Noureddine Taboubi rend visite à Mme Radhia Nasraoui    Tunisie – Le retrait du courant démocratique révèle les manipulations de Habib Jemli    Tunisie : Jamila Ksiksi : ” Je présente mes excuses à Samira Chaouachi”    Drame de Amdoun, mandat de dépôt à l'encontre du propriétaire de l'agence de voyages    Domaines de l'Etat : récupération de 548 hectares à Béja.    Le Président du Parlement reçoit une délégation de l'UNFT conduite par sa présidente Radhia Jerbi    Tunisie: Circulaire du foyer des filles Ibn Jazzar à Sfax , réaction du ministère    Le Fonds TASDIR+ lance son opération baptisée « La Conquête des Marchés Extérieurs » avec son 4ème et dernier Appel à Candidatures    Teleperformance reconnu Meilleur Employeur d'AON en Tunisie pour l'année 2019    Le courant Démocratique a proposé 2 personnalités indépendantes au poste de ministre de l'Intérieur    Ouverture du premier centre guinéo-tunisien d'ophtalmologie à Conakry    Programme TV du vendredi 6 décembre    Tunisie – Universités et employabilité : L'IHEC ET l'ISG choix préférés des recruteurs    Téboursouk à l'honneur : Première labellisation attribuée à l'huile d'olive de la région    En vidéos : TOPNET inaugure son premier point de vente franchisé TOPNET SHOP au KEF    LC Afrique: le programme de ce vendredi    La rougeole a tué 140.000 personnes l'an dernier, selon l'OMS    Hommage : La tunisienne Tawhida Ben cheikh, première femme médecin dans le monde arabe    Attention à la nouvelle arnaque : Le billet de banque placé sous l'essuie-glace !    En vidéo : MG partenaire de la 5ème édition du Festival international des musiciens et artistes handicapés    Retour sur image : Le bloc du Parti Destourien Libre transforme la salle des plénières en dortoir    Coupe du Monde des Clubs Doha 2019 – Espérance ST : les 23 joueurs    Achaab explique les raisons de sa non-participation au prochain gouvernement    Le jeune Amir Zaïbi remporte le Championnat arabe d'échecs en Algérie et devient «Grand Maître international»    La fameuse bergère de Amdoun sera l'invitée de Fekret Sami Fehri, ce samedi    Tunisie : A partir de 2021, Tunisair exploitera en leasing, cinq avions de type “A 320 neo”    Communiqué du Comité national olympique tunisien : Le gala du Flambeau olympique 2019 reporté au 20 décembre    Ahmed Mejri participe avec plusieurs artistes musiciens saint-louisiens à un atelier de musique-fusion au Sénégal    Ligue 1 : Les arbitres de la 11ème journée    Arrestation du voleur des effets des victimes du BUS au moment où ces derniers étaient en train d'agoniser    Club Africain : Yassine Chammakhi va-t-il rester ?    Ligue des champions : L'Espérance de Tunis veut confirmer    Etats-Unis: Fusillade dans la base militaire de Pearl Harbor, deux morts    Success Sotry TN: Nour Bellalouna de Nabeul, artisane et entrepreneuse (Vidéo)    Tunisie: Kaïs Saïed supervise la cérémonie du 67ème anniversaire de l'assassinat de Farhat Hached    Algérie: Ouverture du premier procès pour corruption d'anciens hauts responsables    Guirra le nouveau film de Fadhel Jaziri dans les bacs dès le 4 décembre (B.A. et Synopsis)    Un stock de Kalachnikovs découvert par un plongeur au Monastir    COP 25 : l'Afrique revendique sa vulnérabilité climatique    Journées Architecturales de Carthage 2019: remise des prix    Le Ciné-Club de Tunis entame la saison culturelle 2019 – 2020 avec un 1er cycle de films et débats «Questionnements sur la sexualité»    Londres : VIDEO : Attaque terroriste au couteau : Plusieurs blessés… L'agresseur abattu par la police    Klay BBJ porte plainte, à son tour, contre Beya Zardi    Le film tunisien نورة تحلم (NOURA RÊVE) de Hinde Boujemaa en tournée dans plusieurs gouvernorats    Vidéo Buzz : Quand de jeunes tunisiens sauvent une baleine bloquée à la marina de Bizerte    Kef : Une secousse tellurique de magnitude 3.48° sur l'échelle de Richter enregistrée à Sakiet Sidi Youssef    Des associations tunisiennes dénoncent la légalisation de l'implantation de colonies en Cisjordanie    Albanie: Trois morts dans un tremblement de terre d'une puissance de 6,4 degrés sur richter    







Merci d'avoir signalé!
