Le Club Sportif Sfaxien remporte la Coupe de Tunisie de football (coupe de Feu Béji Caïd Essebsi)    Youssef Chahed nomme Anis Oueslati nouveau Gouverneur de SFAX en remplacement de Adel Khabthani    Tunisie – Anis Oueslati, le nouveau gouverneur de Sfax : Du gros calibre !    Tunisie – Tahya Tounes forme ses cadres en matière de techniques de campagne    Développement durable – éco-tourisme tourisme vert – tourisme sportif – les Foulées des Flamants Roses s'engagent    Finale coupe de Tunisie : où voir la rencontre?    Finale coupe de Tunisie : la formation probable de l'Etoile Sportive du Sahel    Ce que la Tunisie peut enseigner aux Etats-Unis sur l'égalité des femmes    Démarrage des travaux de construction de «L'Académie Béji Caïd Essebsi pour la Diplomatie et les Relations internationales»    Les listes des députés parraineurs bientôt publiées    Les Nuits du Fort de Kélibia: 3ème édition du 17 au 28 août 2019 (Programme)    Tunisie – météo : temps peu nuageux et température en légère hausse le weekend du 17 et 18 août 2019    Finale Coupe de Tunisie : le Classique s'annonce impressionnant    Inquiétante amplification du trafic d'objets archéologique en Tunisie    ATIDE demande à l'ISIE la liste des députés parraineurs    Qui peut devenir Président de la République ?    LE monde dresse le portrait de Lotfi Abdelli    Tunisie: Election présidentiel, 11 recours déposés devant le tribunal administratif    Tunisie [Photos]: Lancement des travaux de construction du siège de l'Académie diplomatique Béji Caid Essebsi    Finale CSS – ESS : Important communiqué de la Direction de la circulation    Lettre au pilier des marathons et des joggers tunisiens… Lettre à Moncef, mon ami, Felli mon assureur    Vol d'une ambulance toute équipée à Sousse    Huawei lance le nouveau système d'exploitation harmonyOS    L'ATTT entame les opérations de remise immédiate des cartes grises et des permis de conduire    Tunisie: Le taux de chômage se stabilise à à 15. 3 % au deuxième trimestre 2019    Forum de la Jeunesse dans la Région Arabe à Tunis du 20 au 22 août 2019    Tunisie- Le producteur Nejib Ayed n'est plus !    Tunisie : Samsung lance le Galaxy Note 10 en précommande du 8 août au 1er septembre    Décès du producteur tunisien et directeur des JCC Nejib Ayed    Programme TV du vendredi 16 août    Grève dans les champs pétroliers à Tataouine    Rast Angela 2019 : Festival de la musique alternative du 22 au 25 août à Bizerte    Braquage d'El Omrane : Arrestation du principal auteur qui avoue l'implication d'un employé de la banque    Très beau geste de l'Etoile envers Roger Lemerre    Amélioration des réserves en devises    L'APIP recrute    Concours du neuvième, Résultats de l'orientation des élèves ayant obtenu plus de 15/20 de moyenne, aujourd'hui    Libye : L'armée libyenne bombarde la piste de décollage de l'aéroport de Zouara    Migrants, La justice italienne désavoue Salvini et autorise l'Open Arms    10 blessés dans l'atterrissage en urgence d'un Airbus sur un champ de maïs    Atterrissage d'urgence d'un Airbus en Russie, pas de blessés    Annulation du spectacle NOUBA de Samir Agrebi prévu à l'ouverture du Festival « Thuburbo Majus » au Fahs    L'Italie expulse un Tunisien soupçonné d'appartenir à Daech    Trump renouvelle sa menace de quitter l'Organisation mondiale du commerce    Retour sur la venue en Tunisie de la Star du cinéma italien « Monica Bellucci » dans le cadre du tournage du film de la Tunisienne Kaouther Ben Hnia    HEND SABRI membre du Jury du Festival du film de Venise    Liquidation de 2 terroristes à Jebal Orbata dans le gouvernorat de Gafsa    Echange de tirs entre une patrouille militaire et un groupe de terroristes à Ghardimaou : 1 soldat légèrement blessé !    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue national et post-dialogue national
Opinions - ENQUETE SUR LE DIALOGUE NATIONAL (ATEP)
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 12 - 2014


Par Hatem M'RAD(*)
Le Dialogue national est un de ces mécanismes dont la transition démocratique tunisienne a eu le secret. Paradoxalement, alors que l'élection de l'Assemblée constituante a créé pendant trois ans plus de problèmes qu'elle n'en a résolu, le Dialogue national, lui, procédé informel, non démocratique, initié formellement par l'Ugtt, a pu dénouer une situation inextricable.
Il a mis fin à une crise politique majeure, à un blocage entre deux adversaires irréconciliables, apparus juste après l'assassinat de Mohamed Brahmi, le sit-in d'Errahil et la suspension des travaux de l'ANC. Il a fait la politique par d'autres moyens. Il a réuni les «bons» et les «méchants», les enthousiastes comme les sceptiques. Au total, 22 partis représentatifs à l'ANC, de tous bords, grands et petits, laïques et islamistes, libéraux et de gauche, des leaders politiques, de l'avant comme de l'après-révolution, autour d'un Quartet représentant, lui, la société civile (Ltdh), le monde du travail (Ugtt), l'entreprise (Utica) et la justice (barreau).
