur de légitimité, le débat national n'a jamais été totalement agréé. Certaines personnes sondées y voyaient une perte de temps et « une opération de l'élite faite pour l'élite, alors qu'un dialogue socioéconomique aurait été plus utile ». Khaled Mejri considère que c'est une démarche importante que cet ouvrage a eu le mérite d'historiciser. Le professeur Brumberg, pour avoir suivi d'autres expériences dans des pays comme le Soudan, a mis en avant cette donnée fondamentale, que même si les dialogues nationaux partent tous des mêmes postulats de discussions et compromis, chaque pays développera ses propres spécificités qui se répercutent sur le processus et son aboutissement.
Il serait utile de remarquer, in fine, que si grâce au débat national made in Tunisia, des solutions consensuelles ont pu être dégagées, il n'en reste pas moins qu'il a laissé derrière lui un héritage lourd à porter. L'option interactive, imposée de fait par la révolution, est entrée de plain-pied dans les mœurs sociopolitiques. Résultat, la moindre décision prise par l'exécutif, ou la direction d'une administration, des employés syndiqués ou pas s'attribuent le droit de la rejeter systématiquement, sous prétexte qu'ils n'ont pas été consultés. On conteste tout et n'importe quoi, même une procédure de nomination dans un département public. La contestation s'est transformée en boîte à outils, qui pour se garantir une tribune médiatique, qui pour se positionner, ou tout simplement pour ne pas travailler. A tel point que tous les secteurs d'activités, y compris ceux les plus stratégiques comme le phosphate ou l'Education, et parfois régaliens comme la Justice et la Sécurité sont durement touchés. Il s'ensuit alors l'inqualifiable désordre auquel nous assistons aujourd'hui.
*Le Dialogue national en Tunisie, Hatem M'rad avec la collaboration de Maryam Ben Salem, Khaled Mejri, Moez Charfeddine, Belhassen Ennouri, Monia Zgarni, avec le soutien de The United States Institute of Peace (USIP), Septembre 2015, ed Nirvana.


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.