Cette image sera automatiquement bloquée après qu'elle soit signalée par plusieurs personnes.





Dialogue national et post-dialogue national
Opinions - ENQUETE SUR LE DIALOGUE NATIONAL (ATEP)
Publié dans La Presse de Tunisie le 16 - 12 - 2014


Par Hatem M'RAD(*)
Le Dialogue national est un de ces mécanismes dont la transition démocratique tunisienne a eu le secret. Paradoxalement, alors que l'élection de l'Assemblée constituante a créé pendant trois ans plus de problèmes qu'elle n'en a résolu, le Dialogue national, lui, procédé informel, non démocratique, initié formellement par l'Ugtt, a pu dénouer une situation inextricable.
Il a mis fin à une crise politique majeure, à un blocage entre deux adversaires irréconciliables, apparus juste après l'assassinat de Mohamed Brahmi, le sit-in d'Errahil et la suspension des travaux de l'ANC. Il a fait la politique par d'autres moyens. Il a réuni les «bons» et les «méchants», les enthousiastes comme les sceptiques. Au total, 22 partis représentatifs à l'ANC, de tous bords, grands et petits, laïques et islamistes, libéraux et de gauche, des leaders politiques, de l'avant comme de l'après-révolution, autour d'un Quartet représentant, lui, la société civile (Ltdh), le monde du travail (Ugtt), l'entreprise (Utica) et la justice (barreau).
Le Dialogue national a quasiment mis fin à la violence interne, au conflit entre islamistes et laïcs, majorité et opposition, dans un pays qui vient juste de connaître un bouleversement politique, et dont les acteurs, peu affûtés aux usages et contraintes de la démocratie, ne sont guère habitués à la collaboration politique. Les membres du Dialogue national, sous l'autorité d'un Quartet exigeant, respectueux du calendrier de la feuille de route, document définissant la marche à suivre, ont permis l'achèvement de la constitution, le retrait de la Troïka du gouvernement, la désignation d'un gouvernement neutre, l'adoption de la loi électorale, la désignation de l'Isie. Ce qui n'est pas peu.
En un mot, le Dialogue national a accéléré l'histoire de la transition. Il a réalisé les exigences fondamentales mêmes de la transition démocratique en quelques semaines, avec des hauts et des bas, des moments de crise, de doute, d'abattement, comme aussi des moments de bonne volonté chez les négociateurs eux-mêmes, souvent tentés par l'abandon.
«Le miracle» du Dialogue national, c'est qu'il a su aller à l'essentiel : le consensus. Un procédé qui s'avère toujours précieux en phase de transition et de construction démocratique, après la chute d'un long régime autoritaire. Le consensus est un processus plus profond que la démocratie elle-même. Il réduit l'intensité de la mainmise de la majorité sur la minorité, en partant à la quête du plus grand nombre, en élargissant la base des «satisfaits». En démocratie, en effet, toutes les parties doivent avoir des garanties les uns par rapport aux autres : le gouvernement majoritaire contre les obstructions l'empêchant de gouverner, l'opposition contre la majorité abusive et les citoyens contre la violation du droit et des libertés.