Le Dialogue national a quasiment mis fin à la violence interne, au conflit entre islamistes et laïcs, majorité et opposition, dans un pays qui vient juste de connaître un bouleversement politique, et dont les acteurs, peu affûtés aux usages et contraintes de la démocratie, ne sont guère habitués à la collaboration politique. Les membres du Dialogue national, sous l'autorité d'un Quartet exigeant, respectueux du calendrier de la feuille de route, document définissant la marche à suivre, ont permis l'achèvement de la constitution, le retrait de la Troïka du gouvernement, la désignation d'un gouvernement neutre, l'adoption de la loi électorale, la désignation de l'Isie. Ce qui n'est pas peu.
En un mot, le Dialogue national a accéléré l'histoire de la transition. Il a réalisé les exigences fondamentales mêmes de la transition démocratique en quelques semaines, avec des hauts et des bas, des moments de crise, de doute, d'abattement, comme aussi des moments de bonne volonté chez les négociateurs eux-mêmes, souvent tentés par l'abandon.
«Le miracle» du Dialogue national, c'est qu'il a su aller à l'essentiel : le consensus. Un procédé qui s'avère toujours précieux en phase de transition et de construction démocratique, après la chute d'un long régime autoritaire. Le consensus est un processus plus profond que la démocratie elle-même. Il réduit l'intensité de la mainmise de la majorité sur la minorité, en partant à la quête du plus grand nombre, en élargissant la base des «satisfaits». En démocratie, en effet, toutes les parties doivent avoir des garanties les uns par rapport aux autres : le gouvernement majoritaire contre les obstructions l'empêchant de gouverner, l'opposition contre la majorité abusive et les citoyens contre la violation du droit et des libertés.
En cela il n'a pas failli à sa mission. Il y a eu «dialogue» et il était «national», ou presque. Des pays étrangers, surtout l'Union européenne, les Etats-Unis et l'Algérie, ont eu leur mot à dire pour convaincre les parties, et notamment les plus influentes d'entre elles à s'investir dans le Dialogue national, base de toute paix civile et politique. Mais le dialogue national a pu neutraliser les influences des uns et des autres, jusqu'à ce qu'ils trouvent un compromis honorable.
Aujourd'hui, il se peut que le futur gouvernement de coalition lui-même, annoncé ici et là, ait besoin d'un cadre parallèle, adjuvent, qui serait prêt à intervenir en cas de difficulté politique insurmontable. La nouvelle démocratie n'est pas en effet encore assagie. Le Dialogue national aurait alors pour mérite, s'il est accepté par les nouvelles composantes du parlement qui peuvent mal percevoir la concurrence politique au sein du dialogue de tenter d'apaiser le débat politique, d'éviter toute forme de diabolisation, comme il l'a fait avant les élections mêmes. Une diabolisation qui peut voir le jour au sein même du Parlement.
Après la tenue des élections législatives et présidentielle, le nouveau régime politique va tenter de retrouver ses repères et sa légitimité. Les institutions politiques ordinaires vont reprendre leur cours normal. Le Dialogue national, que certaines parties voulaient procéder à son institutionnalisation, risque toutefois de perdre son utilité et sa pertinence. Pourtant, on ne sait pas comment le système politique général va se mettre en marche et s'établir dans les faits.
Il sera toujours légitime de se reposer la question : y aura-t-il un post-Dialogue national ? La Tunisie est-elle à l'abri de secousses futures, juste parce qu'elle a désormais une Constitution démocratique, une assemblée et un président élus, un gouvernement légitime issu de la nouvelle majorité, un tribunal constitutionnel et d'autres organes de régulation contrôlant les abus éventuels des lois de la majorité politique ? Mais la transition démocratique est-elle définitivement close du seul fait de la mise en œuvre des autorités constitutionnelles ? La transition a achevé sa transition formelle, mais il reste la transition réelle, celle qui se poursuivra sans doute encore pendant six ou sept ans. La nouvelle configuration politique à l'intérieur du Parlement, l'alliance éventuelle autour de la nouvelle majorité, le débat majorité-opposition suffiront-ils à la mise en route des nouvelles institutions prévues par la Constitution, pour gérer les questions horriblement rebutantes, comme l'insécurité, le terrorisme, l'état délabré de l'économie, le chômage, le déséquilibre régional, les grandes réformes sociales ?
C'est la raison pour laquelle l'Association tunisienne d'études politiques (Atep), en raison de l'intérêt de cette question, se propose pendant les cinq prochains mois de faire une enquête de terrain sur le dialogue national, avec une équipe de 10 politologues : des universitaires, doctorants, chercheurs et étudiants en master de science politique. Ce sera un véritable travail de science politique. Toute l'équipe aura à faire des consultations auprès des acteurs politiques et des membres du Quartet qui ont participé au dialogue national, puis à réunir des «focus group», des groupes d'une quinzaine de personnes, réunissant la société civile dans différentes régions (Sidi Bouzid, Sfax, Bizerte et Sousse) pour connaître leur perception du dialogue national. Le travail sera couronné par un rapport publié dans un livre en trois langues (arabe, français et anglais) et par une conférence sur la question.
L'Atep aura à ressortir les facteurs qui ont donné naissance au Dialogue national, à scruter sa démarche, sa méthode de travail, ses formes de négociation, ses contraintes politiques, ses résultats réels, à ressortir les influences réelles des leaders politiques et des membres du Quartet dans le processus du dialogue, à découvrir la spécificité du Dialogue national tunisien, et, enfin, à réfléchir sur le destin futur du Dialogue national en rapport avec la nouvelle conjoncture politique du pays.
*(Professeur de science politique)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.