En cela il n'a pas failli à sa mission. Il y a eu «dialogue» et il était «national», ou presque. Des pays étrangers, surtout l'Union européenne, les Etats-Unis et l'Algérie, ont eu leur mot à dire pour convaincre les parties, et notamment les plus influentes d'entre elles à s'investir dans le Dialogue national, base de toute paix civile et politique. Mais le dialogue national a pu neutraliser les influences des uns et des autres, jusqu'à ce qu'ils trouvent un compromis honorable.
Aujourd'hui, il se peut que le futur gouvernement de coalition lui-même, annoncé ici et là, ait besoin d'un cadre parallèle, adjuvent, qui serait prêt à intervenir en cas de difficulté politique insurmontable. La nouvelle démocratie n'est pas en effet encore assagie. Le Dialogue national aurait alors pour mérite, s'il est accepté par les nouvelles composantes du parlement qui peuvent mal percevoir la concurrence politique au sein du dialogue de tenter d'apaiser le débat politique, d'éviter toute forme de diabolisation, comme il l'a fait avant les élections mêmes. Une diabolisation qui peut voir le jour au sein même du Parlement.
Après la tenue des élections législatives et présidentielle, le nouveau régime politique va tenter de retrouver ses repères et sa légitimité. Les institutions politiques ordinaires vont reprendre leur cours normal. Le Dialogue national, que certaines parties voulaient procéder à son institutionnalisation, risque toutefois de perdre son utilité et sa pertinence. Pourtant, on ne sait pas comment le système politique général va se mettre en marche et s'établir dans les faits.
Il sera toujours légitime de se reposer la question : y aura-t-il un post-Dialogue national ? La Tunisie est-elle à l'abri de secousses futures, juste parce qu'elle a désormais une Constitution démocratique, une assemblée et un président élus, un gouvernement légitime issu de la nouvelle majorité, un tribunal constitutionnel et d'autres organes de régulation contrôlant les abus éventuels des lois de la majorité politique ? Mais la transition démocratique est-elle définitivement close du seul fait de la mise en œuvre des autorités constitutionnelles ? La transition a achevé sa transition formelle, mais il reste la transition réelle, celle qui se poursuivra sans doute encore pendant six ou sept ans. La nouvelle configuration politique à l'intérieur du Parlement, l'alliance éventuelle autour de la nouvelle majorité, le débat majorité-opposition suffiront-ils à la mise en route des nouvelles institutions prévues par la Constitution, pour gérer les questions horriblement rebutantes, comme l'insécurité, le terrorisme, l'état délabré de l'économie, le chômage, le déséquilibre régional, les grandes réformes sociales ?
C'est la raison pour laquelle l'Association tunisienne d'études politiques (Atep), en raison de l'intérêt de cette question, se propose pendant les cinq prochains mois de faire une enquête de terrain sur le dialogue national, avec une équipe de 10 politologues : des universitaires, doctorants, chercheurs et étudiants en master de science politique. Ce sera un véritable travail de science politique. Toute l'équipe aura à faire des consultations auprès des acteurs politiques et des membres du Quartet qui ont participé au dialogue national, puis à réunir des «focus group», des groupes d'une quinzaine de personnes, réunissant la société civile dans différentes régions (Sidi Bouzid, Sfax, Bizerte et Sousse) pour connaître leur perception du dialogue national. Le travail sera couronné par un rapport publié dans un livre en trois langues (arabe, français et anglais) et par une conférence sur la question.
L'Atep aura à ressortir les facteurs qui ont donné naissance au Dialogue national, à scruter sa démarche, sa méthode de travail, ses formes de négociation, ses contraintes politiques, ses résultats réels, à ressortir les influences réelles des leaders politiques et des membres du Quartet dans le processus du dialogue, à découvrir la spécificité du Dialogue national tunisien, et, enfin, à réfléchir sur le destin futur du Dialogue national en rapport avec la nouvelle conjoncture politique du pays.
*(Professeur de science politique)


Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source.